30 Décembre 2022. FR. Kamchatka : Sheveluch , Indonésie : Semeru , Chili : Lascar , Equateur : Cotopaxi .

Home / blog georges Vitton / 30 Décembre 2022. FR. Kamchatka : Sheveluch , Indonésie : Semeru , Chili : Lascar , Equateur : Cotopaxi .

30 Décembre 2022. FR. Kamchatka : Sheveluch , Indonésie : Semeru , Chili : Lascar , Equateur : Cotopaxi .

30 Décembre 2022.

 

Kamchatka , Sheveluch :

56,64 N, 161,32 E;
Altitude 3283 m (10768 pieds), l’altitude du dôme ~ 2500 m (8200 pieds)
Code couleur de l’aviation : ORANGE

L’éruption extrusive du volcan continue. Des explosions de cendres jusqu’à 10-15 km (32 800-49 200 pieds) d’altitude pourraient survenir à tout moment. L’activité en cours pourrait affecter les aéronefs internationaux volant à basse altitude.

La croissance du dôme de lave se poursuit, une forte activité de fumerolles, une incandescence du dôme de lave, des explosions, et des avalanches chaudes accompagnent ce processus. Les données satellitaires du KVERT ont montré une anomalie thermique sur le volcan toute la semaine ; des panaches de gaz et de vapeur contenant une certaine quantité de cendres se sont étendus sur 90 km vers le Sud-Ouest, le Sud et le Nord-Est du volcan du 26 au 29 décembre.

Source : Kvert.

Photo : Yu. Demyanchuk, IVS FEB RAS, KVERT

 

Indonésie , Semeru :

Une éruption du G. Semeru s’est produite le lundi 19 décembre 2022, à 15h58 WIB. La hauteur de la colonne éruptive a été observée à ± 1500 m au-dessus du sommet (± 5176 m au-dessus du niveau de la mer). On a observé que la colonne de cendres était grise à brune avec une intensité épaisse , orientée au Nord et au Nord-Est. L’éruption a été enregistrée sur un sismographe avec une amplitude maximale de 22 mm et une durée de 100 secondes.

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA

Émis : 28 décembre 2022
Volcan : Semeru (263300)
Code Couleur Aviation Actuel : ORANGE
Code Couleur Aviation précédent : orange
Source : Observatoire du volcan Semeru
Numéro d’avis : 2022SMR737
Emplacement du volcan : S 08 deg 06 min 29 sec E 112 deg 55 min 12 sec
Région : Java oriental, Indonésie
Altitude du sommet : 11763 FT (3676 M).

Résumé de l’activité volcanique :
Eruption avec nuage de cendres volcaniques à 23h35 UTC (06h35 locale).

Hauteur des nuages volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres est d’environ 13683 FT (4276 M) au-dessus du niveau de la mer ou 1920 FT (600 M) au-dessus du sommet. Peut être plus élevé que ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant vers le Nord. On observe que les cendres volcaniques sont blanches à brunes. L’intensité des cendres volcaniques est observée de moyenne à épaisse.

Remarques :
Eruption enregistrée sur sismogramme avec une amplitude maximale de 24 mm et une durée maximale de 100 secondes. –

Source : Magma Indonésie .

Photo : Oystein Lund Andersen.

 

Chili , Lascar :

Sismologie

L’activité sismologique de la période a été caractérisée par l’enregistrement de :
45 Événements sismiques de type VT, associés à la fracturation des roches (Volcano-Tectonique). Le tremblement de terre le plus énergétique a présenté une valeur de magnitude locale (ML) égale à 1,8, situé à 1,0 km au Sud-Sud-Est de l’édifice volcanique, à une profondeur de 3,6 km en référence au cratère.
135 événements sismiques de type LP, associés à la dynamique des fluides au sein du système volcanique (Longue Période). Le séisme le plus énergétique a présenté une valeur de Déplacement Réduit (DR) de 320 cm2 (associé à l’impulsion éruptive du 10/12).
16 événements sismiques de type TR, associés à la dynamique entretenue dans le temps des fluides au sein du système volcanique (TRemor). La taille du plus grand tremblement de terre évaluée à partir du paramètre Déplacement réduit (DR) était égale à 75 cm2.

Géochimie des fluides
Les données d’émission de dioxyde de soufre (SO2) obtenues par l’équipement de spectroscopie optique d’absorption différentielle (DOAS), correspondant à la station Emú, située à 6 km dans une direction Est-Sud-Est (ESE) du cratère actif, ont présenté une valeur moyenne de 285 ± 46 t/j, avec une valeur journalière maximale de 869 t/j le 17 décembre. La moyenne de SO2 rapportée pour cette période est inférieure à celle rapportée pour la période précédente et se situe dans les valeurs considérées comme normales pour ce volcan.
Le jour de l’impulsion éruptive (10 décembre), le flux de SO2 était de 455 t/j, une valeur qui peut être sous-estimée en raison de la direction du vent dominant vers le Sud-Ouest ce jour-là.
Huit anomalies d’émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère ont été signalées dans le secteur proche du volcan, selon les données publiées par le Tropospheric Monitoring Instrument (TROPOMI), les 3, 4, 5, 6, 8, 9, 10 et 13 décembre. 

Anomalies thermiques satellitaires
10 alertes thermiques ont été enregistrées dans la zone associée à l’édifice volcanique au cours de la période, avec une puissance radiative volcanique (VRP) maximale de 4 MW au 1er décembre, une valeur considérée comme faible selon les données traitées par l’Observation Infrarouge Moyen de l’Activité Volcanique (MIROVA).

Géodésie
Selon les données obtenues à partir de trois (3) stations GNSS qui surveillent le volcan, il peut être vérifié qu’après une période de raccourcissement de la ligne de surveillance de 2,2 cm enregistrée entre août et octobre 2022, au cours des deux derniers mois, ladite ligne s’est rétablie de 1,3 cm dans la période précédant l’impulsion éruptive du 10 décembre, ne  manifestant qu’à la date de ce rapport, des variations de tendance associées à une déformation anormale après l’événement éruptif.

 

Caméras de surveillance
Le 10 décembre s’est produit un événement explosif intempestif caractérisé par l’apparition d’une colonne éruptive à forte charge pyroclastique dépassant la limite de la caméra de surveillance (>2450 mètres). En corroborant cela avec les images satellite GOES, il a été possible d’estimer une hauteur approximative de 6 km au-dessus du niveau du cratère et une dispersion au Sud-Ouest du bâtiment. D’autre part, le versant Nord du volcan a été affecté par une possible onde pyroclastique avec une forte teneur en gaz et moins de solides. Avant et après la survenue de cet événement, l’activité de surface était caractérisée par un dégazage passif avec une prédominance de vapeur d’eau et de gaz, avec des colonnes qui variaient entre 20 et 880 mètres au-dessus du niveau du cratère, avec des incandescences nocturnes enregistrées qui ne dépassaient pas 640 mètres au-dessus. le niveau du cratère.

L’impulsion éruptive a été classée comme la plus énergétique et celle qui a généré la plus haute colonne éruptive (environ 6000 mètres au-dessus du niveau du cratère). Après son apparition, l’énergie sismique a progressivement diminué ainsi que l’activité de surface, restant avec des émissions de gaz à basse altitude avec génération d’incandescence nocturne. Selon les caractéristiques de l’événement enregistré, de nouvelles augmentations possibles de son activité de surface ne sont pas exclues.

Par conséquent, l’ alerte technique est maintenue à : ALERTE TECHNIQUE JAUNE : Modifications du comportement de l’activité volcanique

Source : Sernageomin

Photos : terremotos y desastres , Gerard Prins.

 

Equateur , Cotopaxi :

Augmentation progressive de l’activité de surface et interne du volcan Cotopaxi :

Résumé :

Le 21 octobre à 19h44 TL, les stations sismiques installées sur les flancs du volcan Cotopaxi ont enregistré un signal sismique tremor d’une fréquence de 2-8 Hz, de longue durée et de faible amplitude. Ce signal s’est accompagné d’une émission de gaz et de cendres, produisant une chute modérée de ce matériau vers le Refuge José Ribas. Depuis lors, deux chutes de cendres ont été générées avec une plus grande ampleur, affectant jusqu’à 60 km du volcan. Ces événements de grande envergure se sont produits les 26 novembre et 20 décembre de cette année. Les nuages ​​​​de cendres ont atteint jusqu’à 2,2 km au-dessus du niveau du cratère et ont été dirigés principalement vers le Nord-Nord-Uuest, raison pour laquelle des chutes de cendres ont eu lieu dans les cantons de Mejía, Rumiñahui et Quito. En outre, l’émission presque continue de gaz est observée depuis le cratère du volcan atteignant une hauteur variable entre 200 et 2800 m. Les paramètres de sismicité et de déformation restent à des niveaux modérés tandis que le dégazage est intense, à la fois enregistrés par le réseau de capteurs permanents au sol de l’Institut géophysique de l’École nationale polytechnique et par des instruments satellitaires. De plus, les instruments satellitaires ont détecté des anomalies thermiques dans le cratère du volcan qui deviennent de plus en plus fréquentes (dernière anomalie le 22 décembre 2022).

Cette réactivation volcanique a une origine magmatique mise en évidence par les grandes quantités de dioxyde de soufre émises dans l’atmosphère et par le pourcentage élevé de composant juvénile dans les cendres collectées. Les émissions de cendres sont de plus en plus fréquentes, mais elles n’ont pour l’instant pas atteint les niveaux observés lors de l’éruption d’août-novembre 2015. L’évolution de cette activité à moyen terme est incertaine, du fait de la nature même des phénomènes volcaniques. Cependant, à court terme (jours à semaines), le scénario le plus probable est que les émissions de cendres se répètent et/ou s’intensifient sans montrer de signes précurseurs, mais sans atteindre les niveaux observés lors de l’éruption de 2015. En ce sens, il est important de maintenir le système de surveillance et poursuivre les tâches de prévention et d’atténuation liées aux scénarios éruptifs du volcan Cotopaxi .

Images obtenues lors du survol du 19 décembre 2022 fournies par le groupe Tucanes de la FAE. Photo de gauche : cratère recouvert de cendres du volcan Cotopaxi. droite : Image thermique correspondante qui montre les températures les plus élevées à l’intérieur du cratère dans des couleurs plus claires, dont les valeurs sont considérées comme sous-estimées en raison de la présence de gaz

Anomalies thermiques satellitaires :
Depuis le 21 octobre, les systèmes satellitaires MIROVA, MOUNTS et FIRMS ont clairement détecté des anomalies thermiques sur le volcan Cotopaxi. Dans les dernières images Sen-tinel-2 des 17 et 22 décembre 2022, un petit point chaud est observé dans le cratère, en dessous de l’émission de gaz . Ce point chaud a été observé de manière répétée depuis 2015, mais la fréquence d’observation a augmenté, avec 7 anomalies au cours des 2 derniers mois, enregistrées par les systèmes satellitaires précités.
Grâce à des photographies recueillies lors du survol effectué le 19 décembre, il a été possible de vérifier la présence de cendres recouvrant toute la partie supérieure du volcan et une partie des flancs Sud, Sud-Est et Sud-Ouest. Ce matériau volcanique est le résultat d’émissions de gaz et de cendres signalées ces derniers jours. En raison de l’écoulement continu de gaz, il n’y a pas eu d’observations directes de la partie interne du cratère . D’autre part, à travers des images thermiques prises avec une caméra infrarouge portable, il a été estimé que les températures les plus élevées se trouvent à l’intérieur du cratère avec une valeur de 45°C, cette valeur est sous-estimée car la partie supérieure du cratère est pleine de gaz. En revanche, les températures des champs fumeroliens externes et internes du cratère ne dépassent pas 25 ° C. Ces valeurs de température se situent dans les plages mesurées dans la période éruptive actuelle, c’est-à-dire depuis le 21 octobre 2022.

Source et photos : IGEPN.

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search