20 Octobre 2022. FR . Indonésie : Kerinci , Alaska : Trident / Ugashik-Peulik / Ukinrek Maars , Italie : Vulcano , Japon : Suwanosejima , Guatemala : Santiaguito .

Home / Alaska / 20 Octobre 2022. FR . Indonésie : Kerinci , Alaska : Trident / Ugashik-Peulik / Ukinrek Maars , Italie : Vulcano , Japon : Suwanosejima , Guatemala : Santiaguito .

20 Octobre 2022. FR . Indonésie : Kerinci , Alaska : Trident / Ugashik-Peulik / Ukinrek Maars , Italie : Vulcano , Japon : Suwanosejima , Guatemala : Santiaguito .

20 Octobre 2022.

 

Indonésie , Kerinci :

Le mont Kerinci a présenté une éruption le jeudi 20 octobre 2022 à 07h03 WIB avec une hauteur de la colonne de cendres observée à ± 750 m au-dessus du sommet (± 4555 m au-dessus du niveau de la mer). La colonne de cendres est observée comme étant grise avec une intensité modérée vers le Nord-Ouest. Cette éruption a été enregistrée sur un sismographe avec une amplitude maximale de 2 mm et une durée de 600 secondes.

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA

Émis : 20 octobre 2022.
Volcan : Kerinci (261170)
Code Couleur Aviation Actuel : ORANGE
Code Couleur Aviation précédent : orange
Source : Observatoire du volcan Kerinci
Numéro d’avis : 2022KER04
Emplacement du volcan : S 01 deg 41 min 49 sec E 101 deg 15 min 50 sec
Région : Jambi, Sumatra occidental, Indonésie
Altitude du sommet : 12176 FT (3805 M)

Résumé de l’activité volcanique :
Eruption avec nuage de cendres volcaniques à 12h03 UTC (06h03 locale).

Hauteur des nuages volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres est d’environ 14576 FT (4555 M) au-dessus du niveau de la mer, peut être plus élevée que ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant vers le Nord-Ouest

Remarques :
Activité sismique de tremor volcanique continu

Le PVMBG a signalé que des panaches blancs et noirs du Kerinci se sont élevés jusqu’à 350 m au-dessus du sommet et ont dérivé vers le Nord-Est les 15 et 16 octobre. Deux messages VONA ont été affichés le 19 octobre; à 6 h 20 le 19 octobre, un panache de cendres s’est élevé à 500 m au-dessus du sommet et a dérivé vers le Nord-Ouest, et à 08 h 15, un panache de cendres s’est élevé à 700 m et a dérivé vers le Nord-Ouest. Le code de couleur de l’aviation a été élevé à Orange (le deuxième niveau le plus élevé sur une échelle de quatre couleurs). Le niveau d’alerte est resté à 2 (sur une échelle de 1 à 4) et le public a été averti de rester en dehors de la zone d’exclusion de 3 km.

Source : Magma Indonésie , GVP.

 

Alaska , Trident / Ugashik-Peulik / Ukinrek Maars :

Trident :

Niveau d’alerte volcan actuel : NORMAL
Niveau d’alerte volcanique précédent : AVIS
Code couleur actuel de l’aviation : VERT
Code couleur aviation précédent : JAUNE

Émis : mercredi 19 octobre 2022, 14 h 06 AKDT
Source : Observatoire du volcan d’Alaska
Numéro d’avis : 2022/A1190
Emplacement : N 58° 14 min O 155° 6 min
Altitude: 3599 pieds (1097 m)
Zone : Péninsule d’Alaska.

Résumé de l’activité volcanique :
L’essaim de tremblements de terre qui a commencé le 24 août 2022 sous le volcan Trident s’est calmé et aucun tremblement sismique n’a été observé depuis le 30 septembre 2022. Des tremblements de terre locaux occasionnels continuent d’être détectés à des niveaux de fond. En raison de cette baisse d’activité et de l’absence d’autres signes d’agitation, nous abaissons le code couleur de l’aviation à VERT et le niveau d’alerte volcan à NORMAL.

Si l’activité augmente, l’AVO publiera d’autres avis. L’AVO surveille le Trident avec un réseau local de sismomètres, une webcam, des données de télédétection et des réseaux régionaux de capteurs d’infrasons et de foudre.

UGASHIK-PEULIK :

57°45’1″ N 156°22’12 » O,
Altitude du sommet 4836 pieds (1474 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : NON ASSIGNÉ
Code couleur actuel de l’aviation : NON ASSIGNÉ

Le code couleur de l’aviation et le niveau d’alerte ont été changés en VERT/NORMAL en raison du rétablissement de la communication avec les stations sismiques.

Le complexe volcanique Ugashik-Peulik se trouve au Sud du lac Becharof et à l’Est du lac Upper Ugashik. La formation de la caldeira qui date du Pléistocène a été suivie par la mise en place d’au moins cinq dômes de lave de l’Holocène dans la caldeira de 4,5 km de large. La plupart des murs de la caldeira sont constitués de grès du sous-sol d’âge jurassique. Après la formation de la caldeira, le petit stratovolcan Peulik de 3 km3 s’est développé à 2,5 km vers le Nord. Les coulées de lave du Peulik couvrent le bord de la caldeira au Sud et s’étendent jusqu’au lac Becharof, à 6 km au Nord. Un petit dôme de lave sur le flanc Est du Peulik était la source d’un petit flux de blocs et de cendres. Le sommet du Peulik contient un cratère de 1,5 km de large percé à l’Ouest qui est partiellement rempli par un dôme de lave. Les dépôts de débris-avalanches couvrent une zone de 75 km2 au Nord-Ouest. Une seule éruption historique documentée a eu lieu à partir du Peulik en 1814.

UKINREK MAARS :

57°50’2″ N 156°30’50 » O,
Élévation du sommet 299 pi (91 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : NON ASSIGNÉ
Code couleur actuel de l’aviation : NON ASSIGNÉ

Le code couleur de l’aviation et le niveau d’alerte ont été changés en VERT/NORMAL en raison du rétablissement de la communication avec les stations sismiques.

Ukinrek Maars sont deux cratères d’explosion qui ont été créés dans une zone sans activité volcanique précédente au cours d’une éruption phréatomagmatique de 10 jours de mars à avril 1977. Les maars basaltiques sont apparus à travers des dépôts glaciaires dans les basses terres de la mer de Béring à 1,5 km au Sud du lac Becharof et à 12 km à l’Ouest du volcan Peulik; leur emplacement est lié à la faille régionale de Bruin Bay. L’elliptique West Maar, qui a été le premier à se former, mesure 105 x 170 m de large et 35 m de profondeur. L’autre maar, à 600 m à l’Est, mesure 300 m de large et 70 m de profondeur. Les deux maars sont maintenant remplis de lacs de cratère ; le lac oriental encercle un dôme de lave de 49 m de haut qui a été mis en place à la fin de l’éruption. Les Base surges étaient dirigées principalement vers le Nord-Ouest. Le matériel juvénile des éruptions d’Ukinrek était d’une composition basaltique d’olivine dérivée du manteau. Les dômes de lave dacitiques Gas Rocks, d’âge quaternaire, sont situés sur les rives du lac Becharof, à 3 km au Nord des maars d’Ukinrek et ont été le site d’une éruption phréatique il y a environ 2 300 ans.

Source : AVO / GVP.

Photos : McGimsey, R. G./ Alaska Volcano Observatory/U.S. Geological Survey  , Dreeszen, Robert , Dewhurst, Donna .

 

Italie , Vulcano :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 10 Octobre 2022 au 16 Octobre 2022, (date d’émission 18 Octobre 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) Température des fumerolles du cratère : Le long du bord supérieur, la température maximale d’émission a des valeurs stables et élevées, autour de 375°C.
2) Flux de CO2 dans la zone du cratère : Le flux de CO2 dans la zone du cratère reste sur des valeurs moyennes-élevées.
3) Flux de SO2 dans la zone du cratère : stable à un niveau modérément moyen-élevé
4) Géochimie des gaz fumeroliens : Il n’y a pas de mises à jour.
5) Flux de CO2 à la base du cône de La Fossa et dans la zone de Vulcano Porto : Les flux de CO2 enregistrés dans les sites de Rimessa, C. Sicilia affichent toujours des valeurs supérieures aux niveaux de fond. Le site P4max affiche des valeurs moyennes à élevées, tandis que sur le site Faraglione, il existe des valeurs proches du niveau de fond.
6) Géochimie des aquifères thermiques : dans le puits du Camping Sicilia, il y a toujours des valeurs élevées de température et de conductivité à des niveaux moyens-bas ; dans le puits Bambara les valeurs de niveau et de conductivité ne montrent pas de variations significatives.

7) Sismicité locale : Il n’y a pas de variations significatives dans le taux d’occurrence des micro-chocs locaux.
8) Sismicité régionale : Absence de séismes régionaux de magnitude locale égale ou supérieure à 1,0
9) Déformations – GNSS : Aucune variation significative n’est observée dans les séries temporelles des stations GNSS.
10) Déformations – Inclinométrie : Aucune variation significative des données d’inclinaison.
11) Gravimétrie : Il n’y a pas de changements significatifs à moyen-long terme.
12) Autres remarques : GNSS mobile. Le réseau mobile GNSS acquiert et transmet les mouvements en temps réel à une fréquence de 1 Hz. Les séries temporelles acquises jusqu’à présent ne montrent pas de variations significatives autour de la zone de Porto di Levante.

TEMPÉRATURE DES FUMEROLES DU CRATERE :
Le long du bord supérieur, la température maximale d’émission a des valeurs extrêmement stables, avec un maximum horaire de 375 ° C (T1). Le champ fumerolien a des températures d’émission homogènes tout au long de la ligne de fracture sommitale, confirmant une anomalie thermique entretenue par un flux de vapeur stable. Le signal thermique du capteur FT3 (fumerole F5) est intercalé entre les températures enregistrées dans FT1 et FT2 (ces 2 sondes sont situées dans la fumerolle F5AT). La plage totale des températures horaires enregistrées sur le bord est comprise entre 351 et 375°C. Une perte de données est observée la nuit en raison d’une panne de la batterie de secours.

Source : INGV.

Lire l’article en entierhttps://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/700-bollettino-Settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Vulcano-del-2022-10-18/file

Photo : G. De Astis (INGV-Rome1)

 

Japon , Suwanosejima :

Le JMA a rapporté que l’éruption du cratère Ontake , sur le Suwanosejima s’est poursuivie du 10 au 17 octobre. Au total, 71 explosions ont produit des panaches d’éruption qui se sont élevés jusqu’à 2 km au-dessus du bord du cratère et ont éjecté des blocs jusqu’à 600 m de l’évent. L’incandescence du cratère était visible la nuit. Des chutes de cendres occasionnelles ont été signalées dans le village de Toshima (3,5 km Sud-Sud-Ouest) au cours de la première moitié de la semaine. Le niveau d’alerte est resté à 2 et le public a été averti de rester à 1 km du cratère.

L’île de Suwanosejima, en forme de fuseau, longue de 8 km, dans le nord des îles Ryukyu, est constituée d’un stratovolcan andésitique avec deux cratères sommitaux historiquement actifs. Le sommet est tronqué par un grand cratère fracturé s’étendant jusqu’à la mer sur le flanc Est qui a été formé par l’effondrement de l’édifice. Le Suwanosejima, l’un des volcans les plus actifs du Japon, était dans un état d’activité strombolienne intermittente depuis l’Ontake, le cratère sommital Nord-Est, qui a commencé en 1949 et a duré jusqu’en 1996, après quoi les périodes d’inactivité se sont allongées. La plus grande éruption historique a eu lieu en 1813-14, lorsque d’épais dépôts de scories ont recouvert des zones résidentielles, et le cratère Sud-Ouest a produit deux coulées de lave qui ont atteint la côte Ouest. À la fin de l’éruption, le sommet de l’Ontake s’est effondré, formant une grande avalanche de débris et créant la caldeira de Sakuchi en forme de fer à cheval, qui s’étend jusqu’à la côte Est. L’île est restée inhabitée pendant environ 70 ans après l’éruption de 1813-1814. Des coulées de lave ont atteint la côte est de l’île en 1884. Seulement une cinquantaine de personnes vivent sur l’île.

Source : Agence météorologique japonaise (JMA) , GVP.

Photo : ontake , Masanori Genko.

 

Guatemala , Santiaguito :

Activité:

L’Observatoire du Complexe Volcanique Santa María-Santiaguito signale des fumerolles de dégazage modéré à 600 mètres au-dessus du dôme Caliente, qui se déplacent vers le Sud-Ouest, ainsi que de la vapeur provenant de la coulée de lave active. Cette vapeur est accompagnée d’une odeur faible de soufre perceptible sur certaines fermes au Sud du dôme. Des incandescences ont été observées sur le dôme et des avalanches descendant sur les flancs Ouest et Sud. L’activité à l’avant de la coulée de lave active dans les canaux de San Isidro et El Tambor se poursuit avec quelques effondrements de blocs, qui génèrent des nuages ​​de cendres pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres de haut.

Il est recommandé de ne pas s’approcher de la coulée de lave, en raison de la chaleur intense qu’elle émet et des effondrements constants qui se produisent sur ses bords, ce qui pourrait causer des brûlures et d’autres blessures graves à ceux qui s’en approchent. L’activité extrusive reste à un niveau élevé et continue d’accumuler des matériaux instables dans la coulée de lave , dans les canaux de San Isidro et El Tambor, ainsi que dans le dôme  Caliente, il reste donc possible qu’une partie de ce des effondrements de matériaux et des coulées pyroclastiques de longues distances soient générées au Sud-Ouest, au Sud et à l’Est.

Source : Insivumeh.

Photo : Edgar Cabrera / CONRED

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search