14 Mars 2022. FR. Hawaii : Mauna Loa , Alaska : Great Sitkin , Guatelama : Santiaguito , Costa Rica : Rincon de la Vieja / Turrialba / Poas / Irazu , Canaries / La Palma : Cumbre Vieja .

Home / Alaska / 14 Mars 2022. FR. Hawaii : Mauna Loa , Alaska : Great Sitkin , Guatelama : Santiaguito , Costa Rica : Rincon de la Vieja / Turrialba / Poas / Irazu , Canaries / La Palma : Cumbre Vieja .

14 Mars 2022. FR. Hawaii : Mauna Loa , Alaska : Great Sitkin , Guatelama : Santiaguito , Costa Rica : Rincon de la Vieja / Turrialba / Poas / Irazu , Canaries / La Palma : Cumbre Vieja .

14 Mars 2022.

 

Hawaii , Mauna Loa :

19°28’30 » N 155°36’29 » O,
Altitude du sommet : 13681 pieds (4170 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Code couleur actuel de l’aviation : JAUNE

Résumé de l’activité :
Le volcan Mauna Loa n’est pas en éruption. Les taux de sismicité et les concentrations de CO2 à Sulphur Cone sont légèrement supérieurs aux niveaux de fond à long terme, mais n’ont pas changé de manière significative au cours de la semaine dernière. Les autres flux de données de surveillance du Mauna Loa – déformation du sol, toutes les autres concentrations de gaz, apparence visuelle dans les webcams – ne montrent aucun changement significatif.

Une vue matinale vers le Nord à travers Moku’āweoweo, la caldeira du sommet du Mauna Loa, depuis un endroit près de la cabine du sommet sur le bord Sud de la caldeira du volcan. Le givre couvrait une grande partie du sol de la caldeira qui était encore ombragé, et une faible vapeur sortait des zones habituelles. Dans l’ensemble, aucun changement significatif n’a été observé au sommet. Les cônes de 1940 et 1949 sont visibles dans la zone ensoleillée à gauche, et l’écart qui relie la caldeira à South Pit est visible à l’extrême gauche.

Observations :
Au cours de la semaine dernière, les sismomètres du HVO ont enregistré environ 202 tremblements de terre de faible magnitude (inférieure à M2,5) sous le Mauna Loa , dont 55 sous le sommet et les flancs d’altitude. La majorité de ces tremblements de terre se sont produits à des profondeurs peu profondes inférieures à 10 kilomètres (6 miles) sous le niveau de la mer. Les mesures du système de positionnement global (GPS) montrent des taux de déformation très faibles dans la région du sommet qui se sont poursuivis au cours de la semaine dernière.

Les concentrations de dioxyde de soufre (SO2) et de sulfure d’hydrogène (H2S), ainsi que les températures des fumerolles, restent stables au sommet et à Sulphur Cone, dans la zone supérieure du rift Sud-Ouest. Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) sont également stables au sommet, mais ont lentement augmenté au cours de la dernière année à Sulphur Cone. Les concentrations de CO2 mesurées restent faibles par rapport à de nombreuses autres zones volcaniques dans le monde.

Les vues de la webcam n’ont montré aucun changement dans le paysage volcanique du Mauna Loa au cours de la semaine dernière.

Source : HVO.

Photo : M. Patrick, 09-08-2019.

 

Alaska , Great Sitkin :

52°4’35 » N 176°6’39 » O,
Altitude du sommet : 5709 pi (1740 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation : ORANGE.

Le faible épanchement de lave continue probablement. Des températures de surface élevées ont été observées dans les données satellitaires, et une robuste émission de vapeur a été observée dans les images des satellites et des caméras Web au cours de la dernière journée. Ces observations sont cohérentes avec la poursuite d’un épanchement de lave. La sismicité reste faible. Il reste possible qu’une activité explosive se produise avec peu ou pas d’avertissement.

Le Great Sitkin est surveillé par des capteurs sismiques et infrasonores locaux, des données satellitaires, des caméras Web et des réseaux de capteurs d’infrasons et de foudre à distance.

Source : AVO

Photo : Loewen, Matt

 

Guatelama , Santiaguito :

Temps : nuageux
Vent : Nord-Est
Précipitations : 0,0 mm.

Activité :
Le complexe volcanique est totalement recouvert de nuages, les stations sismiques enregistrent des périodes prolongées et abondantes de dégazage provenant du cratère et de la coulée de lave qui se déplace vers l’Ouest et le Sud-Ouest , ainsi que de faibles avalanches qui ont affecté les flancs Sud-Ouest et Ouest. Cela provoque la chute de fines particules de cendres dans le périmètre volcanique. Des explosions, de fortes avalanches et des sons audibles peuvent être générés à plusieurs kilomètres de l’édifice volcanique. En raison de l’extrusion permanente de lave en blocs dans le dôme Caliente, dans une direction Ouest-Sud-Ouest, la survenue d’avalanches plus fortes de blocs et de cendres n’est pas exclue, ainsi que d’éventuelles coulées pyroclastiques sur de longues distances dans différents directions. Les recommandations du bulletin spécial BESAN 003-2022 sont toujours valables.

Source : Insivumeh.

Photo : La Hora

 

Costa Rica , Rincon de la Vieja / Turrialba / Poas / Irazu :

Bulletin hebdomadaire du programme de surveillance volcanique, 11 mars 2022 .

Volcan Rincón de la Vieja
Latitude : 10,83 ° N ;
Longitude : 85,324 ° O ;
Altitude : 1895 m 
Niveau d’activité actuel : 3 (éruption volcanique)
Dangers potentiellement associés : Lahars, gaz, éruptions phréatiques et phréato-magmatiques, projections balistiques proximales, pluies acides, cendres.

La dernière éruption phréatique a été enregistrée le 20 février 2022. Une explosion d’énergie modérée a été enregistrée à l’intérieur du volcan le 9 mars. Les sismographes continuent d’enregistrer des tremors volcaniques de faible amplitude avec des fréquences comprises entre 2 et 4 Hz. Certains tremblements de terre de type « tornillos (5 événements), un tremblement de terre distal de type VT et un fort tremblement de terre de type LP ont été enregistrés. Les observations géodésiques ne montrent pas de schéma de déformation significatif. Les habitants du Nord du Rincón signalent un changement de couleur de la Quebrada Azufrada, du gris laiteux à l’orange vif. Le changement de couleur est dû au dépôt d’une quantité abondante d’oxydes de fer ocre-orange sur les roches et les sédiments du lit du ruisseau induite par la diminution marquée des précipitations et du débit des rivières.

Volcan Turrialba
Latitude : 10,025 ° N ;
Longitude : 83,767 ° O ;
Altitude : 3340 m 
Niveau d’activité actuel : 3 (éruption volcanique)
Dangers potentiellement associés : gaz, émission de cendres, projections balistiques proximales, pluies acides.

La dernière éruption phréatique s’est produite le 28 février, depuis cette date plusieurs grondements ont été enregistrés, certains associés à de petites émissions de cendres. L’activité sismique reste stable, la fréquence des séismes  a de nouveau diminué après avoir présenté une augmentation pendant plusieurs jours. De nombreux séismes de basse et moyenne fréquence de type LP sont observés (environ 250 événements LF et LPH). Au cours des 3 derniers mois, la surveillance géodésique montre une contraction plus marquée du massif Turrialba-Irazú autour du cratère actif du Turrialba. Le rapport CO2/SO2 montre quelques pics sporadiques. La moyenne hebdomadaire pour le rapport CO2/SO2 est de 24,3 +/- 7,5, une valeur similaire à la semaine précédente, et pour le rapport H2S/SO2, elle est de 0,26 +/- 0,11. Le flux de SO2 a présenté un pic en début de semaine et une diminution par la suite, il est estimé à 229 +/- 120 t/j. L’analyseur de SO2 de la station de surveillance des gaz volcaniques et des aérosols de Coronado, EMVA/OVSICORI-UNA, a enregistré une moyenne horaire maximale de 0,56 ppb de SO2 au cours des dernières 24 heures, bien en dessous de la valeur limite de la réglementation, qui est d’un moyenne horaire de 75 ppb SO2. D’autre part, l’analyseur de poussières a enregistré une moyenne quotidienne de 6,8 ug/m3 de PM10, soit moins d’un dixième de la valeur limite de la réglementation, qui est en moyenne de 100 ug/m3 pendant 24 heures. Les données de la station EMVA indiquent que la qualité de l’air à Coronado est bonne et que les niveaux d’émissions fumeroliennes des volcans Turrialba et Poás sont négligeables.

Volcan Poas
Latitude : 10,2 ° N ;
Longitude : 84,233 ° O ;
Altitude : 2780 m 
Niveau d’activité actuel : 2 (volcan actif calme)
Dangers potentiellement associés : gaz, éruptions phréatiques, projections balistiques proximales, pluies acides, lahars.

Aucune éruption n’a été détectée jusqu’à présent en 2022. La sismicité reste stable, un séisme de type VT proximal a été enregistré le 11 mars. Le réseau géodésique montre la stabilité de l’édifice volcanique au cours des 4 derniers mois. La moyenne hebdomadaire du rapport SO2/CO2 est de 0,58 +/- 0,09 et H2S/SO2 reste stable avec une valeur <0,012. La concentration de SO2 autour du cratère a été faible au cours de la semaine (<2 ppm de SO2 à El Mirador ). Le flux de SO2 a un peu diminué (80 +/- 30 t/j). Le niveau du lac hyper-acide a augmenté d’environ 40 cm. Les eaux du lac restent riches en ion chlorure par rapport à l’ion sulfate, cependant, la composition du lac montre une tendance progressive vers des eaux avec moins de chlorure mais avec des proportions relatives stables de chlorure et de sulfate.

Volcan Irazu
Latitude : 9,979 ° N ;
Longitude : 83,852 ° O ;
Altitude : 3432 m 
Niveau d’activité actuel : 1 (volcan actif calme)
Dangers potentiellement associés : glissements de terrain, lahars, projections balistiques proximales, gaz, pluies acides, chutes de cendres, avalanches de débris.

La campagne de mesures GPS du 3 mars sur le glissement principal dans le secteur de Las Torres montre une tendance stable sauf dans la partie à l’Ouest de la fissure principale où une accélération verticale est observée. N’oubliez pas que la partie proche du bord des falaises reste très instable et peut s’effondrer sans prévenir. Le suivi géochimique des gaz dans le champ fumerolien du secteur Nord du volcan indique que le dégazage reste léger avec des concentrations de ~500 ppm de CO2 et des rapports CO2/H2S de ~350 +/- 304.

Source : Ovsicori.

Photos : Chris Allen, Javier Elizondo ( 2019) , Ovsicori , Herediahoy.com.

 

Canaries / La Palma , Cumbre Vieja :

Pourquoi l’activité sismique continue-t-elle sur Cumbre Vieja ?
 
La sismicité associée aux volcans actifs peut avoir des origines différentes. Sur Cumbre Vieja, la sismicité enregistrée au cours de la semaine précédant l’éruption était principalement liée à la montée du magma vers la surface. Au contraire, pendant l’éruption, l’intense sismicité observée a été causée par le réajustement des rochers situés autour des réservoirs magmatiques qui se vidaient progressivement. Une fois l’éruption terminée, on observe une sismicité quotidienne caractérisée par quelques dizaines de tremblements de terre, dont l’ampleur est généralement inférieure à 2.
 
Une fois l’éruption terminée, le tremor volcanique, c’est-à-dire le fort rugissement du volcan causé par son activité explosive strombolienne, a soudainement disparu. La disparition du tremor volcanique permet actuellement de détecter des événements de très petite magnitude. Cependant, bon nombre de ces événements ne sont pas des tremblements de terre mais des évènements connus sous le nom d’événements de longue périodes. Ce type d’événement sismique est généralement causé par le mouvement de fluides hydrothermaux dans les fractures des roches dans le sous-sol d’un volcan. Actuellement, le volcan de Cumbre Vieja enregistre une sismicité très active avec des dizaines d’événements de type longues périodes détectés toutes les heures. Certains d’entre eux sont assez forts pour être détectés sur presque tout le réseau sismique, se situant à des profondeurs inférieures à 10 km. Cependant, la plupart d’entre eux sont si petits pour être détectés seulement jusqu’à 1-2 km du bâtiment volcanique nouvellement formé.
 
Les évènements de types longues périodes sur le volcan Cumbre Vieja sont liés au processus de dégazage en cours sur le volcan et sont dus au refroidissement du magma encore présent dans le réservoir magmatique. Le refroidissement du magma libère progressivement les gaz qu’il avait dissous. Ainsi, la sismicité qui continue d’être observée sur le volcan  Cumbre Vieja a pour origine principale le mouvement des fluides hydrothermaux (gaz, eau et vapeur) libérés par la chambre magmatique en profondeur lors de leur ascension à la surface.
Pour une meilleure caractérisation de cette sismicité de si petite magnitude, une équipe INVOLCAN a installé au cours de la semaine dernière un réseau sismique temporaire aux alentours du bâtiment volcanique. La figure ci-dessus montre les centaines d’événements de longue période enregistrés en quelques heures, dont beaucoup sont d’une ampleur assez petite pour être inférieure à zéro.

Source : Involcan.

Photos : I love the world , Involcan.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search