13 Octobre 2021. FR . Italie / Sicile : Etna , Hawaii : Kilauea , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Italie : Stromboli , Chili : Nevados de Chillan , Islande : Askja .

Home / askja / 13 Octobre 2021. FR . Italie / Sicile : Etna , Hawaii : Kilauea , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Italie : Stromboli , Chili : Nevados de Chillan , Islande : Askja .

13 Octobre 2021. FR . Italie / Sicile : Etna , Hawaii : Kilauea , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Italie : Stromboli , Chili : Nevados de Chillan , Islande : Askja .

13 Octobre 2021.

 

Italie / Sicile , Etna :

Bulletin Hebdomadaire du 04 Octobre 2021 au 10 Octobre 2021 , (date d’émission 12 Octobre 2021)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ

Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité de dégazage des cratères sommitaux
2) SISMOLOGIE : faible activité sismique de fracturation, amplitude de tremor volcanique stationnaire à de faibles niveaux
3) INFRASONS : activité infrasonore globalement faible
4) DEFORMATIONS : Les réseaux de suivi des déformations du sol ne montrent pas de variations significatives.

5) GÉOCHIMIE : Le flux de SO2 à un niveau moyen
Le flux de CO2 émis par les sols se situe à des valeurs moyennes-élevées.
La pression partielle de CO2 dissous dans l’eau ne montre aucun changement significatif.
Il n’y a pas de mise à jour sur le rapport isotopique de l’hélium (les dernières données du 21/9/2021 se situaient à des valeurs moyennes-élevées).
Il n’y a pas de mises à jour pour le rapport C/S.
6) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale était à un niveau bas.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la semaine, le suivi de l’activité volcanique de l’Etna a été effectué à travers l’analyse des images des caméras de surveillance de l’INGV, Osservatorio Etneo (INGV-OE) et à travers une inspection réalisée le 4 octobre 2021 dans la zone du sommet par le personnel d’INGV. En raison de la couverture nuageuse qui a caractérisé la majeure partie de la semaine, l’observation de l’activité volcanique à partir des caméras était presque discontinue.
Globalement, l’activité de l’Etna au cours de la semaine a été caractérisée par des activités de dégazage de nature variable de tous les cratères sommitaux .

Fig. 3.1 – Carte des cratères sommitaux de l’Etna, mise à jour morphologique du SEC réalisée suite à la campagne drone et GPS du 4 octobre 2021. La base de référence topographique, sur laquelle se sont superposées les mises à jour morphologiques, est le DEM 2014 élaboré par Aerogeofisica Laboratoire – Rome Section 2. Les points indiquent les bouches de dégazage et les fumerolles.

En particulier, le dégazage a été principalement réalisé par le cratère de Bocca Nuova (BN), qui a alimenté un régime de dégazage pulsé et quasi continu . Le cratère Sud-Est (SEC) a été caractérisé par un dégazage continu des fumerolles situées sur le bord Est , tandis qu’à partir du cratère Nord-Est (NEC) et du cratère de la Voragine (VOR), il a été observé un dégazage ordinaire et dégazage fumerolien respectivement .

Par ailleurs, le 4 octobre 2021 une inspection a été réalisée dans la zone sommitale lors d’observations des cratères avec des drones équipés de caméras visible et thermique. Dans la figure 3.3, les modèles 3D du cratère Sud-Est obtenus à partir des calculs sont comparés par photogrammétrie. La comparaison entre les deux MNT montre un approfondissement des bords Sud-Ouest et Est du cratère Sud-Est identifié par l’ellipse rouge de la figure 3.3 B. De plus, il est possible d’observer les détails du bord du cratère Sud-Est caractérisé par quelques anomalies en correspondance avec les fumerolles

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/545-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-etna20211012/file

Photos : Gio Giusa , INGV.

 

Hawaii , Kilauea :

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE

Résumé de l’activité :
Le volcan Kīlauea est en éruption. Le matin du 12 octobre 2021, de la lave continue d’émerger d’un seul évent dans la paroi Ouest du cratère Halema’uma’u. Toute l’activité de lave est confinée dans le cratère Halema’uma’u dans le parc national des volcans d’Hawai’i. La sismicité et les taux d’émission de gaz volcaniques restent élevés.

Observations du Sommet :
Les taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) restent élevés, avec un taux d’émission mesuré d’environ 2 500 tonnes par jour le 11 octobre 2021, légèrement inférieur à celui des derniers jours. L’inclinaison du sommet est passée à une tendance légèrement inflationniste depuis le matin du 10 octobre.

Cette vue agrandie de la fissure Ouest à l’intérieur du cratère Halema’uma’u, au sommet du Kīlauea, a été capturée le 11 octobre 2021, à travers l’objectif d’un télémètre laser. Un cône d’éclaboussures proéminent en forme de fer à cheval, mesuré à 28 m (92 pi) au-dessus du lac de lave adjacent, entoure un étang de lave bouillonnant qui accueille également parfois des fontaines plus hautes. Les scientifiques du HVO ont observé de multiples effondrements du placage d’éclaboussures du cône dans l’étang toutes les quelques minutes ; ces effondrements semblaient n’avoir aucun effet sur l’activité éruptive de la fissure. 

Observations du lac de lave du cratère  Halema’uma’u :
La lave continue d’émerger d’un seul évent dans le mur Ouest du cratère Halema’uma’u. L’extrémité Ouest du lac montrait une élévation maximale d’environ 783 mètres (2569 pieds) au-dessus du niveau de la mer mesurée par les équipes de terrain le 11 octobre, ce qui représente une augmentation de 2 mètres (7 pieds) par rapport à la dernière journée et une augmentation totale d’environ 40 mètres (131 pieds) depuis que la lave a émergé le 29 septembre. Le volume total en éruption depuis le début de l’éruption a été estimé à environ 15,9 millions de mètres cubes (4,2 milliards de gallons) le 8 octobre. L’évent Ouest a changé de style éruptif, passant de hauteurs de fontaine soutenues de 4 m (13 pi) à des hauteurs plus variables – jusqu’à 35 mètres (115 pi) – observées par les équipes de terrain le 11 octobre. La fontaine a construit un cône d’éclaboussures d’environ 10 mètre (33 pi) de large avec une ouverture face à l’Est vers le lac. La lave s’écoule dans le lac par l’ouverture du cône d’éclaboussures. L’île centrale et plusieurs des plus petits îlots orientaux du lac de lave 2020 se trouvent toujours au-dessus de la surface du lac, ainsi qu’une île du rempart Ouest de 2020 dans la partie Nord-Ouest du lac. Le lac de lave n’est pas de niveau sur toute sa surface en raison de l’emplacement de l’évent à l’extrémité Ouest. Les zones plus proches de l’évent sont environ 2 à 4 mètres (7-13 pieds) plus élevées que les parties Nord et Sud du lac et 8 mètres (26 pieds) plus hautes que l’extrémité Est du lac de lave.  

Source : HVO.

Photo : USGS / M. Zoeller.

 

Espagne / La Palma , Cumbre Vieja :

12 Octobre 2021 10:00 . UTC L’activité éruptive se poursuit sur La Palma .

Depuis le dernier communiqué, 64 séismes ont été localisés dans la zone touchée par la réactivation volcanique de Cumbre Vieja ; 6 de ces séismes ont été ressentis par la population, l’intensité maximale se situant dans la zone épicentrale IV (EMS98) lors d’un séisme survenu à 07h16 UTC le 12, avec une magnitude de 3,9 (mbLg) à 12 km de profondeur. .
Le séisme survenu le 12 à 7h25, d’une magnitude de 4,1 mbLg et de 37 km de profondeur, est le plus important de la période considérée.

Parmi les tremblements de terre localisés dans cette période, 4 se trouvent à des profondeurs supérieures à 30 km, le reste des hypocentres sont situés à une profondeur moindre, environ 12 km.
L’amplitude moyenne du tremor volcanique a augmenté par rapport à la valeur moyenne des observations mesurées lors de cette éruption.
La hauteur de la colonne éruptive mesurée à 6h30 UTC est de 3 500 m.
Le réseau de stations GNSS permanentes de l’île montre une stabilité aux stations proches des centres éruptifs.

Miguel Angel Morcuende, directeur technique du Pevolca (Plan d’urgence volcanique des Canaries), a expliqué lundi qu’il y avait peu de chances qu’il y ait un nouveau centre émetteur à proximité du cône volcanique. Les techniciens sont arrivés à cette conclusion parce que la profondeur moyenne des séismes est comprise entre 10 et 15 kilomètres de profondeur. Les autorités ont ordonné mardi l’évacuation de 700 à 800 habitants de plusieurs centres de population de La Laguna, à Los Llanos de Aridane, face à l’avancée de la coulée de lave qui se déplace le plus au Nord-Ouest et sa proximité avec la zone limite du périmètre d’exclusion . L’augmentation de l’apport de lave après l’effondrement de la face Nord du cône et la grande fluidité des coulées du volcan Cumbre Vieja ont porté la superficie touchée à 595 hectares, selon le dernier rapport du département de la Sécurité intérieure (DSN).

Tant que ce canal éruptif est ouvert, il est très peu probable qu’un autre volcan s’ouvre, tout au plus il y aurait une autre bouche à une distance d’au plus 500m du volcan, exceptionnellement 1 km, mais pas plus.
Maintenant, l’essaim sismique-volcanique profond que nous subissons libère beaucoup d’énergie avec des événements de magnitude 4+ et cela indique un système magmatique pressurisé veut partir, de sorte qu’en principe il le ferait par l’endroit le plus facile, le canal qui est déjà là , ouvert. Donc un nouveau volcan ne s’ouvrira PAS tant que l’éruption continue.
Maintenant, si cette éruption cesse ou s’arrête pour une raison quelconque, alors nous passerions à un autre scénario, celui de 1949, où pendant 18 jours elle s’est arrêtée puis est repartie à  Nambroque  . Si la même chose se produit et si l’éruption s’arrête, alors oui, le magma essaiera de sortir à nouveau et alors il y a deux options, qu’il sorte du même point ou qu’il en ouvre un nouveau. Les chances sont de 80 % via le conduit existant et de 20 % autrement.

L’éruption va se poursuivre, et il faut espérer que pour le bien de tous elle se calmera dans les prochains jours… même si pour le moment elle ne montre toujours pas de signes de réelle faiblesse, que de petites indications.

Source : IGN. El Pais , Volcanes y Ciencia Hoy.

Photos : Patrick Allard / via Marc Szeglat ( volcanoes and volcanism) , Volcanes y Ciencia Hoy .

 

Italie , Stromboli :

Bulletin Hebdomadaire du 04 Octobre 2021 au 10 Octobre 2021 , (date d’émission 12 Octobre 2021)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ

Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :

1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Durant cette période une activité explosive normale de type strombolienne a été observée, interrompue le 6 octobre par une explosion majeure. La fréquence horaire totale des explosions a fluctué entre des valeurs moyennes-basses et moyennes (8-15 événements / h).
L’intensité des explosions était faible dans la zone du cratère Nord et variable de faible à élevée dans la zone Centre-Sud.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques surveillés ne montrent pas de changements significatifs à l’exception de l’explosion supérieure au 06/10.
3) DEFORMATIONS : Les réseaux de suivi des déformations des sols ne montrent pas de variation significative.

4) GÉOCHIMIE : Le flux de SO2 à un niveau moyen-bas
Le flux de CO2 émis par le sol sur le Pizzo Sopra la Fossa est à des niveaux moyens-élevés.
La moyenne hebdomadaire du ratio C/S se situe à des valeurs moyennes-élevées (C/S = 8,81).
La valeur du rapport isotopique de l’Hélium dissous dans l’aquifère thermique de Stromboli (du 05 octobre) se situe à des valeurs élevées.
5) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale est à un faible niveau.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Dans la période d’observation, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée grâce à l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE (altitude 190m, Punta Corvi, altitude 400m et Pizzo). L’activité explosive a été principalement produite par 3 (trois) cheminées éruptives situées dans la zone du cratère Nord et par 6 (six) cheminées éruptives situées dans la zone du cratère Centre-Sud. Toutes les bouches sont placées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère (Fig. 3.1). En raison de conditions météorologiques défavorables, la visibilité de la terrasse du cratère le 7 octobre était insuffisante pour une description correcte de l’activité explosive.
Un événement explosif majeur a été produit le 6 octobre 2021 depuis la zone nord de la terrasse du cratère.

Description de l’activité éruptive par les caméras de surveillance :
Le cratère N1 situé dans la zone Nord, avec deux points d’émission, a produit des explosions de faible intensité , principalement (moins de 80 m de hauteur) émettrices de matériaux fins (cendres) mélangés à des matériaux grossiers (lapilli et bombes). L’évent N2, avec deux points d’émission, a montré une activité explosive de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) émettant des matière grossière interrompue par l’événement explosif du 6 octobre 2021. La fréquence moyenne des explosions oscillait entre 3 et 8 événements / h.
Dans la zone Centre-Sud, le secteur S1 montrait sporadiquement une activité explosive de faible intensité , émettant des matière fine, tandis que les trois évents situés dans le secteur S2 produisaient des explosions, même simultanément, d’intensité variable , de faibles à élevées (les produits de certaines explosions ont dépassé 150 m de hauteur) émettant des matière grossière mélangée à des matériaux fins. Le secteur C a produit une intense activité de dégazage. La fréquence des explosions variait de 4 à 8 événements/h.

Description de l’événement explosif majeur du 6 octobre 2021 :
Le 6 octobre 2021, un événement majeur a touché les embouchures de la zone Nord de la terrasse du cratère. Dans le détail, l’événement explosif a débuté à 14:17:44 UTC depuis les bouches situées dans le secteur N2 de la zone Nord. Les projections montrait une distribution radiale avec une distribution de pyroclastes au-delà de la terrasse du cratère et de manière nombreuse dans la zone du Pizzo sopra la Fossa , et roulant abondamment dans la partie supérieure de la Sciara créant une épaisse couverture de cendres  . Le lancement de projections balistiques a duré une dizaine de secondes suivi d’un panache de cendres d’une durée d’environ 20 s.

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/546-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli20211012/file

Photos : INGV.

 

Chili , Nevados de Chillan :

Rapport spécial sur l’activité volcanique (REAV), région de Ñuble, complexe volcanique de Nevados de Chillán, 12 Octobre 2021, 18 h 10, heure locale (Chili continental).

Le Service National de Géologie et des Mines du Chili (Sernageomin) publie les informations PRÉLIMINAIRES suivantes, obtenues grâce à l’équipement de surveillance du Réseau National de Surveillance Volcanique (RNVV), traitées et analysées à l’Observatoire Volcanologique des Andes du Sud (Ovdas):

Le Mardi 12 Octobre 2021, à 17h35 heure locale (20h35 UTC ), les stations de surveillance installées à proximité du complexe volcanique du Nevados de Chillán ont enregistré un séisme  associés à la dynamique des fluides (type longue période) dans le système volcanique.

 

 

Les caractéristiques des séismes après leur analyse sont les suivantes:

HEURE D’ORIGINE: 17h35 heure locale (20h35 UTC )
LATITUDE: 36.854 ° S
LONGITUDE: 71,372 ° W
PROFONDEUR: 2,3 km
DEPLACEMENT REDUIT : 530 (cm2)
SIGNAL ACOUSTIQUE : 11,3 pascals (Pa) réduits à 1 km

Les caractéristiques de l’activité superficielle sont les suivantes :

HAUTEUR MAXIMALE DE LA COLONNE : 320 mètres au-dessus du point d’émission

DIRECTION DE DISPERSION : Sud

OBSERVATIONS :

L’alerte technique volcanique reste au niveau  Jaune .

Source : Sernageomin.

Photo : Webcam.

 

Islande , Askja :

12 OCTOBRE 2021 : Inflation et activité sismique sur le volcan Askja

L’inflation a augmenté sur le volcan Askja au cours des dernières semaines. Selon les dernières nouvelles, le gonflement est maintenant à 14 cm, depuis que l’inflation a été détectée fin août. Le samedi 9 octobre-2021, un tremblement de terre d’une magnitude de Mw3,2 a été détecté sous le volcan Askja. Il s’agit du plus fort tremblement de terre sur le volcan Askja au cours des 20 dernières années, selon les informations.

L’Askja est éloigné et il n’y a pas ou peu de caméras Web dans la région. Avec l’arrivée de l’hiver, il est impossible pour la plupart des gens d’aller voir. Si une éruption se produit cet hiver, la meilleure vue sera probablement les données de tremor harmonique jusqu’à ce que des images apparaissent sur le Met Office islandais ou de quelqu’un survole avec un avion (si le temps le permet).

Askja est un volcan central composé du massif de Dyngjufjöll et d’au moins trois caldeiras, dont la plus grande mesure 8 km de large. Cette vue du Sud-Est donne sur le lac Öskjuvatn dans la plus jeune caldeira qui s’est formée en 1875 lors de la plus grande éruption historique d’Askja. Elle tronque une plus grande caldeira, dont le mur est visible au loin au-dessus du sol de la caldeira recouvert de lave. L’essaim de fissures d’Askja, long de 100 km, qui comprend le graben de Sveinagjá, est également lié au système volcanique d’Askja.

L’Askja est un grand volcan central basaltique qui forme le massif du Dyngjufjöll. Il est tronqué par trois caldeiras qui se chevauchent, dont la plus grande mesure 8 km de large et peut avoir été produite principalement par des éruptions de fractures annulaires sous-glaciaires plutôt que par un affaissement. Une éruption explosive rhyolitique majeure de Dyngjufjöll il y a environ 10 000 ans était en partie associée à la formation de la caldeira d’Askja. De nombreuses éruptions postglaciaires se sont également produites le long de la fracture annulaire. Une éruption explosive majeure sur la marge Sud-Est de la caldeira en 1875 a été l’une des plus importantes d’Islande au cours de l’histoire. Cela a entraîné la formation d’une caldeira plus petite de 4,5 km de large, maintenant remplie par le lac Öskjuvatn, qui tronque le bord de la plus grande caldeira centrale. L’essaim de fissures d’Askja, long de 100 km, qui comprend le graben de Sveinagja, est également lié au système volcanique d’Askja, tout comme plusieurs petits volcans boucliers tels que Kollatadyngja. Les éruptions du XXe siècle ont produit des coulées de lave à partir d’évents situés principalement près du lac Öskjuvatn.

Source : icelandgeology.net, GVP.

Photo : Michael Ryan, 1984 (U.S. Geological Survey).

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search