25 Mars 2021 . FR. Italie / Sicile : Etna , La Réunion : Piton de la Fournaise , Islande : Fagradalsfjall / Geldingadalur , Alaska : Veniaminof , Chili : Laguna del Maule .

Home / Alaska / 25 Mars 2021 . FR. Italie / Sicile : Etna , La Réunion : Piton de la Fournaise , Islande : Fagradalsfjall / Geldingadalur , Alaska : Veniaminof , Chili : Laguna del Maule .

25 Mars 2021 . FR. Italie / Sicile : Etna , La Réunion : Piton de la Fournaise , Islande : Fagradalsfjall / Geldingadalur , Alaska : Veniaminof , Chili : Laguna del Maule .

25 Mars 2021 .

 

Italie / Sicile , Etna :

Communication sur l’activité de l’ETNA , 24 Mars 2021, 13:47 (12:47 UTC).

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo , rapporte que l’activité explosive du Cratère du Sud-Est, qui formait un nuage volcanique d’environ 4,5 km de haut, a cessé. D’après les images des caméras de surveillance et du personnel d’INGV-OE présents sur site, on peut voir que les coulées sont toujours alimentées. Cependant, en raison de la présence d’une couverture nuageuse, les observations dans la zone du sommet sont discontinues.
Du point de vue sismique, l’amplitude du tremor volcanique est revenue à des valeurs moyennes.
Dans le même temps, à partir de 08h30 (UTC), l’activité infrasonore montre une diminution à la fois du taux d’occurrence et de l’énergie des événements.
Les réseaux de déformation du sol mettent en évidence le retour à la stabilité des signaux.

D’autres mises à jour seront communiquées rapidement.

À 03h37 ce matin, le 24 mars 2021, un phénomène que l’on pensait autrefois ne pas se produire sur l’Etna s’est répété: une coulée pyroclastique. Précédée par une brusque intensification de l’activité du Cratère Sud-Est, la matière chaude déposée au cours des heures précédentes sur le côté escarpé du cône a commencé à s’effondrer, générant un flux pyroclastique dirigé vers la Valle del Bove. Le flux atteignait une longueur d’environ 1 km et était incandescent à la base.
La photos montre le nuage noir dense qui s’est élevé au cours des premières minutes de la coulée pyroclastique, éclairé par les fontaines de lave de l’autre côté. Vue de Tremesteri Etneo.

Source : INGV , Boris Behncke .

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Bulletin d’activité du jeudi 25 mars 2021 à 9:15 (Heure locale).

Suite à la reprise de la sismicité le 13 mars sous le Piton de la Fournaise, celle-ci se poursuit et s’intensifie. Ainsi entre le 13 et le 24 mars, 250 séismes volcano-tectoniques sommitaux, de magnitude comprise entre < 1 et 2,6, ont été enregistrés et localisés sous le cratère Dolomieu entre 0 et 0,9 km au dessus du niveau de la mer (i.e. entre 1,6 et 2,5 km de profondeur; Figure 2). Hier, le 24 mars, 81 séismes ont été enregistrés sous la zone sommitale, dont un séisme de magnitude 2.6. Cette sismicité entraine des déstabilisations des bords du cratère Dolomieu et le nombre d’effondrements, 31 hier, est lui aussi en augmentation.

Figure 1 : Histogramme représentant le nombre de séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés entre le 1er janvier et le 24 mars 2021 (© OVPF-IPGP).

Cette sismicité est accompagnée d’une inflation (gonflement) de l’édifice du Piton de la Fournaise. La source à l’origine de cette inflation est localisée entre 1,5 et 2 km de profondeur sous le cratère Dolomieu, au niveau du réservoir magmatique superficiel.

 

Les flux de CO2 dans le sol sont toujours en augmentation, notamment sur les flancs du volcan en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes). Le CO2 étant le premier gaz à être libéré du magma à grande profondeur (depuis le manteau), sa détection en champ lointain est souvent associée à une remontée profonde de magma.
Depuis la journée de hier, le 24 mars, une faible augmentation de SO2 est détectée sur les stations NOVAC de l’OVPF situées sur le pourtour de l’Enclos Fouqué, ainsi que sur la station multigaz de l’OVPF située au sommet. Sur la station sommitale cette augmentation de SO2 est couplée à du CO2.

Figure 2 : Carte de localisation (épicentres) et coupes nord-sud et est-ouest (montrant la localisation en profondeur, hypocentres) des séismes enregistrés et localisés par l’OVPF-IPGP entre le 13 et le 24 mars 2021 sous le massif du Piton de la Fournaise. Seuls les séismes localisables ont été représentés sur la carte (© OVPF-IPGP).

Cette remontée profonde de magma est à l’origine de la pressurisation du réservoir magmatique superficiel, et de la sismicité et de l’inflation qui y sont associées et qui s’intensifient.

Ce processus de recharge depuis les profondeurs vers le réservoir superficiel peut durer plusieurs jours à plusieurs semaines avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompe, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption, mais peut également s’arrêter sans donner lieu à brève échéance à une éruption.

Source : OVPF

Lire l’articlehttps://www.ipgp.fr/fr/ovpf/bulletin-dactivite-jeudi-25-mars-2021-a-915-heure-locale

Photo : G Vitton .

 

Islande , Fagradalsfjall / Geldingadalur :

L’OMI a signalé qu’une petite éruption dans la partie Ouest du système volcanique Krýsuvík-Trölladyngja, près de Fagradalsfjall sur la péninsule de Reykjanes, a commencé vers 20 h 45 le 19 mars. L’éruption a d’abord été visible sur les images de la webcam et confirmée par les données satellitaires, et une lueur orange sur les nuages ​​à l’horizon a été vue depuis Reykjanesbaer et Grindavík (10 km au Sud-Ouest). Le code couleur de l’aviation est passé au rouge. Reykjanesbraut, la route principale reliant la région de la capitale à Reykjanesbaer et l’aéroport international de Keflavík, a été fermée.

Une fissure, longue de 500 à 700 m, s’était ouverte sur une pente de la vallée de Geldingadalur à environ 4,7 km au Nord de la côte et juste à côté du flanc Sud-Est de la montagne Fagradalsfjall. De petites fontaines de lave s’élevaient jusqu’à 100 m au-dessus de la fissure et, à 11 h 10, le 20 mars, la lave avait couvert une superficie inférieure à 1 kilomètre carré et mesurait environ 500 m de diamètre. Le taux d’extrusion était estimé à 5 mètres cubes par seconde. Le code couleur de l’aviation a été abaissé à l’orange parce qu’il y avait peu ou pas de production de cendres qui affecterait les aéronefs. Reykjanesbraut a rouvert, mais Sudurstrandarvegur, la route le long de la côte Sud, a été fermée entre Grindavík et Thorlakshofn.

L’éruption s’est poursuivie du 21 au 23 mars avec un taux d’extrusion constant. Environ trois cônes s’étaient formés le long de la fissure; le plus haut et le plus large était situé dans la partie supérieure de la fissure. Les coulées de lave, principalement depuis le plus grand cône, se sont étendues vers le Nord-Ouest, l’Ouest et le Sud-Ouest, et ont également coulé vers le Sud et se sont étendues vers l’Est. Les vidéos capturées par les visiteurs montraient des parties du plus grand cône s’effondrant et se reconstruisant. L’OMI émettait périodiquement des avertissements sur les conditions météorologiques qui entraîneraient le dépôt de fortes concentrations de gaz volcaniques près du site d’éruption, provoquant des conditions dangereuses pour les visiteurs. L’OMI a noté que pendant la nuit du 22 au 23 mars, les niveaux de dioxyde de soufre à Reykjavík avaient augmenté, mais pas à des niveaux dangereux.

Source : GVP , IMO

Photos : Háskóli Íslands , Association France-Islande .

 

Alaska , Veniaminof :

56 ° 11’52 « N 159 ° 23’35 » W,
Altitude du sommet : 8225 pi (2507 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur de l’aviation actuel: ORANGE

L’activité éruptive de bas niveau se poursuit sur le Veniaminof. La sismicité a fluctué au cours de la dernière journée, atteignant un pic d’amplitude d’environ 19 heures à minuit AKDT, avant de baisser à des niveaux bas ce matin. Des explosions fréquentes (plusieurs par minute) ont été signalées par des résidents de Perryville (21 milles, 35 km au Sud-Est) et de la lagune de Chignik (34 milles, 55 km au Nord-Est) pendant cette période de sismicité maximale. Des ondes aériennes provenant d’explosions ont été observées dans les données sismiques locales et sur des réseaux de capteurs d’infrasons éloignés au cours de la dernière journée.

 

Une épaisse couverture nuageuse a obscurci les observations satellitaires pendant cette période de sismicité élevée et la caméra Web de la FAA à Perryville reste hors ligne. Cependant, l’amplitude sismique maximale était d’environ 30% de celle observée en novembre 2019 pendant une période d’émissions de cendres intenses. Des températures de surface très élevées ont été observées dans les données satellitaires pendant les périodes de temps clair hier, indiquant une éruption continue de lave dans le cratère sommital. Des dépôts de cendres ont également été observés dans les données satellitaires d’hier après-midi et étaient principalement confinés au sommet et aux flancs supérieurs du volcan.

L’activité éruptive du Veniaminof se compose généralement d’émissions mineures de cendres, de fontaines de lave et de coulées de lave depuis un petit cône dans la caldeira sommitale. Les émissions de cendres sont généralement confinées au cratère du sommet, mais des événements plus importants peuvent entraîner des chutes de cendres dans les communautés voisines et des cendres en suspension dans l’air.

Source : AVO.

Photo : Read, Cyrus

 

Chili , Laguna del Maule :

Le SERNAGEOMIN a rapporté que du 1er au 15 mars, le réseau sismique de Laguna del Maule a enregistré un total de 123 tremblements de terre volcano-tectoniques. L’événement le plus important était un M 2.4 local situé à 8,2 km à l’Ouest du lac, à une profondeur de 4,4 km. Un événement de tremor a également été enregistré. Des mesures récentes des émissions de dioxyde de carbone ont montré une tendance à la hausse et que la zone des émissions anormales s’était étendue. Les taux de déformation étaient supérieurs aux moyennes maximales. Le niveau d’alerte est resté au jaune, le deuxième niveau le plus bas sur une échelle à quatre couleurs. L’ONEMI a maintenu une alerte jaune pour San Clemente et a recommandé un accès restreint dans un rayon de 2 km autour du centre des émissions élevées de dioxyde de carbone.

Pour la période évaluée, l’activité sismique associée à la fracturation rocheuse (VT) a montré une augmentation par rapport à la quinzaine précédente.
L’événement avec l’énergie la plus élevée enregistrée avait une magnitude locale (ML) de 2,4 et était situé à 8,2 km à l’Ouest-Sud-Ouest (OSW) du centre de la lagune avec une profondeur de 4,4 km.
Les données des stations GNSS nous ont permis d’observer que le processus de déformation se poursuit avec des taux de soulèvement équivalents à la moyenne enregistrée depuis 2012. Le taux de soulèvement le plus élevé des 30 derniers jours est de 1,1 cm / mois dans la station la plus proche du centre de déformation. Un changement de direction du déplacement horizontal a été enregistré à la station la plus proche de la zone de déformation maximale, possiblement lié à une migration de la source.
Les images des caméras de surveillance n’ont pas rapporté d’activité de surface associée au complexe volcanique.
Des études sur le dioxyde de carbone (CO₂) diffus du sol indiquent que la tendance à la hausse des flux de CO₂ depuis 2019 et qu’une extension de l’anomalie se poursuivent.

Source : GVP , Segemar .

Photo : Dr Katie Keranen.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search