31 Mai 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Alaska : Semisopochnoi , Italie : Stromboli , République Démocratique du Congo : Nyiragongo , Islande : Geldingadalur , Equateur : Sangay .

Home / Alaska / 31 Mai 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Alaska : Semisopochnoi , Italie : Stromboli , République Démocratique du Congo : Nyiragongo , Islande : Geldingadalur , Equateur : Sangay .

31 Mai 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Alaska : Semisopochnoi , Italie : Stromboli , République Démocratique du Congo : Nyiragongo , Islande : Geldingadalur , Equateur : Sangay .

31 Mai 2021.

 

 

 

Italie / Sicile , Etna :

Communiqué sur l’activité de l’ETNA , 30 Mai 2021, 08:35 (06:35 UTC)

L’Institut national de géophysique et de volcanologie,  Osservatorio Etneo , rapporte qu’à partir de 05h45 UTC, la fontaine de lave du Cratère Sud-Est a cessé. En raison des conditions météorologiques, l’observation du nuage éruptif a été discontinue. Lorsque l’observation était possible, l’analyse des images de vidéosurveillance montre que le nuage éruptif a atteint une hauteur d’environ 6,5 km au-dessus du niveau de la mer. La fontaine a également produit un débordement de lave le long du flanc du Cratère Sud-Est, qui s’est étendu vers le Sud-Ouest. Pour le moment, il n’y a pas d’activité explosive au Cratère Sud-Est.

 

À partir d’environ 05h40 UTC, on observe une diminution rapide de l’amplitude moyenne du tremor volcanique dont les valeurs autour de 06:20 UTC sont revenues à des niveaux moyens. Le centre de gravité des sources du tremor volcanique est situé dans la région du Cratère Sud-Est à une altitude d’environ 2900 m d’altitude.
Vers 05h40 UTC, une diminution de l’activité infrasonore localisée au Cratère Sud-Est est également observée. L’analyse des données de déformation du sol montre la stabilisation des signaux inclinométriques à partir d’environ 06h00 UTC, après la perturbation qui a atteint une amplitude maximale d’environ 0,3 microradians vers 05:40 UTC. Il n’y a pas de variations significatives par rapport aux signaux des stations du réseau GNSS.

D’autres mises à jour seront communiquées rapidement

Source : INGV.

Photo : Guide Alpine Vulcanologiche Etna

 

Alaska , Semisopochnoi :

51 ° 55’44 « N 179 ° 35’52 » E,
Altitude du sommet : 2625 pi (800 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur de l’aviation actuel: ORANGE

Les émissions de cendres de bas niveau ont repris aujourd’hui vers 17 h 45 UTC (09 h 45 AKDT) et ont été accompagnées d’une augmentation du tremor sismique (secousse continue). Elles étaient visibles dans les données des satellites géostationnaires et se sont poursuivies jusqu’à 20h50 UTC (12h50 AKDT). Le tremor sismique reste élevé à l’heure actuelle et son intensité varie. Le nuage de cendres se déplace vers le Sud au-dessus de l’île d’Amchitka à une altitude d’environ 5000 pieds . Cette hauteur est basée sur la trajectoire du vent et sur les observations des équipes de terrain hier pendant des périodes similaires d’émission de cendres. Les données à haute résolution spatiale d’hier après-midi montrent des températures de surface fortement élevées dans l’évent actif (le plus au Nord) du mont Cerberus. Les données infrasons ne montrent aucune preuve d’événements explosifs puissants. La sismicité au cours de la dernière journée a été caractérisée par des périodes de tremor élevé qui ont augmenté et diminué au fil des heures, entrecoupées de périodes d’amplitude beaucoup plus faible.

Semisopochnoi, vue sur Cerberus depuis le Sud. Image de Ian L. Jones, Département de biologie, Université Memorial .

De petites éruptions produisant des dépôts de cendres mineurs à proximité du cratère Nord actif du mont Cerberus et des nuages ​​de cendres à moins de 10 000 pieds au-dessus du niveau de la mer sont typiques de l’activité récente du Semisopochnoi. De petites explosions peuvent se produire sans être détectées par les capteurs d’infrasons régionaux et par temps nuageux.

Le Semisopochnoi est surveillé par un réseau sismique local, des données satellitaires, des capteurs d’infrasons régionaux et des instruments de détection de la foudre. Un réseau de capteurs d’infrasons sur l’île d’Adak peut détecter les émissions explosives du Semisopochnoi avec un léger retard (environ 13 minutes) si les conditions atmosphériques le permettent.

Source : AVO

Photo : Ian L. Jones, Département de biologie, Université Memorial .

 

Italie , Stromboli :

Communiqué sur l’activité de Stromboli , 31 Mai 2021, 00:14 (22:14 UTC) .

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo  , annonce qu’une activité de projection se poursuit à partir des évents actifs dans la zone du cratère Nord. L’analyse des images de vidéosurveillance montre une légère diminution de cette activité à partir d’environ 21h00 UTC. Aucun changement de l’activité strombolienne n’est observé dans les zones des cratères Nord et Centre Sud.

La tendance de l’amplitude moyenne du tremor volcanique reste à des valeurs moyennes-basses comparables à celles du communiqué de presse précédent. La fréquence et l’amplitude des transitoires attribuables à des événements explosifs ne présentent pas de variations significatives.
L’analyse des déformations du sol ne montre pas de changements significatifs sur les stations des réseaux inclinométriques et GNSS.

D’autres mises à jour seront communiquées rapidement

Source : INGV.

Photo : Viaggi e Vulcani

 

République Démocratique du Congo , Nyiragongo :

29 Mai 2021 .

Les données actuelles de sismicité et de déformation du sol continuent d’indiquer la présence de magma sous la zone urbaine de Goma avec une extension sous le lac Kivu. La sismicité et la déformation se poursuivent. Le nombre de séismes détectés en 24 h décroît légèrement, ainsi que les vitesses de déformation. Toutefois, cette diminution dans la phénoménologie à ce stade ne peut pas encore être interprétée comme une fin d’activité. Lors des phases d’activité volcanique, des périodes de plus forte activité sismique alternent souvent avec des phases de sismicité plus faible. Une sismicité au-dessus du niveau de base est toujours enregistrée. Ces observations sont toujours cohérentes avec la présence du magma en profondeur. Des retombées de cendres peuvent se produire consécutivement à l’effondrement de certaines parties à l’intérieur du cratère. Les données relatives à la stabilité du lac Kivu ne montrent actuellement pas de changement significatif (les dernières données disponibles à ce sujet remontent au 27 mai 2021).

Lentement, de nouveaux détails deviennent disponibles sur la récente éruption et l’activité actuelle du volcan et du sous-sol , sous forme de tremblements de terre qui continuent d’inquiéter à la fois les scientifiques et la population locale.
Des images radar INSAR à haute résolution récentes ont montré que le sol au Sud du volcan s’était élevé de plusieurs centimètres pendant ou depuis l’éruption. Le déplacement vertical est le plus élevé dans la zone de la ville de Goma, où de nombreuses fissures dans le sol sont devenues visibles.
Cela fait craindre qu’un scénario possible (pas nécessairement le plus probable) soit la formation d’un nouveau dyke – ou fissure remplie de lave – qui pourrait s’ouvrir dans cette zone et produire une deuxième éruption de flanc potentiellement catastrophique.
 
 
Des fissures au sol similaires ont également été observées pendant et peu de temps après les dernières éruptions de flanc en 1977 et 2002, mais n’ont heureusement pas entraîné d’éruptions supplémentaires, mais seraient liées à des ajustements du sol après le drainage de volumes importants de magma lors des deux éruptions.
Il est à espérer qu’il en sera de même cette fois et que l’activité sismique diminuera progressivement et ne sera pas suivie de nouvelles éruptions de lave à basse altitude.

Source : georiska.africamuseum.be , OVG .

Photos : Georiska , Charles Balagizi .

 

Islande , Geldingadalur :

L’éruption fissurale dans la partie Ouest du système volcanique Krýsuvík-Trölladyngja, près de Fagradalsfjall sur la péninsule de Reykjanes, s’est poursuivie du 19 au 25 mai. Des fontaines de lave s’élevaient depuis le cinquième évent et continuaient d’alimenter les coulées de lave. Selon des sources d’information, la lave , dans la période du 20 au 21 mai a dépassé le barrage en terre de l’Est qui avait été construit en haut de la vallée de Nátthaga dans le but d’empêcher les flux de descendre vers l’autoroute 427 (Suðurstrandarvegur) vers le Sud, et d’enterrer des câbles à fibres optiques. Le 22 mai, la lave était à environ 2,5 km de la route. Le code couleur de l’aviation est resté à Orange en raison du manque d’émissions de cendres et de téphra. Les autorités ont mis en garde contre l’augmentation des risques liés aux émissions de gaz.

La coulée de lave a dépassé le barrage et se dirige vers la vallée de Nátthaga – photo RUV

La lave se refroidit rapidement et se solidifie dans des canaux ouverts
La lave coule dans Meradali, beaucoup dans Geldingadalur puis dans Syðri-Meradalur. Depuis Syðri-Meradälar, qui a été appelée la vallée anonyme, elle se jette dans Nátthaga par des canaux ouverts et incandescents. Dans ces conditions, la perte de chaleur est très importante. Pour chaque kilomètre parcouru par la lave, elle perd de 100 à 300 degrés Celsius et ne va pas loin avant de se solidifier. Pour cette raison, la progression de la lave dans Nátthaga a été lente. Mais Þorvaldur dit qu’en combinant les canaux ouverts en un ou deux canaux fermés, la perte de chaleur serait inférieure à un degré par kilomètre. Si cela se produisait, la lave passerait par Nátthaga relativement rapidement.

Source : GVP , RUV.

Photo : RUV.

 

Equateur , Sangay :

Dimanche 30 mai 2021

Un tremor de haute énergie continue d’être enregistré à la station sismique SAGA. Ce type de signal est similaire à celui observé lors des impulsions les plus actives de la période éruptive actuelle du volcan. Selon nos simulations, en plus de la province de Chimborazo, le nuage de cendres pourrait atteindre les provinces de Bolívar, Los Ríos et Guayas et il y a une possibilité de chute de cendres dans ces provinces. Les habitants de Macas continuent de signaler les vibrations des fenêtres en raison du processus éruptif actuel. L’IG-EPN continue de surveiller l’événement et informera en temps opportun en cas de détection de changements dans les signaux sismiques. L’Institut de géophysique surveille et toute nouvelle sera rapportée.

RAPPORT QUOTIDIEN DE L’ETAT DU VOLCAN SANGAY .

Niveau d’activité Superficiel: Haut , Tendance de surface : Sans changement.
Niveau d’activité interne: Haut , Tendance interne : Sans changement.

 

Sismicité : Du 29 Mai 2021, 11:00 au 30 Mai 2021, 11:00 :

Explosion (EXP) 2
Longue période (LP) 74
Tremors d’émission (TREMI) 4

Lahars : 1

Colonne d’émission / cendres:
Il n’y a pas de rapports.

Pluies / Lahars:
Au cours de la nuit , plusieurs épisodes de pluies ont été enregistrés qui ont généré une légère augmentation de l’amplitude du signal de la station de référence.  ** En cas de fortes pluies, celles-ci pourraient remobiliser le matériel accumulé, générant des coulées de boue et de débris qui descendraient sur les flancs du volcan et coulent dans les rivières adjacentes. *

Autres paramètres de surveillance:
FIRMS enregistre 10 alertes thermiques sur le Sangay dans les dernières 24 heures . MIROVA a enregistré 1 alerte thermique faible sur le Sangay au cours des dernières 24 heures.

Observation:
Hier après-midi , le volcan s’est partiellement dégagé, cependant, aucune émission de gaz et de cendres n’a été observée. Jusqu’à la clôture de ce bulletin, aucun rapport de chute de cendres n’a été enregistré.

Niveau d’alerte: jaune.

Source et photo : IGEPN.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search