29 Juillet 2020. FR . Italie / Sicile : Etna , Islande : Sismicité / Péninsule de Reykjanes , Italie : Stromboli , Colombie : Galeras .

Home / blog georges Vitton / 29 Juillet 2020. FR . Italie / Sicile : Etna , Islande : Sismicité / Péninsule de Reykjanes , Italie : Stromboli , Colombie : Galeras .

29 Juillet 2020. FR . Italie / Sicile : Etna , Islande : Sismicité / Péninsule de Reykjanes , Italie : Stromboli , Colombie : Galeras .

29 Juillet 2020.

 

 

Italie / Sicile , Etna :

Bulletin hebdomadaire du 20 Juillet 2020 au 26 Juillet 2020, (date d’émission 28 Juillet 2020)

RÉSUMÉ DU STATUT D’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Activité strombolienne du Nouveau Cratère Sud-Est et intra-cratère profond au cratère Nord-Est; émissions de cendres sporadiques et faibles au cratère de la Voragine. Régime de dégazage ordinaire à la Bocca Nuova.
2) SISMOLOGIE: Sismicité de fracturation modérée. Amplitude du tremor sur des valeurs moyennes.
3) INFRASON: Faible activité infrasonore
4) DEFORMATIONS: Les réseaux de surveillance des déformations du sol de l’Etna n’ont pas montré de changements significatifs la semaine dernière.

5) GÉOCHIMIE: Le flux de SO2 est à un niveau moyen-bas .
Les mesures du flux de CO2 du sol (EtnaGas) montrent une diminution significative par rapport aux valeurs enregistrées la semaine dernière, se fixant sur des valeurs moyennes.
La pression partielle de CO2 dissous ne présente pas de variations significatives.
Les valeurs C / S sont des valeurs moyennes (dernière mesure en date du 17/07/2020)
Les valeurs isotopiques He confirment la tendance à la baisse (dernière mise à jour du 01/07/2020).
6) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone du sommet est à un niveau moyen-bas .

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES :
Au cours de la semaine, le suivi de l’activité volcanique au niveau des cratères sommitaux de l’Etna (Fig.3.1) a été réalisé en analysant les images du réseau de caméras de surveillance de l’INGV Catania Section, Osservatorio Etneo (INGV-OE ), à partir du traitement des données obtenues par des drones de surveillance et au moyen de deux inspections par le personnel d’INGV-OE effectuées les 24 et 25 juillet.

Zone sommitale de l’Etna avec zoom de la zone relative au système SEC-NSEC (A). Les lignes noires en retrait indiquent le bord des cratères sommitaux (BN: Bocca Nuova, avec les dépressions nord-ouest (BN-1) et sud-est (BN-2); VOR: Voragine; NEC: cratère nord-est; SEC: cratère sud-est; et NSEC: nouveau cratère sud-est. La ligne bleue en retrait indique la dépression à l’intérieur de la Bocca Nuova. Les cercles jaunes = bouches dégazantes; rouge = actives

Au cours de la période en question, l’activité explosive s’est poursuivie au Nouveau Cratère Sud-Est qui se caractérise par une activité strombolienne d’intensité et de fréquence variables qui produit des projections de scories et des matériaux lithiques au-dessus des bords du cratère et des émissions de cendres dispersées rapidement dans l’atmosphère et / ou près de la zone sommitale du volcan .
L’activité explosive à la Voragine et au Nouveau Cratère Nord-Est se poursuit également (bulletin n ° 29). Dans les deux cas, l’activité éruptive produite par ces deux cratères est de moindre intensité que celle observée dans le Nouveau Cratère Nord-Est. Dans la Voragine le style éruptif se manifeste par des émissions de cendres épisodiques, tandis que dans le Cratère Nord-Est on note une activité intra-cratère profonde.

En ce qui concerne la Bocca Nuova lors de l’inspection, il a été observé que la taille de la zone soumise à l’effondrement ne présentait pas de variations significatives par rapport à ce qui avait été observé la semaine précédente et montre un régime de dégazage variable.
Lors de l’inspection du 24 juillet, un relevé à distance a été réalisé par drone et l’inversion des données a été utilisée pour obtenir l’orthophoto sur la thermique et sur la zone visible du sommet
correspondant aux cratères de la Bocca Nuova et à la partie Sud-Ouest du cratère de la Voragine (côté Sud-Ouest du cône de la Voragine partiellement oblitéré par les gaz volcaniques ).
Les images montrent que les anomalies thermiques présentes (zones du jaune au rouge) sont liées aux caractéristiques de la fumerolle, la partie noire visible sur l’image thermique est la dépression de dégazage du cratère de la Bocca Nuova.

Tremor volcanique:
Au cours de la semaine en question, l’amplitude moyenne du tremor volcanique est restée à des niveaux moyens avec quelques oscillations. Les sources du tremor volcanique étaient situées près de la zone du Nouveau Cratère Sud-Est à une profondeur d’environ 2800-3000 m au-dessus du niveau de la mer .

Source : INGV .

Lire l’article en entierhttp://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/354-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-etna20200728/file

Photos : Gio Giusa

 

Islande , Sismicité / Péninsule de Reykjanes :

Environ 5 200 tremblements de terre ont été localisés avec le système sismique SIL de l’Office météorologique islandais cette semaine, soit plus de la moitié en plus de la semaine précédente où environ 2 500 tremblements de terre avaient été localisés. Il reste encore du travail à faire pour examiner tous les tremblements de terre, mais environ 1140 tremblements de terre ont été examinés. La plupart des tremblements de terre de la semaine se sont produits sur la péninsule de Reykjanes en deux groupes, l’un près d’Þorbjörn / Svartsengi et lié à des intrusions de magma qui y ont eu lieu et l’autre à Fagradalsfjall où un essaim a commencé le soir du 19 juillet. Il y avait aussi encore un nombre considérable de tremblements de terre enregistrés à l’embouchure d’Eyjafjörður, où un essaim a commencé le 19 juin. Au total, plus de 2000 tremblements de terre ont été mesurés à Fagradalsfjall et plus de 400 ont été examinés.

Environ 600 tremblements de terre ont été mesurés à l’embouchure d’Eyjafjörður et la moitié d’entre eux ont été examinés. Environ 1000 tremblements de terre ont été mesurés près d’Þorbjörn et environ 150 d’entre eux ont été examinés. Le plus grand tremblement de terre de la semaine a été mesuré juste à l’Ouest de Fagradalsfjall M5.0 le 20 juillet à 6h23. Un autre tremblement de terre de magnitude M4,6 a été mesuré à 05h46 dans un endroit similaire le même matin. Au total, 27 tremblements de terre de plus de M3 ont été mesurés, tous sauf un à Fagradalsfjall. Un séisme de magnitude M3,3 a été mesuré à Mýrdalsjökull à 05h36 le 23 juillet.

Un petit tremblement de terre a été mesuré sur Hekla juste en dessous de magnitude M0,5. Trois petits tremblements de terre ont été mesurés sur Grímsvötn, le plus grand M1.4.

Source : Vedur is.

Photo : Þorbjörn /Visit Reykjanes.

 

Italie , Stromboli :

Bulletin hebdomadaire du 20 Juillet 2020 au 26 Juillet 2020, (date d’émission 28 Juillet 2020)

RÉSUMÉ DU STATUT D’ACTIVITÉ:

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Une activité explosive normale de type strombolienne a été observée pendant cette période. La fréquence horaire totale des explosions a fluctué entre les valeurs moyennes-basses (6-7 événements / h) à la seule exception du 24 juillet avec 11 événements / h. L’intensité des explosions était variable de faible à élevée dans la zone du cratère Nord et était moyenne-élevée dans la zone du cratère Centre-Sud.
2) SISMOLOGIE: Les paramètres sismologiques ne montrent pas de variations significatives.

4) DEFORMATIONS: Les réseaux de suivi des déformations du sol de l’île n’ont pas montré de variations significatives sur la période considérée.
5) GÉOCHIMIE: Le flux de SO2 est à un niveau moyen-bas
Il n’y a pas de mise à jour des données de débit de CO2 du sol.
Il n’y a pas de mise à jour du rapport CO2 / SO2 car la station a été détruite lors de l’explosion du 19 juillet 2020. La station est en cours de restauration.
Les valeurs isotopiques du He de la dernière mise à jour (15/07/2020) sont des valeurs moyennes, en ligne avec les précédentes.
6) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone du sommet est à un niveau moyen-bas.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Dans la période sous observation, l’activité éruptive de Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance INGV-OE (altitude 190m, Punta dei Corvi et altitude 400 m, caméra du Pizzo endommagée suite à l’événement du 19 juillet). La description de l’activité et la détermination des bouches qui alimentent l’activité explosive dans les zones individuelles Nord et Centre-Sud pourraient présenter des incertitudes en raison du cadrage des caméras d’altitude 400m et 190m qui ne permettent pas de déterminer les points d’émission surtout dans la zone CS.
Au cours de la période d’observation, l’activité explosive a été principalement produite par 3 (trois) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Nord et par au moins 2 (deux) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Centre-Sud. Toutes les bouches sont placées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère.

 

La terrasse du cratère vue par la caméra thermique située sur le Pizzo sopra la Fossa sur une image du 18 juillet avec la délimitation des zones de cratère de la zone Centre-Sud et Nord (respectivement ZONE N, ZONE C-S). Les abréviations et les flèches indiquent les noms et emplacements des bouches actives à la date de l’image. La zone au-dessus de la terrasse du cratère est divisée en trois gammes de hauteurs liées à l’intensité des explosions.

Le cratère N1 situé dans la zone Nord, avec deux points d’émission, a produit des explosions de faible à forte intensité (les produits de certaines explosions dépassaient 200 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers (lapilli et bombes) qui sont retombés en abondance avec distribution radiale. L’embouchure N2 a montré une activité explosive de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) émettant des matières fines (cendres) parfois mélangées à des matériaux grossiers. La fréquence moyenne des explosions était comprise entre 5 et 7 événements / h. Dans la zone Centre-Sud, les explosions émettaient principalement des matières fines avec une intensité moyenne-élevée (les produits émis dépassaient souvent 250 m de hauteur). La fréquence des explosions a oscillé entre moins de 1 et 3 événements / h .

Le 22 juillet 2020, une inspection a été réalisée par des chercheurs de l’INGV-OE de Catane afin de prélever les produits libérés de l’activité explosive du 19 juillet et de vérifier la dispersion surfacique du dépôt pyroclastique au sol.
Au cours de l’enquête, il a été observé que les projections balistiques étaient réparties dans le secteur Est du volcan à partir d’une altitude de ~ 500 mètres le long du chemin d’accès au sommet du volcan.
 La taille et la forme des produits varient des bombes scoriacées aux clastes plurimétriques et lithiques supérieurs à 50 cm . Les produits pierreux sont apparus avec une forme aplatie et moulés sur la surface d’impact en raison de la température élevée qui a préservé leurs propriétés plastiques. Le degré de vésicularité estimé varie qualitativement de moyen à élevé et immergé dans une matrice de verre. La composition des produits trouvés entre les hauteurs comprises entre ~ 500 et 800 mètres semble être associée à un magma brun (HP) tandis que celle des produits dans la zone entre l’héliport et le Pizzo est liée à la pierre ponce claire (blond-LP) et / ou mixte LP / HP  .
Des analyses MEB et fluorescence sont en cours dans les laboratoires INGV-OE afin de caractériser quantitativement la composition des produits.

Source : INGV .

Lire l’article en entierhttp://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/355-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli20200728/file

Photos : Web cam , LGS.

 

Colombie , Galeras :

Bulletin d’activité hebdomadaire du volcan Galeras .

L’activité volcanique se poursuit au: NIVEAU JAUNE ■ (III): CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT DE L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE.

A partir du suivi de l’activité du VOLCAN GALERAS, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC) rapporte que:

Par rapport à la semaine précédente, pour la période évaluée entre le 21 et le 27 juillet 2020, il y a eu une augmentation de la survenue des tremblements de terre enregistrés, qui étaient principalement liés à la fracturation de la roche à l’intérieur du volcan. Cette sismicité était dispersée autour du volcan, principalement au Nord-Est du complexe volcanique, avec des distances épicentrales inférieures à 14 km, des profondeurs comprises entre 2,7 et 14 km de son sommet (environ plus de 4200 m d’altitude) et des magnitudes locales allant jusqu’à 1,3 sur l’échelle de Richter.

Des conditions climatiques favorables ont permis d’enregistrer les émissions de gaz des champs de fumerolles à la périphérie du cône actif: El Paisita, au Nord, et Las Chavas, à l’Ouest, avec de petites colonnes blanches, une faible hauteur et une dispersion variable par l’action des vents.

Les autres paramètres géophysiques et géochimiques surveillés n’ont pas montré de changements significatifs.

Source et photo : SGC.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search