03 Décembre 2019. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Pérou : Ubinas , Pérou : Sabancaya , Etats-Unis : Yellowstone , Nouvelle Zélande : White Island .

Home / blog georges Vitton / 03 Décembre 2019. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Pérou : Ubinas , Pérou : Sabancaya , Etats-Unis : Yellowstone , Nouvelle Zélande : White Island .

03 Décembre 2019. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Pérou : Ubinas , Pérou : Sabancaya , Etats-Unis : Yellowstone , Nouvelle Zélande : White Island .

03 Décembre 2019.

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Sismicité :
Au mois de novembre 2019, l’OVPF a enregistré au niveau du massif du Piton de la Fournaise au total :

• 27 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2 km de profondeur) sous les cratères sommitaux ;
• 2 séismes profonds (> à 2 km de profondeur) ;
• 269 effondrements (dans le Cratère Dolomieu et au niveau des remparts de l’Enclos Fouqué).

La sismicité sous le Piton de la Fournaise au cours du mois de novembre 2019 est restée faible avec une moyenne d’un séisme volcano-tectonique superficiel par jour. Deux séismes profonds ont également été enregistrés sous le flanc Est .

Déformation :
L’inflation (gonflement) de l’édifice qui avait repris suite à la fin de l’éruption du 11-15 août 2019 s’est arrêtée à la mi-novembre 2019 .

Géochimie des gaz: 
Concentration en CO 2 dans le sol :
En champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes) : L’année 2018 a été marquée par l’anomalie de flux de CO2 dans le sol la plus importante détectée sur des stations distales depuis la mise en service du réseau. La période qui a suivi l’éruption du 15 septembre 2018 a été caractérisée par un flux de CO2 dans le sol généralement faible à moyen . Depuis début septembre 2019, une nouvelle augmentation du flux de CO2 dans le sol a commencé. Suite à la phase éruptive du 25-27 octobre 2019, le flux de CO2 dans le sol continue d’augmenter, atteignant des valeurs intermédiaires faibles.

Composition des fumerolles sommitales par méthode MultiGas :
Proche ou en-dessous du seuil de détection. A noter que depuis le 11 novembre la station MutiGas est de nouveau en panne.

Bilan :
Le mois de novembre 2019 aura été marqué au Piton de la Fournaise par une faible sismicité sous les cratères sommitaux et un arrêt de l’inflation de l’édifice à la mi-novembre. Ceci témoigne de l’arrêt (ou du moins du ralentissement) des transferts magmatiques des zones profondes vers les zones plus superficielles.

Source : OVPF.

Lire l’article http://www.ipgp.fr/sites/default/files/ovpf_20191202_bullmensu.pdf

Photo : G Vitton.

 

Pérou , Ubinas :

Période d’analyse: du 25 novembre au 1er décembre 2019, Arequipa, le 2 décembre 2019.
Niveau d’alerte: ORANGE.

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) signale que l’activité éruptive du volcan Ubinas reste faible. À ce jour, l’énergie des tremblements de terre associés à la remontée du magma à la surface a diminué.Il y a de faibles et sporadiques émissions de gaz bleutés (d’origine magmatique) et de vapeur d’eau, observées au moyen de caméras de surveillance. Selon ce scénario, il est peu probable que des explosions volcaniques et / ou des émissions de cendres se produisent.

Au cours de la période du 25 novembre au 1er décembre, l’IGP a enregistré et analysé 289 événements sismiques associés au processus éruptif du volcan Ubinas, avec une sismicité prédominante de type volcano-tectonique (VT) liée à la fracturation de la roche à l’intérieur du volcan. En moyenne, 24 événements ont été enregistrés par jour, tous avec des magnitudes inférieures à M2.2. Les signaux sismiques liés à la remontée du magma (type hybride) ont diminué à la fois en nombre d’événements (13 séismes quotidiens) et en énergie qu’ils génèrent. Il est à noter qu’aucune explosion volcanique n’a été enregistrée depuis le 12 septembre dernier.

Les caméras de surveillance ont enregistré des émissions légères et sporadiques de gaz bleus (d’origine magmatique) et de vapeur d’eau d’une hauteur inférieure à 1 000 m au-dessus du sommet du volcan. Le suivi de la déformation de la structure volcanique, à l’aide de données GNSS (traitées avec des orbites rapides), n’enregistre pas d’anomalies. La surveillance par satellite MIROVA n’a pas non plus enregistré d’anomalie thermique sur le volcan.

Source et photo : IGP

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: du 25 novembre au 1er décembre 2019 . Arequipa, le 2 novembre 2019.
Niveau d’alerte: ORANGE.

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya s’est maintenue à des niveaux modérés; c’est-à-dire avec l’enregistrement d’explosions modérées continues et des émissions de cendres qui en résulte. Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif d’activité n’est attendu.

L’analyse des enregistrements obtenus à partir du réseau sismique du volcan Sabancaya entre le 25 novembre et le 1er décembre 2019 a permis d’identifier l’apparition d’environ 1320 tremblements de terre d’origine volcanique, dont le pourcentage le plus élevé est associé aux mouvements de fluides magmatiques. Au cours de cette période, il y a eu en moyenne 17 explosions par jour d’intensité moyenne à faible.

 

Le suivi de la déformation de la structure volcanique, à l’aide de données GNSS (traitées avec des orbites rapides), ne présente pas d’anomalies significatives. La surveillance visuelle, à l’aide de caméras de surveillance, nous a permis d’identifier l’apparition de colonnes de gaz et de cendres atteignant 4 km de haut au dessus du sommet du volcan, qui se sont dispersées vers le Nord-Est, l’Est et le Sud du Sabancaya. La surveillance par satellite a permis d’identifier, sur le volcan, la présence de 5 anomalies thermiques d’une valeur comprise entre 6 et 12 MW, associées à la présence d’un dôme de lave dans le cratère du volcan d’environ 240 m de diamètre.

Source : IGP.

Photo : ingemmet.

 

Etats-Unis , Yellowstone :

44 ° 25’48 « N 110 ° 40’12 » W,
Sommet : 9203 pi (2805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: NORMAL
Code couleur de l’aviation actuel : VERT

Travaux récents et nouvelles:

Il y a eu 3 éruptions du geyser Steamboat au cours de ce mois, les 8, 17 et 27 novembre. Cela porte à 45 le nombre total d’éruptions en 2019.

L’Observatoire du volcan Yellowstone est heureux d’annoncer la publication d’un nouveau produit d’information: un rapport annuel! Le rapport couvre l’année civile 2017 et résume l’activité, y compris les séismes et la déformation du sol, ainsi que les efforts déployés pour surveiller la chimie de l’eau et des gaz, la croissance des terrasses thermales cartographiées avec des images aériennes, la recherche sur les évents hydrothermaux au fond du lac Yellowstone, les enquêtes des éruptions de coulée de lave passées et des éruptions de geysers. 

Le Geyser Steamboat dans la phase vapeur de l’éruption du 16 mars 2018. La phase vapeur suit généralement une phase aqueuse de quelques minutes à quelques dizaines de minutes et peut durer des heures, voire des jours. Photographie du Service des parcs nationaux par Behnaz Hosseini.

 

Séismicité:

En novembre 2019, les stations de sismographe de l’Université de l’Utah, chargées de l’exploitation et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 107 tremblements de terre dans la région du parc national de Yellowstone. L’événement le plus important a été un séisme mineur de magnitude 3,1 survenu à 19 milles au Nord-Ouest de West Yellowstone, dans le Montana, le 9 novembre à 18h28 .

La sismicité mensuelle à Yellowstone s’est limitée à l’apparition d’un essaim de tremblements de terre à 2 milles à l’Ouest-Nord-Ouest de West Thumb, dans le parc national de Yellowstone, le 30 novembre , qui s’est poursuivi jusqu’en décembre. Le plus grand événement de l’essaim de novembre, un séisme mineur de magnitude 2,1, s’est produit le 30 novembre à 1 h 14 (heure du Pacifique).

Les séquences de séismes comme celles-ci sont courantes et représentent environ 50% de la sismicité totale dans la région de Yellowstone.

L’activité sismique de Yellowstone reste à son niveau initial.

Déformation du sol:

La déformation du sol dans la région de Yellowstone a été variable mais mineure au cours des derniers mois. L’affaissement général de la caldera de Yellowstone est indiqué aux stations situées sur les dômes de résurgence du ruisseau Sour et du lac Mallard, bien que de petites déviations se superposent à la tendance générale, peut-être en raison de variations saisonnières dues au mauvais temps. Dans la région du Norris Geyser Basin, les données GPS indiquent une subsidence d’environ 2 cm (moins de 1 po) depuis septembre, mais il y avait peu de mouvement net au cours du mois de novembre.

Source : YVO.

Photos : Behnaz Hosseini. Jim Peaco, National Park Service .

 

Nouvelle Zélande , White Island :

Bulletin d’alerte volcaniqueWI – 2019/11
Mardi 3 décembre 2019 à 13h00; Volcan de White Island
Le niveau d’alerte volcanique reste à 2
Le code couleur de l’aviation reste au jaune

Des troubles volcaniques modérés se poursuivent à Whakaari / White Island, avec d’importantes explosions de gaz, de vapeur et de boue observées au niveau de l’évent situé à l’arrière du lac du cratère. Les autres paramètres de surveillance restent élevés et le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.

Des explosions de gaz et de boue entraînée par la vapeur continuent d’être émis depuis la zone d’évent active située à l’arrière du lac de cratère sur l’île Whakaari / White. Le niveau d’activité au niveau de l’évent est variable et, dans une phase plus forte, du matériau se dépose autour de la zone de l’évent. Ce type d’activité est présent depuis la fin septembre, bien qu’il se produise plus fréquemment à l’heure actuelle. Aucune cendre volcanique n’est produite.

L’émission de gaz volcanique et l’activité sismique continuent à rester élevée . Une odeur de gaz occasionnelle a peut-être été détectée sur la partie continentale de l’île du Nord, suivant la direction du vent dominant. Les tremors volcaniques sont également restés modérés la semaine dernière, avec quelques variations périodiques, associées à des épisodes d’augmentation de l’émission de la  vapeur et des gaz.
Le niveau d’eau du lac de cratère n’a pas changé depuis la semaine dernière et on continue d’observer des activités de fontaine de boue alimentées par les gaz / la vapeur depuis la zone d’évents actifs située du côté Ouest du complexe de cratères de 1978/90, près du dôme de lave de 2012 , au fond du lac de cratère.
Cette fontaine jette régulièrement de la boue et des débris de 20 à 30 mètres dans les airs au-dessus de l’évent. Le niveau d’activité est variable et reste dans la plage prévue pour les troubles volcaniques modérés. Bien que l’activité soit confinée de l’autre côté du lac, le niveau d’activité actuel ne constitue pas un danger direct pour les visiteurs.
Dans l’ensemble, les paramètres surveillés restent dans la plage prévue pour les troubles volcaniques modérés avec les dangers associés existant. Les observations de surveillance présentent certaines similitudes avec celles observées au cours de la période 2011-2016, lorsque Whakaari / White Island était plus active et qu’il y avait une activité volcanique plus intense. Les observations et les données à ce jour suggèrent que le volcan pourrait entrer dans une période où l’ activité éruptive soit plus forte que la normale.

 

 

Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.
Le code couleur de l’aviation reste en jaune.

Le GNS Science et le centre national de surveillance des géorisques continuent de surveiller de près l’ île Whakaari / White afin de détecter d’autres signes d’activité.  Le niveau d’alerte volcanique  2 est principalement associé à des troubles sur le volcan et peut inclure des éruptions de vapeur, de gaz, de boue et de roches. Ces éruptions peuvent survenir avec peu ou pas d’avertissement.

Source : Geonet / Brad Scott , Volcanologue de service.

Photos : R Fleming , Geonet .

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search