14 Fevrier 2019. FR. Indonésie : Karangetang , Colombie : Nevado del Ruiz , La Réunion : Piton de la Fournaise , Indonésie : Anak Krakatau , Vanuatu : Ambrym .

Home / Ambrym / 14 Fevrier 2019. FR. Indonésie : Karangetang , Colombie : Nevado del Ruiz , La Réunion : Piton de la Fournaise , Indonésie : Anak Krakatau , Vanuatu : Ambrym .

14 Fevrier 2019. FR. Indonésie : Karangetang , Colombie : Nevado del Ruiz , La Réunion : Piton de la Fournaise , Indonésie : Anak Krakatau , Vanuatu : Ambrym .

14 Février 2019.

 

 

Indonésie , Karangetang :

La coulée de lave du mont Karangetang sur l’île de Siau, dans le nord de Sulawesi, a bloqué les routes de communication entre deux villages de la région.

En conséquence, 12 collégiens ont dû s’abriter dans une école voisine en raison du blocage de la route entre les villages de Kiawang et de Batubulan.
«Ces élèves allaient à pied à leur école à Kiawang, mais ils doivent maintenant emprunter la voie maritime [pour aller à l’école]. Mais le transport par eau est dangereux », a déclaré à kompas.com Bob Wuaten, responsable de l’Agence de prévention des catastrophes de l’île Siau Tagulandang Biaro (BPBD Siau Tagulandang Biaro), ajoutant que son équipe se coordonnait avec l’agence de l’éducation pour résoudre le problème.

La coulée de lave de l’un des cratères du mont Karangetang sur l’île de Siau, dans le nord de Sulawesi, atteint le bord de la mer.

(Agence nationale d’atténuation des catastrophes (BNPB) / Fichier)

Le volcan est situé sur la petite île au Nord-Est de Sulawesi et dans une partie de la régence des îles Siau Tagulandang Biaro.
Aditya Gurasali, responsable de la surveillance de la montagne, a déclaré que le volcan avait vu son niveau d’alerte relevé à SIAGA (alerte), le deuxième niveau le plus élevé du système d’alerte du volcan à quatre niveaux.
Il a suggéré aux résidents et aux visiteurs proches d’éviter les activités dans un rayon de 2,5 à 4 km autour du cratère.

Aditya a également recommandé l’utilisation de masques pour anticiper les problèmes respiratoires en raison de la possibilité de pluie de cendres.
Les responsables du BPBD Siau Tagulandang Biaro ont déplacè les habitants de Niambangeng, Beba et Batubulan vers l’extérieur de la zone de danger.
Pour les personnes vivant près des rives du fleuve, l’agence les exhorte à se mettre en alerte contre les coulées de lave et les inondations soudaines.

Le 8 février, le PVMBG a annoncé que la lave provenant du Kawah Dua (cratère nord) du Karangetang continuait de progresser sur 3,5 km dans le drainage de la rivière Malebuhe sur le flanc Nord-Ouest jusqu’à l’océan. Des levées s’étaient formées sur les bords, canalisant le flux de lave au milieu  . Les avalanches des bords de l’écoulement ont généré des panaches bruns et gris. Un delta de lave s’installe dans l’océan et génère un panache de vapeur dense. Les séquences de drones acquises le 9 février ont montré que le flux avait une largeur d’environ 160 m lorsqu’il traversait une route (à environ 210 m de la côte) et environ 140 m de large sur la côte. La sismicité est restée élevée. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 1 à 4) et les résidents ont été avertis de rester en dehors de la zone d’exclusion de 2,5 km autour des cratères N et S et de ne pas pénétrer à moins de 3 km à l’Ouest et à 4 km au Nord-Ouest

Source : The Jakarta Post , GVP.

Photo : BNPB.

Video : Suaradot.com

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin hebdomadaire d’activité du volcan Nevado del Ruiz
Le niveau d’activité se poursuit au niveau : Niveau d’activité jaune ou (III): Modifications du comportement de l’activité volcanique.

En ce qui concerne le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN annonce que:

Le volcan Nevado del Ruiz au cours de la semaine dernière a continué de montrer une instabilité dans son comportement. La sismicité enregistrée était principalement associée à la fracturation de roches au voisinage du volcan (sismicité de type volcano-tectonique). Cette activité sismique a montré une légère augmentation du nombre de séismes et de l’énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Les séismes ont été localisés dans le cratère Arenas, dans les parties Nord-Est, Sud-Sud-Est et Nord-Nord-Ouest du volcan, à des profondeurs comprises entre 0,4 et 8,4 km. Le séisme à plus haute énergie a été enregistré le 10 février à 15h07 (heure locale), avait une magnitude de 1,0 ML (magnitude locale) et était situé à 2,7 km au Sud du cratère Arenas et à une profondeur de 3,7 km. La survenue d’épisodes  de séismes volcano-tectoniques de type « drumbeat », de courte durée et de niveau d’énergie très bas, ont été enregistrés entre 23h13 (heure locale) le 12 Février et 00:20 (heure locale) le 13. Ce type de sismicité est lié aux processus d’ascension et d’évolution de dômes de lave à la surface d’un volcan.

En ce qui concerne la sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits de la structure volcanique, on a observé une légère diminution du nombre de séismes et une légère augmentation de l’énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était caractérisée par l’apparition de légères impulsions de tremor volcanique et de séismes à très longue période. Les séismes se sont produits principalement dans le cratère Arenas et ses environs. 
La déformation volcanique mesurée à partir des inclinomètres électroniques , ainsi que par des stations GNSS (Système mondial de navigation par satellite), a montré une stabilité au cours de la semaine sans enregistrer de processus de déformation significatifs de la structure volcanique.

Le volcan continue d’émettre de la vapeur d’eau et des gaz dans l’atmosphère, parmi lesquels se distingue le dioxyde de soufre (SO2), comme en témoignent les valeurs obtenues par les stations SCANDOAS installées dans la région du volcan et l’analyse d’images satellite. Au cours de la semaine, les portails NASA FIRMS et MIROVA ont signalé plusieurs anomalies thermiques de faible niveau d’énergie.

La colonne de gaz et de vapeur a atteint une hauteur maximale de 1500 m, mesurée au sommet du volcan le 6 février. La direction de dispersion de la colonne était régie par la direction du vent dans la région, qui prédominait vers le Nord-Ouest du volcan.

Le volcan Nevado del Ruiz continue au niveau d’activité jaune.

Source : SGC.

Photo : SGC.

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Bulletin d’activité du mercredi 13 février 2019

Niveau d’alerte : Vigilance.

Depuis la fin du mois de janvier 2019, une inflation (gonflement) de la base et du sommet de l’édifice du Piton de la Fournaise est de nouveau observée par le réseau de déformation de l’OVPF (Figure 1). Cette reprise de l’inflation de l’édifice est synonyme d’une pressurisation du réservoir magmatique superficiel (Figure 2).


Figure 1 : Illustration de la déformation sur le dernier mois. Sont ici représentées des lignes de base (variation de distance entre deux récepteurs GPS) traversant l’édifice du Piton de la Fournaise, au sommet (en haut), à la base du cône terminal (au milieu) et en champ lointain (en bas). Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (© OVPF-IPGP)

Figure 2: Localisation de la source (meilleur modèle issu d’une modélisation de type « Mogi ») à l’origine des déplacements enregistrés au cours du dernier mois sur les stations GPS de la base et du sommet du cône terminal du Piton de la Fournaise. (© OVPF-IPGP, © F. Beauducel IPGP/IRD).

Cette reprise de l’inflation est accompagnée d’une augmentation des concentrations en CO2 dans le sol en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes) depuis fin janvier. Les concentrations en CO2 dans le sol en champ proche dans le secteur du gîte du volcan sont également en augmentation depuis décembre 2018. Ces concentrations en CO2 sont en accord avec une remontée profonde de magma vers le réservoir superficiel.

A noter que ce processus de recharge du réservoir superficiel peut durer plusieurs jours à plusieurs semaines avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompt, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption, et peut également s’arrêter sans donner lieu à brève échéance à une éruption.

Source : OVPF

Photo :  Wikipedia , B.navez 

 

Indonésie , Anak Krakarau :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Émis: 14 Février 2019 
Volcan: Anak Krakatau (262000)
Code couleur de l’aviation actuel : ORANGE
Code couleur d’aviation précédent: orange
Source: Observatoire du volcan Anak Krakatau
Numéro de l’avis: 2019KRA28
Localisation du volcan : S 06 deg 06 min 07 sec E 105 deg 25 min 23 sec
Région : Lampung, Indonésie
Élévation du sommet: 352 FT (110 M)

Résumé de l’activité volcanique:
Eruption avec nuages de cendres à 06:26 UTC (00:26 heure locale). L’éruption a duré 146 secondes.

Hauteur du nuage volcanique:
Pas de nuage de cendres observé.

Autres informations sur les nuages volcaniques:
Nuage de cendres se déplace vers l’Est

Remarques:
Eruption enregistrée sur un sismogramme d’amplitude maximale de 26 mm et de durée maximale de 146 secondes.

 

Informations sur l’éruption du mont Anak Krakatau , 14 février 2019.

L’ Anak Krakatau, à Lampung, a fait l’objet d’une éruption le 14 février 2019 à 00:26 WIB, mais la hauteur de la colonne de cendres n’a pas été observée. Cette éruption est enregistrée sur un sismogramme d’amplitude maximale de 26 mm et d’une durée de ± 2 minutes 26 secondes.
Actuellement, le G. Anak Krakatau est au niveau III (SIAGA) avec les recommandations: les personnes / touristes ne sont pas autorisés à s’approcher du cratère dans un rayon de 5 km .

Source : Magma Indonesia , PVMBG.

Photo : Rita Rosita / BNPB.

 

Vanuatu , Ambrym :

BULLETIN D’ALERTE du VOLCAN D’AMBRYM No2 publié par le Département de météorologie et des géo- risques du Vanuatu le 14 février 2019 à 15h05:

Le volcan Ambrym est en état de grande agitation. Le niveau d’alerte volcanique est abaissé du niveau 3 au niveau 2.

L’activité volcanique actuelle est conforme à l’alerte volcanique de niveau 2. Cette activité en déclin et la présence de failles actives dans la partie Sud-Est d’Ambrym contribuent au changement des zones de danger actuelles sur le volcan  . Les zones dangereuses de la caldera sont maintenant réduites à 1 km autour du Benbow et à 2 km autour des cratères du Marum, notamment Maben-Mbwelesu, Niri-Mbwelesu et Mbwelesu)  . La zone de danger pour la sécurité des personnes est maintenant limitée dans la zone d’exclusion permanente du Benbow et dans la zone de danger A du Marum. Une zone de risque supplémentaire au Sud-Est d’Ambrym est désormais identifiée à moins de 1 km des fissures majeures (voir carte de sécurité ).

Les dernières images satellitaires et observations sur le terrain du 03 au 09 février 2019 confirment la présence de fissures ouvertes et de failles actives dans le village de Paamal et ses environs, ainsi que le soulèvement sur la zone côtière du Sud-Est d’Ambrym. Ces fractures sont orientées dans la direction Ouest-Sud-Ouest / Est-Nord-Est. Les observations de  surface des fissures confirment qu’il n’y a pas de vapeur, pas de coulées de lave, pas même d’odeur de gaz volcanique dans les fissures. Une petite activité dans la mer au bord de l’une des principales failles a projeté de petites pierres volcaniques légères (ponce) qui ont été emportées vers le rivage du village de Paamal. Les fissures et le soulèvement dans le Sud-Est d’Ambrym pourraient être dus à la présence d’un éventuel dyke qui pourrait se former du fait du drainage des principaux cratères du Benbow et du Marum au sommet et migrant en dessous de la partie orientale de l’île en décembre 2018. L’activité a remodelé la forme de l’île et peut influer sur les zones d’impact potentiellement dangereuses des futurs risques volcaniques.

Ces observations indiquent également que l’activité volcanique au niveau de la caldera reste avec des émissions de vapeur et d’autres gaz provenant des cratères actifs avec un effondrement évident dans les zones autour des cratères actifs. Les lacs de lave qui apparaissaient dans les cratères du Benbow et du Marum ont disparu depuis le 16 décembre 2018. Les habitants d’Ambrym et des îles voisines risquent de ne plus voir la lueur volcanique la nuit pendant les prochaines semaines / prochains mois. Ces observations confirment que l’éruption à petite échelle dans la caldera a maintenant cessé.
Bien que les personnes ne ressentent pas de forts tremblements de terre par rapport aux derniers jours de décembre 2018, les observations actuelles et l’analyse des données sismiques enregistrées par le réseau de surveillance confirment une sismicité en cours. Ceci est lié à l’éruption actuelle du volcan. Cette sismicité pourrait continuer d’affecter les fissures existantes, en particulier dans le Sud-Est d’Ambrym. Les dernières analyses d’imagerie satellitaire confirment qu’il n’y a pas de déformation continue des terres sur l’île d’Ambrym.
 
La possibilité que l’activité du volcan Ambrym atteigne le niveau d’éruption mineure (niveau 3) et / ou baisse vers l’état d’agitation inférieur (niveau 1) est faible pour le moment.

Source : Geohazard Vanuatu.

Photo : Loop Vanuatu

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search