15 Mai 2024.

 

Chili , Puyehue – Cordon Caulle :

Sismologie
L’activité sismologique de la période a été caractérisée par l’enregistrement de :
337 événements sismiques de type VT, associés à la fracturation des roches (Volcano-Tectonique). Le séisme le plus énergétique avait une valeur de Magnitude Locale (ML) égale à 3,2, situé à 3,9 km au Sud-Sud-Ouest de l’édifice volcanique, à une profondeur de 4,8 km par rapport au cratère.
1 Événement sismique de type LP, associé à la dynamique des fluides à l’intérieur du système volcanique (Longue Période). La taille du séisme évaluée à partir du paramètre Déplacement Réduit (DR) était égale à 2 cm2.
1 Événement sismique de type TR, associé à la dynamique entretenue dans le temps des fluides à l’intérieur du système volcanique (TRemor). La taille du séisme évaluée à partir du paramètre Déplacement Réduit (DR) était égale à 11 cm2.
3 événements sismiques de type HB, associés à la fois à la fracturation des roches et à la dynamique des fluides au sein du système volcanique (Hybride). Le séisme le plus énergétique présentait une valeur de Déplacement Réduit (DR) de 24 cm2 et une valeur de Magnitude Locale (ML) égale à 1,5, situé à 1,5 km au Nord-Nord-Ouest de l’édifice volcanique, à une profondeur de 4,3 km par rapport au cratère.

 

Géochimie des Fluides
Aucune anomalie n’a été signalée dans les émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans le secteur proche du complexe volcanique, selon les données publiées par Tropopheric Monitoring Instrument (TROPOMI) et Groupe de dioxyde de soufre de l’instrument de surveillance de l’ozone (OMI) .

Anomalies thermiques des satellites
Au cours de la période, aucune alerte thermique n’a été enregistrée dans la zone associée au complexe volcanique, selon le traitement analytique des images satellite Sentinel 2-L2A, en combinaison de bandes de fausses couleurs.

Géodésie
Les observations géodésiques, basées sur 4 stations GNSS installées sur le système volcanique et sur des images d’interférométrie RADAR (InSAR), indiquent que le processus inflationniste signalé précédemment se maintient dans le secteur central du graben Cordón Caulle, en particulier on observe les éléments suivants :
– Taux de déplacement vertical compris entre 1 et 2 cm/mois.
– Déplacements horizontaux avec de légères variations d’ampleur, maintenant leurs tendances, avec des taux de déplacement maximum de 1 cm/mois.
– La distance entre les stations continue d’augmenter, à des rythmes inférieurs à 1,3 cm/mois.
Il convient de noter que la zone autour du point d’émission de l’éruption de 2011 présente une subsidence active, conséquence du refroidissement du corps magmatique peu profond restant de cette éruption.

Caméras de surveillance
Les images fournies par la caméra fixe, installée à proximité du complexe volcanique, n’ont pas enregistré de colonnes de dégazage ni de variations liées à l’activité de surface.

Analyse géomorphologique satellitaire
À partir des images satellite Planet Scope et Sentinel 2 L2A, aucun changement morphologique n’est identifié indiquant de nouveaux processus volcaniques en cours.

L’activité volcanique est restée à des niveaux considérés comme modérés. L’alerte technique volcanique est maintenue en :
ALERTE TECHNIQUE JAUNE : Modifications du comportement de l’activité volcanique

Source : Sernageomin

Photo : Bariloche2000

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 06 Mai 2024 au 12 Mai 2024. (date d’émission 14 Mai 2024)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ
A la lumière des données de suivi, il ressort :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Au cours de cette période, une activité strombolienne normale avec une activité de projections a été observée. La fréquence horaire totale oscillait entre des valeurs élevées (16 événements/h) et des valeurs très élevées (27 événements/h). L’intensité des explosions était principalement faible et moyenne dans les zones des cratères Nord et Centre-Sud.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques surveillés ne montrent pas de variations significatives.
3) DÉFORMATIONS DU SOL : Aucune déformation significative du sol n’a été détectée
4) GÉOCHIMIE : flux de SO2 à niveau moyen
Le flux de CO2 dans la zone sommitale se situe à des valeurs moyennes.
Le rapport C/S dans le panache est élevé.
Le rapport isotopique de l’hélium dans l’aquifère thermique se situe à des valeurs élevées.
Débit de CO2 à Mofeta dans la zone de San Bartolo : valeurs moyennes-faibles.
Flux de CO2 à Scari : valeurs stables à des niveaux moyens.
5) OBSERVATIONS SATELLITE : L’activité thermique observée par satellite était généralement faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Dans la période observée, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée à travers l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance INGV-OE situées au Pizzo (SPT), à l’altitude 190 m (SCT-SCV) et à Punta dei Corvi (SPCT)  . L’activité explosive a été principalement produite par 2 (deux) évents éruptifs situés dans la zone Nord du cratère et par 2 (deux) évents situés dans la zone Centre Sud.

Observations de l’activité explosive captées par les caméras de surveillance
Dans la zone du cratère Nord (N), avec une embouchure située dans le secteur N1 et une dans le secteur N2, on a observé une activité explosive qui était principalement d’intensité faible à moyenne, et parfois élevée (respectivement jusqu’à 80 m, 150 m et plus de 150 mètres de hauteur par rapport à la terrasse du cratère). Par ailleurs, une activité de projections quasi continue et parfois intense a été observée dans le secteur N1. Les produits émis en éruption étaient majoritairement des matériaux grossiers (bombes et lapilli) et la fréquence moyenne des explosions variait entre 11 et 21 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud (CS), les secteurs C et S1 n’ont pas montré d’activité significative, tandis que dans le secteur S2, avec deux points d’émission, les explosions ont été de faible et moyenne intensité (respectivement (jusqu’à 80 et 150 mètres de hauteur par rapport à la terrasse du cratère) émettant des matériaux grossiers mélangés à des matériaux fins. La fréquence moyenne des explosions variait de 5 à 9 événements/h.

Source : INGV.

Photo : Stromboli stati d’animo , Sebastiano Cannavo.

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

San Juan de Pasto, 14 mai 2024, 16h20. m.
Bulletin d’activités hebdomadaire : Complexe Volcanique Chiles et Cerro Negro (CVCCN)

Concernant le suivi de l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), une entité rattachée au MINISTERE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, rapporte que :
Par rapport à la semaine précédente, pour la période du 7 au 13 mai 2024, une diminution du nombre de tremblements de terre et une augmentation de l’énergie sismique libérée ont été enregistrées.
La sismicité liée à la fracture des roches prédomine, suivie par les tremblements de terre associés au mouvement des fluides.

Les localisations des événements associés à la fracture des roches continuent de se produire dans 2 sources principales, la première avec des tremblements de terre situés vers le Sud-Sud-Est du volcan Chiles, à des distances allant jusqu’à 15 km du volcan, avec des profondeurs allant jusqu’à 12 km par rapport à à son sommet (4 700 m d’altitude) et d’une magnitude maximale de 1,5. La deuxième source était concentrée dans la zone d’effondrement au Nord du sommet du volcan Chiles, à des distances de 1,4 km, avec des profondeurs inférieures à 4,4 km par rapport à son sommet (4 700 m d’altitude) et des magnitudes inférieures à 1,5.
Les processus de déformation volcanique enregistrés par des capteurs installés au sol et par des capteurs satellites distants se poursuivent. L’évolution de l’activité dans le CVCCN est le résultat de processus internes dérivés de l’interaction complexe entre le système magmatique, le système hydrothermal et les failles géologiques de la zone. Par conséquent, la probabilité d’apparition de séismes énergétiques pouvant être ressentis par les habitants de la zone d’influence du CVCCN persiste.
L’activité volcanique reste en état d’ALERTE JAUNE : volcan actif avec des changements dans le comportement du niveau de base des paramètres surveillés et d’autres manifestations.

Source et photo : SGC

 

Indonésie , Ibu :

Le mont Ibu a présenté une éruption le mercredi 15 mai 2024 à 13 h 54 WIT avec la hauteur de la colonne de cendres observée à ± 5 000 m au-dessus du sommet (± 6 325 m au-dessus du niveau de la mer). La colonne de cendres a été observée comme étant grise avec une intensité épaisse , orientée vers l’Ouest. Au moment de la rédaction de ce rapport, l’éruption était toujours en cours.

AVIS D ‘OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA

Publié : 15 mai 2024
Volcan : Ibu (268030)
Code couleur aviation actuel : ROUGE
Code couleur aviation précédent : orange
Source : Observatoire du Volcan Ibu
Numéro d’avis : 2024IBU008
Localisation du volcan : N 01 degrés 29 min 17 sec E 127 degrés 37 min 48 sec
Zone : Moluques du Nord, Indonésie
Altitude du sommet : 4 240 pieds (1 325 M)

Résumé de l’activité volcanique :
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 04h54 UTC (13h54 locale).

Hauteur des Nuages Volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres se situe à environ 20 240 pieds (6 325 m) au-dessus du niveau de la mer ou 16 000 pieds (5 000 m) au-dessus du sommet. Peut être supérieur à ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant vers l’Ouest. Les cendres volcaniques sont grises. L’intensité des cendres volcaniques est observée comme étant épaisse.

Remarques :
L’éruption et l’émission de cendres se poursuivent. Éruption enregistrée sur sismogramme avec une amplitude maximale de 28 mm.

Source et photo : Magma Indonésie.

 

Alaska , Shishaldin :

Les troubles sur le volcan Shishaldin se poursuivent. Une sismicité élevée se poursuit avec des périodes de tremors volcaniques et d’activité sismique observées au cours de la dernière journée. De faibles signaux infrasons associés à des bulles de gaz éclatant profondément dans le cratère volcanique ont également été détectés. Une légère vapeur provenant du cratère sommital et de nouveaux dépôts de cendres mineurs s’étendant jusqu’à environ 2 000 pieds (~ 600 m) sous le vent ont été observés dans des vues claires par satellite et par webcam. Ces dépôts sont probablement liés à la remobilisation par le vent des cendres du sol nu au sommet et à d’éventuelles petites chutes de pierres sur les parois intérieures abruptes du cratère sommital. Aucun nuage de cendres n’a été détecté dans les vues satellite ou webcam.

La dernière éruption significative produisant des cendres a eu lieu en novembre 2023.

Des capteurs sismiques et infrasons locaux, des caméras Web et un réseau géodésique sont utilisés pour surveiller le volcan Shishaldin. En plus du réseau de surveillance local, l’AVO utilise les réseaux géophysiques à proximité, les données régionales de capteurs d’infrasons et de foudre, ainsi que les images satellite pour détecter les éruptions.

Source : AVO

Photo : Beesley, Nick

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *