14 Mai 2024.

 

Indonésie , Ruang :

Diminution du niveau d’activité du G. Ruang du niveau IV (AWAS) au niveau III (SIAGA).

Le volcan Ruang est un volcan de type stratovolcan et a une hauteur maximale de 725 m au-dessus du niveau de la mer (asl) tout en formant une île distincte des autres îles. Géographiquement, le G. Ruang est situé à la position de coordonnées 2° 18′ 14,19″ N et 125° 21′ 58,38″ E et administrativement, il se trouve dans le district de Tagulandang, régence des îles Sitaro, province de Sulawesi du Nord. Le volcan Ruang a été observé visuellement et instrumentalement depuis le poste d’observation du volcan (PGA) situé dans le village de Tulusan, district de Tagulandang, régence des îles Sitaro, province de Sulawesi du Nord.

Les derniers développements de l’activité du G. Ruang jusqu’au 13 mai 2024 sont les suivants :

Après l’éruption explosive du 17 avril 2024, l’activité éruptive a diminué. Le 22 avril 2024 à 09h00 WITA, le niveau d’activité du G. Ruang a été abaissé du niveau IV (AWAS) au niveau III (SIAGA).
Les séismes du 29 avril 2024 jusqu’à 24h00 WITA enregistrés via la station RAPS étaient : 15 séismes d’avalanche, 237 séismes volcaniques superficiels, 425 séismes volcaniques profonds, 15 séismes tectoniques locaux et 6 séismes tectoniques lointains. La fumée issue du cratère a été observée jusqu’à 200 à 1 000 m au dessus du sommet avec une épaisse couleur blanche. À 17h02 WITA, une faible éruption a été observée avec de la fumée provenant du cratère jusqu’à 1 000 m au dessus du sommet.
Le 30 avril 2024 à 01h15 WITA, une éruption s’est produite, commençant par un tremblement de terre ressenti jusqu’à l’île de Tagulandang, avec une colonne d’éruption grise, d’intensité moyenne à épaisse, inclinée vers le nord. La hauteur de la colonne éruptive atteignait 2 000 m au-dessus du sommet. Le niveau d’activité du G. Ruang a été augmenté du niveau III (SIAGA) au niveau IV (AWAS) à 01h30 WITA, avec une distance de danger recommandée dans un rayon de 6 km. À 09h00 WITA, la distance de danger recommandée a été étendue à 7 km.
Le 30 avril 2024 à 02h32 WITA, il y a eu une autre éruption suivie d’un rugissement. La hauteur de la colonne éruptive n’a pas été observée en raison de l’obscurité. Il a été signalé que des pluies de pierres se sont produites au poste Ruang PGA à P. Tagulandang. L’éruption a duré jusqu’à 04h30 WITA. L’équipement de surveillance sismique du G. Ruang (RAPS) a été endommagé. A 08h35 WITA, une éruption a été observée accompagnée d’un flux de nuages ​​chauds qui ont atteint la mer dans le secteur Nord-Est de l’île . La colonne éruptive mesurait ± 5 000 m de hauteur à partir du sommet  , de couleur grise à noire, d’intensité épaisse penchée vers l’Est et le Sud.
Les éruptions du 17 avril 2024 et du 30 avril 2024 ont endommagé les stations RUA3 (à 1,5 km du cratère actif) et RAPS (2,7 km du cratère actif) situées sur l’île du G. Ruang. Le 3 mai 2024, un nouvel équipement de surveillance a été installé sur l’île Ruang (RUA4) à une distance de 2 km du cratère actif. Cette station RUA4 permet de calculer l’activité sismique actuelle.

 

Observations visuelles pour la période du 1er au 12 mai 2024.

La fumée issue du cratère a été observée comme étant blanche avec une intensité épaisse, une faible pression et une hauteur de 100 à 400 m au-dessus du sommet du cratère. Cependant, la hauteur commence à montrer une tendance stable. Le 13 mai 2024, la fumée du cratère a été observée comme étant blanche, avec une intensité épaisse, une faible pression et une hauteur de 200 à 300 m au-dessus du sommet du cratère .
Le nombre de séismes volcaniques profonds et de séismes volcaniques peu profonds pour la période du 1er au 12 mai 2024 (après l’éruption du 30 avril 2024) a tendance à diminuer . Des tremors continus étaient encore enregistrés, l’amplitude dominante diminuant dans la plage de 2 à 4 mm.
La sismicité du 13 mai 2024 jusqu’à 06h00 WITA a enregistré 1 séisme d’émission, 1 séisme tectonique lointain et des tremors continus avec une amplitude dominante de 2 mm.

Le danger potentiel actuel se présente sous la forme d’ éruptions qui produisent des éjections de matériaux incandescents et une exposition à des cendres volcaniques qui dépendent de la direction et de la vitesse du vent et des lahars si de fortes pluies tombent sur le mont Ruang.
Sur la base des résultats de la surveillance visuelle et instrumentale, l’activité volcanique du mont Ruang est toujours élevée et est fixée au niveau III (SIAGA).

Source et photo : PVMBG

 

Islande , Péninsule de Reykjanes :

Les terres s’élèvent à Svartsengi à la même vitesse qu’auparavant. Une forte tempête solaire a affecté les mesures ce week-end
Mise à jour du 13 mai 2024 à 11h35

Probabilité accrue d’une nouvelle coulée de magma et d’une autre éruption dans les prochains jours
Le plus susceptible d’entrer en éruption : la série de cratères Sundhnúks

L’avertissement d’éruption peut être très court

La terre s’élève à Svartsengi avec la même vitesse qu’auparavant. Depuis le 16 mars, date du début de la dernière éruption, la terre s’est élevée de près de 20 cm à la station GPS de Svartsengi. L’accumulation de magma se poursuit donc et il existe un risque accru d’un nouveau flux de magma ainsi que d’une éruption.

Lors des coulées magmatiques et des éruptions précédentes, environ 8 à 13 millions de mètres cubes ont été ajoutés à la chambre magmatique sous Svartsengi entre les événements avant que le magma ne s’écoule de la chambre magmatique dans la série de cratères Sundhnúks. Désormais, la quantité de magma ajoutée depuis le 16 mars a atteint la limite supérieure.

L’activité sismique est assez similaire d’un jour à l’autre. Au cours de la semaine dernière, environ 50 à 80 tremblements de terre ont été enregistrés par jour, la plupart dans les zones situées entre Stóra-Skógfell et Hagafell d’une part et au Sud de Þorbjarna d’autre part. La plupart des tremblements de terre ont une magnitude inférieure à 1,0, mais des tremblements de terre occasionnels proches de 2,0 ont été enregistrés. Les signes d’un nouveau flux magmatique seraient les mêmes qu’auparavant, de petits tremblements de terre locaux dans et autour du tunnel magmatique, une accélération de la déformation et des changements de pression dans les forages de la région.

La surveillance 24 heures sur 24 du National Weather Service surveille de près l’activité. De nouvelles fissures pourraient s’ouvrir dans la zone située entre Stóra-Scógfell et Hagafell, et les coulées de lave pourraient devenir comparables à la phase initiale des dernières éruptions volcaniques de la région. Cela pourrait se produire dans un délai très court, voire sans préavis.

Une tempête solaire a affecté les mesures GPS
Les mesures de la masse terrestre sont basées sur le calcul des changements dans le temps nécessaire pour que le signal arrive des satellites en orbite autour de la Terre jusqu’aux compteurs GPS au sol. Si le temps nécessaire au signal pour voyager entre l’orbite et le compteur diminue, cela signifie que la terre s’est levée.

Au cours du week-end, l’une des tempêtes magnétiques les plus puissantes de ces dernières années s’est produite lorsque des vents solaires de la taille de taches solaires ont frappé la Terre. La dernière tempête magnétique aussi puissante s’est produite le 30 octobre 2003.

Les vents solaires puissants envoient des particules chargées dans le champ magnétique terrestre, affectant la transmission des signaux entre les instruments GPS au sol et les satellites. Cette interférence affecte le temps de parcours du signal et donne l’impression que l’accumulation de magma a été réduite. Il n’en est rien puisque le nouveau point calculé ce matin se situe à une place « normale » par rapport aux mesures précédentes. (Voir graphique ci-dessus).

Les perturbations dues aux tempêtes solaires n’affectent pas la capacité du Met Office à avertir des coulées de magma ou des éruptions imminentes.

Source : Vedur is.

Photos : RÚV – Webcam à Orbirn , Vedur.is

 

Equateur / Galapagos , Fernandina :

RAPPORT QUOTIDIEN SUR L’ACTIVITE DU VOLCAN FERNANDINA. Quito, Lundi 13 Mai 2024.

Du 12 Mai 2024 11:00:00 au 13 Mai 2024 11:00:00

Quantité de dioxyde de soufre mesurée depuis fin janvier 2024 sur le volcan Fernandina

 

Niveau d’activité:
Surface : Bas ; tendance Surface : Descendante
Interne : Bas  ; Tendance interne : Descendante

Gaz:
Depuis le 8 mai, les satellites n’ont détecté aucune émission de dioxyde de soufre (SO2) sur Fernandina, on suppose donc que l’éruption touche à sa fin.

Autres paramètres de surveillance :
Au cours des dernières 24 heures, le système satellite FIRMS a enregistré 39 anomalies thermiques.

Observation:
Grâce aux images satellite GOES-16, des anomalies thermiques restantes sont toujours observées sur le volcan.

Source : IGEPN

Photos :  IGEPN , Wanderlist Vacations .

 

Indonésie , Ili Lewotolok : 

Une éruption du mont Ili Lewotolok s’est produite le mardi 14 mai 2024 à 09h12 WITA avec la hauteur de la colonne de cendres observée à ± 800 m au-dessus du sommet (± 2223 m au-dessus du niveau de la mer). La colonne de cendres a été observée comme étant blanche, grise à noire avec une intensité épaisse , orientée vers le Sud-Ouest. Au moment de la rédaction de ce rapport, l’éruption était toujours en cours.

AVIS D ‘OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA

Publié : 14 mai 2024
Volcan : Ili Lewotolok (264230)
Code couleur aviation actuel : ORANGE
Code couleur aviation précédent : orange
Source : Observatoire du Volcan Ili Lewotolok
Numéro d’avis : 2024LEW004
Emplacement du volcan : S 08 degrés 16 min 19 sec E 123 degrés 30 min 18 sec
Zone : Nusa Tenggara Est, Indonésie
Altitude du sommet : 4554 FT (1423 M)

Résumé de l’activité volcanique :
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 01h12 UTC (09h12 locale).

Hauteur des Nuages Volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres se situe à environ 7 114 pieds (2 223 m) au-dessus du niveau de la mer ou 2 560 pieds (800 m) au-dessus du sommet. Peut être supérieur à ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant vers le Sud-Ouest. Les cendres volcaniques sont blanches à foncées. L’intensité des cendres volcaniques est observée comme étant épaisse.

Remarques :
L’éruption et l’émission de cendres se poursuivent. Éruption enregistrée sur sismogramme avec une amplitude maximale de 34,5 mm.

Source et photo : Magma Indonésie.

 

Guatemala , Santiaguito :

DÉBUT DE LA SAISON DES LAHARES SUR LE VOLCAN SANTIAGUITO
Guatemala, 11 mai 2024, 11h00 (heure locale)

14 °44’ 33 ̋ Latitude Nord :
91°34’13 ̋Longitude Ouest
Altitude : 2500 mètres

Dans le prolongement des prévisions et perspectives climatiques mensuelles du Département de Recherches et Services Météorologiques, qui indiquent qu’entre le 6 et le 13 mai, la saison des pluies peut être formellement établie sur la zone de Bocacosta, ainsi que les enregistrements de pluie pendant la première jours de ce mois, à l’Observatoire du complexe volcanique Santa María-Santiaguito, la section Volcanologie rend compte du début de la saison du lahar sur le volcan Santiaguito.
Lorsque la pluie tombe plusieurs jours de suite sur les dépôts de matière volcanique, celle-ci se mélange à l’eau produisant un flux de débris qui transporte de la boue, des blocs de roche de quelques centimètres à plusieurs mètres de diamètre, des troncs et branches d’arbres et presque tout ce qu’il peut trouver sur son chemin.

Pendant la nuit et tôt le matin, une incandescence est enregistrée sur la coupole du dôme et sur les flancs, provoqués par la descente d’avalanches avec blocs à haute température

Le niveau élevé d’activité volcanique sur le dôme Caliente, décrit dans le bulletin volcanologique spécial BESAN-004-2024 et dans les bulletins volcanologiques quotidiens, a provoqué l’accumulation de matériel volcanique (cendres, lapilli et blocs rocheux) sur les flancs Sud-Ouest, Sud et au Sud-Est de la coupole, ainsi que sur la plaine ou « plage » située entre la coupole Caliente et la paroi du volcan Santa María. Ainsi, les parties supérieures des canaux de Zanjón Seco, San Isidro et Cabello de Ángel sont remplies de matériaux susceptibles d’être emportés par les pluies sous forme de lahars. Ces canaux se jettent dans les rivières Tambor et Nimá I, qui à leur tour se jettent dans la rivière Samalá, qui permet aux lahars de voyager depuis la zone d’El Palmar, Quetzaltenango, jusqu’aux environs de Saint-Sébastien, Retalhuleu.

Les premiers lahars de la saison devraient être particulièrement importants et descendre sous forme de coulées de boue chaudes et d’abondants blocs de roche, accompagnés de vapeur d’eau et d’odeurs de soufre. Ces flux rendent impossible la traversée des canaux et les matériaux qu’ils laissent derrière eux empêchent le passage des véhicules et des personnes pendant des heures ou des jours après l’événement, laissant potentiellement les communautés au secret en bloquant le passage par leurs voies de transit habituelles ou l’évacuation.

Source et photos : Insivumeh

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *