12 Mai 2022. FR. Alaska : Edgecumbe , Colombie : Nevado del Ruiz , Kamchatka : Karymsky , Chili : Nevados de Chillan , Hawaii : Kilauea , Italie : Vulcano .

Home / Alaska / 12 Mai 2022. FR. Alaska : Edgecumbe , Colombie : Nevado del Ruiz , Kamchatka : Karymsky , Chili : Nevados de Chillan , Hawaii : Kilauea , Italie : Vulcano .

12 Mai 2022. FR. Alaska : Edgecumbe , Colombie : Nevado del Ruiz , Kamchatka : Karymsky , Chili : Nevados de Chillan , Hawaii : Kilauea , Italie : Vulcano .

12 Mai 2022.

 

 

Alaska , Edgecumbe :

Le champ volcanique du mont Edgecumbe passe de « dormant » à « actif ». Publié: 09 mai 2022 .

Le champ volcanique du mont Edgecumbe (MEVF) est désormais classé comme « historiquement actif » selon les normes de l’Observatoire des volcans de l’Alaska (AVO) car il subit des déformations liées à la présence de magma pénétrant à trois milles sous la surface.

L’AVO définit un volcan « actif » comme un centre volcanique qui a eu une éruption récente ou une période de déformation intense, d’activité sismique et/ou d’activité fumerolienne qui reflète probablement l’accumulation de magma dans la croûte sous le volcan. Notez que cette définition ne nécessite pas une éruption réelle et utilise à la place des éruptions ainsi que des mesures de magma sous un volcan. L’AVO utilise le terme «historique» pour signifier au cours des 300 dernières années et le début des documents écrits en Alaska. Il est important de noter que les histoires orales autochtones de l’Alaska couvrent une période beaucoup plus longue. Au fur et à mesure que notre compréhension géologique des volcans de l’Alaska s’améliore grâce à des travaux de terrain supplémentaires et à des techniques modernes de datation radiométrique, notre compréhension de l’activité passée continuera d’évoluer.

Le champ volcanique du mont Edgecumbe (MEVF) a déjà été décrit par des personnes extérieures à l’observatoire des volcans de l’Alaska comme un volcan « dormant ». Parlons de ce mot, « dormant ». Le glossaire de géologie de l’American Geosciences Institute définit le « volcan dormant » comme : « Un volcan qui n’est pas en éruption actuellement mais qui est considéré comme susceptible de le faire à l’avenir. Il n’y a pas de distinction précise entre un volcan dormant et un volcan actif. » Le terme « volcan dormant » est si peu utilisé et indéfini dans la volcanologie moderne que l’Encyclopedia of Volcanoes (2000) ne le contient pas dans les glossaires ou l’index.

L’Observatoire des volcans de l’Alaska préfère classer les volcans en fonction de la date à laquelle ils ont été les plus récemment actifs, et qualifiait auparavant le MEVF d' »Holocène », ce qui signifie que nous pensions que l’activité la plus récente sur l’ Edgecumbe remonte à environ 11 700 ans.  Cependant, avec notre observation récente que le magma s’immisce probablement sous l’Edgecumbe, l’Observatoire des volcans de l’Alaska classe maintenant le MEVF comme « historiquement actif ».

Le champ volcanique du mont Edgecumbe se trouve sur l’île de Kruzof, qui se trouve dans la forêt nationale de Tongass et est gérée par le US Forest Service.

Source : AVO

Photo : Jim Riehle (U.S. Geological Survey, Alaska Volcano Observatory).

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin hebdomadaire de l’activité du volcan Nevado del Ruiz
Le niveau d’activité se poursuit au niveau d’activité jaune ou (III) : changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Concernant le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN rapporte que :

La sismicité associée à la fracturation des roches a augmenté en nombre de séismes et en énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était localisée principalement dans les secteurs Nord-Est, Sud-Ouest et Sud-Est du volcan et, dans une moindre mesure, dans le cratère Arenas et dans le secteur distal Nord-Ouest du volcan. La profondeur des tremblements de terre variait entre 0,6 et 6,5 km. La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine était de 3,0 ML ( Magnitude Locale ), correspondant au tremblement de terre survenu le 9 mai à 10h05 (heure locale), situé à 2,0 km au Nord-Est du cratère Arenas, à une profondeur de 4,0 km.
L’enregistrement de plusieurs épisodes de sismicité de courte durée, de faible énergie et de type  » drumbeat » associés à la fracturation de la roche les 5 et 8 mai se démarque. Cette sismicité a été liée aux processus d’ascension, de mise en place-croissance et d’évolution d’un dôme de lave au fond du cratère Arenas.

La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a augmenté en nombre de tremblements de terre et en énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique a été caractérisée par la survenue de tremors volcaniques continus, d’impulsions de tremor, de séismes de type longue et très longue période. Ces signaux présentaient des niveaux d’énergie faibles à modérés et un contenu spectral variable. La plupart de ces tremblements de terre ont été localisés dans le cratère Arenas. Certains d’entre eux étaient associés à des émissions de gaz et de cendres qui ont été confirmées par les caméras installées dans la zone du volcan et par les rapports des responsables du parc naturel national de Los Nevados et des habitants de la zone d’influence du volcan. Les caméras thermographiques permettaient d’observer l’évolution de la température relative de la matière émise dans l’atmosphère.

La colonne de gaz et de vapeur a atteint une hauteur maximale de 2 932 m mesurée au sommet du volcan le 9 mai, associée à l’émission de cendres à 08h57 (heure locale).

Le 10 mai, le Servicio Geológico Colombiano (SGC) a signalé qu’au cours de la semaine précédente, le nombre de signaux sismiques indiquant à la fois la fracturation de la roche et le mouvement des fluides sur le Nevado del Ruiz avait augmenté par rapport à la semaine précédente. Plusieurs épisodes de sismicité de type  » drumbeat » ont été enregistrés les 5 et 8 mai, indiquant la croissance du dôme de lave. Certaines anomalies thermiques à basse température ont également été identifiées dans le cratère Arenas. Les émissions de gaz et de cendres étaient périodiquement visibles sur les images de la webcam. Une petite émission de cendres le 3 mai a provoqué des chutes de cendres mineures dans les municipalités de Manizales (25 km Nord), Dosquebradas (40 km Ouest), Santa Rosa et Pereira (40 km Ouest-Sud-Ouest). À 08 h 57 le 9 mai, un panache de cendres a dérivé vers le Nord-Ouest, l’Ouest et le Sud-Ouest, provoquant des chutes de cendres à Manizales, Villamaría (28 km au Nord-Ouest) et Chinchiná (30 km à l’Ouest – Nord-Ouest) dans le département de Caldas, ainsi qu’à Pereira, Dosquebradas et Santa Rosa. de Cabal (33 km Ouest) dans le département de Risaralda. Le niveau d’alerte est resté à 3 (jaune ; le deuxième niveau le plus bas sur une échelle de quatre couleurs).

Source : SGC. GVP.

Photos : infobae.com , Diana M Bustamante.

 

Kamchatka , Karymsky :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION (VONA)

Publié : 11 mai 2022
Volcan : Karymsky (CAVW #300130)
Code couleur aviation actuel : ORANGE
Code couleur aviation précédent : orange
Source : KVERT
Numéro d’avis : 2022-33
Emplacement du volcan : N 54 degrés 2 min E 159 degrés 26 min
Région : Kamtchatka, Russie
Altitude du sommet : 1 486 m (4 874,08 pi).

Résumé de l’activité volcanique :
Une activité éruptive modérée du volcan se poursuit. Des explosions ont envoyé des cendres jusqu’à 6 km d’altitude, un nuage de cendres de 7×10 km se déplace sur 25 km à l’Ouest-Nord-Ouest du volcan.
Cette activité continue . Des explosions de cendres jusqu’à 12 km (39 400 pieds) d’altitude pourraient survenir à tout moment. L’activité en cours pourrait affecter les aéronefs internationaux  volant à basse altitude.

Hauteur des nuages ​​volcaniques :
6000 m (19680 ft) AMSL Heure et méthode de détermination de la hauteur du panache de cendres/nuage : 20220511/2320Z – Himawari-8

Autres informations sur les nuages ​​volcaniques :
Distance du panache de cendres/nuage du volcan : 25 km (16 mi)
Direction de dérive du panache de cendres/nuage du volcan : WNW / azimut 283 deg
Heure et méthode de détermination du panache de cendres/nuage : 20220511/2320Z – Himawari-8

Source : Kvert.

Photo : Daily Afisha. Ru.

 

Chili , Nevados de Chillan : 

COMPLEXE VOLCANIQUE DU NEVADOS DE CHILLÁN

Sismologie
La sismicité volcano-tectonique (VT) a ajouté un total de 47 événements causés par des processus de rupture fragile ; le plus énergétique avait une magnitude locale (ML) égale à 2,1, située à 3,9 km à l’Est (E) de l’édifice volcanique, avec une profondeur de 4,3 km depuis le sommet. Cette sismicité, qui a été liée spatialement et temporellement dans les phases précédentes de ce cycle éruptif avec des changements dans la déformation de l’édifice volcanique, reste à des niveaux faibles par rapport aux périodes de plus grande activité.
La sismicité de type longue période (LP), d’explosion (EX) et de tremor (TR) continue d’être enregistrée, associée à la dynamique des fluides au sein du système volcanique. 682 séismes de type LP ont été classés, dont 175 liés à des explosions au niveau de la surface, dues à la présence d’ondes acoustiques et/ou d’émissions gazeuses, souvent avec l’apport de matière particulaire. La taille du plus grand tremblement de terre de type LP estimée à partir du paramètre de déplacement réduit (DR) a atteint une valeur égale à 481 cm2 et a été associée à une explosion qui a provoqué une onde acoustique qui a obtenu une pression réduite de 40 Pa Km.
Concernant la sismicité de type TR, 260 épisodes ont été identifiés dont le plus important a atteint un DR de 83 cm2. Les niveaux d’énergie quotidiens observés pour les tremblements de terre associés au mouvement des fluides sont restés à un niveau considéré comme faible par rapport aux périodes de plus grande activité éruptive.

Géochimie des fluides
Les données sur les émissions de dioxyde de soufre (SO2) obtenues par l’équipement de spectroscopie optique d’absorption différentielle (DOAS), correspondant aux stations Philippi et Chillán, installées à 1,5 km au Sud-Sud-Est (SSE) et à 2,7 km à l’Est-Sud-Est (ESE) du cratère actif , respectivement, ont présenté une valeur moyenne de 551 ± 68 t/j, avec une valeur journalière maximale de 849 t/j, enregistrée le 18 avril. Une augmentation des taux de SO2 est observée, cohérente avec la présence d’un nouveau corps effusif à l’intérieur du cratère actif Nicanor.
Aucune anomalie n’a été signalée dans les émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans la zone proche du complexe volcanique, selon les données publiées par Tropospheric Monitoring.  

Anomalies thermiques satellitaires
Une alerte thermique a été enregistrée dans la zone associée au complexe volcanique au cours de la période, avec une Puissance Radiative Volcanique (VRP) maximale de 1 MW le 17 avril, une valeur considérée comme faible selon les données traitées par le Moyen Infrarouge d’Observation de l’Activité Volcanique. (MIROVA, http://www.mirovaweb.it/).
Parallèlement, selon le traitement analytique des images satellitaires (Sentinelle 2-L2A en combinaison de bandes de fausses couleurs), des anomalies de luminance ont été observées les 18, 20, 28 et 30 avril.

En général, le complexe volcanique du Nevados de Chillán poursuit son activité dans un contexte d’éruption modérée avec un faible niveau explosif, prévalant avec un état de faible énergie sismique. L’activité de surface au cours de cette période a été caractérisée par des explosions principalement gazeuses avec une teneur faible ou nulle en matière pyroclastique ; De plus, un faible volume de matériau extrudé (corps effusif) continue d’être observé. D’après l’analyse des données des stations géodésiques, le système volcanique reste dans un processus déflationniste sans variations importantes.

Dans ce cadre, l’alerte technique est maintenue au niveau :
ALERTE TECHNIQUE JAUNE : Modifications du comportement de l’activité volcanique

Observation:
La zone susceptible d’être affectée par des processus volcaniques tels que les coulées de lave, les courants de densités pyroclastiques et les pyroclastes de projection balistique, comprend un rayon de 2 km autour du cratère actif

Source : Sernageomin.

Lire l’article https://rnvv.sernageomin.cl/rnvv/TI_Santiago_prod/reportes_LB/2022/RAV_20220509_%C3%91uble_v8.pdf

Photos : Sernageomin , 24 horas .

 

Hawaii , Kilauea :

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet : 4091 pieds (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation : ORANGE

Résumé de l’activité :
L’éruption au sommet du volcan Kīlauea, dans le cratère Halema’uma’u, s’est poursuivie au cours des dernières 24 heures. Toute l’activité de lave récente a été confinée au cratère, et les données actuelles indiquent que ce scénario est susceptible de se poursuivre. Aucun changement significatif n’a été noté au sommet ou dans la zone du Rift Est.

 

Observations du lac de lave du cratère Halemaʻumaʻu :
L’éruption de lave de l’évent Ouest de Halema’uma’u dans le lac de lave actif et sur le fond du cratère s’est poursuivie au cours des dernières 24 heures. Le lac de lave actif a montré une activité de surface continue, le niveau du lac augmentant légèrement vers 20 heures la nuit dernière. Hier, l’activité de suintement de lave était très faible et principalement limitée à la marge Nord-Est du lac. Une plus grande activité de suintement sur la marge Nord-Ouest du lac a repris vers 2 heures du matin aujourd’hui. Les mesures de survol du 6 avril 2022 ont indiqué que le fond du cratère avait connu une élévation totale d’environ 99 mètres (325 pieds) .

Observations du sommet :
Les inclinomètres du sommet ont indiqué l’inflation jusqu’à hier matin, qui s’est stabilisée hier après-midi ; l’inclinaison est restée plate depuis lors. Un taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) d’environ 2 700 tonnes par jour (t/j) a été mesuré hier (10 mai 2022).​​​​​​​

Source : HVO.

Photo : USGS / M. Patrick ( archive).

 

Italie , Vulcano :

BULLETIN HEBDOMADAIRE. du 02 Mai 2022 au 08 Mai 2022. (date d’émission 10 Mai 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) Température des fumerolles du cratère : Le champ fumerolien a des températures d’émission équivalentes le long de toute la ligne de fracture sommitale, confirmant une anomalie thermique toujours entretenue par un flux de vapeur constant.
2) Flux de CO2 dans la zone du cratère : Le flux de CO2 du sol dans la zone sommitale confirme une stabilisation sur des valeurs élevées autour de 12 000 g m-2 jour-1.
3) Flux de SO2 dans la zone du cratère : flux de SO2 à un niveau moyen-élevé et stable
4) Géochimie des gaz fumeroliens : Aucune mise à jour n’est disponible.

5) Flux de CO2 à la base du cône de La Fossa et dans la zone de Vulcano Porto : Les flux de CO2 enregistrés dans les sites de C. Sicilia, Rimessa et P4max continuent de montrer une légère tendance à la baisse, mais restent à des valeurs moyennes-élevées ; dans le site de Faraglione, il y a des valeurs proches du niveau de fond.
6) Géochimie des aquifères thermiques : La température mesurée dans le puits Camping Sicilia se situe à des valeurs élevées et stables. La conductivité électrique montre des valeurs faibles, bien qu’en légère augmentation.
Les valeurs de niveau mesurées dans le puits Bambara montrent une tendance modérée à la hausse. Les valeurs de conductivité continuent d’afficher une diminution progressive même si elles restent à des niveaux moyens-élevés.
7) Sismicité locale : Activité sismique locale de faible niveau
8) Sismicité régionale : Aucun événement de fracturation avec Ml supérieur à 1 n’a été enregistré.
9) Déformations – GNSS : Le réseau de stations GNSS permanentes n’a pas enregistré de changements significatifs.
10) Déformations – Inclinométrie : Le réseau inclinométrique n’a pas enregistré de changements significatifs.
11) Autres observations : Gravimétrie : Aucune variation significative n’a été enregistrée.

TEMPÉRATURE DES FUMEROLES DU CRATERE :
Le long du bord supérieur, la température maximale d’émission a des valeurs très stables (T1 : 377-383°C), avec une moyenne hebdomadaire de 381°C. Le signal thermique du capteur situé côté intérieur a été interrompu le 5 mai, en raison d’un problème d’alimentation, mais le site présentait déjà des perturbations évidentes de nature exogène.
Il faut re – remplacer complètement 2 lignes de mesure et leurs sondes respectives (F5 – T3 ; FA) et reconsidérer la position de T0_Fa, mais l’intervention n’aura lieu que lorsque les conditions de travail s’amélioreront.

FLUX DE CO2 A LA BASE DU CONE DE LA FOSSA ET DANS LA ZONE DE PORTO VULCANO:
Les flux de CO2 à la base du cratère dans le site de C. Sicilia montrent des valeurs moyennes à élevées, supérieures au niveau de fond, bien qu’en forte diminution par rapport à la période novembre-décembre 2021 ; le site de Rimessa a enregistré des valeurs moyennes, stables par rapport à la semaine dernière ; le site P4max affiche des valeurs moyennes-élevées, qui fluctuent de manière cyclique ; dans le site de Faraglione, il y a des valeurs proches du niveau de fond.

Source : INGV.

Lire l’articlehttps://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/636-bollettino-Settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Vulcano-del-2022-05-10/file

Photos : INGV.

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search