15 Juillet 2019. FR . Italie : Stromboli , Chili : Nevados de Chillan , Russie / Iles Kouriles : Raikoke , Mexique : Popocatepetl .

Home / blog georges Vitton / 15 Juillet 2019. FR . Italie : Stromboli , Chili : Nevados de Chillan , Russie / Iles Kouriles : Raikoke , Mexique : Popocatepetl .

15 Juillet 2019. FR . Italie : Stromboli , Chili : Nevados de Chillan , Russie / Iles Kouriles : Raikoke , Mexique : Popocatepetl .

15 Juillet 2019.

 

 

Italie , Stromboli :

Le paroxysme de Stromboli du 3 juillet 2019 et l’activité des jours suivants: le point de la situation au 13 juillet 2019.

Au cours des derniers mois, l’activité explosive persistante de Stromboli – en fait la classique «activité strombolienne» , s’est manifestée de manière assez vive, impliquant 4 ou 5 bouches sur la terrasse du cratère. Cette activité a atteint son premier point culminant le 25 juin 2019 à 23h03 UTC (= heure locale -2), avec une explosion majeure qui s’est produite dans la zone Centre-Sud de la terrasse du cratère de Stromboli (Figure 1).  Depuis les caméras de surveillance, il a été observé que des matériaux pyroclastiques retombaient le long de la Sciara del Fuoco et à l’intérieur de la terrasse du cratère avec des blocs qui ont également dépassé son bord.

Figure 1. – Image thermique de la terrasse du cratère de Stromboli, avec les initiales appliquées aux évents actifs. S1, S2 et C sont situés dans la zone du cratère centre-sud (CS), N1 et N2 dans la zone nord (N). La vue est prise depuis le Pizzo au nord-ouest (INGV-OE).

Les jours suivants, l’activité s’est poursuivie de manière très vivante (voir la vidéo enregistrée dans la soirée du 29 juin par Micol Todesco), et notamment l’évent le plus au Sud de la zone Centre-Sud de la terrasse du cratère a produit de fréquents jets de scories incandescentes qui dépassaient la hauteur du Pizzo.

Les témoignages de ceux qui ont observé l’activité de Stromboli dans les jours du 1er au 2 juillet indiquent que l’activité avait légèrement diminué par rapport aux jours précédents; cela se produit souvent entre une période d’activité plus intense et une autre et ne peut être considéré comme un signe précurseur du paroxysme du 3 juillet. Même le 3 juillet, jusqu’à l’après-midi, l’activité éruptive n’a montré aucun changement significatif. Une petite coulée de lave a été émise à partir de la zone du cratère Centre-Sud au sommet de la Sciara del Fuoco vers 14h00 UTC.

 

Le paroxysme du 3 juillet 2019.
Le premier signal qui peut être interprété comme étant clairement associé au paroxysme a été enregistré comme une variation significative de la station dilatométrique SVO, située au centre COA de San Vincenzo, à une altitude de 74 m au dessus du niveau de la mer, à partir de 14h38 UTC environ. Dans les images de la caméra de surveillance thermique sur le Pizzo (SPT), nous notons l’émission d’une petite coulée de lave de la bouche « C » (Figures 1 et 2a) à 14h43h15. Pendant les deux minutes consécutives, toutes les bouches ont commencé à émettre des coulées de lave (Fig. 2b-d); enfin, à 14h45h43, une énorme bulle de lave s’est rapidement détendue à partir des zones des bouches S1 et S2, en commençant la séquence d’explosions paroxystiques, qui a duré environ une minute.

Figure 2. – Les trois dernières minutes d’enregistrement de la caméra thermique de l’INGG-OE « SPT » sur le Pizzo de Stromboli, le 3 juillet 2019, à 14h43:30 – 14:45:47. Nous voyons l’augmentation de l’activité éruptive (émission de coulées de lave de tous les évents) dans les 60 secondes précédant le début de l’explosion paroxystique. Cette caméra a été détruite par la même explosion, à l’instar de nombreux autres outils de surveillance.

La séquence des explosions était assez complexe, générant, entre autres, deux explosions caractérisées par une certaine orientation directionnelle. L’événement le plus violent, à 16h46h40, a concerné toute la terrasse du cratère. L’effondrement d’une partie de la colonne éruptive sur la Sciara del Fuoco a généré au moins deux coulées pyroclastiques qui se sont déversées dans la mer et ont progressé jusqu’à environ 1 km de la côte (Figure 3a). La colonne d’éruption s’est élevée environ 4 km au-dessus du sommet du volcan (qui atteint 924 m de haut; figure 3b). Les retombées de matériaux pyroclastiques incandescents ont rapidement enflammé la végétation sur les pentes du volcan (figure 3c), en particulier du côté de Ginostra, la plus petite des deux zones habitées de l’île, située dans le secteur Sud-Ouest de Stromboli (figure 4). ). Malheureusement, un homme de 35 ans , originaire de Milazzo, qui était avec un ami dans la région de Punta dei Corvi (à environ 100 mètres au-dessus du niveau de la mer), est décédé et son ami a été blessé.

Figure 3. – Au moment de l’explosion du 3 juillet 2019, un voilier allemand était situé à environ 2 km de la côte nord de Stromboli. a) Les deux flux pyroclastiques qui se sont déversés sur le Sciara del Fuoco se sont étendus sur la mer jusqu’à environ 1 km de la côte. (b) Colonne d’éruption et descente continue de matériaux chauds sur la Sciara del Fuoco. c) Les incendies dans la zone du navire; en bas à gauche, vous voyez l’une des deux bouées de mesures d’ondes marines de l’Université de Florence pour la détection des tsunamis au large de la côte de l’île. Les photos ont été prises par Egon Karcher et reproduites ici avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Figure 4. – Végétation dévastée par les incendies provoqués par l’explosion du 3 juillet 2019 dans la région de Ginostra. Les maisons de la ville ont heureusement été épargnées. Photos prises par Boris Behncke, le 9 juillet 2019 (INGV-OE).

Sur le Pizzo, les retombées de matériaux pyroclastiques grossiers ont complètement recouvert le sol, détruisant les outils de contrôle qui s’y trouvaient. Sur la face externe du Pizzo (pente Sud-Est), la récurrence abondante de coquilles de lave encore fluides a généré un petit flux «réomorphique», c’est-à-dire constitué d’un matériau pyroclastique à l’état plastique qui s’agglutine et parvient à couler. Ce flux a couvert environ 200 à 300 m, recouvrant le chemin généralement emprunté par les groupes d’excursionnistes descendant du Pizzo (Figure 5).

Figure 5. – Photo aérienne (à gauche) et vue de la mer (à droite) d’un petit courant rhéomorphique formé sur le haut flanc sud-est de Stromboli et propagé dans la Rina Grande, également connu sous le nom de « Sciara Vecchia », pendant le paroxysme du 3 juillet 2019. La ligne qui est coupée en diagonale par rapport à la coulée est celle empruntée par les randonneurs du Pizzo. Les photos ont été prises par Stefano Branca le 5 juillet et par Boris Behncke le 9 juillet 2019 (INGV-OE).

Les retombées de matériaux pyroclastiques plus petits (cendres et lapilli) ont principalement affecté le secteur Ouest de l’île, y compris la zone bâtie de Ginostra (Figure 6). Ce matériau est en grande partie composé de laitier de couleur dorée (également connu sous le nom de « pierre ponce blonde »), qui présente un mélange avec de la lave noire – un phénomène typiquement observé dans les produits des paroxysmes de Stromboli. Beaucoup de ces scories sont extrêmement poreuses et flottent sur la mer (Fig. 6a); dans les jours suivants, ces déchets ont été transportés par les courants marins vers le Sud, au-delà de l’île de Vulcano.

 

Figure 6. – (a) Le petit port de Ginostra recouvert de matériau pyroclastique (lapilli et cendres), qui flotte également sur la mer, le 4 juillet 2019. (b) Dépôt pyroclastique sur le toit d’une maison à Ginostra, le 7 juillet 2019. Photo par Gianfilippo De Astis (INGV-RM1).

Activité éruptive après le paroxysme jusqu’au 13 juillet 2019.
Suite à la séquence d’explosions paroxystiques, on a observé une diminution rapide de l’activité explosive, qui a repris moins d’une heure plus tard avec ses caractéristiques habituelles, bien que très intense et accompagnée de modestes déversements de lave de différentes bouches placées sur la terrasse du cratère. En particulier, la zone Centre-Sud du cratère était le site d’une activité explosive presque continue de différentes bouches et de l’émission de petites coulées de lave qui se déversaient dans la partie Sud de la Sciara del Fuoco, atteignant environ la moitié de la pente (Figure 7).

Figure 7. – Débordement de lave sur la partie supérieure de la Sciara del Fuoco, 5 juillet 2019. (a) Photo aérienne prise par Stefano Branca (INGV-OE); la flèche jaune montre un petit débordement de la zone du cratère nord, la flèche rouge la plus volumineuse de la zone centre-sud du cratère. b) La Sciara del Fuoco vue de la mer au coucher du soleil; les deux coulées sont entourés de lignes jaunes. Photo de Francesco Ciancitto (INGV-OE).

Le 9 juillet, des chercheurs de l’Observatoire INGV-Etneo et du Centre de recherche océanographique GEOMAR Helmholtz Kiel, en Allemagne, ont effectué des levés photogrammétriques aériens à l’aide d’un drone hybride WINGCOPTER équipé d’une caméra thermique Workswell (modèle WIRIS) et d’une caméra Sony 40 MP RGB. Un modèle thermique 3D préliminaire de l’île et en particulier de la zone touchée par l’éruption a ainsi été produit. Sur la figure 8a, il est possible de distinguer clairement les parties actives du champ de lave et la zone du sommet affectée par une activité explosive (en rouge). La figure 8b, en revanche, montre une image prise le 12 juillet sur le satellite Sentinel-2, avec trois fortes anomalies thermiques correspondant aux bouches en activité explosive et la coulée de lave active dans la partie supérieure de la Sciara del Fuoco.

Figure 8. – (a) Modèle thermique 3D de la Sciara del Fuoco et de la partie supérieure de Stromboli (images de 10:40 du 9 juillet 2019). En rouge, nous mettons en évidence la partie du flux actif émise par la zone du cratère centre-sud et les évents éruptifs caractérisés par une activité explosive. Notez le grand nombre de petites bouches actives dans la zone du cratère nord. Données traitées en collaboration avec le Centre de recherche océanographique GEOMAR Helmholtz Kiel, Allemagne. (b) Image prise du satellite Sentinel-2 le 12 juillet 2019. Il y a des anomalies thermiques correspondant aux bouches explosives au sommet et au trop-plein de lave actif (flèche jaune). Image de l’Union européenne, données Copernicus Sentinel, traitées par Annamaria Luongo.

Au moment de la publication de cet article (soir du 13 juillet 2019), le Stromboli poursuit une intense activité explosive et effusive. Dans la soirée du 12 juillet, l’activité des bouches dans la zone du cratère Nord a augmenté , ce qui a généré une série de petits débordements dans la partie centrale supérieure de la Sciara del Fuoco (Figure 9a), tandis que l’émission de modestes coulées de lave se poursuivait dans la zone du cratère Centre-Sud (Figure 9b).

Figure 9. – (a) Débordement du cratère nord dans la soirée du 12 juillet 2019. Image enregistrée par la caméra de surveillance visuelle de l’INGV-OE à une altitude de 400 m du côté nord de la Sciara del Fuoco; au-dessus, vous pouvez voir la quasi-pleine lune. b) Débordement de lave de la zone du centre-sud, vue de Punta Corvo, dans la nuit du 12 au 13 juillet 2019. Photo de Francesco Ciancitto (INGV-OE).

Nous remercions tous les membres du personnel de l’INGV qui, au cours de cette période, ont effectué des observations, échantillonné et restauré des instruments endommagés sur l’île de Stromboli et partagé leurs images. La collaboration des collègues allemands du Centre de recherche océanographique GEOMAR Helmholtz à Kiel, en Allemagne, a également été précieuse. Un merci tout spécial à M. Egon Karcher, qui a mis à disposition ses précieuses photographies des coulées pyroclastiques du Sciara del Fuoco du 3 juillet 2019.

Article rédigé par Boris Behncke, utilisant les données obtenues des réseaux de surveillance et du personnel d’INGV impliqué dans les activités sur le terrain et dans les salles d’opérations des observatoires.

Source : INGV Vulcani.

Lire l’article original : https://ingvvulcani.wordpress.com/2019/07/13/il-parossismo-dello-stromboli-del-3-luglio-2019-e-lattivita-nei-giorni-successivi-il-punto-della-situazione-al-13-luglio-2019/?fbclid=IwAR0Y9bQHTc0jLzeV6o64VXTVcwlb8Qg7VA3iCsCQrI1A2buTT3GT6k_1ObU

Photo ajoutée : Iacullo Antonio

 

 

Chili , Nevados de Chillan :

Rapport spécial d’activité volcanique ( REAV).
Région De Nuble , Volcan Nevados de Chillan , 14 Juillet 2019, 07h30 Heure locale (Chili continental).

Le Service national de géologie et des mines du Chili (Sernageomin) publie les informations PRELIMINAIRES suivantes, obtenues grâce au matériel de surveillance du Réseau national de surveillance volcanique (RNVV), traitées et analysées à l’Observatoire volcanologique des Andes du Sud (OVDAS):

Hier , Dimanche 14 Juillet 2019 à 06h57 Heure locale (10h57 UTC ), les stations de surveillance installées à proximité du volcan Nevados de Chillan ont enregistré un évènement explosif associé avec un séisme de type longue période ( Type LP) lequel était en relation avec la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan.

La localisation du séisme après son analyse est :
TEMPS D’ ORIGINE : 06h57 Heure locale (10h57 UTC )
LATITUDE: 36,870° S
LONGITUDE : 71,374° O
PROFONDEUR: 0,8 KM
DEPLACEMENT REDUIT : 765 cm2
SIGNAL ACOUSTIQUE: 3,8 Pa réduits à 1 km

OBSERVATIONS:
L’explosion a été associée avec l’enregistrement d’un signal sismique avec une valeur de déplacement réduit ( moyenne de l’énergie sismique) de 765 cm2 , considérée comme haute . Egalement , il a été enregistré une incandescence associée aux émissions de gaz et de matériaux pyroclastiques à haute température , lesquels se sont déposés dans les environs du cratère.

Le niveau d’alerte technique volcanique reste au niveau : ORANGE .

Le Sernageomin poursuit la surveillance en ligne et informera de manière opportune sur les changements éventuels observés.

Source : Sernageomin.

Photo : Publimetro.

 

Russie / Iles Kouriles , Raikoke :

Des nouvelles (rares ) du Raikoke :  

Un reportage de Chris Burkard.

Hier, nous sommes arrivés sur l’île de Raikoke, qui venait de faire une explosion,  il y a une semaine. Nous avons été la première équipe médiatique à le documenter. Je n’avais aucune idée que cette île était principalement constituée de falaises avant notre arrivée.

Presque zéro plages de sable fin. Nous marchions le long de rivages vierges tandis que la vapeur montait à travers le sable et brûlait la semelle de nos chaussures. Des cendres dans l’air piquaient en entrant dans nos poumons et nos yeux pendant que nous marchions le long de ce qui était autrefois une île complètement verte et luxuriante. (Google pour voir à quoi elle ressemblait) Ce qui est devenu très évident est que ce volcan a détruit toute chance de vie de continuer à prospérer sur l’île. Des centaines de milliers d’oiseaux de mer déplacés étaient dans le ciel et dans l’eau avec beaucoup d’individus morts sur la plage.

Notre scientifique russe à bord, Vladimir, a confirmé que la colonie des Lions de mer avait été anéantie, ne laissant que quelques spécimens têtus, ses pièges photographiques et sa cabane d’observation également ensevelis. Les algues mortes dans l’océan qui en ont modifié le PH bordaient les rochers où nous avons prélevé des échantillons de cendres. C’était vraiment magnifique et terrifiant. 

Source : Chris Burkard / Facebook via Sherine France.

Photos : Olga Rumyantseva via Sherine France.

 

Mexique , Popocatepetl :

14 juillet, 11h00 h (14 juillet, 16h00 GMT).

Au cours des dernières 24 heures, grâce aux systèmes de surveillance du volcan Popocatépetl, 77 exhalaisons ont été identifiées, accompagnées de vapeur, de gaz et de légères quantités de cendres ainsi que 531 minutes de tremors accompagnés de petites quantités de cendres . De plus, deux explosions de faible intensité ont été enregistrées hier à 17h58 et à 19h58. En raison des conditions de nébulosité, les émissions n’ont pas pu être observées.

Au moment de la rédaction de ce rapport, il y avait une émission de vapeur d’eau et de gaz avec de petites quantités de cendres vers l’ Ouest-Sud-Ouest .

Le CENAPRED demande instamment de NE PAS APPROCHER le volcan et surtout le cratère, en raison du risque de chute de fragments balistiques , et en cas de fortes pluies , de s’éloigner du fond des ravins en raison du risque de coulée de boue et de débris.

Le feu de signalisation d’alerte du Popocatepetl  est situé à JAUNE PHASE 2.

Source : Cenapred .

Photo : GL , Volcan popo

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search