05 Juillet 2019. FR. Italie : Stromboli , Equateur : Sangay , Philippines : Taal , Guatemala : Santiaguito .

Home / blog georges Vitton / 05 Juillet 2019. FR. Italie : Stromboli , Equateur : Sangay , Philippines : Taal , Guatemala : Santiaguito .

05 Juillet 2019. FR. Italie : Stromboli , Equateur : Sangay , Philippines : Taal , Guatemala : Santiaguito .

05 Juillet 2019.

 

 

Italie , Stromboli :

Eruption de Stromboli. Communiqué de presse extraordinaire du 4 juillet 2019 ,09:00 heure UTC – 11:00 heure locale

Mise à jour sur le phénomène actuel.

À partir de 14h46 UTC (toutes les heures sont exprimées en UTC) le 3 juillet 2019, une séquence paroxystique s’est produite qui a affecté la terrasse du cratère de Stromboli. Le début du phénomène a été précédé par une intensification de l’activité strombolienne depuis un évent éruptif actif dans la zone centre-sud (S2) et deux dans la zone nord (N1 et N2), ainsi que par des éclaboussures depuis deux bouches situées dans la zone centre-sud (S1 et C). À 13h59, une explosion dans la zone centre-sud génère également un débordement de lave qui se répand sur la partie supérieure de la Sciara del Fuoco. À partir de 14h43:10 , le débordement de lave commence depuis toutes les bouches actives à l’intérieur de la terrasse du cratère; en particulier à 14:43:10 de la bouche C, à 14:44:20 UTC des deux bouches N1 et N2, à 14:45:00 le débordement commence à partir de la bouche S2.


 

 

À 14:45:50 UTC, il y a eu une explosion plus intense de l’évent N1 avec coulée de lave. La phase paroxystique commence à 14h46h de la zone du cratère centre-sud, suivie de deux explosions latérales à 14h46h10 et 14h46h20 respectivement, vraisemblablement de la zone centre-sud de la terrasse du cratère. À 14 h 46 min 40 s, la principale explosion paroxystique touchant l’ensemble de la terrasse du cratère est enregistrée. Cela alimente un débordement de lave qui se met en place sur la Sciara del Fuoco, dont le front de brèche génère le roulement de blocs incandescents qui atteignent le littoral. Le personnel de l’INGV sur le terrain a observé une colonne d’éruption s’élevant à environ 4 km au-dessus de la zone du sommet. Les produits générés par le paroxysme et l’effondrement de la colonne éruptive principale et des deux déflagrations latérales sont retombés le long des flancs du volcan, générant au moins deux flux pyroclastiques à forte turbulence qui  sont descendus le long de la Sciara del Fuoco, arrivant en mer. À 14 h 59 min 40 s, l’activité strombolienne a repris, avec des explosions plus intenses que celles habituellement observées et le refroidissement des produits en rechute. Le débordement de lave est resté, ce qui a formé au moins deux coulées de lave.
Aujourd’hui, le 4 juillet 2019, des éclaboussures sont enregistrées dans la zone centre-sud et un débordement de lave actif générant quatre flux actifs se propage dans le secteur sud de la Sciara del Fuoco atteignant le littoral.

Cadre d’activité historique.
L’activité ordinaire de Stromboli consiste en des explosions stromboliennes qui se produisent à une fréquence moyenne de 10 à 20 minutes depuis les bouches du sommet. Cette activité typique d’intensité variable est parfois interrompue par des explosions plus énergiques ou paroxystiques. Ces derniers sont des événements discrets et violents qui génèrent des colonnes éruptives qui s’élèvent sur plusieurs kilomètres au-dessus des évents avec des retombées de matériaux grossiers pouvant atteindre même les centres habités de l’île et former de temps en temps des coulées pyroclastiques et des coulées de lave le long des pentes du volcan.
Les explosions les plus puissants peuvent lancer des bombes et des blocs multidimensionnels dans la zone du sommet (le Pizzo sopra la Fossa). Lors des paroxysmes les plus forts, les retombées de matériaux pyroclastiques incandescents peuvent provoquer des incendies dans la végétation située sur les pentes supérieures du volcan. Parmi les paroxysmes les plus forts, documentés au cours des cent dernières années, il y a ceux de 1919, 1930, 2003 et 2007, dont la colonne d’éruption , celle de 1930 , a généré des écoulements pyroclastiques.

Données géophysiques:
La séquence paroxystique était visible sur le tracé sismique qui, en plus des explosions majeures, a révélé environ 20 événements explosifs mineurs. Aujourd’hui, l’ampleur des tremors volcaniques reste élevée.

Réseau Inclinometrique :
Après les variations enregistrées entre 14h45 et 14h49 UTC, dans les heures qui ont suivi, les stations du réseau clinométrique (Punta Labronzo et Timpone del Fuoco) n’ont pas montré de changements significatifs.

Déformations du sol:
Le réseau GPS de Stromboli, pour le moment, ne présente pas de variations significatives. Toutefois, il convient de noter que pendant la phase d’explosion paroxystique, le système de traitement haute fréquence a mesuré de fortes variations dues aux perturbations des fréquences GPS induites par les quantités abondantes de cendres ou de déformations basse fréquence. Une des stations GPS (STDF – Timpone del Fuoco, Ginostra), quelques minutes après la séquence explosive, a cessé de fonctionner. De plus amples détails sont en cours concernant les données et les causes de la défaillance de la station STDF.

…/…

Evaluation du danger :
Activité persistante de type strombolien d’intensité moyenne-haute (explosions d’une hauteur supérieure à 150 m) et fréquence d’événements de moyenne-haute (supérieure à 20 événements par heure) et activité d’éclaboussures discontinues dans la région centre-sud avec des déversements de lave qui se déversent dans la Sciara del Fuoco. Des explosions d’une intensité supérieure à celle des phénomènes ordinaires et connexes peuvent toutefois se produire.
N.B. Toute modification des paramètres surveillés peut entraîner une évolution différente des scénarios d’événement décrits ci-dessus. Il est souligné que les caractéristiques intrinsèques et particulières de certaines phénoménologies, typiques d’un volcan en état d’activité fréquente et souvent en état de déséquilibre persistant, comme le Stromboli, peuvent se produire sans avertissement ou évoluer de manière inattendue et rapide, entraînant par conséquent un niveau de danger jamais nul .

Lire l’article : https://ingvvulcani.wordpress.com/2019/07/04/eruzione-stromboli-comunicato-straordinario-del-4-luglio-2019/?fbclid=IwAR2ovZfn__ptz3GSHjFHnMsrQyniIWj6LPUd4w65h03Nn1bc_Y433Jp-37E

Source : INGV Vulcani

Photos : butterflysrl helicopter services via Marco Neri, Stromboli Adventures , eolianodoc .

 

Equateur , Sangay :

Rapport spécial sur le volcan Sangay N ° 4 – 2019.

Mise à jour de l’activité éruptive
résumé.
Le volcan Sangay, dans la province de Morona Santiago, poursuit sa nouvelle phase éruptive qui a débuté le 7 mai jusqu’à la publication du présent rapport (57 jours). L’activité est mise en évidence depuis deux centres éruptifs, le cratère central et le dôme de Ñuñurcu (Sud-Est). Le cratère central a une activité explosive et produit de petits nuages ​​de cendres à moins de 2 km au-dessus du cratère, dirigés vers l’Ouest et le Sud-Ouest. Il émet des blocs et dépose des matériaux pyroclastiques sur les flancs. Le dôme de Ñuñurcu présente une activité effusive associée à une émission de coulées de lave qui se déposent ensuite le long du flanc Sud-Est. Des effondrements du front de ces flux se produisent également au cours de leur progression, provoquant la chute de blocs et de petits flux pyroclastiques (avalanches chaudes de gaz, de cendres et de blocs).

Jusqu’à présent, aucune chute de cendres dans les zones peuplées environnantes n’a été signalée. Toutefois, il a été signalé que des matériaux pyroclastiques pénètrent dans la rivière Upano par son affluent, la rivière Volcán, qui descend du Sangay. Cela a inquiété la population qui vit près des rives de la rivière Upano.

Observations visuelles et activité de surface :
Des observations visuelles liées à l’activité éruptive du volcan Sangay se sont récemment manifestées en raison de la présence de sédiments, apparemment d’origine volcanique dans le fleuve Upano. Comme indiqué dans le rapport spécial n ° 1 sur le volcan Sangay , les matériaux pyroclastiques générés au cours  de cette période éruptive ont continué de s’accumuler sur les flancs du volcan. Cependant, des rapports ont été reçus de Macas ces derniers jours, indiquant une forte turbidité dans les eaux de la rivière Upano (Fig.1.B). Grâce aux observations rapportées par le personnel technique du parc national Sangay, il a été signalé que dans la zone de convergence des fleuves Upano et Volcán (Fig.1.A), la présence d’une sédimentation anormale, éventuellement de cendres ou de matériaux volcaniques, pouvait être observée , provenant du Sangay, et qu’on a également observé la présence de vapeur dans les eaux , probablement en raison de la présence de blocs chauds provenant du volcan. (Figure 1.C).

Figure 1. A. Carte indiquant la position géographique du volcan Sangay par rapport aux fleuves Volcan et Upano (base Google Earth). B et C. Point de confluence entre les fleuves Volcan et Upano (marge gauche), où il est possible de remarquer la présence d’eau trouble en raison de la présence de matériaux pyroclastiques dans le fleuve. Photographies: avec la permission du ministère de l’Environnement (MAE) de Morona Santiago.

Comme indiqué dans le rapport spécial n ° 3  , les deux centres éruptifs , le cratère central et le dôme de Ñuñurco continuent de présenter à chacun un comportement différent et une activité simultanée afin que le matériel pyroclastique déposé sur les flancs puisse être mobilisé par les pluies locales vers les drainages en haut du fleuve Volcán et se poursuivant en aval de celui-ci.
L’activité de surface du volcan Sangay est évaluée sur la base d’analyses d’images satellite, d’images fournies par l’ ECU911 de Macas et le MAE de Morona Santiago  , ainsi que de séquences d’images thermiques et numériques obtenues lors du dernier survol réalisé par le personnel de l’IG-IG. EPN le 17 mai.

Figure 2. Vue des flancs Est et Sud-Est du volcan Sangay lors du survol de surveillance volcanique du 17 mai 2019. Photographie: M Almeida, IG-EPN. La zone en pointillés noirs correspond à la principale zone de dépôt de matériau pyroclastique autour du dôme Ñuñurco; et la zone en pointillés blancs correspond au secteur du fleuve Volcan.

1. Cratère central:
Son activité est caractérisée par des explosions sporadiques projetant des projectiles balistiques (roches incandescentes à trajectoires paraboliques) à une vitesse supérieure à 400 km / h  . Ces projectiles retombent sur les flancs du cône et sur le flanc Sud-Est, et roulent sur environ 3 km (Fig. 2). Les colonnes de cendres associées à ces explosions atteignent des hauteurs variables comprises entre 500 et 1100 m au-dessus du cratère (660 m snc en moyenne) et leur dispersion par le vent est principalement dirigée vers l’Ouest et le Sud-Ouest .
Au cours de la période d’éruption en cours, dans les émissions de gaz volcaniques détectées par les satellites Aura, Suomi et Sentinel 5P (ce dernier avec son instrument TROPOMI), les masses de SO2 ont été calculées sur plusieurs minutes (temps d’acquisition du satellite). Pour ces émissions, des masses comprises entre 193 et ​​310 tonnes de SO2 ont été estimées entre 4 et 105 minutes (pendant les mois de mai et juin).

2. Domos Ñuñurcu:
Le dôme de Ñuñurcu est situé à environ 190 m au Sud-Sud-Est du cratère central (Fig. 2). Son activité est principalement caractérisée par l’émission de coulées de lave, qui ont présenté des taux d’émission compris entre 0,52 et 4,5 m3 / s (erreur estimée à environ 40%). L’effondrement des fronts de ces flux a également généré de petits flux pyroclastiques séquentiels et de nombreuses chutes de blocs, atteignant une altitude de 3 888 m environ.
Grâce à l’analyse des images disponibles du satellite Sentinel 2, la génération d’au moins trois coulées de lave a été évaluée jusqu’à présent au cours de cette période éruptive, en estimant les mesures d’avance, les taux d’émission, les surfaces, les volumes potentiels et la distribution géographique, comme indiqué à la Fig. 4., à l’aide des images satellites Sentinel obtenues les 17, 22 et 27 mai et les 16 et 26 juin 2019.

 

Figure 4. Images Sentinel-2 (bandes RVB – B12, B11, B4) et cartes à l’échelle 1/50 000 du volcan Sangay avec interprétation d’un modèle terrestre à 30 m (WGS84, Zone 17S) (préparé par: B. Bernard).

Interprétation :
Selon l’analyse présentée, le volcan maintient son activité explosive dans le cratère central et effusive dans le dôme de Ñuñurcu. Cette activité est typique des phases éruptives du Sangay ces dernières années. Les colonnes de cendres ont atteint une hauteur maximale de 1,1 km au dessus du sommet du volcan, aucune chute de cendres n’a été signalée dans les villes voisines. Les principaux dangers volcaniques associés à cette activité sont les projectiles balistiques et les affaissements du front des coulées de lave qui peuvent atteindre plusieurs kilomètres.

À l’heure actuelle, ce comportement du volcan est maintenu, cependant, il est important d’indiquer que les matériaux volcaniques provenant de cette activité atteindraient éventuellement les affluents supérieurs du fleuve Volcán et qu’en raison des fortes précipitations des derniers jours, ces matériaux sont mobilisés vers l’ aval , en train d’être incorporés à la rivière Upano, ce qui expliquerait la présence de sédiments volcaniques dans celle-ci, comme cela a été signalé les jours précédents.

Enfin, une prévision plus complète ne peut pas être faite en raison du manque de données géophysiques et une augmentation de l’activité dans le futur ne peut être exclue.

Source : IGEPN

 

Philippines , Taal :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN TAAL , 5 juillet 2019 , 8h00.

Le réseau de surveillance sismique du volcan Taal a enregistré vingt-et-un (21) séismes volcaniques au cours de la période d’observation de 24 heures. Deux de ces tremblements de terre, survenus à 07h43 et à 08h10 hier, ont été ressentis à l’intensité I à Brgy. Calauit, Talisay, Batangas. Les mesures de terrain effectuées le 4 juillet 2019 dans le secteur Est du Main Crater Lake n’ont révélé aucun changement de température de l’eau à 34,0 ° C, une augmentation du niveau de l’eau de 0,08 mètre à 0,10 mètre et une augmentation de l’acidité d’un pH de 2,83 à 2,82. Les mesures de déformation du sol effectuées au moyen d’enquêtes de nivellement précises effectuées du 15 au 24 juin 2019 ont révélé un léger gonflement de l’édifice, conformément aux résultats récents obtenus à l’aide de données GPS continues.

Le niveau d’alerte 1 reste en vigueur sur le volcan Taal. Cela signifie qu’une éruption dangereuse n’est pas imminente. Il est toutefois rappelé au public que l’accès du cratère principal doit être strictement interdit, car de soudaines explosions de vapeur peuvent se produire et de fortes concentrations de gaz toxiques peuvent s’accumuler. La partie Nord du bord du cratère principal, à proximité du sentier Daang Kastila, peut également devenir dangereuse lorsque les émissions de vapeur le long des fissures existantes augmentent soudainement. En outre, il est également rappelé au public que l’ensemble de l’île du volcan est une zone de danger permanent (PDZ) et qu’un peuplement permanent sur l’île est fortement déconseillé.

Source : Phivolcs.

Photo : 27 juillet 2013 , Jhong Dizon.

 

Guatemala , Santiaguito :

BULLETIN VOLCANOLOGIQUE SPÉCIAL , ACTIVITÉ DU VOLCAN SANTIAGUITO , Guatemala le 4 juillet 2019, à 16 h 45 (heure locale).

Type d’activité: Peléenne
Morphologie: complexe de dômes dacitiques
Localisation géographique: 14 ° 44 ’33 ˝ Latitude N; 91 ° 34’13˝ Longitude O.
Hauteur: 2500msnm.

Suite au bulletin spécial BESAN 45-2019 sur le changement d’activité du volcan Santiaguito à compter du 28 juin 2019 (augmentation du nombre et de l’énergie des explosions), la mise à jour suivante est disponible:

Depuis le 28 juin, nous sommes dans une nouvelle période d’éruption du volcan Santiaguito, enregistrant plus de 40 explosions par jour, qui sont modérées, avec la probabilité de générer de fortes explosions avec des colonnes de cendres abondantes. Il existe également la possibilité de générer davantage d’avalanches et de flux pyroclastiques.

A cette heure, l’activité est maintenue dans une plage de 40 à 45 explosions par jour. Ce sont des explosions modérées qui élèvent des colonnes de cendres à 3 800 mètres. Cependant, à certaines périodes, il y a 3 à 5 explosions par heure accompagnées de fortes avalanches qui génèrent de petits écoulements pyroclastiques sur les flancs Est et Sud-Est. Ceux-ci atteignent la base du Dôme Caliente , avec la possibilité d’avalanches avec des flux pyroclastiques plus étendus, il n’est donc pas recommandé de rester dans les zones proches du dôme Caliente.

Il convient de noter que la composition du magma du volcan Santiaguito à haute teneur en silice rend son activité plus explosive que les volcans Fuego et Pacaya. Au cours des 97 années d’existence du Santiaguito, la principale caractéristique est la génération d’explosions modérées à fortes, avec des colonnes de cendres s’élevant à plus de 5 000 m au-dessus du cratère, ainsi que des écoulements pyroclastiques dus à des effondrements partiels du dôme pouvant atteindre des distances importantes , à plus de 10 km.

Source : Insivumeh

Video : emiaroundtheworld , 29 mai 2016

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search