25 Janvier 2020. FR. Philippines : Taal , Indonésie : Semeru , Italie : Campi Flegrei , Alaska : Shishaldin .

Home / Alaska / 25 Janvier 2020. FR. Philippines : Taal , Indonésie : Semeru , Italie : Campi Flegrei , Alaska : Shishaldin .

25 Janvier 2020. FR. Philippines : Taal , Indonésie : Semeru , Italie : Campi Flegrei , Alaska : Shishaldin .

25 Janvier 2020.

 

Philippines , Taal :

BULLETIN D’ ACTIVITE DU VOLCAN TAAL , 25 janvier 2020 , 8:00 A.M.

L’activité dans le cratère principal au cours des dernières 24 heures a été caractérisée par une émission faible à modérée de panaches blancs chargés de vapeur à 100 à 800 mètres de hauteur au dessus du cratère principal qui ont dérivé vers le Sud-Ouest. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées à une moyenne de 409 tonnes / jour.

Le Philippine Seismic Network (PSN) a enregistré un total de sept cent quarante-quatre (744) tremblements de terre volcaniques depuis 13h00, le 12 janvier 2020. Cent soixante-seize (176) d’entre eux , enregistrés aux magnitudes M1.2 à M4 .1 ont été ressentis à l’intensités IV. Depuis 5 heures du matin le 24 janvier 2020 jusqu’à 5 heures du matin aujourd’hui, il y a eu six (6) tremblements de terre volcaniques enregistrés aux magnitudes M1,5 à M2,3 sans événement ressenti.

‪It’s foggy and overcast in Tagaytay overlooking Taal Volcano. This is Day 14 of our volcano watch. ‬

Publiée par Raffy Tima sur Vendredi 24 janvier 2020

Au cours des dernières 24 heures, le réseau de volcans Taal, qui peut enregistrer de petits tremblements de terre indétectables par le PSN, a enregistré quatre cent vingt (420) tremblements de terre volcaniques, dont onze (11) tremblements de terre à basse fréquence. L’activité sismique signifie probablement une intrusion magmatique sous l’édifice du Taal qui peut conduire à une activité éruptive.
Le niveau d’alerte 4 reste en vigueur sur le volcan Taal. Le DOST-PHIVOLCS recommande une évacuation totale de l’île du volcan Taal et des zones à haut risque identifiées sur les cartes de dangers dans un rayon de 14 km autour du cratère principal du Taal et le long de la vallée de la rivière Pansipit où une fissuration a été observée. Selon les prévisions de vent de PAGASA, si le panache d’éruption reste inférieur à cinq (5) km, les cendres dériveront vers les municipalités à l’Ouest et au Nord-Ouest du cratère principal. Si une éruption majeure se produit pendant la journée et que la colonne d’éruption dépasse 7 km, des cendres dériveront également sur les parties Ouest des provinces de Laguna et Quezon. Il est conseillé aux résidents autour du volcan de se prémunir contre les effets des chutes de cendres lourdes et prolongées. Les autorités de l’aviation civile doivent conseiller aux pilotes d’éviter l’espace aérien autour du volcan Taal, car les cendres en suspension dans l’air et les fragments balistiques de la colonne d’éruption présentent des risques pour les aéronefs.

Le DOST-PHIVOLCS surveille en permanence l’éruption et informera toutes les parties prenantes des développements futurs.

Source : Phivolcs.

Video : Raffy Tima .

 

Indonésie , Semeru :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Émis: 24 Janvier 2020 
Volcan: Semeru (263300)
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE
Code couleur de l’aviation précédent: orange
Source: Observatoire du volcan Semeru
Numéro de l’avis: 2020SMR06
Emplacement du volcan: S 08 deg 06 min 29 sec E 112 deg 55 min 12 sec
Région: Java oriental, Indonésie
Altitude du sommet: 11763 FT (3676 M).

Résumé de l’activité volcanique:
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 23h15 UTC (06h15 local).

Hauteur des nuages volcaniques:
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres est d’environ 12723 FT (3976 M) au-dessus du niveau de la mer, peut être plus élevée que ce qui peut être observé clairement. Source des données d’altitude: observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques:
Nuage de cendres se déplaçant vers le Nord

Remarques:
L’activité sismique est caractérisée par des tremblements de terre d’éruption, d’avalanche et d’émission de gaz.

Information sur l’éruption du volcan Semeru, 24 janvier 2020

Il y a eu une éruption du G. Semeru, Java Est le 24 janvier 2020 à 05:43 WIB avec une hauteur de la colonne de cendres observée ± 400 m au dessus du pic (± 4076 m au dessus du niveau de la mer). On a observé que la colonne de cendres était grise avec une intensité moyenne , inclinée vers le Nord-Est. Cette éruption a été enregistrée sur un sismogramme d’une amplitude maximale de 24 mm et d’une durée de ± 1 minute 45 secondes.

Le G. Semeru est actuellement au niveau II (alerte) avec des recommandations:
Les communautés ne doivent pas effectuer d’activités dans un rayon de 1 km et dans la zone jusqu’à 4 km sur le secteur des pentes Sud-Sud-Est du cratère actif qui est une zone d’ouverture active du cratère du G.Semeru (Jongring Seloko) en tant que canal de glissement de nuages chauds.
Soyez conscient de la présence du dôme de lave dans le cratère Seloko Jongring.

Source : Magma Indonesie , PVMBG .

Photo : Thomas J. Casadevall, USGS — Smithsonian – Global Volcanism Program, PVMBG.

 

Italie ,  Campi Flegrei :

Le tremor fumerolien de Pisciarelli et l’état d’activité de la zone volcanique des Campi Flegrei.
 
Les Champs Phlégréens sont une caldeira volcanique, qui a été formée à la suite de la vidange d’une chambre magmatique superficielle, en raison de la grande éruption de l’Ignimbrite Campana qui s’est produite il y a environ 40000 ans (figure 1). Cette zone, riche en histoire et en urgences naturalistes, se caractérise, comme les autres caldeiras du monde, par les déformations du sol, la sismicité et par la présence d’un vaste système hydrothermal.

Figure 1 – Carte de la caldeira des Campi Flegrei (à gauche) et de la zone hydrothermale de Pisciarelli (à droite). Dans le panneau de gauche, la ligne rouge indique le bord de la caldeira et le cercle orange met en évidence la zone hydrothermale de Solfatara-Pisciarelli. Le panneau de droite montre le champ fumerolien de Pisciarelli. Les cercles bleus indiquent la position des stations sismiques (CPIS, CPS1 et CPS2) et le cercle vert indique la position de la fumerolle principale. (Modifié par Giudicepietro et al.2019).

Depuis les années 1950, des épisodes caractérisés par des tremblements de terre et la remontée des sols, connus sous le nom de bradyséisme, se sont produits dans la région des Campi Flegrei. Les principales phases d’intensification des processus volcaniques se sont produites vers 1950, dans la période 1968-72 et dans la période 1982-85.
De 2004 à aujourd’hui, il y a à nouveau une intensification modérée mais progressive des manifestations volcaniques: la levée a repris, la sismicité, bien que représentée par des tremblements de terre de faible ampleur, a augmenté et l’activité du système hydrothermal est devenue plus intense en termes de dégazage diffus et dégazage des fumerolles. L’accélération de ces processus entre fin 2012 et début 2013 a conduit le Département de la protection civile à décréter la transition du niveau d’alerte vert (basique) au niveau jaune (attention).

La zone Pisciarelli (figure 2) est un site hydrothermal situé sur le bord extérieur du volcan Solfatara, vers le bassin d’Agnano (figure 1). De nombreuses études menées par des chercheurs de l’INGV également dans le cadre de collaborations internationales, mettent en évidence que Pisciarelli est un site clé pour suivre les changements en cours dans la zone Phlégréenne. Ce champ fumerolien agit comme une fenêtre qui nous permet d’observer ce qui se passe dans le vaste système hydrothermal présent dans la zone centrale de la caldeira phlégréenne. Pour cette raison, en 2010, l’Observatoire du Vésuve, section napolitaine de l’INGV, a installé une nouvelle station sismique à une courte distance (8 m) de l’embouchure de la principale fumerolle Pisciarelli, dédiée à l’enregistrement du tremor généré par le champ fumerolien de cet emplacement , dans laquelle, depuis 2009, il y a eu une augmentation de l’activité.

Figure 2 – Le champ fumerolien de Pisciarelli. Au premier plan le bassin de boue bouillonnante (Photographie de Tullio Ricci, décembre 2019).

En analysant l’amplitude du tremor fumerolien sur une longue période, de janvier 2010 à avril 2019 (figure 3), il y a eu une augmentation progressive. Le fait que l’augmentation de l’amplitude du tremor fumerolien au fil du temps se reflète dans les tendances des paramètres géochimiques, qui ont subi des augmentations comparables, de la sismicité (figure 4), qui depuis 2000 est généralement située dans la zone hydrothermale entre Solfatara et Agnano et concentré à une profondeur inférieure à 1 km, dans la zone de Pisciarelli, et dans les déformations du sol, qui de 2005 à 2019 ont généré une portance maximale d’environ 60 cm (dans la zone Rione Terra de Pozzuoli), souligne que le tremor fumerolien de Pisciarelli n’est pas uniquement attribuable à des facteurs locaux, mais représente plutôt un indicateur important de l’état d’activité des Champs Phlégréens , contrôlé par l’activité d’un vaste système hydrothermal. En fait, les paramètres géochimiques et géophysiques susmentionnés (figure 5), depuis 2010, ont montré une corrélation évidente avec l’amplitude du tremor sismique enregistré dans la fumerolle principale de Pisciarelli.

Figure 3 – Amplitude du signal sismique de la composante verticale de la station CPIS. Les points verts représentent la série chronologique de janvier 2010 au 30 avril 2017, publiée dans Chiodini et al., 2017. Les points rouges indiquent la série chronologique du 1er mai 2017 au 23 avril 2019. La valeur maximale dans le graphique a été observée le 29 Novembre 2018 (modifié par Giudicepietro et al.2019). Des études récentes basées sur ces observations ont montré que la mesure du tremor fumerolien renforce la capacité de surveiller à la fois l’activité hydrothermale de la zone de Pisciarelli et, plus généralement, les changements qui se produisent dans la caldeira des Campi Flegrei.

Figure 4 – Sismicité dans les champs phlégréens depuis 2000. Les points noirs sur les images de gauche montrent les emplacements des tremblements de terre enregistrés dans les champs phlégréens depuis 2000. À droite, la répartition des tremblements de terre dans l’espace est illustrée par la densité hypocentrale, qui indique combien de tremblements de terre sont inclus dans un certain volume d’espace (cellule). La valeur minimale (jaune clair) est de deux tremblements de terre par cellule; le maximum (rouge) est de 10 tremblements de terre par cellule. La flèche rouge indique la position de la zone hydrothermale de Pisciarelli. Les graphiques ont une exagération de la dimension verticale d’un facteur 2 (modifié par Giudicepietro et al.2019).

Figure 5 – Tendance de sismicité des champs phlégréens au fil du temps. La courbe noire continue indique le nombre cumulé de tremblements de terre situés dans la zone Phlégréenne avec une profondeur <2 km. La courbe grise indique le même paramètre par rapport aux tremblements de terre de profondeur supérieure à 2 km. La barre jaune indique une période d’accélération de levage (modifiée par Giudicepietro et al.2019).

 

Source : INGV Vulcani .

Ecrit par :  Flora Giudicepietro, Giovanni Chiodini, Stefano Caliro, Walter De Cesare, Antonietta Maria Esposito, Danilo Galluzzo, Domenico Lo Bascio, Giovanni Macedonio, Massimo Orazi, Patrizia Ricciolino, Jean Vandemeulebrouck.

Lire l’article en entier https://ingvvulcani.com/2020/01/24/il-tremore-fumarolico-di-pisciarelli-e-lo-stato-di-attivita-dellarea-vulcanica-dei-campi-flegrei/?fbclid=IwAR1HcqEjOf5ooN5wyAoU7vDVVkZDCTQC78ckrjEceHhMWaIpxS9-ggdB0eo

 

Alaska , Shishaldin :

54 ° 45’19 « N 163 ° 58’16 » O,
Altitude du sommet : 9373 pi (2857 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE.

Aucune activité significative n’a eu lieu sur volcan Shishaldin depuis l’éruption du dimanche 19 janvier. Cette éruption a envoyé des coulées de lave et des lahars le long des flancs Nord et Nord-Est, et a produit un panache de vapeur et de cendres qui s’est étendu au large jusqu’à 150 km (~ 90 miles) vers l’Est-Sud-Est, incitant l’AVO à relever le code de couleur de l’aviation au ROUGE et le niveau d’alerte à AVERTISSEMENT dimanche matin. L’activité s’est poursuivie tout au long de la journée, la production de cendres augmentant vers 15 h 30 (heure locale) et la hauteur des nuages ​​passant d’environ 20 000 à 30 000 pieds au-dessus du niveau de la mer.

Dans ce rendu 3D de l’image acquise le 20 janvier par Sentinel2 nous pouvons voir la coulée de lave refroidissante sur le flanc Nord du volcan

Des traces de cendres ont été signalées à False Pass. La production de cendres s’est poursuivie jusqu’à environ 20 h 00, heure à laquelle l’activité a décliné, et l’AVO a abaissé le code de couleur de l’aviation à ORANGE et le niveau d’alerte à ATTENTION. Des températures de surface élevées ont été observées sur les images satellites dans les jours qui ont suivi l’éruption, et la vapeur est visible sur les images des caméras Web. Les données sismiques et infrasons suggèrent que de petites explosions se sont poursuivies au sommet jusqu’à hier, bien que l’activité ait diminué au cours des dernières 24 heures.

Bien que l’activité ait diminué au cours des derniers jours, l’activité éruptive sur le Shishaldin a été épisodique au cours des derniers mois. Il est possible que les troubles s’intensifient à tout moment avec peu d’avertissement, et des coulées de lave, des lahars et des éruptions produisant des cendres supplémentaires peuvent se produire.

Le Shishaldin est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellite, des caméras Web, un réseau géodésique et d’inclinaison télémétrique, et des réseaux distants de capteurs d’infrasons et de foudre.

Source : AVO.

Photos :  Setiawan , Copernicus. 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search