06 Octobre 2021. FR. Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Italie / Sicile : Etna , Hawaii : Kilauea , Italie : Stromboli , Colombie : Nevado del Ruiz .

Home / blog georges Vitton / 06 Octobre 2021. FR. Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Italie / Sicile : Etna , Hawaii : Kilauea , Italie : Stromboli , Colombie : Nevado del Ruiz .

06 Octobre 2021. FR. Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Italie / Sicile : Etna , Hawaii : Kilauea , Italie : Stromboli , Colombie : Nevado del Ruiz .

06 Octobre 2021.

 

 

Espagne / La Palma , Cumbre Vieja :

Le DSN alerte qu’une augmentation de l’explosivité peut se produire .

La lave touche une superficie de 413,38 hectares, avec un périmètre de 36,3 kilomètres et une largeur maximale de 1 250 mètres, et le delta s’étend sur 32,7 hectares et continue d’augmenter, rapporte mardi le département de la Sécurité intérieure (DSN). Les prévisions en matière de qualité de l’air sont favorables grâce à l’amélioration des conditions météorologiques.

Le DSN alerte qu’une augmentation de l’explosivité peut se produire. La sismicité a légèrement augmenté et il est exclu en principe qu’elle puisse donner naissance à l’ouverture d’une nouvelle bouche. Au cours des dernières 24 heures, des dizaines de séismes ont été enregistrés, dont un de magnitude 3,9.

L’activité sismique s’intensifie et un séisme de magnitude 3,9 est enregistré
L’Institut Géographique National (IGN) a enregistré ces dernières heures plus d’une trentaine de séismes, dont celui avec la magnitude la plus élevée de 3,9, situé à Villa de Mazo à 38 kilomètres de profondeur, à 4h36. Un autre séisme de magnitude 3,4 a également été localisé à Mazo, à une profondeur de 37 kilomètres, qui a été ressenti par la population à 5h18 du matin.

Comme les jours précédents, pratiquement tous les tremblements de terre ont un épicentre à Mazo et Fuencaliente, bien que l’IGN en rapporte un à Breña Baja, de magnitude 2,8, et un autre à Frontera, sur l’île d’El Hierro, de magnitude 2, 6. Sur les trente tremblements de terre enregistrés au cours des neuf dernières heures, dix ont eu une magnitude supérieure à trois. La profondeur oscille entre huit kilomètres pour le moins profond et 38 kilomètres pour le séisme de 3,9. 

05 Octobre 2021 13:00 UTC . L’activité éruptive continue sur La Palma .

Depuis la dernière déclaration, 75 tremblements de terre ont été localisés dans la partie Sud de l’île de La Palma, à proximité de l’éruption volcanique en cours. Dix-sept d’entre eux ont été ressentis par la population et une valeur d’intensité maximale de III-IV (EMS) a été atteinte dans la zone épicentrale de deux des séismes survenus à 14h30 UTC et 18h58 UTC hier, les deux séismes de magnitude 3,7 (mbLg).
Une augmentation est observée à la fois dans le nombre de séismes et dans leurs magnitudes par rapport aux jours précédents, 7 des séismes enregistrés ont une magnitude supérieure ou égale à 3,5 (mbLg).

Comme les jours précédents, la plus grande partie de la sismicité est située à 10-15 km de profondeur, dans la zone où l’essaim a commencé le 11 septembre, bien que 7 d’entre elles soient situées plus profondément, entre 25 et 40 km.
L’amplitude moyenne du tremor volcanique montre une légère augmentation progressive depuis hier matin et se poursuit dans la même fourchette moyenne de valeurs par rapport à celle observée dans cette éruption. Aucune impulsion importante n’a été enregistrée au cours des dernières 24 heures. La hauteur de la colonne mesurée à 7h30 UTC est de 4 000 m, montrant une légère descente du nuage éruptif.
Le réseau de stations GNSS permanentes de l’île montre une légère déflation dans la composante verticale des stations proches des centres éruptifs. Ces résultats sont cohérents avec ceux obtenus par InSAR dans lesquels on peut voir une zone qui présente un schéma compatible avec un éventuel affaissement entre les images Sentinel1 du 28 septembre et du 4 octobre.

Après 17 jours d’activité, l’éruption volcanique de La Palma a détruit 726 constructions, dont 605 logements; 58, bâtiments à usage agricole, 30, à usage industriel, 18 de loisirs et d’accueil, sept à usage public, et huit autres bâtiments non spécifiés, selon les données du cadastre. La lave touche une superficie de 420,12 hectares, avec un périmètre de 36,24 kilomètres et une largeur maximale de 1 250 mètres. La plate-forme de lave qui a gagné sur la mer, dépasse 36 hectares et continue d’augmenter.

Source : El Pais , Involcan.

Photos : El Pais , lavanguardia .

Video : CSIC

 

Italie / Sicile , Etna :

Bulletin Hebdomadaire du 27 Septembre 2021 au 03 Octobre 2021. (date d’émission 05 Octobre 2021)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ
Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité de dégazage au niveau des cratères sommitaux
2) SISMOLOGIE : Faible activité sismique de fracturation ; amplitude moyenne du tremor volcanique dans le bas niveau.
3) INFRASONS : Activité infrasonore modérée
4) DEFORMATIONS : Aucune déformation significative du sol n’a été observée au cours de la dernière semaine.

5) GÉOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau moyen
Le flux de CO2 émis par les sols montre une diminution significative ces derniers jours et se situe à des valeurs moyennes.
La pression partielle de CO2 dissous dans l’eau ne montre aucun changement significatif.
Le rapport isotopique de l’hélium montre une légère diminution par rapport aux données précédentes mais il se situe toujours à des valeurs moyennes-élevées (dernières données du 21/9/2021).
Il n’y a pas de mises à jour pour le rapport C/S.
6) OBSERVATIONS SATELLITES : Après la fontaine de lave du 21 septembre 2021, l’activité thermale dans la zone sommitale était à un niveau bas.

REMARQUES VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la semaine, le suivi de l’activité volcanique de l’Etna a été réalisé en analysant les images des caméras de surveillance de l’INGV, Osservatorio Etneo  (INGV-OE)
et par une inspection dans la zone du sommet par le personnel d’INGV le 30 septembre.
En raison de la couverture nuageuse, il n’a pas été possible d’observer l’activité volcanique en continu.
Globalement, l’activité des cratères sommitaux était caractérisée par un régime de dégazage variable. La figure montre également la carte de l’écoulement produite par le cratère du Sud-Est (SEC) le 21 septembre. En particulier, la carte de flux a été réalisée grâce à l’utilisation des images Sentinel 2 des 21 et 24 septembre.

Fig. 3.1 – Carte de la coulée du 21 septembre et des cratères sommitaux de l’Etna. La mise à jour morphologique du SEC datant du 16 septembre 2021. BN : Bocca Nuova, VOR : Voragine ; NEC : Cratère Nord-Est ; SEC : Cratère Sud-Est. La base de référence topographique sur laquelle les mises à jour morphologiques ont été superposées est le DEM 2014 élaboré par le Laboratoire d’Aérogéophysique-Section Rome 2

Le 30 septembre, une inspection a été effectuée dans la zone du sommet par le personnel de l’INGV-OE. Les cratères sommitaux ont été affectés par un dégazage intense qui a partiellement obscurci l’observation directe  ; à partir de l’analyse des images obtenues grâce à l’utilisation d’une caméra thermique installée sur un drone, il a été possible de vérifier que la Bocca Nuova ne présentait pas d’anomalies thermiques  et que le Cratère Sud-Est était affecté par des zones plus chaudes, probablement causées par l’activité fumerolienne présente le long du côté Nord-Ouest près du bord du cratère et de la fracture éruptive qui a alimenté la coulée du 21 septembre .

Source : INGV.

Lire l’articlehttps://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/543-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-etna20211005/file

Photos : Gio Giusa , INGV.

 

Hawaii , Kilauea :

19° 25’16 « N 155° 17’13 » O,
Altitude du sommet : 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE

Résumé de l’activité :
Le volcan Kīlauea est en éruption. La lave continue d’émerger de plusieurs évents le long du sol et du mur Ouest du cratère Halema’uma’u. Depuis le matin du 5 octobre 2021, toute activité de lave est confinée au cratère Halemaʻumaʻu dans le parc national des volcans d’Hawai`i. La sismicité et les taux d’émission de gaz volcaniques restent élevés.

Une vue au téléobjectif de la fontaine de l’évent Ouest du cratère Halema’uma’u, au sommet du Kīlauea. Les éclaboussures de la fontaine ont construit un cône en forme de fer à cheval autour de l’évent dans la paroi Ouest du cratère. Les éclaboussures en fusion qui s’accumulent sur le cône forment un minuscule flux de lave sur le côté Nord (en bas au centre). Cette photo a été prise le 4 octobre 2021 depuis le bord Nord-Ouest de la caldeira.

Observations du Sommet :
Les taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) restent élevés, avec des mesures préliminaires d’environ 7 000 à 9 000 tonnes par jour le 4 octobre 2021. La sismicité reste élevée mais stable. Les inclinomètres du sommet continuent d’enregistrer une inclinaison déflationniste.

Observations du lac de lave du cratère Halema’uma’u :
La lave continue d’émerger de plusieurs évents dans le cratère Halema’uma’u. Au cours des dernières 24 heures, le niveau du lac de lave a augmenté d’environ 1 mètre (3 pieds). L’évent Ouest continue d’être la source la plus vigoureuse, avec des hauteurs de fontaine de lave soutenues de 13 à 16 mètres (43 à 52 pieds) et des éclats jusqu’à 20 mètres (66 pieds) observés. Le lac de lave s’est élevé jusqu’à la base de l’évent Ouest, autour duquel un rempart d’éclaboussures est en cours de construction. D’autres évents continuent d’être actifs dans la partie Sud du lac, avec des hauteurs de fontaine de lave soutenues de 1 à 5 mètres (environ 3 à 16 pieds). En raison de l’emplacement des évents, le lac de lave n’est pas de niveau sur toute sa surface; les zones plus proches des évents sont plus élevées en altitude. Hier soir, les extrémités Ouest et Sud du lac étaient de 1 à 2 mètres (environ 3 à 7 pieds) plus hautes que les extrémités Est et Nord. Les limites Nord et Est du lac de lave sont séparées du mur du cratère Halema’uma’u par des rebords étroits, d’environ 20 mètres de large (66 pieds), dont l’altitude est inférieure à celle de la partie active de la surface du lac de lave ; les côtés Nord, Est et Sud du lac de lave sont perchés à plusieurs mètres (yards) au-dessus de ce rebord environnant. L’effondrement localisé et discontinu de la croûte se poursuit (un processus par lequel la croûte de lave froide à la surface du lac de lave est remplacée par un liquide moins dense provenant d’en dessous, provoquant l’enfoncement de la croûte dans la lave sous-jacente du lac).

Un débordement de lave du lac actif (à gauche) s’est déversé sur et le long de la digue (à droite) à l’extrémité Est du lac de lave dans le cratère Halema’uma’u, au sommet du Kīlauea.

Observations de la zone du Rift Est :
Aucune activité inhabituelle n’a été notée dans la zone du Rift Est du Kīlauea . Le mouvement de déformation du sol suggère que la zone supérieure du Rift Est – entre le sommet et Pu’u’ō’o – s’est régulièrement remplie de magma au cours de la dernière année. Les émissions de SO2 et de sulfure d’hydrogène (H2S) de Pu’u’ō’ō étaient inférieures aux niveaux de détection instrumentale lors de la dernière mesure le 7 janvier 2021.

Source : HVO

Photos : USGS / M. Patrick.

 

Italie , Stromboli :

Bulletin Hebdomadaire du 27 Septembre 2021 au 03 Octobre 2021. (date d’émission 05 Octobre 2021)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ.

Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Durant cette période une activité explosive normale de type strombolienne a été observée. La fréquence horaire totale des explosions a fluctué entre des valeurs moyennes et moyennes-élevées (12-18 événements/h). L’intensité des explosions a varié de faible à élevée à la fois dans la zone du cratère Nord et dans la zone Centre-Sud.
 2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques suivis ne montrent pas de variations significatives.
3) DEFORMATIONS : Les réseaux de surveillance de la déformation des sols de l’île n’ont pas montré de changements significatifs au cours de la semaine dernière.


4) GÉOCHIMIE : Le flux de SO2 à un niveau moyen-bas
Le flux de CO2 émis par le sol sur le Pizzo Sopra la Fossa est à des niveaux moyens-élevés.
La moyenne hebdomadaire du ratio C/S se situe à des valeurs élevées (C/S = 14,58).
Il n’y a pas de mise à jour concernant le rapport isotopique de l’Hélium dissous dans l’aquifère thermique. Le dernier chiffre a été placé sur des valeurs élevées.
5) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale est à un niveau faible.

REMARQUES VOLCANOLOGIQUES
Durant la période d’observation, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE (altitude 190m, Punta
Corvi, altitude 400m et Pizzo).
L’activité explosive a été principalement produite par 4 (quatre) cheminées éruptives situées dans la zone du cratère Nord et 5 (cinq) cheminées éruptives situées dans la zone du cratère Centre-Sud. Toutes les bouches sont placées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère .
En raison de conditions météorologiques défavorables, la visibilité de la terrasse du cratère le 29 septembre n’était pas suffisante pour une description correcte de l’activité explosive.

Le secteur N1 situé dans la zone Nord, avec deux points d’émission, a produit des explosions d’intensité variable de faible (moins de 80 m de hauteur) à forte (parfois les produits dépassaient 150 m de hauteur) émettant des matières fines (cendres) mélangées à des matières grossières (lapilli et bombes).
Le secteur N2, avec deux points d’émission, montrait une activité explosive de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers. L’évent Nord du secteur N2 présente une continuité explosive depuis le 2 octobre. La fréquence moyenne des explosions variait de 4 à 10 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud, le secteur S1 présentait une activité explosive de faible intensité de matière fine, tandis que les trois évents placés dans le secteur S2 produisaient des explosions, même simultanément, d’intensité variable , de faible à élevée (les produits de certaines explosions dépassaient les 150 m ) émettant des matière grossière mélangée à des matières fines . Le secteur C a produit une intense activité de dégazage interrompue par de modestes explosions de matières grossières. La fréquence des explosions variait de 6 à 12 événements/h.

Source : INGV.

Lire l’article : https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/544-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli20211005/file

Photos : INGV, Webcam.

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin hebdomadaire d’activité du volcan Nevado del Ruiz

Le niveau d’activité continue au : Niveau d’activité jaune ou (III) : Changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Concernant le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE rapporte que :

La sismicité générée par la fracturation des roches a augmenté en nombre de séismes et en énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était principalement localisée dans les secteurs Sud-Ouest, Sud-Est, distal Nord du volcan , dans le cratère Arenas et dans une moindre mesure dans le secteur volcanique Nord-Est. Les profondeurs des séismes variaient entre 0,6 et 8,7 km.

La magnitude la plus élevée enregistrée au cours de la semaine était de 1,5 ML (Local Magnitude), correspondant au séisme survenu le 1er octobre à 21h10 (heure locale), situé à 2,3 km au Sud-Ouest du cratère Arenas, à une profondeur de 3,5 km.
Il y a eu plusieurs épisodes de sismicité de type « drumbeat », de faible niveau énergétique, associés à la fracturation de la roche les 30 septembre et 2 octobre. Cette sismicité a été liée
avec les processus d’ascension, de localisation-croissance et d’évolution d’un dôme de lave au fond du cratère Arenas.
La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a diminué en nombre de tremblements de terre enregistrés et  en énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Ce type de sismicité était caractérisé par l’enregistrement de tremors volcaniques continus de faible énergie, d’impulsions de tremor, de séismes de longue et de très longue période avec des niveaux d’énergie variables. Ces séismes ont montré des caractéristiques spectrales variables et ont été localisés principalement dans le cratère Arenas. 

Source : Ingeominas.

Photo : Auteur inconnu.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search