15 Novembre 2019. FR. Indonésie : Lamongan , Hawaii : Mauna Loa , Italie : Stromboli , Equateur : Sangay .

Home / blog georges Vitton / 15 Novembre 2019. FR. Indonésie : Lamongan , Hawaii : Mauna Loa , Italie : Stromboli , Equateur : Sangay .

15 Novembre 2019. FR. Indonésie : Lamongan , Hawaii : Mauna Loa , Italie : Stromboli , Equateur : Sangay .

15 Novembre 2019.

 

Indonésie : Lamongan ,

Le Centre de volcanologie et d’atténuation des risques géologiques (PVMBG) a enregistré des centaines de chocs tectoniques locaux résultant de l’augmentation de l’activité volcanique du mont Lemongan à Lumajang, dans l’Est de Java.

Le PVMBG a signalé qu’un total de 252 séismes avait secoué la région le mercredi 13 novembre. Les vibrations de 15 d’entre eux ont été ressentis avec une amplitude de 10 à 30 mm au niveau I-IV sur l’échelle MMI.
«D’après les observations et l’analyse de données visuelles et instrumentales effectuées jusqu’au 13 novembre, le niveau d’activité du mont Lemongan est toujours au niveau I (normal)», a déclaré le chef du PVMBG, Kasbani.

Il a en outre lancé un appel aux communautés qui vivent entre l’Ouest et le Sud-Ouest du mont Lemongan, à savoir les villages de Sumber Petung, Tegal Randu et Papringan, pour qu’elles restent calme et qu’elles ne soit pas perturbées par des rumeurs sans fondement  liées à l’éruption volcanique selon lesquelles elles seraient probablement affectées par les tremblements de terre..
Les randonneurs sont également priés de rester vigilants face à tout développement des activités du Lemongan publié par le PVMBG local et l’Agence régionale d’atténuation des catastrophes (BPBD).
Le mont Lemongan est un volcan unique au monde, en ce sens que ses éruptions ne se produisent pas au sommet, mais sur des terres situées autour de la montagne. De ce fait, l’éruption forme des cratères et de petites montagnes appelées bocha. Il y a environ 60 points d’éruption autour de la montagne.

Les cônes de scories du Gunung Anyar ont été formés lors d’une éruption en 1898 à 400 m d’altitude sur le flanc Sud-Ouest du Lamongan. L’éruption avait commencé le 5 février. L’activité a ralenti le 7, mais comprenait l’émission de deux petites coulées de lave, dont la plus grande a parcouru 300 m à la fin du 15 février.

Le Lamongan, petit stratovolcan situé entre les complexes volcaniques massifs du Tengger et d’Iyang-Argapura, est entouré de nombreux maars et cônes de scories. Le cône actuellement actif a été construit à 650 m au Sud-Ouest du Gunung Tarub, point culminant du volcan. Environ 27 maars de 150 à 700 m de diamètre, dont certains contiennent des lacs de cratères, entourent le volcan, avec environ 60 cônes de cendres et cônes de projection. Des maars remplis de lacs, notamment Ranu Pakis, Ranu Klakah et Ranu Bedali, sont situés sur les flancs Est et Ouest; des maars secs sont principalement situés sur les flancs Nord. Aucun des maars n’a été actif au cours de la période historique, bien que plusieurs jeunes maars aient coupé des canaux de drainage du Gunung Tarub. Le volcan était très actif de la première éruption historique de 1799 à la fin du 19e siècle, produisant de fréquentes éruptions explosives et des coulées de lave à partir d’évents situés du côté Ouest, allant du sommet à environ 450 m d’altitude.

Source : indonesiaexpat.biz , GVP .

Photos : Anis Efizudin/kye/15 , Tom Casadevall, 1987 (U.S. Geological Survey).

 

Hawaii , Mauna Loa :

19 ° 28’30 « N 155 ° 36’29 » W,
Sommet : 13681 pi (4170 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: AVIS
Code couleur de l’aviation actuel : JAUNE

Résumé d’activité:
Le volcan Mauna Loa n’est pas en éruption. Les taux de déformation et de sismicité n’ont pas changé de manière significative au cours de la semaine écoulée et restent au-dessus des niveaux de fond à long terme.

Le personnel du HVO s’est rendu au sommet du Mauna Loa à pied pour réparer la webcam le 24 avril. Le temps était parfaitement clair et la vue sur le sol de la caldera ne présentait rien d’inhabituel.

Observations:
Au cours de la semaine écoulée, environ 180 séismes de faible magnitude (presque tous inférieurs à M2.0) ont été détectés sous les altitudes les plus élevées du Mauna Loa. La plupart des tremblements de terre ont eu lieu à des profondeurs inférieures à 5 km sous le niveau de la mer.

Les mesures du système de positionnement global (GPS) et du radar à synthèse d’ouverture interférométrique (InSAR) montrent une inflation continue du sommet, compatible avec une alimentation magmatique du système de stockage peu profond du volcan.

Les lectures de la température des fumerolles et des concentrations de gaz au site de surveillance de Sulphur Cone dans la zone de rift Sud-Ouest restent stables.

Source : HVO.

 

Italie , Stromboli :

Bulletin hebdomadaire du 04 Novembre 2019 au 10Novembre 2019 (date de publication du 12 Novembre 2019)

SOMMAIRE DU STATUT D ’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, nous soulignons:
OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Au cours de cette période, une activité explosive normale de type strombolienne a été observée accompagnée d’activités de dégazage. La fréquence horaire des explosions a fluctué entre des valeurs moyennes-élevées (16 événements / h les 6 et 7 novembre) et des valeurs élevées (23 événements / h le 9 novembre). L’intensité des explosions était principalement faible dans les cratères de la zone Nord et moyenne-haute dans la zone des cratères Centre-Sud.
SISMOLOGIE: Les paramètres sismologiques ne montrent pas de changements significatifs. Il convient de noter la survenue à 3 h 11 UTC le 12 Novembre 2019 d’un séisme de magnitude ML = 2,2, situé au préalable près de la côte Est de l’île à une profondeur de 5,2 ± 0,8 km.
DÉFORMATIONS: Il n’y a pas de changements significatifs concernant les réseaux permanents GPS et Tilt.
GEOCHIMIE: Le flux de SO2 est à un niveau moyen Les rapports isotopiques de l’hélium dissous dans les eaux souterraines thermiques restent inchangés sur les valeurs moyennement basses (données du 23/10/2019). Le rapport CO2 / SO2 est compris entre moyen et élevé.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
L’analyse des images enregistrées par les caméras placées à 400 m d’altitude, à 190 m d’altitude et à Punta dei Corvi a permis de caractériser l’activité éruptive de Stromboli. Au cours de la période considérée, l’activité explosive a été produite principalement par au moins trois (trois) évents éruptifs situés dans la zone des cratères Nord et par au moins trois (trois) évents éruptifs situés dans la zone des cratères Centre-Sud. Toutes les bouches sont placées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère

Dans la zone nord, les explosions concernaient principalement des explosions de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers (lapilli et bombes). Dans de nombreuses explosions, les produits retombant ont recouvert les pentes extérieures de la zone faisant face à la Sciara del Fuoco, et certains blocs sont roulés sur quelques centaines de mètres avant de s’arrêter. La fréquence moyenne des explosions était variable entre 4 et 10 événements / h. L’activité explosive des trois bouches de la région Centre-Sud a provoqué des explosions émettant des matériaux grossiers mélangés à des fins , d’une intensité moyenne (inférieure à 150 m de hauteur) et parfois élevée (supérieure à 250 m de hauteur). Dans certaines explosions, les produits sont retombés dans la partie supérieure de la Sciara. La fréquence des explosions dans la zone Centre-Sud était variable entre 10 et 14 événements / h…/…

Source : INGV.

Lire l’article en entierhttp://www.ct.ingv.it/joomlatools-files/docman-files/multidisciplinari/BollettinoStromboli20191112.pdf?fbclid=IwAR0FEOBz8Dn-PoonWSJLwL_3vKpk7kl-zAXdQGvcfNjTWhWsbzfgp72CbhU

Photo : web cam skynet

 

Equateur , Sangay :

Mise à jour de l’activité éruptive
Résumé :
Le volcan Sangay poursuit sa phase éruptive actuelle qui a débuté le 7 mai (190 jours au total jusqu’à la publication du présent rapport). Il est à noter que l’activité se produit à partir de deux centres éruptifs: le cratère central et l’évent Ñuñurco (Sud-Est). Le cratère central a une activité explosive qui génère de petites émissions de cendres jusqu’à 3,2 km d’altitude au-dessus du cratère , fréquemment dirigées vers l’Ouest et le Sud-Ouest. Associées à ces émissions, des chutes de cendres ont été signalées ces derniers jours dans les secteurs de Cebadas et de Guarguallá (province de Chimborazo). De plus, des blocs balistiques sont projetés par des explosions et se déposent sur tous les flancs supérieurs du volcan. D’autre part, l’évent Ñuñurcu a une activité effusive qui se traduit par une émission presque continue de coulées de lave qui se déposent le long du flanc Sud-Est. Sur les fronts des coulées de lave, on rencontre généralement de petites chutes de rochers qui atteignent le bassin et le chenal supérieur du Río Volcán .

Fréquemment, ces dépôts sont remobilisés par les précipitations, formant des coulées de boue et de débris (lahars) dans le Río Volcán. La présence de sédiments dans cette rivière, qui rejoint l’aval en amont de la rivière Upano, a été persistante ces derniers mois (voir rapport spécial n ° 4). Lors d’une inspection sur le terrain effectuée le 19 octobre, les dépôts d’un lahar récent ont été découvert sur les rives de la rivière Upano. En outre, des valeurs de pH de 7,91, une température de 17,9 ° C et une conductivité de 179 uS / cm2 ont été mesurées dans l’eau du Río Volcán, valeurs normales par rapport à d’autres rivières de l’Équateur.

Observations visuelles et activité de surface .
1. Cratère central:
Dans le cratère central, on observe une émission continue de vapeur d’eau, de gaz et de cendres de teneur modérée à élevée. Les capteurs satellitaires ont identifié des émissions de dioxyde de soufre allant jusqu’à 1 300 t / j et se situant généralement entre 100 et 500 t / j (Fig. 1a). Celles-ci se dirigent principalement vers l’Ouest-Sud-Ouest, dans la direction prédominante des vents (Fig. 1b). Les colonnes de cendres au cours de la période 2019 ont atteint 3 km d’altitude (Fig. 1b), avec une moyenne de 1 km d’altitude. Cette activité a produit ces derniers jours des rapports sur des chutes de cendres principalement dans les secteurs de Cebadas et de Guarguallá (province de Chimborazo). En outre, des émissions de gaz ont été observées dans les champs de fumerolles situés dans le secteur de Ñuñurco et le long de la fissure du flanc Sud, sous le cratère central.

 

 

Figure 1. Comparaison des paramètres de surveillance géophysique du volcan Sangay pendant la période 2019. A) Émissions de dioxyde de soufre enregistrées par le satellite SENTINEL-SP5. b) Hauteur des émissions de la colonne de cendres, au-dessus du niveau du cratère, émises par le VAAC de Washington et diagramme en rose montrant la direction et la vitesse du vent. c) Puissance d’émission thermique et volume cumulé estimés à l’aide du capteur de satellite MODIS.

2. Event Ñuñurco:
L’analyse des images thermiques indique une température d’au moins ~ 480 ° C dans l’évent de Ñuñurco, depuis lequel plusieurs coulées de lave ont été émises (Fig. 2). Certains de ces flux ont atteint des distances supérieures à 2 km. Plusieurs systèmes de détection automatique par satellite tels que MIROVA, MODVOLC (Fig. 1c) et FIRMS ont également signalé ces phénomènes. De l’avant de ces flux, des blocs chauds qui atteignent la base du cône, qui s’accumulent dans la partie supérieure de la rivière Volcan . À ce jour, environ 50 à 25 millions de m3 de matériaux émis ont été estimés (lignes bleues sur la figure 1c).

Figure 2. Photographies des flancs supérieurs Est et Sud-Est du volcan Sangay. À gauche, activité éruptive avec émission de vapeur du cratère central et émission d’une puissante coulée de lave de l’évent de Ñuñurco (mai 2019 / Photo: M. Almeida, IGEPN). A droite, émission de colonnes à faible charge en cendres du cratère central et émission d’une nouvelle coulée de lave dans la zone correspondant à la surface de la coulée de lave observée en mai, délimitée par les lignes jaunes brisées (Photos P. Ramón , IG-EPN).

3. Río Volcán:
Lors du survol du 6 août 2019 ,sur le flanc Est, on pouvait observer le bassin supérieur de la rivière Volcan, qui était rempli de sédiments de couleur pâle. Les images thermiques de cette zone ont également montré que les dépôts dans certains secteurs étaient chauds, même dans le lit de la rivière (Fig. 3).

Figure 3. À gauche, photographie du bassin supérieur du volcan, montrant les dépôts de matériaux pyroclastiques associés à l’activité la plus récente du volcan Sangay (photo: P. Ramón, IG-EPN). À droite, Analyse thermique du flanc Sud-Est du volcan, en haut de la rivière Volcan. Plusieurs dépôts pyroclastiques chauds associés à cette période d’éruption sont observés (Image: Silvia Vallejo IG-EPN).

La présence de sédiments à la confluence des rivières Volcan et Upano a été persistante au cours des derniers mois (voir rapport spécial n ° 4). Cette accumulation est due au fait que le matériel de l’éruption actuelle est remobilisé par les pluies dans le secteur, ce qui entraîne la formation de coulées de boue. Le gisement d’un lahar très récent a été découvert près de la confluence des rivières, qui est riche en matériaux semblables à du sable, d’une épaisseur d’environ 30 cm sur les rives du fleuve (Fig. 4). De plus, lors de la visite sur le terrain effectuée le 19 octobre, les eaux du fleuve Volcán avaient un pH de 7,91, une température de 17,9 ° C et une conductivité de 179 us / cm2, valeurs similaires à celles d’autres rivières de l’Équateur.

Figure 4. Dépot de lahar découvert à proximité du confluent du río Volcán et de l’Upano (Photo: Francisco Vasconez IG / EPN).

 

Conclusions
Le volcan Sangay maintient son activité éruptive commencée le 7 mai de cette année, caractérisée par des émissions explosives depuis le cratère central et effusives dans l’évent Ñuñurcu  . Les colonnes de cendres ont atteint une hauteur maximale de 3 km au-dessus du cratère avec une moyenne de 1 km. En raison de cette activité, des chutes de cendres ont récemment été signalées dans les secteurs de Cebadas et de Guarguallá (province de Chimborazo). Les principaux risques volcaniques associés à cette phase éruptive sont les suivants: chute de cendres, projectiles balistiques, coulées de lave et effondrements ultérieurs pouvant atteindre plusieurs kilomètres. De plus, les pluies fréquentes provoquent la remobilisation du matériau volcanique générant des coulées de boue et des lahars dans le rio Volcán, ce qui peut affecter les eaux de la rivière Upano. Enfin, il convient de mentionner que l’activité éruptive enregistrée au cours de cette année (2019) a été supérieure à celle enregistrée lors des processus éruptifs précédents (éruptions 2015, 2016, 2017 et 2018).
L’Institut de géophysique de l’École polytechnique nationale reste attentif au processus éruptif en cours du volcan Sangay et informera le moment venu de tout changement de comportement de celui-ci.

Source : PR-FJV-FN-SV-ME-DA-BB-SH , Institut de géophysique , Ecole Polytechnique Nationale.

Photo : Galapagos Tours Nature Galapagos & Ecuador , sept 2018

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search