Spécial El Salvador . Avec 80 Jours voyages . 23 Octobre au 4 Novembre 2018.

Home / blog georges Vitton / Spécial El Salvador . Avec 80 Jours voyages . 23 Octobre au 4 Novembre 2018.

Spécial El Salvador . Avec 80 Jours voyages . 23 Octobre au 4 Novembre 2018.

Le Salvador , en forme longue la république du Salvador (en espagnol : El Salvador ou República de El Salvador, respectivement), est le plus petit pays d’Amérique centrale avec une superficie totale de 20 742 km2 pour une population estimée à 6 328 196 habitants en 2014 , et possède à ce titre la densité de population la plus élevée du continent américain. Il possède également un climat tropical, et borde le Sud-Ouest du Honduras et le Sud-Est du Guatemala. Enfin, il est le seul pays continental d’Amérique centrale à ne donner que sur le Pacifique, comme pour le Belize avec l’Atlantique. Son territoire se répartit sur 14 départements et 262 municipalités. San Salvador en est sa capitale, et les villes de Santa Ana et San Miguel en sont les villes les plus importantes.

 

Ce voyage sur les volcans du Salvador est l’occasion de découvrir plusieurs volcans du pays et d’effectuer leur ascension.

Accompagné par Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue et Sylvain Chermette, vous en apprendrez plus sur les volcans majeurs du pays au cours de ce voyage au Salvador. Pays peu visité, ce voyage est une occasion unique de découvrir quelques volcans méconnus ainsi que la culture salvadorienne.

Volcan Chaparastique .

Les points forts de ce séjour :
L’accompagnement par Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue renommé et Sylvain Chermette spécialiste de l’accompagnement sur les volcans actifs.
La découverte d’un pays méconnu aux paysages et à la culture uniques
Découverte de plusieurs volcans (et ascension des 3 volcans majeurs) :
– Le volcan Santa Ana (Ilamatepec)
– Le volcan Izalco
– Le volcan San Vicente (Chinchontepec)
– Le volcan San Miguel (Chaparrastique)
– Le volcan El Pacayal (Chinameca)

 

Les accompagnateurs :

Jacques Marie Bardintzeff.

Auteur de nombreux ouvrages, régulièrement invité dans les médias, il est le spécialiste incontournable pour connaître les volcans et com-prendre la volcanologie aujourd’hui. Professeur à l’Université Paris-Sud-Orsay, docteur d’État, c’est un spécialiste des dynamismes éruptifs et des risques naturels. Il a expertisé un très grand nombre de volcans actifs tout autour du globe et on lui doit déjà plus de trois cents publications et communications dans le domaine de la recherche. Comme il l’a fait pour Nicolas Hulot et Ushuaia Nature, il vous accompagnera lors de ce séjour pour vous expliquer, sur le terrain, le fonctionnement de ces régions et phénomènes volcaniques

Sylvain Chermette . 

 

Sylvain Chermette , guide  pour 80 Jours Voyages    .

Initiateur des différents séjours proposés par l’agence 80 Jours Voyages, Sylvain accompagne régulièrement les voyageurs aux quatre coins du Monde pour leur permettre d’assouvir leur passion des volcans en toute sécurité. De part son expérience sur les volcans en éruption mais égale-ment dans des zones du monde peu visitées par les touristes, il prépare et accompagne plusieurs séjours par an en apportant son expertise du terrain et son expérience de l’encadrement de voyageurs. C’est également en tant que passionné de volcans et de géologie qu’il partage son intérêt avec les adeptes des volcans mais également les novices.

Les volcans visités :

-Ilamatepec (Santa Ana):

Santa Ana, le plus haut volcan du Salvador, est un stratovolcan massif à dominante andésitique / trachyandesitique qui s’élève immédiatement à l’ouest de la caldera de Coatepeque. L’effondrement du Santa Ana (également connu sous le nom d’Ilamatepec) au Pléistocène tardif a provoqué une avalanche de débris volumineux qui a balayé l’océan Pacifique pour former la péninsule d’Acajutla. La reconstruction du volcan a par la suite rempli la plus grande partie de la zone effondrée. Le large sommet est coupé par plusieurs cratères en croissant et une série de cônes et d’évents parasites se sont formés le long d’un système de fissures de 20 km de long qui s’étend de la ville de Chalchuapa, au nord-ouest du volcan, jusqu’aux cones de cendres  San Marcelino et Cerro la Olla , sur le flanc Sud -Est. L’activité historique, qui consiste en grande partie en éruptions explosives faibles à modérées à partir d’évents du sommet et sur les flancs, est documentée depuis le XVIe siècle. Le cône de scories du San Marcelino sur le flanc Sud-Est a produit une coulée de lave en 1722 qui a parcouru 13 km à l’est.

Volcan Santa Ana , José Fernández, U.S Air Force. Wikipédia.

 

-Izalco :

Le volcan d’Izalco, le plus jeune volcan d’El Salvador, est né en 1770 sur le flanc sud du volcan Santa Ana. Les éruptions stromboliennes fréquentes de l’Izalco ont servi de phare nocturne pour les navires, ce qui a valu à ce volcan d’être connu sous le nom de El Faro, le « phare du Pacifique ». Au cours des deux siècles qui ont précédé la cessation de ses activités en 1966, l’Izalco a construit un stratovolcan haut de 650 m de haut, tronqué par un cratère au sommet de 250 m de large. L’Izalco est l’un des volcans les plus actifs en Amérique du Nord et ses pentes à la végétation clairsemée contrastent de manière spectaculaire avec les volcans boisés voisins. Les pyroclastes et les coulées de lave à dominante basaltique-andésitique de l’Izalco sont géochimiquement distincts de ceux du Santa Ana et de ses évents de flanc . Les coulées de lave provenaient pour la plupart d’évents de flanc et ont été déviées vers le sud par les pentes du Santa Ana, se déplaçant jusqu’à environ 7 km du sommet de l’Izalco.
Ce volcan est situé dans la zone Apaneca-Ilamatepec, une propriété de la réserve de biosphère de l’UNESCO.

Volcan Izalco , davidjoviera , Wikipedia

Bulletin le plus récent: décembre 1999 (BGVN 24:12)

Les fumerolles actives il y a 35 ans émettent maintenant de la vapeur d’eau à 86 ° C
Le cratère au sommet de l’Izalco a été visité pour examiner le champ de fumerolles qui a été le site de nombreuses études géochimiques et minéralogiques dans les années 1960 et 1970. Les fumerolles restantes sont constituées uniquement de vapeur d’eau d’une température maximale de 86 ° C.
Le volcan  Izalco est né en 1770 après JC sur le flanc sud du volcan Santa Ana. Des éruptions stromboliennes fréquentes sur le volcan, connu sous le nom de « phare d’Amérique centrale », ont produit un stratovolcan de 650 m de haut en 200 ans

-San Vicente (Chinchontepec):

Les deux sommets jumeaux du volcan San Vicente, également connu sous le nom de Chichontepec, s’élèvent de façon spectaculaire au sud-est du lac Ilopango. Le stratovolcan andésitique moderne a été construit dans la caldeira La Carbonera, datant du Pléistocène , dont le bord n’est visible que du côté sud-ouest. Le volcan San Vicente, le deuxième plus haut du Salvador, s’est développé dans la caldera pour former un volcan avec des cratères sommitaux orientés le long d’une ligne WSW-ENE. Les flancs nord et sud sont couverts par des coulées de lave provenant de l’évent central, mais les coulées de lave du côté est ont pour origine un évent situé sur le flanc supérieur. Le volcanisme a continué dans l’Holocène, mais les dernières coulées de lave sont couvertes par des dépôts d’une plus grande éruption du Ilopango voisin. Les rapports d’éruptions historiques de 1643 et 1835 sont faux (Catalogue des volcans actifs du monde; Sapper, 1917), mais de nombreuses sources chaudes et fumerolles se trouvent sur les flancs nord et ouest.

San Vincente . Photo : Kristal Dorion, (U.S. Geological Survey). Wikipédia.

Rapport hebdomadaire le plus récent: 4 novembre-10 novembre 2009

Selon des articles de presse, de fortes pluies ont provoqué des glissements de terrain et des inondations dans la ville de Verapaz, à environ 6 km au nord-ouest du sommet de San Vicente, les 7 et 8 novembre. De la boue et des rochers ont balayé les flancs de San Vicente, ainsi que des rivières inondées, des maisons et des voitures enfouies; au moins 144 personnes ont été tuées et environ 60 sont portées disparues.

-Chaparrastique :

Le cône symétrique du volcan San Miguel, l’un des plus actifs d’El Salvador, s’élève près du niveau de la mer pour former l’un des points de repère les plus en vue du pays. Le sommet sans végétation s’élève au-dessus de pentes couvertes de plantations de café. Un vaste complexe de cratères profonds fréquemment modifié par des éruptions historiques (enregistrées depuis le début du XVIe siècle) coiffe le sommet tronqué, également appelé localement Chaparrastique. Des fissures radiales sur les flancs du volcan , de nature basaltique-andésitique , ont alimenté une série de coulées de lave historiques, dont plusieurs ont eu lieu au cours des 17ème et 19ème siècles et ont dépassé la base du volcan sur les côtés N, NE et SE. Les flux du flanc SE sont les plus importants et forment de vastes champs de lave à la végétation clairsemée, traversés par des autoroutes et un chemin de fer longeant la base du volcan. L’emplacement des bouches d’évents sur les flancs a migré plus haut sur l’édifice au cours de la période historique, et l’activité la plus récente consiste en de petites éruptions de cendres provenant du cratère au sommet.

Volcan San Miguel . MBurch  , Wikipédia.

Le SNET a signalé une augmentation significative du nombre de tremblements de terre de basse et haute fréquence sous le cratère du San Miguel à compter du 22 mai. Les valeurs RSAM ont fluctué entre 142 et 176 unités (les valeurs normales sont comprises entre 50 et 150 unités) du 30 mai au 1er juin. Les images de la webcam du 30 mai ont montré une petite émission de gaz gris.
Source: Service national d’évaluation territoriale (SNET).

-Chinameca (El Pacayal):

Le petit stratovolcan de Chinameca (également connu sous le nom d’El Pacayal) est dominé par son voisin imposant, le San Miguel, qui se trouve sur une petite selle au sud-est. La Laguna Seca el Pacayal, une caldeira aux versants escarpés de 2 km de large, tronque le sommet, dont les flancs sont couverts de plantations de caféiers. Le cône holocène du Cerro el Limbo sur le flanc ouest s’élève au-dessus du niveau de la caldeira, et une coulée de lave holocène s’étend depuis un évent du flanc nord-ouest dans les basses terres au nord au-delà de la ville de Chinameca (Weber et Weisemann, 1978). Un groupe de champs de fumerolles sur le flanc nord entoure la ville de Chinameca, et le volcan a fait l’objet d’un programme d’exploration géothermique.

Le volcan Chinameca , au fond le volcan Chaparrastique . Photo Carlos Pullinger, 1996 (Servicio Nacional de Estudios Territoriales, El Salvador). GVP.

 

Le Programme mondial du volcanisme n’a pas connaissance d’éruptions holocènes du Chinameca. Si ce volcan a eu de grandes éruptions (VEI> = 4) il y a 10 000 ans, vous pouvez trouver des informations sur la page Chinameca de la base de données LaMEVE (éruptions volcaniques explosives de grande ampleur), qui fait partie du projet d’identification et d’analyse du risque de Volcano Global. (VOGRIPA).

 

Contact : https://80joursvoyages.com/

Sources : GVP. Wikipédia.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search