09 Janvier 2021 . FR . Saint Vincent et les Grenadines : Soufrière Saint Vincent , Indonésie : Merapi , Costa Rica : Turrialba / Poas / Rincon de la Vieja , Hawaii : Kilauea .

Home / blog georges Vitton / 09 Janvier 2021 . FR . Saint Vincent et les Grenadines : Soufrière Saint Vincent , Indonésie : Merapi , Costa Rica : Turrialba / Poas / Rincon de la Vieja , Hawaii : Kilauea .

09 Janvier 2021 . FR . Saint Vincent et les Grenadines : Soufrière Saint Vincent , Indonésie : Merapi , Costa Rica : Turrialba / Poas / Rincon de la Vieja , Hawaii : Kilauea .

09 Janvier 2021 .

 

Saint Vincent et les Grenadines , Soufrière Saint Vincent :

BULLETIN LA SOUFRIÈRE  , 8 JANVIER 2021 20H00

Le dôme qui a percé le fond du cratère, le 27 décembre 2020, sur le périmètre sud-ouest du dôme existant, continue de croître dans le cratère de La Soufrière et a une forme ellipsoïde avec une croissance se développant vers l’Ouest.
L’équipe SRC a passé la journée à préparer l’équipement pour le déploiement. L’équipe a également effectué une observation visuelle de la montagne, qui comprenait l’observation de l’émission de gaz, la prise de photos et de vidéos fixes, car celles-ci aideront à déterminer l’emplacement où placer les instruments pour surveiller le flux de gaz.

 

Une mission de reconnaissance à Fancy et Owia pour identifier les emplacements appropriés pour l’installation de stations sismiques supplémentaires a été effectuée aujourd’hui.
Les données sismiques de la station Wallibou sont désormais diffusées dans le Centre de recherche sismique (SRC).
Une webcam diffusant en direct a été installée le 3 janvier 2021 à l’Observatoire de Belmont. Une deuxième caméra, à Georgetown, a été installée avec succès et les installations de caméras et de stations météorologiques, au sommet, sont toujours en cours.

 

En préparation de l’installation de stations au sommet, des équipements de surveillance sismique et de déformation du sol sont en cours de mobilisation à Georgetown pour faciliter le déplacement des équipements pour leur déploiement sur les sites identifiés sur le volcan.

Le niveau d’alerte reste à Orange. Le volcan continue à exsuder du magma à la surface et de la vapeur peut encore être observée depuis l’Observatoire de Belmont. Les personnes vivant dans des zones proches du volcan devraient s’attendre à de fortes odeurs de soufre pendant plusieurs jours à plusieurs semaines, en fonction des changements de direction du vent.

Source : Nemo .

Vidéo :  Professeur Richard Robertson

Photo : Nemo .

 

Indonésie , Merapi :

 

Rapport d’activité du mont Merapi, du 1er au 7 janvier 2021

RÉSULTAT D’OBSERVATION

Visuel
Le temps autour du mont Merapi est généralement ensoleillé le matin, tandis que l’après-midi jusqu’au soir est brumeuse. La fumée émise depuis le cratère est blanche, fine à épaisse avec une faible pression. Une hauteur de fumée maximale de 800 m est observée depuis le poste d’observation du mont Merapi à Selo le 7 janvier 2021 à 06h40  .
Le 4 janvier 2021 à 19h50 , une première éruption de lave incandescente a été observée, qui a été enregistrée sur un sismogramme d’une amplitude de 33 mm et d’une durée de 60 secondes. Le bruit des avalanches a été entendu jusqu’au poste d’observation du mont Merapi à Babadan. Au cours de cette semaine, des avalanches de lave incandescente ont été observées 19 fois avec une distance de glissement maximale de 800 mètres jusqu’au cours supérieur de la Kali Krasak. Puis le 7 janvier 2021, 4 nuages ​​chauds ont commencé à se produire, à savoir à 08.02, 12.50, 13:15 et 14.02 . On estime que la distance de glissement des avalanches chaudes est inférieure à 1 km jusqu’au cours supérieur de la Kali Krasak.
L’analyse morphologique de la zone du pic basée sur des photos du secteur Sud-Ouest du 7 janvier 2021 par rapport à celle du 24 décembre 2020 montre un changement de morphologie de la zone du pic dû à l’activité d’avalanche et à la présence d’un nouveau dôme de lave.

Sismicité
Cette semaine, la sismicité du mont Merapi a enregistré 
4  avalanches de nuages ​​chauds (AP),
541 tremblements de terre volcaniques peu profonds (VTB),
2270   séismes multi-phases (MP),
4 tremblements de terre basse fréquence (LF),
611 tremblements de terre d’avalanches (RF),
628  tremblements de terre d’émissions (DG)
4 tremblements de terre tectoniques (TT).

L’intensité sismique cette semaine est plus élevée que la semaine dernière.

Déformation
La déformation du mont Merapi qui a été surveillée à l’aide de l’EDM cette semaine a montré un taux de raccourcissement de 15 cm / jour.

Pluie et lahars
Cette semaine, il y a eu de la pluie au poste d’observation du mont Merapi avec la plus forte intensité de pluie de 46 mm / heure pendant 75 minutes au poste de Kaliurang le 6 janvier 2021 et il a été signalé qu’il y avait une augmentation du débit de la rivière Boyong.

Conclusion
Sur la base des résultats des observations visuelles et instrumentales, il est conclu que:
L’activité volcanique du mont Merapi est encore assez élevée, de sorte que le statut d’activité est toujours au niveau «SIAGA».
Les dangers potentiels actuels se présentent sous la forme d’avalanches de lave, d’éjection de matière volcanique en cas d’éruption explosive et d’un maximum de 5 km de distance de glissements de nuages ​​chauds.

Source : BPPTKG.

Photos : Hendra Nurdiyansyah

 

 

Costa Rica , Turrialba / Poas / Rincon de la Vieja :

Volcan Turrialba
Lat: 10,025 ° N; Long: 83,767 ° O;
Hauteur: 3340 m.s.n.m.
Niveau d’activité actuel: 2 (volcan actif)
Dangers potentiellement associés: gaz, émission de cendres, projections balistiques proximales

Aucune émission de cendres n’a été observée. Il y a eu une légère augmentation du nombre d’évènements de type LPs et particulièrement de hautes fréquences. Le nombre d’évènements de type LPs suivi de courts tremors est maintenu. Un évènements de type « Tornillo » a été enregistrée le 28 décembre après le tremor caractéristique d’une éruption ou d’une expiration, mais il n’y a pas eu d’observation directe pour confirmer en raison de mauvaises conditions météorologiques. La quasi-absence de signal infrason suggère un événement profond. Les mesures géodésiques montrent la déflation du massif de Turrialba-Irazú. La contraction reste stable. Il n’y a pas de changement significatif des ratios H2S / SO2 et CO2 / SO2, qui restent stables, avec des valeurs moyennes autour de 0,3 et 20 respectivement. Aucune anomalie thermique n’a été détectée par l’analyse MODIS.

Volcan Poas
Lat: 10,2 ° N; Long: 84,233 ° O;
Hauteur: 2780 m.s.n.m.
Niveau d’activité actuel: 2 (volcan actif)
Dangers potentiellement associés: gaz, éruptions phréatiques, projections balistiques proximales .

Aucune éruption n’a été détectée. L’activité sismique montre une augmentation du niveau RSEM depuis le 13 décembre. Une petite extension du volcan a été observée depuis début décembre. Le rapport H2S / SO2 a diminué depuis novembre (de 0,3 en novembre à ~ 0,08 cette semaine), mais le rapport SO2 / CO2 reste faible (~ 0,6) à l’exception d’un pic (jusqu’à 1,7) à la mi-décembre. Le flux de SO2 a augmenté au début de décembre et a diminué après le 10 décembre. Le niveau du lac a un peu augmenté fin décembre pour atteindre son plus haut niveau depuis la crise magmatique de 2017. Le 13 décembre, une anomalie thermique proximale d’amplitude similaire à celle du 26 novembre 2020 a été détectée, par analyse MODIS. Une fumerolle est apparue à la mi-décembre au Nord-Est du lac, correspondant à une réactivation de la fumerolle orange visible en 2006, peut-être en raison de l’augmentation de la pression hydrostatique due au niveau élevé du lac. Une augmentation de l’activité de la cellule convective correspondant à la Bouche C sous-marine est également observée.

Volcan Rincon de la Vieja
Lat: 10,83 ° N; Long: 85,324 ° O;
Hauteur: 1895 m.s.n.m.
Niveau d’activité actuel: 3 (volcan en éruption)
Dangers potentiellement associés: gaz, éruptions phréatiques, projections balistiques proximales, lahars.

La survenue d’éruptions s’est arrêtée après l’éruption profonde du 13 décembre, mais un tremor important est apparu. Fin décembre, un maximum a peut-être été observé dans la fréquence des évènements de type « Tornillo », ce qui, s’il est confirmé, pourrait suggérer à nouveau la survenue d’éruptions. De plus, des évènements de type TT ont été enregistrés dans la zone Sud du volcan sans savoir s’ils sont naturels ou induits par l’exploitation géothermique. La surveillance géodésique a enregistré un changement significatif de la direction des vecteurs de mouvement fin novembre et début décembre, toujours avec extension, suggérant une possible petite intrusion. Aucune anomalie thermique n’a été détectée par l’analyse MODIS. Les paramètres d’oxydation (ORP) et la conductivité électrique dans l’ojo Santuario (source chaude au Nord du volcan) se sont stabilisés à des valeurs «normales».

Source : Ovsicori .

Photos : G. Avard / Ovsicori , RSN , Raul Mora / RSN / UCR .

 

Hawaii , Kilauea :

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Altitude du sommet : 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: WATCH
Code couleur de l’aviation actuel: ORANGE

Résumé de l’activité:
L’activité d’émission de lave est confinée au cratère Halema’uma’u avec de la lave sortant des évents du côté Nord-Ouest du cratère. Mercredi après-midi (6 janvier), le lac de lave avait une profondeur de 194 m (630 pieds) et était perché à environ 1 à 2 m (1 à 2 yds) au-dessus de son bord. Les taux d’émission de SO2 étaient encore élevés.

Observations du sommet:
Les inclinomètres du sommet ont enregistré une faible inclinaison déflationniste depuis le 1er janvier avec une accélération brève, mais temporaire, de la tendance déflationniste pendant la nuit entre le 6 et le 7 janvier. La sismicité est restée élevée mais stable, avec des tremors réguliers et quelques tremblements de terre mineurs.

 

Image, prise lors d’un survol de mardi matin, de l’évent Ouest déversant de la lave dans le lac perché de l’Halema’uma’u. Un cône d’éclaboussures s’est accumulé sur la partie supérieure de l’évent sur le mur Ouest raide et alimente le lac de lave à travers des tubes en croûte. Une partie submergée de l’évent décharge également de la lave, créant une fontaine en forme de dôme rougeoyante à la surface du lac. Les géologues du HVO ont estimé sa hauteur à environ 16 pieds. Pendant la prise de vue, il a fluctué un peu, disparaissant même un instant avant de reprendre . La mise à jour du HVO ce matin indique que la fontaine du dôme s’est encore affaiblie hier. Et, pour en revenir à la fumée, les émissions de dioxyde de soufre sont estimées à 3400 tonnes par jour

Observations sur la zone du Rift Est:
Les émissions de SO2 et de H2S du Puʻu ʻŌʻō étaient inférieures aux niveaux de détection instrumentale lorsqu’ils ont été mesurés hier (7 janvier).

Observations du lac de lave de l’Halema’uma’u:
Les évents Ouest ont éclaboussé du haut d’un petit cône plâtré sur le mur Nord-Ouest du cratère Halema’uma’u. La fontaine du dôme s’est affaiblie hier matin, forçant la lave à s’écouler hors des évents autrefois éclaboussaient sur la paroi du cratère Nord-Ouest et dans le lac pendant plusieurs heures hier. Ce matin, de la lave coulait des évents Ouest à travers un canal en croûte dans le lac et il peut y avoir une petite fontaine en dôme fusionnée avec l’écoulement de ce canal.

L’île principale de lave plus froide et solidifiée flottant dans le lac de lave a continué à tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, devant la source de lave Ouest remplissant le lac, tandis que les 11 petites îles se déplaçaient un peu mais restaient à l’extrémité est du lac.  A 22h30 hier soir, l’île a calé en rotation et en mouvement. 

Source : HVO .

Photo : Bruce Omori .

Recommended Posts
Showing 2 comments
  • Fanou88
    Répondre

    Bonsoir , le dome qui se forme à Saint Vincent est incroyablement bien rond sur ce que l’on peut voir en vidéo , comment se forme t’il ? La lave  » pousse  » par dessous ou bien y a t’il une  » bouche  » de sortie qui laisse sortie une quelconque matière ? Désolé je m’exprime avec mes mots .

    • ADMIN
      Répondre

      Il faut bien comprendre qu’il n’y a pas de « tuyau d’alimentation » .
      Le magma remonte depuis le manteau , se fait une place en fracturant les roches et arrive en surface .

      Un magma est considéré comme acide, intermédiaire, basique ou ultrabasique en fonction de sa teneur en silice (%pds SiO2)c :
      -riche en silice (plus de 65 %), le magma est « acide » et sa viscosité est élevée ;
      -avec une teneur intermédiaire entre 52 et 65 %, le magma est dit « intermédiaire » ;
      -pauvre en silice (moins de 52 % mais plus de 45), le magma est « basique » et sa viscosité est faible,
      -très pauvre (moins de 45 % de silice), il est « ultrabasique ».
      Cette teneur en silice aura donc une incidence sur le comportement du magma lors de sa remontée (vitesse de déplacement, et caractère effusif ou explosif de l’éruption volcanique si le magma parvient en surface).

      Dans le cas qui nous occupe , il n’y a pas encore d’analyse de publiées , mais le magma est visiblement pâteux (acide ).

      GV

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search