02 Decembre 2017. FR . Agung , Piton de la Fournaise , Yellowstone , Popocatepetl .

Home / agung / 02 Decembre 2017. FR . Agung , Piton de la Fournaise , Yellowstone , Popocatepetl .

02 Decembre 2017. FR . Agung , Piton de la Fournaise , Yellowstone , Popocatepetl .

02 Décembre 2017.

 

Agung , Indonésie :

 

Surveillance et analyse des données:

Visuel
La nuit, jusqu’à ce soir, il y avait une incandescence qui émanait du cratère du mont Agung. L’observation de lueurs au-dessus du cratère du mont Agung est possible en raison de la présence de lave à haute température dans le cratère. L’intensité de l’ incandescence de la lave réfléchie sur la colonne de fumée provoque l’observation du phénomène .
Des coulées de lahars se sont produites après l’éruption du Mont Agung avec un flux principal dans les rivières du secteur Sud du mont Agung entre Tukad Yehsa, Sabuh et Tukad Tukad Beliaung ainsi que dans le secteur Nord du mont Agung vers Tukad Bara. L’impact de cette coulée de boue n’a pas causé de victimes. Cependant, il y a eu un impact sur plusieurs maisons, routes et rizières.

 

Sismicité:
Les tremblements de terre sont toujours dominés par l’occurrence de séismes volcaniques profonds et peu profonds. Ceci indique qu’il y a encore un mouvement de magma en profondeur. Actuellement, le nombre de séismes volcaniques n’est plus aussi important que dans la période de septembre à octobre 2017. Cela est dû au fait que le chemin magmatique jusqu’à la surface a été plus ouvert. Par conséquent, bien que le nombre ne soit pas grand, cela ne signifie pas que l’activité volcanique a diminué.
Les tremors continus avec une amplitude allant parfois jusqu’au maximum de l’échelle  (au-delà de la capacité des appareils d’enregistrement) continuent d’être enregistrés depuis le 28 novembre 2017 jusqu’à aujourd’hui (1er décembre 2017). Cela indique une forte intensité d’activité près de la surface.
Les séismes de basse fréquence sont enregistrés plusieurs fois et ceci est lié au mouvement du fluide magmatique vers la surface.

Déformation:
Les résultats des mesures GPS n’indiquent pas de tendance claire d’inflation avant l’éruption. Ceci est en contraste avec le schéma représenté par les GPS avant l’essaim (une série de tremblements de terre volcaniques) dans la période de Septembre à Octobre 2017, ou il avait montré une inflation de l’édifice du mont Agung depuis Août 2017 et jusqu’en mi-Septembre 2017.
Le modèle montré par la mesure d’inclinaison est sous la forme d’inflation avant l’éruption et de déflation après l’éruption.

Géochimie:
Les résultats des tests de laboratoire sur les cendres volcaniques produites par l’éruption d’ouverture le 21 novembre 2017 montrent l’existence de contenu juvénile (nouveau matériau magmatique). Le matériel du panache présente également du matériel identifié comme dérivé de l’éruption de lave de 1963. Sur la base de ces résultats des tests de laboratoire, on peut conclure que la première éruption du Mont Agung qui s’est produite était d’origine phreato-magmatique . Ce type d’éruption a pu se produire lorsque le nouveau magma a interagit avec l’eau du système aquifère sous le cratère du mont Agung.
Avant l’éruption du 21 novembre 2017, le gaz CO2 pouvait être mesuré à des concentrations élevées par l’équipement MultiGAS piloté par Drone. Cependant, la concentration de gaz SO2 n’était pas encore mesurable. Après l’ éruption du 21 Novembre 2017 jusqu’à ce jour la concentration de gaz SO2 est toujours mesurée de façon constante. La concentration de SO2 a été observée à haute température au cours de la période du 26 au 27 novembre 2017, après quoi la concentration de SO2 mesurée a été relativement réduite.

 

 

Satellite de télédétection:
Les données satellitaires enregistrent régulièrement les points chauds , notamment les 27, 28 et 29 novembre 2017 avec des températures allant de 286,6 à 298,8 +/- 6 degrés Celsius avec une puissance maximale de 97 mégawatts.
Les données satellitaires indiquent également que des éruptions effusives (coulées de lave à la surface) se produisent encore dans le cratère.
Cette éruption effusive a des implications sur l’addition de volume de lave dans le cratère avec un volume de lave estimé à environ 20 millions de mètres cubes ou un tiers du volume total du cratère.

Conclusions:
Sur la base de l’analyse de données multi-paramètres, on peut conclure que jusqu’à présent (1er décembre 2017) l’activité volcanique du Gunung Agung est encore élevée et toujours en phase d’éruption. Par conséquent, le statut du mont Agung est toujours au niveau IV (Awas). Les communautés autour du mont Agung et les alpiniste / visiteurs / touristes sont invités à ne pas entrer, ne faites pas la montée et ne mener aucune activité dans la zone de danger estimée , dans la zone du cratère du G. Agung et dans toute la zone dans un rayon de 8 km autour du cratère . Avec en plus une expansion sectorielle au Nord-Nord-Est et au Sud-Sud-Est /Sud-Ouest dans la mesure de 10 km autour du cratère du mont Agung. Les zones de danger estimées sont dynamiques et évaluées de façon continue et peuvent être modifiés à tout moment après le développement des données d’observation du Gunung Agung .

Source : VSI

Photos : JUNI KRISWANTO/AFP/Getty Images)

 

Piton de la Fournaise , La Réunion :

Bulletin mensuel du vendredi 1 décembre 2017

Sismicité:

Au mois de novembre 2017, l’OVPF a enregistré au total :

• 23 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2 km de profondeur) sous les cratères sommitaux ;
• 3 séismes profonds (> à 2 km de profondeur) ;
• 317 effondrements (dans le Cratère Dolomieu, au niveau des remparts de l’Enclos Fouqué ainsi qu’au niveau du site éruptif de juillet/août 2017) ;
• 43 séismes locaux (sous l’île, côté Piton des Neiges) ;
• 6 séismes régionaux (dans la zone océan indien).

Déformation:

Suite à la phase de reprise d’inflation (gonflement) du volcan à la mi-octobre, les déformations ont de nouveau cessé en novembre, ne montrant pas de signaux particuliers (Figure 1).


Figure 1 : Illustration de la déformation au cours des douze derniers mois (les éruptions du 31 janvier-27 février 2017 et du 14 juillet-28 août 2017 sont représentées en jaune et l’injection de magma du 17 mai 2017 est représentée par une barre noire). Est ici représentée une ligne de base (distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cratère Dolomieu du nord au sud (en noir les données brutes, en bleu les données lissées sur une semaine). Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (© OVPF/IPGP)

Géochimie des gaz:

– Concentrations en CO2 dans le sol sur les stations distales (région des Plaines) : la tendance mesurée en novembre s’inscrit dans la continuité de la baisse mesurée sur le long-terme depuis juin (des fluctuations de second ordre sont probablement associées à la pluviométrie).
– Concentrations en CO2 dans le sol au niveau du gîte du volcan : concentrations intermédiaires.
– Emissions sommitales du Piton de la Fournaise : persistance de la présence de faibles concentrations en H2S et parfois SO2 dans l’air au niveau du sommet du volcan.

Source : OVPF

 

Yellowstone , Etats Unis :

44 ° 25’48 « N 110 ° 40’12 » W,
Sommet : 9203 pi (2805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: NORMAL
Code couleur actuel de l’aviation: VERT

Travaux récents:
En novembre, l’Université de l’Utah, en collaboration avec l’Université du Texas El Paso et le parc national de Yellowstone, a installé 290 sismomètres nodaux autour du bassin Upper Geyser (près de Old Faithful) dans le prolongement d’une étude qui a commencé en 2015 . Le déploiement ,  qui a duré plusieurs jours, avait pour but d’enregistrer les signaux sismiques provenant des différentes caractéristiques thermiques. En utilisant ces signaux, les sismologues peuvent en apprendre plus sur les geysers et les sources chaudes de Yellowstone. L’étude de cette année portait sur une zone appelée Geyser Hill, qui est la zone d’activité hydrothermale la plus concentrée sur Terre. L’un des objectifs du déploiement est d’identifier la racine souterraine des caractéristiques thermiques de Geyser Hill et de voir si elles proviennent d’un réservoir commun ou si elles ont des sources distinctes. Un travail similaire en 2015 a porté sur le système de plomberie de Old Faithful et a été publié récemment dans la revue Geophysical Research Letters.

Sismicité:
En novembre 2017, les stations sismologiques de l’Université de l’Utah, responsables du fonctionnement et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 63 tremblements de terre dans la région du parc national de Yellowstone. Le séisme le plus important, de magnitude M2,1, a eu lieu le 26 novembre à 13 h 32 HNR, à environ 18 milles à l’Ouest-Nord-Ouest de West Yellowstone, MT, dans la région de Maple Creek. Cette zone de Yellowstone a connu des niveaux élevés d’activité d’essaim de tremblement de terre au cours des derniers mois. Au cours de la dernière partie d’octobre et jusqu’en novembre, les niveaux de sismicité sont revenus à des niveaux de fond normaux. Aucune autre activité d’essaim n’a été observée à Yellowstone en novembre.

Après avoir été élevée pendant une grande partie de l’été, l’activité sismique de Yellowstone est maintenant à des niveaux normaux par rapport à l’activité de fond typique observée au cours des dernières années.

Déformation du sol:
Le soulèvement au Nord de la caldeira, près du Norris Geyser Basin, a été minime au cours du dernier mois. Des pauses similaires dans la montée de cette zone ont eu lieu sporadiquement pendant la période générale de soulèvement qui se poursuit depuis fin 2015. Les stations GPS dans la caldeira montrent une subsidence continue de quelques millimètres par mois, qui est également en cours depuis fin 2015.

L’observatoire du volcan Yellowstone (YVO) assure une surveillance à long terme des activités volcaniques et sismiques dans la région du parc national de Yellowstone. Yellowstone est le site de la plus grande et la plus diversifiée collection de caractéristiques thermales naturelles au monde et le premier parc national. YVO est l’un des cinq observatoires des volcans de l’USGS qui surveillent les volcans aux États-Unis pour la science et la sécurité publique.

Source : YVO

 

Popocatépetl , Mexique :

01 décembre, 11h15 (01 décembre, 17h15 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, grâce aux systèmes de surveillance sismique du volcan Popocatepetl  , 595  exhalaisons de faible intensité accompagnées de vapeur et de gaz ont été identifiées. De plus, deux explosions de faible intensité ont été accompagnées d’émissions de cendres , s’élevant à une hauteur supérieure à 1 km . Les cendres associées à ces événements ont été dispersées par les vents dans une direction Sud-Est.

Enfin, il y a eu cinq séismes volcano-tectoniques de magnitude comprise entre M1,3 et M2,5. De plus, 136 minutes de tremor harmonique ont été enregistrées.

A partir de ce matin et jusqu’au moment de ce rapport , le volcan a été observé avec une émission de vapeur d’eau et de gaz qui se dispersent avec les vents du Sud .

Le CENAPRED a demandé de ne pas approcher le volcan et en particulier du cratère, à cause du risque de chute de projectiles , et en cas de forte pluie de rester loin du fond des ravins , à cause du danger de glissements de terrain et de coulées de boue.

Source : Cenapred .

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search