26 Janvier 2022. FR. Archipel du Vanuatu : Ambrym , Italie : Stromboli , Italie : Vulcano , Colombie : Nevado del Ruiz , Mexique : Popocatepetl .

Home / Ambrym / 26 Janvier 2022. FR. Archipel du Vanuatu : Ambrym , Italie : Stromboli , Italie : Vulcano , Colombie : Nevado del Ruiz , Mexique : Popocatepetl .

26 Janvier 2022. FR. Archipel du Vanuatu : Ambrym , Italie : Stromboli , Italie : Vulcano , Colombie : Nevado del Ruiz , Mexique : Popocatepetl .

26 Janvier 2022.

 

 

Archipel du Vanuatu , Ambrym :

MISE À JOUR SUR L’ACTIVITE DU VOLCAN D’AMBRYM.

Le volcan Ambrym, en particulier le cratère du Benbow, montre à nouveau une incandescence . Après l’augmentation de l’activité hier, la lueur sur le volcan a de nouveau été observée par les habitants d’Ambrym et des îles environnantes. Cette lueur manquait depuis l’éruption de décembre 2018 qui avait vu disparaître les célèbres lacs de lave des cratères du Benbow et du Marum. Pour l’instant, la lueur n’est observée que dans le cratère du Benbow.

Le cratère du Bembow en 2011.
 

Les données Sentinel-5P acquises le 25 janvier 2022 montrent que l’activité accrue hier sur le cratère du Benbow a également produit des émissions de SO2. Par conséquent, les habitants de l’île d’Ambrym pourraient à nouveau subir des pluies acides. Depuis l’éruption de décembre 2018, les habitants de l’île d’Ambrym, en particulier ceux exposés aux directions du vent, n’ont pas subi les effets des pluies acides.
Par conséquent, il est fortement conseillé de suivre les messages d’alertes sur ce qu’il faut faire, avant, pendant et après.
Le Département de la météorologie et des géorisques du Vanuatu continuera de surveiller de près la situation et de conseiller en conséquence.

Descente dans le cratère du Bembow ( 2011)

Ambrym, un grand volcan basaltique avec une caldeira de 12 km de large, est l’un des volcans les plus actifs de l’Arc des Nouvelles-Hébrides. Une épaisse séquence presque exclusivement pyroclastique, d’abord dacitique puis basaltique, recouvre les coulées de lave d’un volcan bouclier pré-caldeira. La caldeira s’est formée lors d’une éruption plinienne majeure avec des coulées pyroclastiques dacitiques il y a environ 1 900 ans. Les éruptions post-caldeira, principalement des cônes Marum et Benbow, ont partiellement rempli le sol de la caldeira et produit des coulées de lave qui se sont accumulées sur le sol ou ont débordé à travers les interstices du bord de la caldeira. Les éruptions post-caldeira ont également formé une série de cônes de scories et de maars le long d’un système de fissures orienté ENE-WSW. Des éruptions se sont apparemment produites presque chaque année au cours de la période historique à partir de cônes dans la caldeira ou d’évents de flanc. Cependant, de 1850 à 1950, les rapports se limitaient principalement aux éruptions extra-caldeira qui auraient affecté les populations locales.

Source : Geohazard. GVP

Photos : G Vitton.

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 17 Janvier 2022 au 23 Janvier 2022. (date d’émission 25 Janvier 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Durant cette période, une activité explosive normale de type strombolienne a été observée avec une activité de projection dans la zone Nord. La fréquence horaire totale des explosions ont fluctué entre des valeurs moyennes et moyennes-élevées (11-17 événements / h). L’intensité des explosions a varié de faible à moyenne à la fois dans la zone du cratère Nord et dans la zone du cratère Centre-Sud.

2) SEISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques suivis ne présentent pas de variations significatives.
3) DÉFORMATIONS DU SOL : Les réseaux de surveillance de la déformation du sol n’ont pas détecté de changements significatifs au cours de la semaine  .
4) GEOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau moyen
Flux de CO2 dans la zone du cratère sur des valeurs moyennes à élevées.
Rapport C/S sur des valeurs moyennes-élevées.
Il n’y a pas de mises à jour sur le rapport isotopique de l’hélium dans les eaux souterraines
5) OBSERVATIONS SATELLITAIRES : L’activité thermique observée par satellite était à un niveau bas.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la période d’observation, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée grâce à l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE (altitude 190m, Punta Corvi, altitude 400m et Pizzo). L’activité explosive a été principalement produite par 5 (cinq) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Nord et 2 (deux) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Centre-Sud. Toutes les bouches sont situées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère.
En raison des conditions météorologiques défavorables des 17 et 21 janvier, la visibilité de la terrasse du cratère était insuffisante pour une description correcte de l’activité éruptive.

Le secteur N1, avec deux points d’émission, situé dans la zone du cratère Nord  a produit des explosions d’intensité principalement moyenne à faible (parfois les produits des explosions dépassaient une hauteur de 80 m) émettant des matériaux grossiers (lapilli et bombes). Le secteur N2, avec trois points d’émission, a présenté une activité explosive de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers avec une activité de projection intense le 22 janvier. La fréquence moyenne des explosions variait de 7 à 14 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud, les secteurs S1 et C n’ont pas montré d’activité explosive significative, tandis que les deux évents situés dans le secteur S2 ont produit des explosions, même simultanément, d’intensité principalement moyenne-faible (parfois les produits des explosions dépassaient la hauteur de 80 m) émettant des matériaux grossiers mélangés à des matériaux fins (cendres). La fréquence des explosions était comprise entre 3 et 4 événements/h.

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/590-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli-del-2022-01-25/file

Photos : Ingv , Webcam

 

Italie , Vulcano :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 17 Janvier 2022 au 23 Janvier 2022. (date d’émission 25 Janvier 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ.

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) Température des fumerolles du cratère : Les températures enregistrées sur le bord du cratère sont en légère baisse, tandis que du côté interne elles continuent à rester stables.
2) Flux de CO2 dans la zone du cratère : Le flux de CO2 dans la zone du cratère reste sur des valeurs élevées
3) Flux de SO2 dans la zone du cratère : flux de SO2 à un niveau élevé
4) Géochimie des gaz fumeroliens : Les concentrations des gaz magmatiques (CO2, He), bien que décroissantes, sont à des niveaux moyens-élevés.
5) Flux de CO2 à la base du cône de La Fossa et dans la zone de Vulcano Porto : Les flux de CO2 à la base du cratère restent à des valeurs moyennes-élevées à l’exception du site de Faraglione, où des valeurs faibles ​​sont enregistrés à proximité du niveau de fond.

6) Géochimie des aquifères thermiques : Les paramètres physico-chimiques enregistrés dans les puits Camping Sicilia et Bambara restent stables.
7) Sismicité locale : Augmentation modérée du taux d’occurrence des évènements de type VLP.
8) Sismicité régionale : Aucun séisme avec Ml > = 1,0 n’a été localisé dans la zone de l’île de Vulcano.
9) Déformations – GNSS : Le réseau de surveillance GNSS n’a pas montré de changements significatifs au cours de la semaine précédente.
10) Déformations – Inclinométrie : Le réseau inclinométrique ne montre pas de variations significatives.
11) Autres observations : Campagne mensuelle de flux de CO2 : il y a une diminution générale du flux de CO2 qui passe de 310 à 225 tonnes/jour et une diminution de l’extension surfacique des zones anormales.
GNSS mobile : Les stations GNSS mobiles ont été affectées par des discontinuités de positionnement en temps réel mais ne semblent pas présenter de variations significatives au cours de la période considérée.
Campagne de mesure des puits mensuelle : une stabilisation des valeurs de température des espèces carbonatées dissoutes est observée dans tous les puits suivis, à l’exception du puits Bambara où une nouvelle diminution des espèces carbonatées dissoutes est observée.
Gravimétrie : Au cours de la période considérée, les stations de gravimétrie en continu n’ont pas enregistré de changements significatifs dus aux sources profondes.

FLUX DE CO2 DANS LA ZONE DU CRATÈRE
La station a subi un gros entretien à la mi-janvier. Le débit était plus élevé qu’avant l’intervention, mais la valeur absolue pouvait être influencée par l’intervention elle-même. Les valeurs acquises sont en tout cas en baisse, mais toujours à des niveaux anormaux (valeur moyenne hebdomadaire = 12000 g m-2 j-1).

FLUX DE CO2 À LA BASE DU CÔNE DE LA FOSSA ET DANS LA RÉGION DE VULCANO PORTO
Les flux de CO2 du sol (acquis automatiquement par le réseau VULCANOGAS, dans les derniers jours de la période d’observation ont montré une tendance modérée à la baisse sur les sites Camping Sicilia, Rimessa et P4max. Sur le site Faraglione, les valeurs sont comparables à celles enregistré la semaine précédente.
Au Camping Sicilia et Rimessa, les valeurs actuelles restent élevées, bien qu’inférieures à celles atteintes au plus fort de la crise.

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/592-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Vulcano-del-2022-01-25/file

Photos : Ingv , Webcam

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Objet : Bulletin de niveau d’activité du volcan Nevado del Ruiz.
Le niveau d’activité continue au Niveau d’activité jaune ou (III) : changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Concernant le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN rapporte que :

La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a montré une légère augmentation du nombre de tremblements de terre enregistrés et, en général, des niveaux similaires dans l’énergie sismique libérée, par rapport à la semaine immédiatement précédente. Cette activité sismique a été caractérisée par l’occurrence de tremors volcaniques continus, d’impulsions de tremor, de séismes de type longue et très longue période, qui présentaient des niveaux d’énergie modérés et un contenu spectral variable. Ces tremblements de terre ont été localisés principalement dans le cratère Arenas. Certains de ces signaux étaient associés à des émissions de cendres et/ou à des incandescences confirmées par les caméras installées dans la zone du volcan.  

 

La sismicité générée par la fracturation des roches a diminué en nombre de séismes et augmenté en énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était localisée principalement dans les secteurs Est, Sud-Sud-Est et dans le cratère Arenas. La profondeur des tremblements de terre variait entre 0,5 et 5,3 km. La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine était de 1,7 ML (Local Magnitude) correspondant à un séisme enregistré le 20 janvier à 13h50 (heure locale), situé à 1,9 km à l’Est du cratère Arenas, à une profondeur de 3,9 km.

La colonne de gaz et de vapeur a atteint une hauteur maximale de 2196 m mesurée au sommet du volcan, le 24 janvier.
Concernant l’évolution du dôme de lave, qui se situe au fond du cratère, il a montré quelques changements dans son apparence et n’a pas présenté de variations importantes dans son volume, comme en témoigne l’analyse des images satellites des derniers jours.

Source : SGC

Photo : Sylvain Chermette / 80 Jours Voyages.

 

Mexique , Popocatepetl :

25 janvier, 11h00 (25 janvier, 17h00 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, selon les systèmes de surveillance du volcan Popocatépetl, 32 exhalaisons de faible intensité ont été identifiées, accompagnées de vapeur d’eau et de gaz volcaniques .

Au cours de la matinée et au moment de ce rapport, une légère émission de gaz volcaniques avec une direction Est-Nord-Est (ENE) est observée.

Le CENAPRED exhorte à NE PAS APPROCHER du volcan et surtout du cratère, en raison du danger de chute de fragments balistiques et, en cas de fortes pluies, de rester à l’écart du fond des ravins en raison du danger de coulées de boue et de débris.

Le feu d’alerte volcanique du Popocatépetl est en JAUNE PHASE 2.

Source : Cenapred.

Photo : GL ( archives).

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search