04 Janvier 2022. FR. Ile de La Réunion : Piton de la Fournaise , Pérou : Sabancaya , Indonésie : Ili Lewotolok , Chili : Nevados de Chillan , Equateur : Tungurahua .

Home / blog georges Vitton / 04 Janvier 2022. FR. Ile de La Réunion : Piton de la Fournaise , Pérou : Sabancaya , Indonésie : Ili Lewotolok , Chili : Nevados de Chillan , Equateur : Tungurahua .

04 Janvier 2022. FR. Ile de La Réunion : Piton de la Fournaise , Pérou : Sabancaya , Indonésie : Ili Lewotolok , Chili : Nevados de Chillan , Equateur : Tungurahua .

04 Janvier 2022.

 

Ile de La Réunion , Piton de la Fournaise :

Communiqué du 03 Janvier 2022 – 16h00 .

L’éruption débutée le 22 Décembre 2021 aux alentours de 3h30 heure locale se poursuit. Sur les dernières 24h l’amplitude du trémor éruptif (indicateur d’une émission de lave en surface) montre toujours des fluctuations  . Les fluctuations observées peuvent être liées soit :
– au cône et au champ de tunnels de lave en aval du cône, qui subissent des phases de construction et de démantèlement, influant ainsi la vitesse des débits de lave au niveau de l’évent ;
– soit à des libérations ponctuelles de poches de gaz piégées dans les conduits d’alimentation qui peuvent être libérées soudainement entrainant une augmentation du trémor.
L’amplitude moyenne du trémor se situe (au cours des dernières heures) à environ 50% de son amplitude initiale .

Les dernières observations montrent toujours une activité de fontaines de lave au sein du cône qui s’est édifié depuis le début de l’éruption. Les vidéos des webcams de l’OVPF-IPGP-IRT de cette nuit ainsi que les observations réalisées ce jour depuis le Piton de Bert, montrent une activité avec des fontaines de lave qui dépassent occasionnellement la hauteur du cône. De nombreuses résurgences de coulées de lave sont toujours visibles au toit du tunnel de lave qui s’est mis en place en aval du cône . Ces résurgences sont sporadiques et peuvent durer de quelques minutes à
quelques heures .

Sur les dernières 24h :
– Aucun séisme volcano-tectoniques n’a été enregistré.
– Les déformations de surface ne montrent plus de signaux significatifs.
– Les concentrations en CO2 dans le sol dans le secteur du Gîte du volcan sont en augmentation depuis quelques jours. Ce paramètre sera à suive ces prochains jours car il peut être lié à l’arrivée d’un nouveau magma, provenant de zones plus profondes, au niveau du réservoir superficiel.

– Des débits de lave ont pu être estimés par méthode satellite avec la plateforme HOTVOLC (OPGC – université Clermont Auvergne). Ils étaient compris entre 2 et 10 m3 /sec. Ces variations s’expliquent par la méthode, qui se base sur le rayonnement infrarouge de la coulée, dont la perception par les satellites peut être largement influencée par les conditions météorologiques au-dessus des coulées ainsi que les conditions de surface des coulées.

 

Aucune évaluation de la position du front de la coulée n’a pu être faite. Mais compte tenu du relief avec des pentes faiblement inclinées dans le secteur, le champ de lave continue de s’étendre principalement latéralement et par épaississement au niveau du réseau de tunnels de lave mis en place sur le plateau en aval du cône éruptif.

Niveau d’alerte : Alerte 2-1 (éruption dans l’Enclos).

Source : OVPF/ IPGP.

Photo : Frederick Leveneur via Facebook , PGHM via OVPF.

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: du 27 Décembre 2021 au  02 Janvier 2021 , Arequipa, 03 Janvier 2021.
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya reste à des niveaux modérés, c’est-à-dire avec l’enregistrement d’une moyenne de 32 explosions quotidiennes , avec des colonnes de cendres et de gaz jusqu’à 2,8 km d’altitude au dessus du sommet du volcan et leur dispersion consécutives . Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu concernant l’ activité éruptive.

L’IGP a enregistré et analysé l’occurrence de 746 tremblements de terre d’origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques à l’intérieur du volcan Sabancaya. Une moyenne de 32 explosions a été enregistrée quotidiennement . Au cours de cette période, les tremblements de terre de type Volcano-Tectoniques (VT) associés à des fracturations rocheuses ont été localisés principalement dans le Nord-Ouest du Sabancaya et ont présenté des magnitudes de M 2,9 . 

 

Le suivi de la déformation de la structure volcanique à l’aide de techniques GNSS (traitées avec des orbites rapides) ne présente pas d’anomalies significatives. Cependant, de manière générale, un processus d’inflation a été observé dans le secteur  Nord ( environs du volcan Hualca Hualca ). La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 2,8  km d’altitude au dessus du sommet du volcan , qui étaient dispersées vers les secteurs Ouest , Sud-Ouest et Nord- Ouest du  Sabancaya.  Les enregistrements par satellites ont identifiés la présence de 8 anomalies thermiques ( valeur maximale de 28 MW ) associées à la présence d’un corps de lave à la superficie du cratère du volcan  . 

RECOMMANDATIONS
• Garder le niveau d’alerte volcanique en orange.
• Ne pas s’ approcher dans un rayon de moins de 12 km du cratère.

Source : IGP

Photo : Ingemmet ( archive 2017).

 

Indonésie , Ili Lewotolok :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA

Émis : 04 janvier 2022 .
Volcan : Ili Lewotolok (264230)
Code Couleur Aviation Actuel : ORANGE
Code couleur aviation précédent : non attribué
Source : Observatoire du volcan Ili Lewotolok
Numéro d’avis : 2022LEW01
Emplacement du volcan : S 08 deg 16 min 19 sec E 123 deg 30 min 18 sec
Zone : East Nusa Tenggara, Indonésie
Altitude du sommet : 4554 FT (1423 M).

Résumé de l’activité volcanique :
Eruption avec nuage de cendres volcaniques à 02h29 UTC (10h25 local). L’éruption et l’émission de cendres ne se poursuivent pas.

Hauteur des nuages volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres est d’environ 6474 FT (2023 M) au-dessus du niveau de la mer, ce qui peut être plus élevé que ce qui peut être clairement observé. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant vers l’Est Sud-Est

Remarques :
L’activité sismique est dominée par les séismes d’émissions de gaz.

Le volcan était clairement visible jusqu’à ce qu’il soit recouvert de brouillard. La fumée issue du cratère  est blanche / grise avec une intensité faible à modérée, à environ 100-600 mètres d’altitude depuis le sommet. Le temps est ensoleillé, nuageux à pluvieux. Le vent est faible à l’Est.

L’éruption s’est accompagnée d’un grondement faible à modéré et d’une émission de matière incandescente jusqu’à 200 m du sommet vers le Sud-Est.

 

La sismicité est liée à l’activité magmatique et à l’activité tectonique. Il a été enregistré :
– 22 tremblements de terre d’éruption/explosions
– 97 tremblements de terre d’émissions
– 36 tremors non harmoniques
– 3 tremors Harmoniques
– 1 tremblement de terre de type Tornillo
– 3 tremblements de terre volcaniques profonds
– 2 tremblements de terre tectoniques locaux
– 8 tremblement de terre tectoniques lointains
– Tremor continu, amplitude 0,5-9,8 mm (principalement 0,5 mm)

Sources : Magma Indonésie , PVMBG.

Photos : Magma Indonésie , Kodi Setiawan(archives).

 

Chili , Nevados de Chillan :

Rapport spécial sur l’activité volcanique (REAV), région de Ñuble, complexe volcanique de Nevados de Chillán, 04 Janvier 2021, 01 h 05, heure locale (Chili continental).

Le Service National de Géologie et des Mines du Chili (Sernageomin) publie les informations PRÉLIMINAIRES suivantes, obtenues grâce à l’équipement de surveillance du Réseau National de Surveillance Volcanique (RNVV), traitées et analysées à l’Observatoire Volcanologique des Andes du Sud (Ovdas):

Le Mardi 04 Janvier 2021, à 00h37 heure locale (03h37 UTC ), les stations de surveillance installées à proximité du complexe volcanique du Nevados de Chillán ont enregistré un séisme associé à la fracturation de roches (type volcano-tectonique) dans le système volcanique.

Les caractéristiques des séismes après leur analyse sont les suivantes:

HEURE D’ORIGINE: 00h37 heure locale (03h37 UTC )
LATITUDE: 36.839 ° S
LONGITUDE: 71,331 ° W
PROFONDEUR: 3,3 km
MAGNITUDE LOCALE : 3,0 Ml

OBSERVATIONS :

Il n’a pas été observé d’activité superficielle associée à cet évènement , et les conditions météo de la zone n’ont pas permis d’observer le sommet du volcan.

L’alerte technique volcanique reste au niveau  Jaune .

Sources et photo :  Sernageomin.

 

Equateur , Tungurahua :

L’Institut géophysique de l’École nationale polytechnique informe qu’à travers le Réseau des observateurs volcaniques (ROVE) et les cameras de l’IGEPN , il a été enregistré ce lundi 3 janvier 2022, un processus de remise en suspension des cendres sur le flanc Nord-Ouest du volcan Tungurahua. Ce processus a été enregistré à partir d’environ 12h00 TL et est dû aux vents forts dans le secteur et au climat sec. Il n’y a aucun changement dans l’activité interne du volcan Tungurahua. L’Institut géophysique de l’École nationale polytechnique surveille l’activité du volcan et rendra compte des changements qui pourraient être enregistrés.

Le Tungurahua, un stratovolcan andésitique-dacitique aux flancs escarpés qui s’élève à plus de 3 km au-dessus de sa base Nord, est l’un des volcans les plus actifs d’Équateur. Trois édifices majeurs ont été successivement construits depuis le Pléistocène moyen sur un socle de roches métamorphiques. Le Tungurahua II a été construit au cours des 14 000 dernières années après l’effondrement de l’édifice initial. Le Tungurahua II s’est effondré il y a environ 3 000 ans et a produit un important dépôt d’avalanche de débris à l’Ouest. Le stratovolcan moderne coiffé d’un glacier (Tungurahua III) a été construit dans l’escarpement du glissement de terrain. Les éruptions historiques ont toutes pour origine le cratère sommital, accompagnées de fortes explosions et parfois de coulées pyroclastiques et de coulées de lave qui ont atteint des zones peuplées à la base du volcan. Avant une longue éruption commençant en 1999 qui a provoqué l’évacuation temporaire de la ville de Baños au pied du volcan, la dernière éruption majeure s’était produite de 1916 à 1918, bien qu’une activité mineure se soit poursuivie jusqu’en 1925.

Sources : IGEPN , GVP.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search