25 Novembre 2021. FR . Italie : Stromboli , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Chili : Nevados de Chillan , Japon : Asosan , Indonésie : Semeru , Islande : Grímsvötn .

Home / Asosan / 25 Novembre 2021. FR . Italie : Stromboli , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Chili : Nevados de Chillan , Japon : Asosan , Indonésie : Semeru , Islande : Grímsvötn .

25 Novembre 2021. FR . Italie : Stromboli , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Chili : Nevados de Chillan , Japon : Asosan , Indonésie : Semeru , Islande : Grímsvötn .

25 Novembre 2021.

 

 

Italie , Stromboli :

Bulletin hebdomadaire du 15 Novembre 2021 au 21 Novembre 2021. (date d’émission 23 Novembre 2021)

SOMMAIRE DU STATUT D’ACTIVITÉ

Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Durant cette période, une activité explosive normale de type strombolienne a été observée avec une activité d’éclaboussures culminant en un modeste flux rhéomorphique en provenance de la zone Nord. La fréquence horaire totale des explosions a fluctué entre des valeurs moyennes et élevées (14-25 événements/h). L’intensité des explosions variait de faible à élevée dans la zone du cratère Nord et de faible à moyenne dans la zone du cratère Centre-Sud.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques suivis ne montrent pas de variations significatives.
3) DEFORMATIONS : Les réseaux de surveillance de la déformation des sols de l’île n’ont montré aucun changement significatif au cours de la dernière semaine.


4) GEOCHIMIE : Le flux de SO2 à un niveau moyen
Les valeurs des flux de CO2 enregistrées sur le Pizzo Sopra La Fossa sont à des niveaux élevés.
Il n’y a pas de valeurs mises à jour du rapport C / S.
La valeur du rapport isotopique de l’Hélium dissous dans l’aquifère thermique de Stromboli montre une nouvelle augmentation par rapport à l’échantillonnage précédent. Les ratios se situent à des valeurs élevées.
5) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale est à un niveau faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la période d’observation, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE (altitude 190m, Punta Corvi, altitude 400m et Pizzo) et par les observations effectuées par le personnel de l’INGV. L’activité explosive a été principalement produite par 5 (cinq) cheminées éruptives situées dans la zone du cratère Nord (Zone N) et par 4 (quatre) cheminées éruptives situées dans la zone du cratère Centre-Sud (Zone CS).
Toutes les bouches sont placées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère  .
Le 21 novembre, un modeste écoulement rhéomorphique provenant de l’accumulation de produits d’une intense activité d’éclaboussures dans la zone Nord de la terrasse du cratère a été observé.

Observations des caméras de surveillance
Le secteur N1, avec deux points d’émission, situé dans la zone du cratère Nord a produit des explosions d’intensité principalement moyenne-faible (parfois les produits des explosions dépassaient 80 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers (lapilli et bombes). Le secteur N2, avec trois points d’émission, présentait une activité explosive d’intensité variable , de faible (moins de 80 m de haut) à élevée (les produits dépassaient 150 m de haut) émettant des matériaux grossiers avec une activité d’éclaboussures avec des pulses intenses. La fréquence moyenne des explosions variait de 9 à 17 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud, les secteurs S1 et C n’ont pas montré d’activité explosive significative, tandis que les deux évents situés dans le secteur S2 ont produit des explosions, même simultanément, d’intensité moyenne-faible (parfois les produits des explosions dépassaient 80 m de hauteur) émettant des matière grossière. La fréquence des explosions variait de 4 à 9 événements/h.

Observations de terrain par drones
Dans le cadre des activités menées dans le cadre de la convention INGV-DPC Annexe A et du projet départemental de l’ONU, une inspection a été réalisée avec des drones à une altitude de 400 m le 20 novembre. 285 images RVB et thermiques ont été acquises grâce auxquelles il a été possible d’observer l’activité explosive à la fois dans la zone du cratère Centre-Sud et dans la zone du cratère Nord, voire simultanément . Au moins 2 sorties de dégazage avec de faibles émissions de cendres dans le secteur N1 ont été identifiées, au moins 6 sorties dont une caractérisée par des activités de projection dans le secteur N2.
Quant à la zone du cratère CS, 2 évents émettaient des lambeaux de lave et un dégazait. Il convient également de noter la présence de nombreuses fumerolles dans la partie supérieure de la Sciara del fuoco, alignées dans la direction Nord-Nord-Ouest en aval de la zone du cratère Nord, avec une longueur d’environ 60 m et deux fumerolles au Nord-Nord-Ouest de CS3.

Source : INGV.

Lire l’article : https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/562-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli20211123/file

Photos : webcam via Alicja Szojer , INGV.

 

Espagne / La Palma , Cumbre Vieja :

24 Novembre 2021 09:00 UTC. L’activité éruptive se poursuit sur La Palma.

Depuis la dernière déclaration, un total de 72 tremblements de terre ont été localisés en relation avec la réactivation volcanique de la région de Cumbre Vieja, dont 5 ressentis par la population.
La magnitude maximale enregistrée est de 3,8 (mbLg) correspondant au séisme d’aujourd’hui à 4:44 UTC, avec une profondeur de 35 km.
Au cours de la période considérée, 48 séismes ont été localisés à une profondeur d’environ 30 km, le reste des hypocentres de la période sont situés à une profondeur plus faible, à environ 12 km.

L’amplitude du signal de tremor volcanique se poursuit à des niveaux moyens inférieurs.
Le réseau de stations GNSS permanentes de l’île montre une légère déformation vers le Sud à la station LP03, qui est la plus proche des centres éruptifs.
Dans le reste des stations, la légère déflation possiblement liée à la sismicité profonde s’est stabilisée, sauf dans LP01 qui continue de l’enregistrer.

Au vu de l’image calibrée à 08:45 UTC, une hauteur de colonne de 4 300 m est estimée, avec un nuage se diffusant dans la direction Est.

Le nouveau delta de lave situé au Nord, occupe une superficie de cinq hectares et atteint une distance maximale de la falaise de 350 mètres. Il y a plusieurs débordements dans les canaux de lave et une augmentation du nombre de canaux actifs, mais sans occuper de nouveaux terrains.

Le nuage de cendres et de dioxyde de soufre devrait rester orientés à l’Est-Nord-Est du foyer éruptif. C’est un scénario défavorable pour l’exploitation aéronautique, principalement pour l’aéroport de La Palma.
La sismicité à des profondeurs intermédiaires reste à de faibles niveaux et continue d’être située dans les mêmes zones. À des profondeurs supérieures à 20 kilomètres, la sismicité reste à un niveau intense avec une légère diminution par rapport à hier. La magnitude maximale enregistrée a été de 3,8 mbLg , pour un événement enregistré ce mercredi, à 04h44 à une profondeur de 35 kilomètres.

Source : IGN es , El Pais .

Photos : Involcan , PAU DE LA CALLE (El Pais)

 

Chili , Nevados de Chillan :

Le SERNAGEOMIN a signalé une activité explosive et effusive continue dans le cratère Nicanor du Nevados de Chillán du 1er au 15 novembre. Les explosions ont généré à la fois des panaches à teneur modérée en cendres et des panaches blancs riches en vapeur qui s’élevaient jusqu’à 2 km au-dessus du bord du cratère. Des explosions ont occasionnellement éjecté de la matière incandescente sur le côté Nord du cratère et sur le flanc Nord.

Un nouveau dôme, qui avait émergé vers le 28 octobre à l’évent L7, a été partiellement détruit par des explosions le 8 novembre, puis a de nouveau émergé avec 80 m de long et 55 m de large. Des coulées pyroclastiques ont descendu le flanc Nord-Est, atteignant 700 m les 8 et 10 novembre. La coulée de lave L7, entre les coulées inactives L5 et L6, avançait lentement et mesurait 930 m de long ; une branche Nord-Est de L7 n’avait pas avancé depuis le 14 octobre, bien que des branches Sud-Est et Est se soient formées les 9 et 14 novembre, respectivement. Une deuxième coulée active, L8, n’avait pas dépassé 385 m. Les émissions de dioxyde de soufre étaient en moyenne de 300 tonnes par jour, culminant à 462 tonnes par jour le 14 novembre, et étaient inférieures aux taux enregistrés au cours de la dernière moitié du mois de septembre. Le niveau d’alerte est resté au jaune, le deuxième niveau le plus bas sur une échelle à quatre couleurs. L’ONEMI a déclaré que le niveau d’alerte jaune (le niveau intermédiaire sur une échelle de trois couleurs) est resté en place pour les communautés de Pinto et Coihueco, notant que le public devrait rester à au moins 2 km du cratère.

Rapport spécial sur l’activité volcanique (REAV), région de Ñuble, complexe volcanique de Nevados de Chillán, 24 Novembre 2021, 06 h 10, heure locale (Chili continental).

Le Service National de Géologie et des Mines du Chili (Sernageomin) publie les informations PRÉLIMINAIRES suivantes, obtenues grâce à l’équipement de surveillance du Réseau National de Surveillance Volcanique (RNVV), traitées et analysées à l’Observatoire Volcanologique des Andes du Sud (Ovdas):

Le Mercredi 23 Novembre 2021, à 05h42 heure locale (08h42 UTC ), les stations de surveillance installées à proximité du complexe volcanique du Nevados de Chillán ont enregistré un séisme associé à la fracturation des roches (type volcano-tectonique VT) dans le système volcanique.

Les caractéristiques des séismes après leur analyse sont les suivantes:

HEURE D’ORIGINE: 05h42 heure locale (08h42 UTC )
LATITUDE: 36.887 ° S
LONGITUDE: 71,336 ° W
PROFONDEUR: 4,3 km
MAGNITUDE LOCALE : 3,0 (Ml)

OBSERVATIONS :

Il n’a pas été observé d’activité superficielle associée à cet évènement .

L’alerte technique volcanique reste au niveau  Jaune .

Sources : GVP , Sernageomin.

Photo :  REAV Servicio Nacional de Geología y Minería.

 

Japon , Asosan :

Le JMA a abaissé le niveau d’alerte pour l’Asosan à 2 (sur une échelle de 1 à 5) à 1100 le 18 novembre et a réduit la zone réglementée à un rayon de 1 km, notant qu’aucune éruption n’avait été enregistrée depuis l’éruption du 21 octobre. Le taux d’émission de dioxyde de soufre est resté élevé en novembre et était de 2 100 tonnes par jour le 16 novembre. Les amplitudes des micro-tremors volcaniques ont fluctué pendant une période après l’éruption, bien qu’elles aient été généralement faibles à partir du 1er novembre.

La caldeira de l’Asosan, large de 24 km, s’est formée lors de quatre éruptions explosives majeures il y a 300 000 à 90 000 ans. Celles-ci ont produit des coulées pyroclastiques volumineuses qui ont couvert une grande partie de Kyushu. La dernière d’entre elles, l’éruption Aso-4, a produit plus de 600 km3 de dépôts de téphra et de coulées pyroclastiques. Un groupe de 17 cônes centraux a été construit au milieu de la caldeira, dont l’un, Nakadake, est l’un des volcans les plus actifs du Japon. C’était le lieu de la première éruption historique documentée du Japon en 553 de notre ère. Le complexe de Nakadake est resté actif tout au long de l’Holocène. Plusieurs autres cônes ont été actifs pendant l’Holocène, y compris le cône de scories de Kometsuka, récemment , aux  environs de 210 CE. Les éruptions historiques ont consisté en grande partie en une émission de cendres basaltiques à basaltiques-andésitique avec une activité strombolienne et phréato-magmatique périodique. Le cratère au sommet , Nakadake , est accessible par une route à péage et un téléphérique, et est l’une des destinations touristiques les plus populaires de Kyushu.

Source : GVP.

Photo : Kyodonews.

 

Indonésie , Semeru :

Le PVMBG a signalé que des émissions de couleurs grises / blanches se sont élevées de 200 à 700 m au-dessus du sommet du Semeru et ont dérivé vers le Sud-Ouest, le Nord et l’Est du 16 au 23 novembre. Les émissions étaient visibles presque quotidiennement; les nuages météorologiques empêchaient parfois les observations visuelles du sommet. Le niveau d’alerte est resté à 2 (sur une échelle de 1 à 4), avec une zone d’exclusion générale de 1 km et des extensions à 5 km dans le secteur Sud-Sud-Est.

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Émis : 24 novembre 2021
Volcan : Semeru (263300)
Code Couleur Aviation Actuel : ORANGE
Code Couleur Aviation précédent : orange
Source : Observatoire du volcan Semeru
Numéro d’avis : 2021SMR72
Emplacement du volcan : S 08 deg 06 min 29 sec E 112 deg 55 min 12 sec
Région : Java oriental, Indonésie
Élévation du sommet : 11763 FT (3676 M)

Résumé de l’activité volcanique :
Eruption avec nuage de cendres volcaniques à 23h27 UTC (05h27 locale). L’éruption et l’émission de cendres se poursuivent.

Hauteur des nuages volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres est d’environ 14003 FT (4376 M) au-dessus du niveau de la mer, peut être plus élevée que ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant vers l’Ouest et le Sud-Ouest

Sources : GVP , Magma Indonésie .

Photo : Umarul Faruq .

 

Islande , Grímsvötn :

Des mesures sur le Grímsvötn montrent que la calotte glaciaire a commencé à s’affaisser. Cela pourrait être une indication qu’un Jökulhlaup est imminent. Une réunion scientifique sur la situation se tiendra aujourd’hui avec la Protection civile.

Des exemples existent qu’une éruption volcanique peut se produire sur le Grímsvötn après que l’eau en ait été drainée. On pense que des éruptions volcaniques peuvent se produire après un relâchement soudain de la pression en raison de la réduction du niveau d’eau dans le lac. La dernière fois que quelque chose de similaire s’est produit, c’était en 2004, 1934 et 1922.

Inondation glaciaire à partir du volcan Grímsvötn.
Il a été annoncé aujourd’hui (24 novembre-2021) que le lac Grímsvötn était sur le point de commencer de se vidanger. Il faudra quelques heures à quelques jours à la crue glaciaire pour atteindre les rivières glaciaires qui coulent au sud du glacier Vatnajökull.

Cela risque également d’entrainer une éruption à partir du volcan Grímsvötn. Reste à voir si cela se produit réellement. La dernière inondation glaciaire du lac Grímsvötn a eu lieu en 2018, mais cela n’a pas entraîné d’éruption.

Sources : Vedur is , icelandgeology.net .

Photo : ICE-SAR

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search