27 Septembre 2021 . FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Nouvelle Zélande : White Island , Mexique : Popocatepetl , Alaska : Semisopochnoi .

Home / Alaska / 27 Septembre 2021 . FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Nouvelle Zélande : White Island , Mexique : Popocatepetl , Alaska : Semisopochnoi .

27 Septembre 2021 . FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Nouvelle Zélande : White Island , Mexique : Popocatepetl , Alaska : Semisopochnoi .

27 Septembre 2021 .

 

 

Espagne / La Palma , Cumbre Vieja :

Mise à jour d’information : la déformation enregistrée par le Réseau géodésique Canarien au cours des dernières 24 heures montre un processus de déflation, qui indiquerait une baisse de la pression dans le système magmatique de Cumbre Vieja. Cela n’implique pas que l’éruption approche de sa fin , il faudra plus de données et de paramètres différents pour faire des prévisions correctes sur l’évolution à moyen terme de l’activité éruptive. Cette activité est menée en collaboration avec l’université de Nagoya (Japon).

Au cours des dernières heures, l’ampleur du trémor volcanique a considérablement baissé dans toutes les stations du Réseau Sismique Canarien à La Palma. Nous rappelons que le trémor volcanique est lié à l’intensité de l’activité explosive strombolienne qui a caractérisé presque toutes les éruptions historiques aux Canaries.

La lave qui progresse dans deux coulées distinctes a déjà rasé 461 immeubles, avec une superficie affectée de 212,1 hectares sur toute l’île. Les personnes évacuées de Tajuya et Tacande de Abajo et la partie de Tacande de Arriba pourraient rentrer chez elles ce dimanche après une stabilisation sismique.

L’éruption a forcé environ 6 000 personnes à expulser pour le moment, dont beaucoup ont perdu leur maison et leur entreprise.

Il y a une coulée au nord qui circule de manière fluide et une au sud qui se déplace à 30 mètres par heure. Cette lave vient de zones plus intérieures de la caldeira et est à environ 1 250 degrés de température. Elle coule très rapidement, mais vient un moment où elle devient plus visqueuse et subit des des ralentissements. Les centres d’émission restent les mêmes qu’hier. La chute de cendres affecte les communes voisines mais aussi d’autres de l’Est de l’île, qui reçoivent cette pluie de cendres à cause du vent venant du Sud-Ouest. Tout cela n’affecte pas la qualité de l’air dans la zone habitée de l’île. La qualité de l’air est toujours bonne.  

Le directeur technique du Plan spécial de protection civile et d’urgence pour risque volcanique des Canaries (PEVOLCA), Miguel Angel Morcuende, rapporte que dans l’après-midi d’aujourd’hui, la zone centrale de Todoque, dans la municipalité de Los llanos de Aridane, évacuée il y a quelques jours, a été dépassée par la coulée du volcan, après 19 heures, en traversant la route LP-213 à la hauteur de la localité, et s’écoule à environ 150 mètres à l’Ouest du centre de cette localité.

Morcuende explique que le front de lave se trouvait vers 20h15 à environ 1600 mètres en ligne droite de la côte, en direction du Nord-Est, en bordure de la montagne de Todoque, mais indique que la trajectoire de la lave sera adaptée aux caractéristiques du terrain. Cette situation n’a pas entraîné de nouvelles expulsions étant donné que la direction de la coulée se trouve toujours dans la zone d’exclusion établie et que tous les habitants avaient déjà été expulsés.

 

 

Le directeur technique du plan indique que la lave suit le parcours de la coulée principale et que sa vitesse moyenne est d’environ 100 m/h parce qu’elle est plus chaude du fait qu’elle émane d’une plus grande profondeur du volcan – à une dizaine de kilomètres – ce qui augmente sa fluidité. À cet égard, il précise que l’avant de la langue est poussé par une nouvelle lave qui, bien que sur le devant de la coulée se refroidit, son intérieur reste très chaud, autour de 1200 degrés, ce qui la rend plus fluide. La hauteur moyenne de la coulée se situe, à l’avant de celle-ci, entre quatre et six mètres environ, et la largeur maximale de la langue à environ 600 mètres, note-t-il.

Morcuende rappelle que l’on peut continuer à subir des moments d’explosivité plus élevée, qui peuvent se faire sentir dans un rayon d’environ 5 kilomètres autour du centre émetteur et générer des émissions de cendres .

En ce qui concerne les chutes de cendres dans d’autres régions de l’île, il explique que cette circonstance dépendra de la direction du vent et rappelle que, bien qu’elle n’affecte pas la santé, il est important, pour éviter les problèmes respiratoires et oculaires, de porter des masques FFP2, des lunettes de protection, des gants et des vêtements à manches longues.

Sources : Involcan , El Pais ,

Photos : Involcan ,  Fran Pallero / diariodeavisos , Nacho González Oramas .

Video Dron Services Canarias

 

Nouvelle Zélande , White Island :

BULLETIN D’ALERTE VOLCANIQUE

Un récent vol d’observation a mesuré une forte baisse des températures des évents ; cependant, les émissions de gaz restent élevées. Le volcan est toujours dans un état de troubles modérés à accrus et le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.
La semaine dernière, des scientifiques du GNS ont effectué un vol de mesure des émissions de gaz, ainsi que des observations visuelles et des mesures de température à partir d’un hélicoptère.
Les mesures de gaz ont montré que les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont augmenté à 680 tonnes par jour contre 450 tonnes par jour à la mi-août, une continuation d’une tendance à la hausse des taux d’émission au cours des derniers mois.

Les températures mesurées dans la zone de ventilation active sont passées de 650 °C en juillet et août à un maximum de 189 °C lors des mesures de la semaine dernière.
Les dépôts mineurs provenant de l’émission intermittente de cendres décrites dans les bulletins précédents étaient visibles mais étaient confinés à la zone proche des évents actifs.
Aucune émission de cendres ne s’est produite lors des observations faites la semaine dernière, cependant une émission de cendres faible et intermittente est toujours possible.

L’activité sismique reste similaire à celle de la semaine dernière, avec de faibles niveaux de tremors volcaniques et des tremblements de terre volcaniques occasionnels à basse fréquence.
L’affaissement du sol se poursuit autour des évents actifs, tel que mesuré par les techniques de télédétection par satellite, similaire au schéma des derniers mois.

La baisse des températures autour de la zone de ventilation est interprétée comme reflétant l’infiltration de sol plus froid et d’eau géothermique dans la zone de ventilation active, causée par la diminution de la pression du gaz autour du petit volume de magma (roche en fusion) que nous pensions avoir pénétré plus tôt dans l’année sous le évents actifs.
Cependant, l’augmentation des émissions de dioxyde de soufre (SO2) peut refléter un apport continu de magma plus profondément dans le système, dans une zone non affectée par le refroidissement des eaux souterraines.

Le niveau d’activité actuel correspond à des niveaux d’agitation modérés à accrus. En tant que tel, le niveau d’alerte volcanique reste à 2 et le code de couleur de l’aviation reste au jaune.

Les équipements qui assurent une surveillance en temps réel sur l’île sont actuellement dégradés et nous continuons à travailler sur les options de restauration.

Le niveau d’alerte volcanique reflète le niveau actuel d’agitation ou d’activité volcanique et n’est pas une prévision d’activité future. Alors que le niveau d’alerte volcanique 2 est principalement associé aux risques de troubles volcaniques (y compris les rejets de vapeur et de gaz volcaniques chauds, les tremblements de terre, les glissements de terrain et l’activité hydrothermale), il existe également un potentiel de risques d’éruption et ces éruptions peuvent toujours se produire avec peu ou pas d’avertissement.

Le GNS Science et le National Geohazards Monitoring Center continuent de surveiller Whakaari/White Island pour d’autres changements dans les troubles.

Source : Geonet / Craig Miller / Volcanologue de service.

Photos : Geonet , George Novak .

 

Mexique , Popocatepetl :

26 septembre, 11h00 (26 septembre, 16h00 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, selon les systèmes de surveillance du volcan Popocatépetl, 221 exhalations ont été identifiées, accompagnées de vapeur d’eau, de gaz volcaniques et parfois de faibles quantités de cendres. A 06h19 hier une explosion modérée a été enregistrée qui a projeté des fragments incandescents sur la pente du volcan. 100 minutes de tremor de faible et moyenne amplitude , et deux séismes de type volcano-tectoniques hier à 11h32 et 15h28, avec une magnitude préliminaire de 2,0 et 1,7 ont été enregistrés.

Au moment de ce rapport, une émission continue de vapeur d’eau et de gaz volcaniques est partiellement observée vers l’Ouest .

Le CENAPRED recommande de NE PAS S’APPROCHER du volcan et surtout du cratère, en raison du danger que représentent les chutes de fragments balistiques et, en cas de fortes pluies, de se tenir à l’écart du fond des ravins en raison du danger de coulées de boue et de débris .

Le feu de signalisation volcanique du Popocatépetl est en JAUNE PHASE 2.

Source : Cenapred .

 

Alaska , Semisopochnoi :

51°55’44 » N 179°35’52 » Est,
Élévation du sommet : 2625 pi (800 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE

Les émissions de cendres se sont poursuivies au cours des dernières 24 heures avec des nuages de cendres occasionnels discrets de basse altitude dérivant vers le Sud-Est observés dans les données des satellites et des caméras Web. La sismicité est restée élevée avec ces explosions détectées sur les réseaux sismiques et infrasons locaux.

De petites éruptions produisant des dépôts de cendres mineurs à proximité du cratère Nord actif du mont Cerberus et des nuages ​​de cendres généralement à moins de 10 000 pieds au-dessus du niveau de la mer ont caractérisé l’activité récente, qui ne montre aucun signe de ralentissement. De petites explosions peuvent continuer à se produire et pourraient être difficiles à détecter, en particulier par mauvais temps.

L’île de Semisopochnoi est surveillée par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellitaires, des caméras Web et des réseaux distants de capteurs d’infrasons et de foudre.

Source : AVO

Photo : Christ Aaron / U.S. Fish and Wildlife Service 

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search