01 Juillet 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Philippines : Taal , Hawaii : Kilauea , Japon : Suwanosejima .

Home / blog georges Vitton / 01 Juillet 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Philippines : Taal , Hawaii : Kilauea , Japon : Suwanosejima .

01 Juillet 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Philippines : Taal , Hawaii : Kilauea , Japon : Suwanosejima .

01 Juillet 2021.

 

Italie / Sicile , Etna :

Bulletin Hebdomadaire , du 21 Juin 2021 au 27 Juin 2021 (date d’émission 29 Juin 2021)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ
Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité strombolienne, épisodes de fontaines de lave, et formation de colonnes éruptives au Cratère Sud-Est ; émission occasionnelle de cendres au Cratère Nord-Est ; dégazage pulsé avec de faibles émissions de cendres au Cratère de la Bocca Nuova ; dégazage ordinaire au Cratère de la Voragine.
2) SISMOLOGIE : Activité sismique de fracturation faible. Des variations importantes et brutales de l’amplitude du tremor sont corrélées aux épisodes paroxystiques.
3) INFRASONS : activité infrasonore élevée en conjonction avec les épisodes de fontaine de lave au Cratère Sud-Est, faible dans la période restante.
4) DEFORMATIONS : Au cours de la semaine dernière, le réseau inclinométrique a enregistré des changements significatifs en correspondance avec les événements des fontaines de lave.
L’analyse des données GNSS acquises à haute fréquence n’a pas montré de changements significatifs.
5) GÉOCHIMIE : Le flux de SO2 à un niveau moyen, avec des valeurs élevées pendant les phases éruptives.
Le flux de CO2 du sol a montré une augmentation, les valeurs sont passées de moyennes à élevées.
La pression partielle de CO2 dissous ne montre pas de changements significatifs.
Il n’y a pas de mises à jour pour le rapport C/S.
Le rapport isotopique de l’hélium reste stable sur des valeurs moyennes (dernière mise à jour du 21/06/2021).
6) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale était élevée à très élevée en correspondance avec les fontaines de lave.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la semaine, le suivi de l’activité volcanique de l’Etna a été réalisé en analysant les images du réseau de caméras de surveillance de la section INGV Catane, Osservatorio Etneo (INGV-OE), et par le personnel de l’INGV sur le terrain .
Au cours de la semaine, il y a eu 9 épisodes de fontaines de lave dans le Cratère Sud-Est (SEC), avec la formation de colonnes éruptives, qui ont atteint des hauteurs allant d’un minimum de 5 km à un maximum de 10 km au-dessus du niveau de la mer. Toutes les fontaines de lave étaient principalement accompagnées de débordements de lave vers le Sud-Ouest ; dans certains intervalles entre les épisodes éruptifs, un évent effusif est resté actif sur le flanc Sud-Est du Cratère Sud-Est . Les retombées des produits au sol ont principalement touché les secteurs Est, Sud-Est et Nord-Est du volcan.
Les flux émis du 22 au 25 juin et des 26 et 27 juin ont été cartographiés grâce à l’analyse des images satellites Sentinelle 2 des 23, 26 et 28 juin et en appliquant un algorithme, pour reconstituer les images prises par la caméra thermique du Monte Cagliato les 23, 24, 25 et 26 juin. Il n’a pas été possible de distinguer le flux du 26 juin vers le Sud-Ouest de celui du 27 juin.

Les épisodes éruptifs se sont produits le 21 juin (peu après minuit, heure locale), le 22 juin (à l’aube), le 23 juin (à l’aube et au crépuscule), le 24 juin (en fin de matinée), le 25 juin (avant le lever et le coucher du soleil), le 26 juin (dans l’après-midi) et le 27 juin (en fin de matinée). L’activité explosive était concentrée principalement dans la partie Ouest du Cratère Sud-Est, dans une zone également connue sous le nom de « bouche de selle », où trois ou quatre bouches étaient souvent actives, tandis que la zone « bouches orientales » ne produisait que des explosions isolées et faibles dans certaines occasions. On note cependant l’ouverture d’évents effusifs sur le flanc Sud-Est du cône du Cratère Sud-Est, le 23 juin, ce qui représente une réactivation partielle de la partie orientale du système éruptif de ce cratère.

En cette semaine aux épisodes paroxystiques très fréquents, la croissance rapide du cône du Cratère Sud-Est s’est poursuivie, ce qui a fortement altéré non seulement la morphologie du même cône, mais l’ensemble silhouette de l’Etna. Bien que du « vieux » cône du Cratère Sud-Est (1971-2007) ne reste visible qu’une sorte de bosse peu visible, sa forme est encore bien conservée lorsqu’on la regarde depuis le bord oriental du cratère de la Bocca Nuova. Au centre de la dépression de son cratère se trouve une fumerolle qui émet un gaz bleuâtre.

Tremor volcanique : La tendance de l’amplitude moyenne du trémor volcanique, au cours de la semaine en question, a été conditionnée par l’occurrence de 8 phases intenses d’activité volcanique, qui ont évolué en une fontaine de lave du Cratère Sud-Est . Au cours de ces épisodes paroxystiques, l’amplitude moyenne des tremors a atteint la plage haute, tandis que dans les périodes entre ces épisodes, l’amplitude des tremors est revenue à des valeurs faibles et moyennes-basses. En particulier, pendant toute la semaine, la source du trémor était principalement localisée près du Cratère Sud-Est à une profondeur comprise entre 1500 et 3000 m d’altitude.

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/515-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-etna20210629/file

Photos : Gio Giusa .

 

Italie , Stromboli :

Bulletin Hebdomadaire , du 21 Juin 2021 au 27 Juin 2021 (date d’émission 29 Juin 2021).

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ
Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité explosive ordinaire associée à des éclaboussures discontinues et variables, de modestes débordements de lave de courte durée et des glissements de terrain occasionnels.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques suivis ne montrent pas de variations significatives, à l’exception du modeste débordement de lave du 21 Juin et du petit débordement de lave du 25 Juin.
3) DEFORMATIONS : Les réseaux de surveillance de la déformation des sols de l’île n’ont pas montré de changements significatifs au cours de la période sous revue.
4) GEOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau moyen.
La valeur hebdomadaire moyenne du ratio C/S (9,73), actualisée au 27 Juin 2021, reste sur des valeurs moyennes.
Le rapport isotopique de l’Hélium dissous dans l’aquifère thermique échantillonné le 21 Juin 2021 reste sur des valeurs moyennes.
5) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale est de niveau modéré à faible.

REMARQUES VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la période considérée, l’activité éruptive du Stromboli a été observée grâce à l’analyse des images des caméras de surveillance situées à une altitude de 190 m, à Punta Corvi et à une altitude de 400 m et sur le Pizzo, grâce à des inspections sur le terrain par le personnel d’INGV et au moyen d’un survol effectué le 23 juin environ via l’hélicoptère des garde-côtes. Au cours de la période d’observation, l’activité de Stromboli consistait en une activité explosive ordinaire associée à une activité d’éclaboussures discontinue et à de modestes débordements de lave de courte durée de la zone du Cratère Nord.

Quant à l’activité explosive, elle a été produite à la fois par les deux zones du Cratère Nord et Centre-Sud (respectivement N et CS) avec une prévalence portée par la zone Nord par rapport au Centre-Sud  . Dans le détail, dans la zone du Cratère Nord (N) le cratère N1, avec 2 points d’émission, a produit des explosions d’intensité variable entre haute et moyenne avec le lancement de lapilli et de bombes mélangées à des cendres jusqu’à une hauteur d’environ 200 mètres. La zone N2 présentait la même typicité dans le style éruptif, associant une activité de projection discontinue et variable à des débordements de lave épisodiques de courte durée. Jusqu’à 8 points d’émission ont été observés dans la zone Centre-Sud (CS), dont 2 étaient situés dans le secteur Sud qui ont produit une activité éruptive explosive d’intensité moyenne à élevée (hauteur des projections jusqu’à environ 200 m), avec une fraction prédominante de cendres et de matériaux grossiers secondaires et 1 situé dans la zone centrale qui a produit des explosions discontinues de faible intensité, mais plus riches en matière grossière. La fréquence hebdomadaire moyenne du nombre total d’explosions/heure était d’environ 9,4, avec un partiel de 6,4 et 3 respectivement pour la zone N et CS.

Couplée à une activité explosive, la zone du Cratère Nord a également produit trois modestes débordements de lave depuis le cratère N2 , les 21, 23 et 25 juin en conjonction avec une intense phase d’éclaboussures de cette même zone N2. Ces phénomènes produisaient des coulées de lave qui n’étaient plus alimentées en quelques heures et dont le front de lave se maintenait dans la partie supérieure de la Sciara del Fuoco à une altitude d’environ 700 mètres d’altitude.

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/516-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli20210629/file

Photo : Massimiliano Privitera

 

Islande , Geldingadalur / Fagradalsfjall :

L’éruption de fissure dans la partie Ouest du système volcanique de Krýsuvík-Trölladyngja, près de Fagradalsfjall sur la péninsule de Reykjanes, s’est poursuivie du 23 au 29 juin. Des fontaines de lave et des débordements du cinquième évent étaient périodiquement visibles, et la lave du cratère coulait dans des tubes ainsi qu’à la surface. L’Institut des sciences de la Terre a noté que du 11 au 26 juin, le taux d’effusion de lave était en moyenne de 13 mètres cubes par seconde, ce qui était élevé mais similaire aux taux de mai.

La superficie du champ d’écoulement était passée à 3,82 kilomètres carrés et le volume total de l’éruption était de 80 millions de mètres cubes. Les coulées de lave se sont épaissies de 10 à 15 m dans la vallée de Meradalir, de 15 m dans la vallée de Nátthaga et de 20 m dans les parties Sud et Est de Geldingadalur. Le code de couleur de l’aviation est resté à Orange en raison du manque d’émissions de cendres et de téphra, bien que l’OMI ait mis en garde contre le potentiel de retombées de lapilli et de scories dans un rayon de 650 m autour de l’évent actif. Les autorités ont mis en garde contre les risques accrus d’émissions de gaz.

Source : GVP.

Photo : UNG

 

Philippines , Taal : 

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN TAAL : 1er juillet 2021 , 08:00 .

Au cours des dernières 24 heures, le Taal Volcano Network a enregistré dix (10) tremblements de terre volcaniques, dont huit (8) tremblements de terre volcaniques à basse fréquence et deux (2) tremblements de terre volcaniques ayant des durées de quarante (40) à cent dix (110 ) secondes, et un tremor de fond de faible niveau qui persiste depuis le 8 avril 2021. Des niveaux élevés d’émissions de dioxyde de soufre volcanique ou de gaz SO2 et des panaches riches en vapeur qui ont atteint jusqu’à deux mille (2 000) mètres d’altitude et qui ont dérivé vers le Sud-Ouest ont été observés depuis le cratère du Taal. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) étaient en moyenne de 6 685 tonnes/jour au 30 juin 2021. De plus, un vog (brouillard) a été observée au-dessus de la caldeira du Taal. Sur la base des paramètres de déformation du sol issus de l’inclinaison électronique, de la surveillance continue par GPS et InSAR, l’île du volcan Taal a commencé à se dégonfler en avril 2021 tandis que la région du Taal continue de subir une extension très lente depuis 2020. Ces paramètres indiquent globalement que des troubles magmatiques continuent de se produire à faible profondeur. sous l’édifice.

Le niveau d’alerte 2 (agitation accrue) est actuellement maintenu sur le volcan Taal. Le DOST-PHIVOLCS rappelle au public qu’au niveau d’alerte 2, des explosions soudaines de vapeur ou de gaz, des tremblements de terre volcaniques, des chutes de cendres mineures et des accumulations ou expulsions mortelles de gaz volcanique peuvent se produire et menacer des zones à l’intérieur et autour de l’ile Taal. Le DOST-PHIVOLCS recommande fortement que l’entrée soit strictement interdite dans l’île volcanique du Taal, la zone de danger permanente ou PDZ du Taal, en particulier les environs du cratère principal et de la fissure de Daang Kastila, ainsi que l’occupation et la navigation de plaisance sur le lac Taal. Il est conseillé aux autorités locales d’évaluer et de renforcer en permanence l’état de préparation des barangays précédemment évacués autour du lac Taal en cas de reprise des troubles. Les autorités de l’aviation civile doivent conseiller aux pilotes d’éviter de voler à proximité du volcan, car les cendres en suspension et les fragments balistiques provenant d’explosions soudaines et les cendres remobilisées par le vent peuvent présenter des risques pour les avions. Le DOST-PHIVOLCS surveille de près l’activité du volcan Taal et tout nouveau développement significatif sera immédiatement communiqué à toutes les parties prenantes.

Dans un rapport spécial publié le 28 juin, Le PHIVOLCS a averti le public que les niveaux élevés de dioxyde de soufre, les panaches de gaz et de vapeur s’élevant jusqu’à 3 km au-dessus de la surface du lac et les conditions météorologiques avaient causé du vog dans la région de la Caldeira du Taal . Ils ont publié une autre déclaration spéciale le 29 juin, notant que le 28 juin, les émissions de dioxyde de soufre étaient en moyenne de 14 326 tonnes/jour, le taux le plus élevé jamais enregistré sur le Taal. Les conditions de vog ont persisté, affectant principalement les communautés Nord-Est et Est des rives du lac , certains résidents signalant des effets négatifs.

Source : Phivolcs , GVP.

Photo : Seys Marasigan / Seys Channel

 

Hawaii , Kilauea : 

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet :4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Code couleur de l’aviation actuel : JAUNE

Résumé de l’activité :
Le volcan Kīlauea n’est plus en éruption. Aucune activité de surface n’a été observée par les équipes de terrain ou les images webcam depuis le 23 mai 2021. La sismicité a lentement augmenté ces dernières semaines dans la région du sommet, avec une inflation progressive continue du sommet au cours des derniers mois. Les taux d’émission de dioxyde de soufre restent légèrement élevés. Il est possible que l’évent Halema’uma’u reprenne son éruption ou que le Kīlauea entre dans une période de repos plus longue avant la prochaine éruption.

Observations du Sommet :
Les taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) les plus récents, mesurés le 16 juin 2021, étaient de 70 tonnes par jour (t/j) (mis à jour). Les taux d’émission de SO2 se rapprochent des niveaux associés à la période non éruptive de fin 2018 à fin 2020 (30-35 t/j) et sont nettement inférieurs aux taux d’émission qui se situaient en moyenne à plus de 800 t/j de la mi-février à la mi-avril. Les inclinomètres du sommet ont enregistré trois cycles de déflation-inflation au cours de la semaine dernière, ainsi qu’une inflation progressive continue ces derniers mois. La sismicité a lentement augmenté ces dernières semaines, avec un petit essaim de tremblements de terre dans la région du sommet le 23 juin.

 

Des gaz teintés de bleu sont visibles au-dessus du lac de lave du cratère Halema’uma’u sur cette image prise depuis le bord Sud-Ouest le 25 juin 2021 à 12h37.  Bien que l’activité éruptive se soit arrêtée au sommet du Kīlauea, des gaz riches en dioxyde de soufre peuvent encore être vus émanant du lac de lave, principalement le long de la marge Nord mais aussi à l’évent Ouest et le long de la marge Sud. 

Observations du lac de lave Halema’uma’u :
La surface du lac est entièrement recouverte d’une croûte de lave solidifiée. Aucune activité de surface ou preuve d’activité de surface récente n’a été observée au cours de la semaine dernière. 

Observations de la zone du Rift Est :
Aucune activité inhabituelle constatée dans la région. Les moniteurs géodésiques indiquent que le sommet et la zone supérieure du Rift Est – entre le sommet et Pu’u’ō’ō – se remplissent à des taux similaires à ceux mesurés au cours des 2 dernières années et avant l’éruption de décembre 2020. Les émissions de SO2 et de sulfure d’hydrogène (H2S) de Pu’u’ō’ō étaient inférieures aux niveaux de détection instrumentale lors de la dernière mesure le 7 janvier 2021.

Source : HVO.

Photo: USGS / J.M. Chang.

 

Japon , Suwanosejima :

Le JMA a signalé que l’activité éruptive dans le cratère Ontake du Suwanosejima a augmenté du 21 au 23 juin avec de multiples événements. Des événements éruptifs à 22 h 54 le 21 juin et à 00 h 04 le 23 juin ont éjecté de grosses bombes incandescentes à 900 m au Nord-Ouest et au Sud-Est (respectivement) du cratère ; les panaches d’éruption se sont élevés à 1,2 km au-dessus du bord du cratère. L’augmentation de l’activité a incité le JMA à augmenter le niveau d’alerte à 3 à 00h15 le 23 juin et à avertir le public de rester à au moins 2 m du cratère actif.

Lors d’un survol le 23 juin, les scientifiques ont remarqué une incandescence au fond du cratère et plusieurs dépôts à haute température dispersés dans et autour du cratère. Des panaches blancs s’élevaient de 200 à 300 m au-dessus du bord du cratère. De multiples événements éruptifs du 23 au 28 juin ont éjecté des bombes à 600 m et produit des panaches de cendres qui ont atteint 2,3 km.

Source : Agence météorologique japonaise (JMA) , GVP .

Photo : Ray Go.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search