29 Décembre 2020. FR . Hawaii : Kilauea , Indonésie : Sinabung , Chili : Villarica , Colombie : Nevado del Ruiz , Pérou : Sabancaya .

Home / blog georges Vitton / 29 Décembre 2020. FR . Hawaii : Kilauea , Indonésie : Sinabung , Chili : Villarica , Colombie : Nevado del Ruiz , Pérou : Sabancaya .

29 Décembre 2020. FR . Hawaii : Kilauea , Indonésie : Sinabung , Chili : Villarica , Colombie : Nevado del Ruiz , Pérou : Sabancaya .

29 Décembre 2020.

 

Hawaii , Kilauea :

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Altitude du sommet :4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur de l’aviation actuel: ORANGE

Résumé de l’activité:
L’activité de lave est confinée dans le cratère Halemaʻumaʻu avec émission de lave  d’un évent sur le côté Nord-Ouest du cratère. À 22 heures hier (27 décembre), le lac de lave avait une profondeur de 177 m (581 pieds) avec un étroit rebord noir autour de lui. Des émissions réduites de SO2 ont été mesurées hier matin.

Observations du sommet:
Une analyse préliminaire des taux d’émission de dioxyde de soufre mesurés hier matin (27 décembre) montre que les taux sont toujours d’environ 5 500 tonnes / jour – inférieurs aux 40 000 t / j pour les trois premiers jours de l’éruption, mais toujours élevés. Les inclinomètres du sommet ont continué d’enregistrer une faible inclinaison inflationniste. La sismicité est restée élevée mais stable, avec des tremors élevés réguliers et quelques tremblements de terre mineurs.

Les équipes de terrain du HVO ont observé l’éruption continue de l’ Halema’uma’u  sur le Kīlauea tôt ce matin. Pendant la nuit, l’évent Ouest du mur d’Halema’uma’u a continué son éruption, et l’évent Nord / Est est resté inactif. À environ 4 h 30 HST aujourd’hui (28 décembre), les équipes de terrain du HVO ont mesuré le lac de lave à 179 m (586 pieds) de profondeur. Notez que les valeurs initiales indiquées ici étaient incorrectes; les valeurs rapportées ici ont été corrigées à 9h30.

Observations sur la zone du Rift Est:
Les moniteurs géodésiques indiquent également que la partie supérieure de la zone du Rift Est s’est contractée pendant que le sommet se dégonflait. Cela était associé au retrait du magma pour alimenter les évents du sommet. Il n’existe aucune donnée sismique ou de déformation pour indiquer que le magma se déplace dans l’une ou l’autre des zones de rift de Kīlauea.

Observations du lac de lave de l’Halema’uma’u:
L’évent Ouest a continué de faire éruption de lave dans le lac du cratère Halema’uma’u avec deux ou trois canaux étroits visibles ce matin.

Le lac de lave dans le cratère Halema’uma’u a peu changé au cours de la dernière journée et était d’environ 177 m (581 pieds) de profondeur et environ 408 m (1340 pieds) en dessous du bord Sud de l’Halema’uma’u ce matin (28 décembre). Le volume du lac était d’environ 21,5 millions de mètres cubes (28 millions de yards cubes ou 4,9 milliards de gallons). La carte thermique la plus récente (26 décembre) indiquait que les dimensions du lac étaient de 790 m sur 520 m (864 m sur 569 yards) pour une superficie totale de 29 ha (72 acres). Le rebord étroit (10-30 m ou 11-22 yd) autour du lac était à environ 1-2 m (1-2 yds) au-dessus de la surface active du lac, suggérant que la surface du lac a chuté au cours des 2 derniers jours .

Photographie aérienne du cratère Halema’uma’u, sur le volcan Kīlauea, prise à partir d’un survol du HVO aujourd’hui (28 décembre) vers 11h00 HST. Il n’y a eu aucun changement majeur dans l’activité éruptive depuis ce matin et l’évent Ouest reste actif. Les émissions de SO2 restent élevées à environ 5 500 tonnes / jour mesurées hier matin (27 décembre).

Au cours de la dernière journée, l’île principale de lave plus froide et solidifiée flottant dans le lac de lave a dérivé lentement vers l’Ouest dans le lac et mesurait environ 225 m (740 pieds) de longueur et 110 m (360 pieds) de largeur sur la base de la carte thermique du 26 décembre. Ce matin, l’île a commencé à dériver vers l’Est. Les mesures d’hier soir (27 décembre) montrent que la surface de l’île était à environ 6 m (20 pi) au-dessus de la surface du lac.

Analyse de risque:
Les niveaux élevés de gaz volcanique, les chutes de pierres, les explosions et les particules de verre volcanique sont les principaux risques de préoccupation concernant cette nouvelle activité au sommet du Kīlauea. De grandes quantités de gaz volcanique – principalement de la vapeur d’eau (H2O), du dioxyde de carbone (CO2) et du dioxyde de soufre (SO2) – sont continuellement libérées lors des éruptions du volcan Kīlauea. Au fur et à mesure que le SO2 est libéré depuis le sommet lors de cette nouvelle éruption, il réagira dans l’atmosphère avec l’oxygène, la lumière du soleil, l’humidité et d’autres gaz et particules, et se convertira en quelques heures à quelques jours en fines particules. Les particules diffusent la lumière du soleil et provoquent la brume visible qui a été observée sous le vent du Kīlauea, connue sous le nom de vog (smog volcanique), lors des précédentes éruptions au sommet. Le Vog crée un potentiel de risques sanitaires aériens pour les résidents et les visiteurs, endommage les cultures agricoles et autres plantes, et affecte les opérations d’élevage.

L’éruption dans le cratère Halema’uma’u se poursuit dans la soirée du 28 décembre 2020. Cette photo montre un scientifique du HVO faisant des observations sur le lac de lave au sommet du Kīlauea, avec le Mauna Loa en arrière-plan. Les scientifiques du HVO surveillent l’éruption depuis une zone du parc national des volcans d’Hawaï qui reste fermée au public pour des raisons de sécurité. Aucun changement majeur n’a été observé sur le site de l’éruption aujourd’hui: l’évent Ouest reste actif (bien qu’ayant légèrement diminué en vigueur) et continue d’alimenter le lac de lave.

Des chutes de pierres et des explosions mineures, comme celles qui se sont produites lors de l’éruption du lac de lave de 2008 à 2018 au sommet du Kīlauea, peuvent survenir soudainement et sans avertissement. Cela souligne la nature extrêmement dangereuse du bord de la caldeira du Kīlauea entourant le cratère Halema’uma’u, une zone qui est fermée au public depuis fin 2007. Les cheveux de Pelé et d’autres fragments de verre volcanique léger provenant des fontaines de lave dans le cratère Halema’uma’u se propageront sous le vent , saupoudrant le sol à quelques centaines de mètres (yards) de l’évent. Les vents violents peuvent entraîner des particules plus légères sur de plus grandes distances. Les résidents sont priés de minimiser l’exposition à ces particules volcaniques, qui peuvent provoquer une irritation de la peau et des yeux semblable à celle des cendres volcaniques.

Source : HVO.

Photos : USGS photo by D. Downs. USGS photo taken by M. Patrick , USGS photo by B. Carr. 

 

Indonésie , Sinabung :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Diffusion: 28 décembre 2020
Volcan: Sinabung (261080)
Code couleur de l’aviation actuel: ORANGE
Code couleur de l’aviation précédent: orange
Source: Observatoire du volcan Sinabung
Numéro de l’avis: 2020SIN37
Emplacement du volcan: N 03 deg 10 min 12 sec E 98 deg 23 min 31 sec
Région: North Sumatra, Indonésie
Altitude du sommet: 7872 FT (2460 M)

Résumé de l’activité volcanique:
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 10h51 UTC (17h51 local).

Hauteur du nuage volcanique:
La meilleure estimation du sommet des nuages de cendres est d’environ 9472 FT (2960 M) au-dessus du niveau de la mer, ce qui peut être plus élevé que ce qui peut être observé clairement. Source des données d’altitude: observateur au sol.

Autres informations sur le nuage volcanique:
Nuage de cendres se déplaçant vers le Sud

Remarques :
L’activité sismique est caractérisée par un événement volcanique éruptif.

 

Le niveau d’activité est au niveau III (SIAGA) depuis le 20 mai 2019 à 10h00 WIB. Le mont Sinabung (2460 m d’altitude) est en éruption depuis 2013. La dernière éruption s’est produite le 13 décembre 2020, la hauteur de la colonne d’éruption n’étant pas observée. Le volcan était clairement visible jusqu’à ce qu’il soit recouvert  de brouillard. Le cratère émet une fumée blanche avec une épaisseur forte d’environ 50 à 300 mètres au dessus du sommet. Le temps est nuageux à pluvieux, les vents faibles à modérés à l’Est, au Sud-Est, au Sud et à l’Ouest.

Selon les sismographes du 28 décembre 2020, il a été enregistré:
2 tremblements de terre d’éruption
96 tremblements de terre d’avalanches
10 tremblements de terre d’émissions
22 tremblements de terre à basse fréquence
2 séismes hybrides / multi-phases
1 séisme tectonique local
1 tremblement de terre tectonique lointain.

Source : Magma Indonésie , PVMBG.

Photo : Nachelle Homestay

 

 

Chili , Villarica :

Au cours de la période, 8 événements sismiques classés de type VT ont été enregistrés, associés à des processus de rupture fragiles dans les systèmes volcaniques. L’événement le plus énergique avait une magnitude locale (ML) égale à 1,7, situé à 5,8 km à l’Est-Sud-Est (ESE), avec une profondeur de 5,2 km.

– 1302 événements sismiques de type longue période (LP) ont été classés, liés à la dynamique des fluides à l’intérieur du bâtiment volcanique, avec des valeurs de déplacement réduit (DR) maximuales de 3,8 cm2.
– Le signal sismique de tremor continu, également lié à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan, est resté stable pendant cette période, avec une valeur DR maximale égale à 5,0 cm2
. Les caractéristiques du signal sismique dans son contenu spectral, se situaient principalement dans la plage de 0,8 à 1,8 Hz.
– Concernant l’activité de surface, il y a une diminution des épisodes d’émission de cendres volcaniques par rapport à la quinzaine précédente, la plus grande hauteur enregistrée étant de 640 m. A partir des images fournies par les caméras de surveillance et lorsque les conditions météorologiques le permettaient, il a été possible d’observer une incandescence nocturne et la présence d’une colonne de gaz blanchâtre.

– Grâce à l’analyse des images satellites Sentinel 2-L2a, Pléiades et SkySat pour la télésurveillance, des dépôts de projections pyroclastiques ont été identifiés dans un rayon de 500 m. Cependant, sur la base des informations recueillies lors d’un survol, des blocs balistiques et / ou des pyroclastes d’un diamètre maximum de 20 cm ont été identifiés à une distance de 800 m.
– Selon les données obtenues à partir de 2 stations GNSS qui mesurent la déformation de surface des systèmes volcaniques, des variations mineures sont observées au cours de la dernière période évaluée, qui ne sont pas imputables à des changements dans la dynamique interne du volcan.

– Au cours de la période, 3 alertes thermiques ont été enregistrées dans la zone associée au bâtiment volcanique, d’une puissance maximale inférieure à 1 MW, selon les données traitées par Middle Infrared Observation of Volcanic Activity (MIROVA)  et par surveillance thermique en quasi-temps réel des hot-spots mondiaux (MODVOLC)  . De même, l’analyse des images satellites Sentinel 2-L2A a rapporté 3 anomalies de rayonnement dans la zone associée au cratère, les 1er, 4 et 9 décembre.

Au cours de la dernière période, les paramètres de surveillance permettent de déduire que le lac de lave reste actif et proche de la surface, avec l’enregistrement de petites impulsions de gaz et de cendres et l’enregistrement d’anomalies de rayonnement thermique dans les images satellites (Sentinel). Le 5 décembre à 18h44 HL, la sismicité volcanique, principalement le tremor, a présenté une diminution brutale mais transitoire, enregistrant simultanément une impulsion avec émission de gaz et de particules, accompagnée d’une balistique projetée autour du bord du cratère ; après cet épisode, la sismicité est revenue progressivement et régulièrement à des niveaux normaux. De même, l’activité de surface a été maintenue faible, avec un dégazage passif de faible hauteur. En plus de ce qui précède, des signaux acoustiques à très faible énergie ont été enregistrés. Vers la fin de la quinzaine, la sismicité est revenue aux niveaux présents avant le déclin mentionné. En revanche et selon les observations obtenues lors du survol, des produits volcaniques jusqu’à 20 cm ont été émis à l’extérieur du cratère jusqu’à une distance de 800 m, suggérant des portées supérieures à celles initialement calculées. Par conséquent, il est déduit que le système a toujours la capacité de générer spontanément une activité avec des émissions balistiques autour du cratère, ainsi que la capacité de provoquer des émissions plus importantes et intempestives avec les niveaux actuels d’activité volcanique. Il est souligné que l’état du conduit ouvert et le comportement du lac de lave fluctuant situé près de la surface, peuvent provoquer des explosions pouvant affecter le voisinage du cratère.

En raison de ce qui précède, l’alerte est maintenue au niveau :
ALERTE TECHNIQUE JAUNE: Modifications du comportement de l’activité volcanique.

Observation:
En raison de la découverte de blocs roulés et / ou de pyroclastes balistiques d’un diamètre maximum de 20 cm à une distance de 800 m du cratère actif, il a été défini d’augmenter le rayon des dommages potentiels à 1000 m autour du cratère actif, en cas d’explosions mineures.

Source : Sernageomin.

Photos : volcanologia en chile, Segemar.

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Objet: Bulletin d’activité extraordinaire du volcan Nevado del Ruiz. Le niveau d’activité jaune est maintenu au niveau  III : changements dans le comportement de l’activité volcanique.

En ce qui concerne le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN rapporte que:

Depuis aujourd’hui 28 décembre 2020 à 09h42 (heure locale), il y a eu une augmentation significative de l’activité sismique de type volcano-tectonique, associée à la fracturation de la roche au sein du bâtiment volcanique, situé dans le secteur au Nord du bâtiment volcanique , à 0,7 km de distance moyenne, par rapport au cratère Arenas. L’enregistrement d’un tremblement de terre volcano-tectonique survenu à 09h42 (heure locale) d’une magnitude de 3,6 ML (magnitude locale), à ​​une profondeur de 3,0 km, se démarque. Ce tremblement de terre a été signalé comme ressenti par les responsables du parc naturel national de Los Nevados et par les habitants des municipalités de Manizales et Villamaría.

Le volcan Nevado del Ruiz continue au niveau d’activité jaune. Il n’est pas exclu qu’il y ait une activité qui puisse indiquer une accélération du processus, impliquant une plus grande instabilité du volcan et par conséquent des changements dans son niveau d’activité. Bien que l’instabilité du volcan dure depuis plus de huit ans, il est d’une importance vitale de ne pas s’habituer à son comportement et d’être attentif aux informations officielles qui seront publiées par le Servicio Geológico Colombiano. Les autorités des départements de Caldas et Tolima sont sollicitées pour prendre des mesures extrêmes axées à la fois sur les processus de réduction des risques et la gestion des catastrophes, ainsi que sur les mesures préparatoires à l’activité future du volcan Nevado del Ruiz.

Source : Sernageomin .

Photo : Diana M Bustamante.

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: du 21 Décembre au 27 Décembre 2020 , Arequipa, 28 Décembre 2020.
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya reste à des niveaux modérés, c’est-à-dire avec l’enregistrement continu d’explosions avec des colonnes de cendres et de gaz jusqu’à 3 km d’altitude au dessus du sommet du volcan et leur dispersion consécutives . Il a été rapporté la présence d’un second dôme de lave , visible dans le cratère du volcan . Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu concernant l’ activité éruptive.

L’IGP a enregistré et analysé l’occurrence de 1664 tremblements de terre d’origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques à l’intérieur du volcan Sabancaya. Une moyenne de 40 explosions a été enregistrée quotidiennement d’intensité faible à moyenne. Au cours de cette période, les tremblements de terre de type Volcano-Tectoniques (VT) ont été localisés principalement dans le Nord-Est du Sabancaya et ont présenté des magnitudes comprises entre M1,2 et M3,5. Le séisme le plus représentatif (M3,5) a été enregistré le 26 Décembre à07h19, à 15 km au Nord-Est du Sabancaya et à 9 km de profondeur.

 

Le suivi de la déformation de la structure volcanique à l’aide de techniques GNSS (traitées avec des orbites rapides) ne présente pas d’anomalies significatives. Cependant, de manière générale, un processus d’inflation a été observé dans le secteur Sud-Est du Sabancaya et du secteur Nord ( volcan Hualca Hualca ). La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 3 km d’altitude au dessus du sommet du volcan , qui étaient dispersées vers les secteurs Nord-Ouest, Ouest et Sud-Ouest du Sabancaya. La surveillance par satellite a permis d’identifier la présence d’une anomalie thermique avec une valeur de 1 MW , associée  à la présence d’un nouveau dôme de lave à la surface du cratère du volcan .

RECOMMANDATIONS
• Garder le niveau d’alerte volcanique en orange.
• Ne pas s’ approcher dans un rayon de moins de 12 km du cratère.

Source : IGP.

Photo : Pixabay.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search