24 Septembre 2020 . FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Colombie : Nevado del Ruiz , Ethiopie : Erta Ale , Chili : Nevados de Chillan .

Home / blog georges Vitton / 24 Septembre 2020 . FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Colombie : Nevado del Ruiz , Ethiopie : Erta Ale , Chili : Nevados de Chillan .

24 Septembre 2020 . FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Colombie : Nevado del Ruiz , Ethiopie : Erta Ale , Chili : Nevados de Chillan .

24 Septembre 2020 .

 

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Bulletin d’activité du mercredi 23 septembre 2020 à 11h15 (Heure locale)
Niveau d’alerte recommandé : Vigilance

Depuis le 20 septembre une reprise de la sismicité est observée sous le Piton de la Fournaise. Ainsi entre le 20 et le 22 septembre, 21 séismes (Figure 1), de magnitude inférieure ou égale à 1, ont été enregistrés et localisés sous le cratère Dolomieu entre 1,7 et 2,2 km de profondeur (Figure 2).

Figure 1 : Histogramme représentant le nombre de séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés depuis le 1er septembre 2020 (© OVPF-IPGP).

 

Figure 2 : Carte de localisation (épicentres) et coupes nord-sud et est-ouest (montrant la localisation en profondeur, hypocentres) des séismes enregistrés et localisés par l’OVPF-IPGP entre le 20 et le 22 septembre 2020 sous le massif du Piton de la Fournaise. Seuls les séismes localisables ont été représentés sur la carte (© OVPF-IPGP).

Cette sismicité est accompagnée d’une reprise de l’inflation (gonflement) de la base et du sommet de l’édifice du Piton de la Fournaise. Cette inflation de l’édifice reste pour l’instant d’intensité très faible et devra être confirmée sur la durée ces prochains jours.
Cette sismicité et cette déformation sont synonymes d’une pressurisation du réservoir magmatique superficiel localisé à environ 2-2,5 km sous le sommet.

Les flux de CO2 dans le sol montrent également une inversion de tendance depuis la mi-août. Après une longue phase continue de diminution des émissions en CO2 dans le sol suite à la dernière éruption (2-6 avril 2020), une nouvelle phase d’augmentation est observée depuis la mi-août et se poursuit depuis. Cette augmentation de CO2 en champs lointain est en accord avec une remontée profonde de magma.

En parallèle, les flux de SO2 enregistrés dans l’air restent en dessous du seuil de détection. Les concentrations en H2S et SO2 dans les fumerolles de la zone sommitale restent faibles et malgré une légère tendance à l’augmentation de la concentration en SO2 depuis août 2020, les concentrations sont extrêmement faibles.

A noter que ce processus de recharge du réservoir superficiel peut durer plusieurs jours à plusieurs semaines avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompe, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption, mais peut également s’arrêter sans donner lieu à brève échéance à une éruption.

Source : OVPF.

Lire l’article http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/bulletin-dactivite-mercredi-23-septembre-2020-a-11h15-heure-locale

Photo : Nath Duverlie

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin de niveau d’activité du volcan Nevado del Ruiz.
Le niveau d’activité continue au Niveau d’activité jaune ou (III): changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Concernant le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN rapporte que:

Au cours de la dernière semaine, selon les résultats obtenus en surveillant l’activité à travers les différents paramètres évalués, le volcan Nevado del Ruiz a continué à montrer une instabilité dans son comportement. Une accélération du processus volcanique et par conséquent des modifications du niveau d’activité du volcan n’est pas exclue.
La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques avait des niveaux similaires dans le nombre d’événements et dans l’énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique a été caractérisée par l’apparition de tremor volcanique continu, d’ impulsions de tremor, de séismes de type longue et très longue période, qui présentaient des niveaux d’énergie et un contenu spectral variables. Trois émissions de cendres confirmées se démarquent les 15 et 20 septembre. 

Au cours de la semaine, il y a eu un épisode de sismicité de type « drumbeat » de faible niveau d’énergie associé au mouvement de fluides dans les conduits volcaniques. Cette sismicité a été liée aux processus d’ascension, de localisation-croissance et d’évolution du dôme de lave au fond du cratère Arenas .
La sismicité générée par la fracturation des roches a montré une légère diminution du nombre de tremblements de terre et de l’énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Ce type de sismicité était principalement localisé dans le cratère Arenas et dans les secteurs Nord-Est et Sud du volcan. La profondeur des tremblements de terre variait entre 0,4 et 7,9 km. La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine était de 0,2 ML (magnitude locale) correspondant au séisme enregistré le 19 septembre à 04h00 (heure locale), situé à 2,8 km au Nord-Est du cratère Arenas, à une profondeur de 3,8 km.

Le volcan Nevado del Ruiz continue au niveau d’activité jaune.

Source : SGC.

Photo : Auteur inconnu.

 

Ethiopie , Erta Ale :

13,6 ° N, 40,67 ° E
Altitude : 613 m

Les données satellitaires ont montré des anomalies thermiques dans les cratères des puits Sud et Nord de l’Erta Ale à la mi-août, bien que le 5 septembre, seule la fosse Nord avait des températures anormales.

L’Erta Ale est un bouclier basaltique isolé qui est le volcan le plus actif d’Éthiopie. Le large édifice de 50 km de large s’élève à plus de 600 m sous le niveau de la mer dans la dépression stérile du Danakil. L’Erta Ale est l’homonyme et la caractéristique la plus importante de la chaine de l’ Erta Ale. Le volcan contient un cratère sommital elliptique de 0,7 x 1,6 km abritant des cratères à parois abruptes. Une autre dépression plus grande de 1,8 x 3,1 km de largeur , allongée parallèlement à l’axe de la chaîne de l’Erta Ale est située au Sud-Est du sommet et est délimitée par des escarpements de failles curvilignes du côté Sud-Est.

 

Des coulées de lave basaltique d’apparence fraîche provenant de ces fissures se sont déversées dans la caldeira et ont débordé localement de son bord. La caldeira sommitale est réputée pour un, ou parfois deux lacs de lave de longue durée qui sont actifs depuis au moins 1967, ou peut-être depuis 1906. De récentes éruptions de fissures se sont produites sur le flanc Nord.

Source: GVP , Sentinel Hub.

Photo : Sylvie Vitton.

 

Chili , Nevados de Chillan :

36,868 ° S, 71,378 ° O
Altitude : 3180 m

Le 22 septembre, Le SERNAGEOMIN a signalé que la lave continuait de descendre le flanc Nord-Nord-Est du Nevados de Chillán. Des émissions de gaz et des explosions occasionnelles ont également été enregistrées. Le niveau d’alerte est resté au jaune, le deuxième niveau le plus bas sur une échelle de quatre couleurs, et les résidents ont été rappelés à ne pas s’approcher du cratère à moins de 3 km. L’ONEMI a déclaré que le niveau d’alerte jaune (le niveau intermédiaire sur une échelle de trois couleurs) restait en place pour les communautés de Pinto et Coihueco, notant qu’à partir du 16 juin, le public devrait rester à au moins 3 km du cratère sur le flanc Sud-Ouest et à 5 km sur le flanc Nord-Est.

Le cycle éruptif du complexe volcanique Nevados de Chillán continue d’évoluer régulièrement, avec l’avancée de la coulée de lave observée sur le versant Nord, ajoutée à la présence du dôme de lave logé dans le cratère dont l’évolution commence à montrer des signes d’explosivité accrue , corroboré à partir d’images satellites.

De plus, les données des stations GNSS ont montré quelques variations mineures , en la baisse au cours de cette période. Cependant, l’enregistrement de sismicité associé à la dynamique des fluides et des explosions, les alertes thermiques, et l’enregistrement de dégazage et d’incandescence de faible hauteur sont cohérents avec le développement de ce type de corps magmatiques en surface.

On considère que le processus actuel fait partie d’une dynamique éruptive intermittente avec émission de matière magmatique vers la surface et avec un faible niveau d’explosivité, il ne montre pas de signes qui suggèrent pour le moment une plus grande déstabilisation.

Source : GVP , Sernageomon , Segemar .

Photo : Josefauna.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search