13 Mai 2020. FR. Perou : Ubinas , Italie / Sicile : Etna , Etats – Unis / Hawaii : Lōʻihi Seamount , Colombie : Chiles / Cerro Negro .

Home / blog georges Vitton / 13 Mai 2020. FR. Perou : Ubinas , Italie / Sicile : Etna , Etats – Unis / Hawaii : Lōʻihi Seamount , Colombie : Chiles / Cerro Negro .

13 Mai 2020. FR. Perou : Ubinas , Italie / Sicile : Etna , Etats – Unis / Hawaii : Lōʻihi Seamount , Colombie : Chiles / Cerro Negro .

13 Mai 2020.

 

 

Pérou , Ubinas :

Période d’analyse: 4 au 10 mai 2020 . Arequipa, 11 mai 2020 .
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que le comportement dynamique du volcan Ubinas reste à de faibles niveaux. Par conséquent, à court terme, aucune activité éruptive n’est prévue pour le volcan, de sorte que la population peut exercer ses activités normalement selon les directives du gouvernement et l’état d’urgence sanitaire.

Entre le 4 et le 10 avril, l’IGP a enregistré et analysé un total de 48 événements sismiques associés au comportement dynamique du volcan Ubinas, avec la prédominance de signaux sismiques de type Volcano-tectonique (VT), liés à la fracturation des roches à l’intérieur du volcan.

Au cours des 9 et 10 mai, il y a eu une légère augmentation du nombre de signaux de type TV, avec un enregistrement moyen de 6 tremblements de terre par jour de magnitude inférieure à M1,7.
Les caméras de surveillance ont enregistré des émissions légères et sporadiques de gaz d’origine volcanique et de vapeur d’eau, avec des hauteurs inférieures à 300 m au-dessus du sommet du volcan.
La surveillance de la déformation de la structure volcanique n’enregistre pas d’ anomalies importantes.
La surveillance par satellite MIROVA n’a pas enregistré d’anomalies thermiques.

RECOMMANDATIONS 
Il est recommandé de diminuer le niveau d’alerte volcanique de la couleur orange à vert.
Ne pas s’ approcher d’un rayon inférieur à 3 km du cratère du volcan.
Ne négligez pas les actions préventives en cas d’augmentation éventuelle de l’activité volcanique.

Source : IGP Pérou .

 

Italie / Sicile , Etna :

Bulletin hebdomadaire du 04 Mai 2020 au 10 Mai 2020 (date d’émission 12 Mai 2020)

RÉSUMÉ DU STATUT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est souligné:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Activité strombolienne dans le cratère de la Voragine avec émission périodique de cendres. Activité strombolienne avec des émissions occasionnelles de cendres du Nouveau Cratère Sud-Est. En général, l’intensité de l’activité dans les différents cratères a changé de jour en jour, avec des fluctuations importantes même quotidiennement.
2) SISMOLOGIE: faible activité sismique due à la fracturation; amplitude du tremor volcanique variable dans les niveaux bas-moyen-élevé.
3) INFRASONS: Activité infrasonore animée à partir de l’après-midi du 7 mai.
4) DÉFORMATIONS: Les réseaux de surveillance des déformations du sol de l’Etna n’ont montré aucune variation significative à signaler au cours de la dernière semaine.
5) GÉOCHIMIE: Le flux de SO2 est à un niveau moyen-bas. Les valeurs du flux de CO2 du sol sont des valeurs moyennes-élevées avec une tendance à la baisse qui a commencé dans les premiers jours de mai. La pression partielle de CO2 dissous ne présente pas de variations importantes. Le rapport C \ S enregistré en mode discret (échantillonnage réalisé le 8 mai) au cratère de la Voragine se situe à des valeurs élevées cohérentes avec l’activité enregistrée ces derniers jours
6) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone du sommet est à un niveau modéré.

 

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la semaine, le suivi de l’activité volcanique dans les cratères sommitaux de l’Etna a été réalisé en analysant les images du réseau de caméras de surveillance de la section INGV Catania, Observatoire Etneo (INGV-OE ) et au travers de diverses inspections effectuées par le personnel d’INGV-OE (Andronico D., Coltelli M., De Beni E., Greco F.), les 5-8 et 9 mai. L’activité éruptive a été produite par le cratère de la Voragine et du Nouveau Cratère Sud-Est. En particulier, le 5 mai, une augmentation des émissions de cendres du Nouveau Cratère Sud-Est a été enregistrée  , cette activité pulsatile a formé un panache de cendres dilué dans le sens Sud-Sud-Est. Cette activité est probablement liée à une variation morphologique visible sur la figure 3.4 (cadres C1 et C2), où l’on observe un élargissement de la bouche numéro 3 en faveur de la bouche numéro 2. Enfin le 10 Mai, il y a eu une augmentation de l’activité éruptive du Nouveau Cratère Sud-Est avec une activité strombolienne continue et lancement de produits au-delà du bord du cratère. Certains blocs sont retombés en s’accumulant en partie sur le bord du cratère, d’autres ont roulé le long des pentes. Parallèlement à l’activité éruptive du Nouveau Cratère Sud-Est, il y a également eu une augmentation de l’activité dans le cratère de la Voragine , avec le lancement de produits balistiques sur le bord du cratère. Après quelques heures, cette activité verra une diminution significative de l’activité strombolienne du Nouveau Cratère Sud-Est, où il y avait encore un fort dégazage, tandis que le cratère de la Voragine avait toujours une activité explosive avec moins d’intensité et de fréquence que les heures précédentes.

 

En particulier, le 5 mai, l’activité explosive dans le cratère de la Voragine a été relativement légère et très discontinue. Des émissions silencieuses ou presque de cendres, rarement associées à l’explosion de lambeaux incandescents, ont été répétées à des intervalles de quelques minutes à des dizaines de minutes exclusivement à partir du cône principal  . Des bombes de différentes tailles ont été trouvées sur la terrasse Sud du cratère de la Bocca Nuova, probablement liées à l’explosion qui s’est produite dans la nuit du 3 au 4 mai et rapportée dans le dernier bulletin hebdomadaire. Lors de la reconnaissance du 8 mai, l’activité du cône principal est restée quasiment inchangée, avec des émissions de cendres isolées et modestes, d’une intensité similaire ou inférieure à celles observées le 5 mai. Cependant, il y avait une forte activité explosive sur le cône du 9 mars (celui à l’Est du cône principal), . Les explosions ont produit beaucoup de cendres mais aussi d’abondantes matières grossières de dimensions allant jusqu’au mètre, avec une fréquence de 1 toutes les 15-20 minutes, qui était dispersées à la fois sur le bord Ouest de la Voragine et sur la terrasse B du cratère de la Bocca Nuova . On y a trouvé un tapis de blocs lithiques et de bombes juvéniles denses, de taille moyenne de moins de 15-20 cm.

 

Lors de l’inspection du 09 mai des cratères sommitaux, des images ont été prises par le groupe des drones. A partir des images prises par drone lors de l’inspection du 09 mai 2020 des cratères sommitaux, les images thermiques correspondantes sont visibles à gauche. A – A1: Bocca Nuova et Voragine vues du Sud, il y a une explosion au cône en croissance à l’intérieur du cratère de la Voragine à l’Est , c’est une autre bouche active. B-B2: Bocca Nuova , Cratère Sud-Est et Nouveau cratère Sud-Est vu du Sud-Est, dans l’image thermique il y a deux anomalies thermiques, la première plus à l’Ouest à « l’embouchure de la selle » entre le SEC et NSEC, la seconde à l’Est du « panettone ». C-C1: détail des bouches du NSEC prises du Sud, deux actives sont clairement reconnues (les 2 et les 3), intensément fumeroliennes et qui lors de l’inspection ont émis de petites quantités de cendres rougeâtres.  …/…

Source : INGV.

Lire l’article en entierhttp://www.ct.ingv.it/joomlatools-files/docman-files/multidisciplinari/BollettinoEtna20200512.pdf?fbclid=IwAR0oslsKeptOjjgu_YKdRbk8g0V1o93PXGVFpDputdsOmfueyoCjoULd8yQ

Photos : Gio Giusa , guide vulcanologiche etna nord , INGV.

 

Etats-Unis / Hawaii , Lōʻihi Seamount :

18 ° 55’12 « N 155 ° 16’12 » O,
Élévation du sommet -3199 pi (-975 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: NON ASSIGNÉ
Code couleur de l’aviation actuel: NON ASSIGNÉ

SOMMAIRE
L’activité sismique a augmenté dimanche et lundi à proximité du mont sous-marin Lōʻihi, le plus jeune volcan hawaïen situé à environ 35 km (21,7 mi) au sud-est de Pāhala, à une profondeur d’eau d’environ 1 km (~ 3300 pieds) sous le niveau de la mer. Rien n’indique qu’une éruption sous-marine se soit produite et il n’y a actuellement aucun danger important pour l’île d’Hawaï.

OBSERVATIONS
À partir de 3 h 00 HST le 11 mai 2020 et jusqu’au matin du 12 mai, le HVO a détecté plus de 100 tremblements de terre sous Lōʻihi, dont 79 de magnitude 2 (M2) et 19 de magnitude 3 (M3) et au-dessus. Il s’agit d’une augmentation significative par rapport aux taux de fond à long terme de moins de 3 tremblements de terre par jour sous Lōʻihi, généralement avec des magnitudes inférieures à 2. Le nombre de tremblements de terre a culminé à 14 par heure entre 13 heures et 14 heures le lundi après-midi et a diminué par la suite. Depuis les premières heures du matin du 12 mai, les taux de tremblement de terre ont été inférieurs à 4 par heure.

L’essaim de tremblements de terre est situé sous la zone de Rift Sud-Est et le flanc Sud-Est de Lōʻihi à des profondeurs de 3,6 à 12,4 km (2,2 à 7,7 mi) sous le niveau de la mer ou à environ 1 à 9,8 km (0,6 à 6 mi) sous la surface du volcan.

 

 

INTERPRÉTATION ET DANGER
Cet essaim peut représenter une brève intrusion magmatique ou un mouvement de fluides magmatiques à l’intérieur de l’édifice volcanique. Bien que l’essaim semble avoir diminué en intensité, si les tremblements de terre devenaient moins profonds, cela pourrait conduire au début d’une éruption sous-marine, similaire à ce qui s’est produit en 1996.

Une éruption de Lōʻihi, si elle se produisait, pourrait entraîner un drainage partiel de sa chambre magmatique au sommet et l’effondrement du sommet, comme cela s’est produit en 1996. Des changements importants et soudains à la surface du volcan pourraient déplacer de grands volumes d’eau de mer, qui, s’ils étaient suffisamment grands , pourrait générer de très petites vagues locales de tsunami. Des tremblements de terre de magnitude 4 et plus pourraient se produire si l’essaim s’intensifiait et ils pourraient se faire sentir sur l’île d’Hawaï.

Si une éruption ou des tremblements de terre plus forts se produisent, de très petites vagues de tsunami peuvent affecter les rives Sud-Est de l’île d’Hawaï. Des explosions de basse énergie, entraînées par la vapeur et le gaz peuvent se produire à la profondeur de Lōʻihi, mais avec des effets locaux limités sur le volcan et les eaux océaniques environnantes.

Il n’y a pas de relation directe entre l’essaim actuel de Lōʻihi et l’augmentation de la sismicité observée à Pāhala au cours de l’année écoulée. L’essaim de Lōʻihi se trouve à environ 35 km (21,7 mi) au Sud-Est de Pāhala, à des profondeurs nettement moins profondes. L’essaim actuel de Lōʻihi n’est pas non plus lié à la sismicité observée sur le flanc Sud du Kīlauea.

Source : HVO.

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

Bulletin d’activité hebdomadaire des volcans Chiles et Cerro Negro
L’activité volcanique se poursuit au NIVEAU JAUNE ■ (III): CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT DE L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE.

D’après le suivi de l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC) rapporte que:

Entre le 5 et le 11 mai 2020, l’activité sismique dans la région des volcans Chiles – Cerro Negro s’est poursuivie, liée à des fractures rocheuses dans des bâtiments volcaniques. Il n’y a pas eu de changement significatif en termes d’occurrence sismique, cependant, par rapport à la semaine précédente, une augmentation importante de l’énergie sismique libérée a été observée, principalement en raison de l’occurrence des tremblements de terre enregistrés le 8 mai à 18 h 23 et 18 h 27, qui ont atteint des valeurs de magnitude sur l’échelle de Richter de 2,8 et 3,2 respectivement, tout deux signalés comme ressentis par les habitants de Resguardo de Chiles.

 

De plus, le 11 mai, deux tremblements de terre ont été enregistrés avec des valeurs de magnitude locale de 2,7 et 2,2, cependant, il n’y a eu aucun rapport indiquant qu’ils aient été ressentis. En général, la sismicité était localisée vers le Sud et le Sud-Est du volcan Chiles, à des distances épicentrales inférieures à 6 km et à des profondeurs allant jusqu’à 10 km de son sommet.

L’enregistrement de la déformation volcanique est conservé à l’une des stations de surveillance. Les autres paramètres de surveillance géophysique et géochimique n’ont pas montré de variations significatives.

Source : SGC.

Photo : SGC.

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search