04 Avril 2020. FR . La Reunion : Piton de la Fournaise , Hawaii : Kilauea , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Chili : Chaiten .

Home / blog georges Vitton / 04 Avril 2020. FR . La Reunion : Piton de la Fournaise , Hawaii : Kilauea , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Chili : Chaiten .

04 Avril 2020. FR . La Reunion : Piton de la Fournaise , Hawaii : Kilauea , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Chili : Chaiten .

04 Avril 2020.

 

La Réunion , Piton de la Fournaise : 

Bulletin d’activité du vendredi 3 avril 2020 à 15h00 (Heure locale)
Niveau d’alerte : 2-2

L’éruption qui a débuté le 02/04/2020 sur le flanc est du Piton de la Fournaise, aux alentours de 12h20 heure locale, se poursuit. L’intensité du trémor volcanique (indicateur de l’intensité de l’éruption) est relativement stable sur les dernières 12 heures (Figure 1).


Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) depuis le 02/04/2020 00h heure TU (04h heure locale) sur la station sismologique DSO située au sommet du volcan. (© OVPF/IPGP).

Ce matin, à 06h25, le front de coulée a pu être estimé à environ 1000 m d’altitude dans le haut des Grandes Pentes, et à 3,8 km de la route nationale, d’après les retours visuels de la webcam de l’OVPF/IPGP située à Piton Cascades (Sainte Rose ; Figure 2).


Figure 2 : Prises de vue du site éruptif depuis la webcam de l’OVPF/IPGP située à Piton Cascades (Sainte Rose) à 05h20 heure locale (04h20 heure TU à gauche) et à (06h25 heure TU à droite) (© OVPF/IPGP).

Depuis le début de l’éruption aucune déformation significative n’a été enregistrée, et 5 séismes volcano-tectoniques superficiels (< 2 km de profondeur) ont été enregistrés sous les cratères sommitaux.
A noter que lors de l’intrusion latérale de magma vers le site éruptif le 02 avril, entre 08h50 et 12h20, et suite à la crise sismique (08h15-08h51), les déformations et la sismicité ont été extrêmement faibles. La propagation latérale s’est faite ainsi de manière assez « passive » dans un milieu déjà ouvert et extrêmement fragilisé par les éruptions de 2019 et l’éruption du 10-16 février 2020 qui ont eu lieu dans ce secteur.

Survol de l'éruption vendredi matin

L'éruption vue du ciel ce vendredi matin : magic show

Publiée par Imaz Press Réunion (Page officielle) sur Jeudi 2 avril 2020

Les flux de CO2 dans le sol en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres / Plaine des Palmistes) ont chuté entre le 28/3 et le 01/4 avant de ré-augmenter. Ceci pourrait correspondre à une expulsion de magma superficiel (réservoir superficiel) par une remontée de magma plus profond.
Les flux de SO2 dans l’air ont baissé depuis la journée de hier. Cette baisse est en accord avec les retours visuels du site éruptif (Figure 2) qui montrent une activité plus faible ce jour.
Les débits de surface estimés, à partir des données satellites via la plateforme HOTVOLC (OPGC – université d’Auvergne) sont fortement perturbés par la couverture nuageuse autour du Piton de la Fournaise. Les estimations effectuées depuis le début de l’éruption fluctuent entre 2 et 45 m3/s avec une moyenne autour de 7-10 m3/s.

 

A noter que pendant cette période de confinement l’ensemble des équipes de l’OVPF et de l’IPGP reste mobilisé pour le suivi de cette crise à distance en télétravail et s’appuie sur un dense réseau d’instrumentation (100aine de capteurs permanents installés sur le volcan) dont les données arrivent en temps réel sur les serveurs de l’observatoire.

Source : OVPF.

Lire l’article : http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/bulletin-dactivite-vendredi-3-avril-2020-a-15h00-heure-locale

Photos : OVPF , Brieuc Coessens – Reporter-Photographe avec son aimable autorisation .

Vidéo : Imazpress.

 

 

Hawaii , Kilauea :

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » O,
Élévation du sommet : 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: NORMAL
Code couleur actuel de l’aviation : VERT

Résumé de l’activité:
Le volcan Kīlauea n’est pas en éruption. Les données de surveillance pour le mois de mars montrent des taux variables mais typiques de sismicité et de déformation du sol, de faibles taux d’émissions de dioxyde de soufre et seulement des changements géologiques mineurs depuis la fin de l’activité éruptive en septembre 2018.

Observations:
Les données de surveillance n’ont montré aucun changement significatif dans l’activité volcanique en mars.

Les taux de sismicité au cours du mois étaient variables mais dans une fourchette observée au cours de la dernière année. Les taux d’émission de dioxyde de soufre sont faibles au sommet et sont inférieurs aux limites de détection sur Puʻu ʻŌʻō et dans la zone inférieure du Rift Est. L’étang d’eau au fond du cratère Halema’uma’u continue de s’étendre et de s’approfondir lentement. Au 19 mars, les dimensions de l’étang étaient d’environ 107 mètres (~ 351 pieds) par 211 mètres (~ 692 pieds). Au 1er avril, sa profondeur actuelle était d’environ 32 mètres ou 105 pieds.

Une vue plus large du cratère Halema’uma’u, dans une rare fenêtre de temps clair au cours de la semaine dernière. Photo USGS par M. Patrick.

Au cours du mois dernier, l’inclinomètre du sommet a enregistré 10 événements de déflation-inflation, un nombre similaire à janvier et février. Depuis mars 2019, les stations GPS et les inclinomètres au sommet du Kīlauea ont enregistré une déformation compatible avec une lente accumulation de magma dans la partie peu profonde du système magmatique du sommet du Kīlauea (1-2 km ou environ 1 mile sous le niveau du sol). Les mesures des gaz montrent que les niveaux d’émissions de dioxyde de soufre sont toujours faibles dans la région de l’Halema’uma’u, ce qui ne correspond à aucun écoulement significatif du magma. Une certaine quantité de dioxyde de soufre est dissoute dans le lac du sommet et les travaux se poursuivent pour tenter de quantifier ce processus. L’étang a été échantillonné pour la dernière fois par UAS en janvier et un échantillonnage régulier supplémentaire avec UAS est prévu.

Aucun changement significatif n’a été observé dans l’étang d’eau du cratère Halema’uma’u, au sommet du Kīlauea. La surface de l’eau a toujours une teinte brun orange au centre, avec des zones verdâtres aux extrémités Est et Ouest (haut et bas de la photo) indiquant vraisemblablement un afflux d’eau souterraine. Photo USGS par M. Patrick.

Plus à l’Est, les stations GPS et les inclinomètres continuent de montrer des mouvements compatibles avec le remplissage ralenti du réservoir magmatique profond de la zone du Rift Est dans la vaste région entre le Puʻu ʻŌʻō et la route 130. La diminution des taux de déformation à la station d’inclinaison POO, observée en février, s’est poursuivie tout au long de Mars. La station GPS JOKA et la station d’inclinaison JKA, dans la Lower East Rift Zone, ont connu un épisode de déformation du 14 au 26 mars avec une direction différente de la tendance à plus long terme. Les données récupérées manuellement au cours des prochaines semaines peuvent fournir plus d’informations. Les données de surveillance ne suggèrent aucun changement imminent du danger volcanique pour cette zone. Le flanc Sud du Kīlauea continue de se déplacer vers la mer à des taux élevés après le séisme de M6.9 du 4 mai 2018 près de Kalapana. Le HVO continue de surveiller attentivement tous les flux de données le long de la zone de Rift Est du Kīlauea et du flanc Sud pour détecter les changements importants.

Source : HVO.

Photos : USGS / M. Patrick.

 

Equateur / Galapagos , Sierra Negra :

Des volcanologues enquêtent sur l’éruption de 2018 du volcan Sierra Negra, île Isabela – Galapagos .

Du 3 au 18 mars 2020, un groupe de volcanologues de l’Institut géophysique de l’École nationale polytechnique (IG-EPN) et de l’Institut français de recherche pour le développement (IRD) ont effectué une mission de terrain sur le Volcan Sierra Negra, situé sur l’île Isabela (Galapagos). L’objectif de cette mission était d’étudier les fissures éruptives et les produits volcaniques de l’éruption survenue entre le 26 juin et le 23 août 2018.

Figure 1. Vue des cônes de scories et de projections formés lors de l’éruption du volcan Sierra Negra en 2018 (Photo: B.Bernard, IG-EPN).

Le Sierra Negra est un volcan actif qui a connu au moins 8 éruptions au siècle dernier. De plus, son activité représente une menace pour la ville de Puerto Villamil, le tourisme et l’agriculture sur l’île Isabela. Ce volcan est surveillé par l’IG-EPN avec un réseau multiparamétrique (sismicité, déformation et gaz) depuis 2014, en coopération avec la Direction du Parc National des Galapagos (DPNG). Afin d’améliorer l’évaluation des risques volcaniques associés à l’activité du Sierra Negra, depuis l’année dernière, les enseignants de l’IG-EPN et les chercheurs de l’IRD ont mené un projet de recherche sur les produits, principalement la lave, de l’éruption de 2018 (Fig.2).

Figure 2. Carte de répartition des fissures éruptives et des coulées de lave émises lors de l’éruption de 2018, volcan Sierra Negra, île Isabela. (Modifié de Vásconez et al., 2018).

Les membres de la mission étaient Benjamin Bernard et Silvia Vallejo, professeurs de l’IG-EPN; Oryaëlle Chevrel, chercheuse IRD; et Henry Calderón, étudiant à la Faculté de génie en géologie et pétrole (EPN). Ils étaient accompagnés et guidés en permanence par les Rangers, Máximo Mendoza et Xavier Jaramillo, le capitaine Franklin Gil et le marin Francisco Pomboza du DPNG .

Au cours des travaux sur le terrain, des échantillons de scories, d’éclaboussures et de lave ont été prélevés pour les étudier et les analyser en détail afin de connaître les caractéristiques du magma responsable de l’éruption (Fig.3). De plus, des photographies ont été prises avec des véhicules aériens sans pilote (drones) pour effectuer une cartographie plus détaillée des fissures et des coulées de lave, et pour étudier leur répartition spatiale. Les résultats obtenus serviront d’entrées pour l’application de modèles numériques permettant de reproduire la distribution des coulées de lave émises en 2018.

Figure 3. Sup. Gauche: cône d’éclaboussure. Sup. Droite: Moisissure et restes calcinés d’un cactus. Info de gauche: échantillonnage du flux de lave. Inf droite: une partie de la fissure 1 et ses coulées de lave. (Photos: Oryaëlle Chevrel, Silvia Vallejo, Benjamin Bernard).

Enfin, dans le but de partager et de diffuser les objectifs de ce projet, deux entretiens ont été donnés aux gardes forestiers DPNG et aux guides de Puerto Villamil .

Ce projet de recherche « Etude des fissures éruptives, des décharges magmatiques et de la rhéologie des coulées de lave récentes aux Galapagos » (PIJ-18-02, directeur: Benjamin Bernard) est financé par le Bureau du Vice-Recteur pour la Recherche, l’Innovation et Liaison de l’EPN. Les travaux réalisés s’inscrivent dans le cadre de l’accord de coopération interinstitutionnelle entre l’EPN et le DPNG pour la surveillance volcanique et sismique des îles Galapagos et disposent du permis de recherche scientifique PC-01-20.
Les participants à cette mission remercient la collaboration et la logistique fournies par le DPNG – Isabela, en particulier Leonardo García et les rangers qui ont participé sur le terrain. De plus, ils remercient l’Intercultural Outreach Initiative (IOI) pour le matériel fourni pour les camps.

Source : IGEPN.

 

Chili , Chaiten :

Rapport spécial sur l’activité volcanique (REAV) Région de Los Lagos, volcan Chaitén , 03 avril 2020, 09:08 Heure locale (Chili continental)

Le Service national géologique et minier du Chili (Sernageomin) publie les informations PRÉLIMINAIRES suivantes, obtenues grâce aux équipes de surveillance du Réseau national de surveillance volcanique (RNVV), traitées et analysées à l’Observatoire volcanologique des Andes du Sud (Ovdas):
Hier, vendredi 03 avril à 04:17 heure locale (07:17 UTC), les stations de surveillance installées à proximité du volcan Chaitén ont enregistré un tremblement de terre associé à la fois à la fracturation des roches et à la dynamique des fluides dans le système volcanique. (Type Hybride).

 

Les caractéristiques du séisme après son analyse sont les suivantes:

HEURE D’ORIGINE: 04:17 heure locale (07:17 UTC)
LATITUDE: 42 841 ° S
LONGUEUR: 72,646 ° W
PROFONDEUR: 3,2 km
Magnitude locale (ML): 2,8
Déplacement réduit (DR): 600 cm2

L’alerte technique volcanique reste au niveau : Vert.

Ce vendredi 03 avril à 04.17 heure locale, un tremblement de terre de magnitude locale 2,8 situé à 3,2 km de profondeur a été enregistré sous le sommet du volcan Chaitén. Le Service national de la géologie et des mines a fait savoir que ce tremblement de terre avait un caractère hybride, c’est-à-dire provoqué par la fracturation de roches et du transit intérieur de fluides.
Il convient de souligner que le volcan Chaitén est actif, et a généré une éruption plinienne en 2008, qui a été suivie par la construction et l’effondrement d’une série de dômes (accumulations de lave visqueuse) . 

Source : Sernageomin . Volcanologie en Chile.

Photo : Christian Brown.

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search