05 Fevrier 2020 . FR . Colombie : Nevado del Ruiz , Mexique : Michoacán , Italie / Sicile : Etna , Philippines : Taal , Indonésie : Semeru .

Home / blog georges Vitton / 05 Fevrier 2020 . FR . Colombie : Nevado del Ruiz , Mexique : Michoacán , Italie / Sicile : Etna , Philippines : Taal , Indonésie : Semeru .

05 Fevrier 2020 . FR . Colombie : Nevado del Ruiz , Mexique : Michoacán , Italie / Sicile : Etna , Philippines : Taal , Indonésie : Semeru .

05 Février 2020 .

 

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Le nouveau dôme de lave du volcan Nevado del Ruiz et la géomorphologie actuelle du cratère Arenas  , 31 janvier 2020.

Résumé:
Le volcan Nevado del Ruiz (VNR ) , situé dans la Cordillère centrale de Colombie, est considéré comme l’un des volcans les plus actifs du pays et est surveillé depuis 1985 par l’Observatoire volcanologique et sismologique de Manizales du Service géologique colombien. La morphologie actuelle du sommet du VNR (5321 m d’altitude) et de son cratère principal est la conséquence de: l’interaction complexe entre les processus volcaniques ─ effusifs et explosifs, la distribution des dépôts volcaniques, l’érosion causée par le réchauffement climatique et la dynamique de la couverture glaciaire (figure 1).

Figure 1. Photographies du sommet du VNR de 2020 (A) et 2010 (B), prises en survol avec le soutien de la Colombian Air Force (FAC). Il est noté: le cratère Arenas, les eaux d’amont de la rivière Azufrado, la zone de la calotte glaciaire adjacente au cratère, le dépôt de cendres, l’émission de gaz et de vapeur et les parois des corniches intérieures.

Morphologie :
La morphologie du cratère principal du VNR, appelé Arenas, a été configurée à la suite de l’activité après les éruptions de 1845, 1985, 1989 et 2012, l’instabilité du système volcanique produite par le cycle d’activité actuel (2010-2020) et la dynamique des glaciers Actuellement, le cratère Arenas a une morphologie irrégulière et allongée, un diamètre supérieur à 980 m dans la direction SO-NE, un diamètre inférieur à 900 m dans la direction SE-NW et une profondeur approximative de 300 m (figure 1). Le cratère Arenas a de grandes dépressions contenues dans des corniches ou des terrasses plus petites, des murs internes, un fond et plusieurs champs de fumerolles avec émission de gaz et de cendres. Ces champs de fumerolles sont restés avec une activité intermittente après les éruptions de 1985 et 1989 et avec une grande intensité pendant le cycle d’activité actuel (2010-2020).

La partie supérieure (zone la plus superficielle) du conduit volcanique du volcan Nevado del Ruiz est située juste au bas du cratère Arenas (figure 1B). Cette zone du volcan est considérée comme la plus instable et jusqu’en août 2015, elle était caractérisée par la présence de multiples sources actives d’émission de vapeur d’eau, de dioxyde de soufre (SO2) et d’autres gaz volcaniques, accompagnées d’émissions de cendres.

Cycle actuel d’activité et dôme de lave:
Le cycle d’activité actuel du volcan Nevado del Ruiz a été précédé de 8 ans de stabilité et de faibles niveaux de sismicité, période pendant laquelle le niveau d’activité est resté en vert. En septembre 2010, la sismicité associée à la dynamique des fluides et à l’émission de SO2 a augmenté. Cette augmentation a entraîné une modification du niveau d’activité (du vert au jaune). En 2012, le volcan Nevado del Ruiz a continué de montrer des changements de comportement. En mars, la sismicité associée aux fluides, l’émission de vapeur d’eau et de SO2, les émissions de cendres et la déformation ont augmenté. Cette augmentation s’est traduite par un nouveau changement de niveau d’activité (du jaune à l’orange).

Alors qu’il était au niveau d’activité Orange (anticipation d’une éruption survenant dans quelques jours à quelques semaines), le Nevado del Ruiz a eu deux éruptions mineures en mai et juin 2012. Ces éruptions étaient petites, avec des colonnes éruptives de moins de 10 km de haut, avec la génération de petites coulées de boue (affectant la zone proximale du volcan) qui n’ont pas causé de pertes en vies humaines. La bonne gestion de cette crise a permis au SGC de mener à bien une gestion des risques volcaniques.
Après les éruptions de 2012, le Nevado del Ruiz a maintenu un comportement instable avec: occurrence de tremblement de terre (associée à la fracturation des roches et à la dynamique des fluides à l’intérieur du système volcanique), émissions permanentes (principalement vapeur d’eau, SO2 et cendres) et enregistrement d’une inflation élevée continue du bâtiment volcanique. En août 2015, un nouveau magma a été localisé et un dôme de lave a commencé se développer au fond du cratère Arenas, qui a continué de croître pendant plusieurs mois, atteignant un plus grand diamètre estimé à 173 m en janvier 2020, une hauteur maximale estimée 60 m et un volume approximatif de 1 500 000 m3 (figures 2, 3 et 4).

Figure 2. Photographies du cratère Arenas de janvier 2020, prises en survol avec le soutien des FAC. On observe: le bord du cratère (A), un cratère secondaire de 150 m de diamètre situé à l’Ouest (B), les corniches intérieures (C), le dôme de lave (D), une dépression au centre du dôme causée par un éventuel affaissement et refroidissement de la lave (E), un centre d’émission de gaz et de cendres d’un diamètre d’environ 15 m (cratère secondaire) (F) et plusieurs sources d’émission de gaz situées autour du cratère (G, H e I).

Figure 3. Images capturées par le système satellite PlanetScope le 14 mars 2018 (A) et le 10 janvier 2020 (B). Dans les deux images, vous pouvez voir le dôme de lave situé au bas du cratère du Nevado del Ruiz . Avec l’aimable autorisation de Planet Lab Inc. (https://www.planet.com/).

Figure 4. Croquis du cratère  Arenas et de ses principales caractéristiques morphologiques, y compris le dôme de lave.

Les zones identifiées sur la figure 4 présentent une bonne correspondance avec les informations satellitaires disponibles pour la zone du cratère Arenas. La figure 5 montre quelques images thermiques de l’intérieur du cratère qui ont été capturées par le capteur multispectral du système satellite Sentinel-2 de l’Agence spatiale européenne (ESA). Ces images correspondent à une combinaison spectrale qui répond de manière appropriée aux températures à l’intérieur du cratère: bandes Sentinelle-2 B12 (SWIR2), B11 (SWIR1) et B8 (NIR), où le plus froid semble bleu et le rouge et jaune le plus chaud  .La zone d’anomalies thermiques située vers le bord Nord-Ouest du dôme est mise en évidence, proposée comme un éventuel cratère secondaire.

Figure 5. Images thermiques capturées par le système satellite Sentinel-2 pour la zone du cratère Arenas  le 10 mars 2018 (A), le 10 décembre 2018 (B), le 20 décembre 2019 (C) et le 4 janvier 2020 (D). Les zones d’anomalies thermiques associées aux sources de dégazage et d’émission de cendres sont observées.

 

Source : SGC , Milton Ordóñez, Carlos Laverde y Cristian López / Servicio Geológico Colombiano-Observatorios Vulcanológico.

 

Mexique , Michoacán :

Le Service national de sismologie (SSN) a signalé qu’il y a eu un essaim sismique de centaines d’événements au Michoacán depuis le 5 janvier.
Un essaim sismique est une série de tremblements de terre qui se produisent dans une région spécifique, pendant une période donnée et avec des magnitudes similaires.
Par le biais de son compte Twitter, l’agence a expliqué avoir signalé 1 611 tremblements de terre d’une magnitude comprise entre 2,9 et 4,1 degrés sur l’échelle de Richter en seulement un mois, dont la majorité se situait au nord d’Uruapan.

 

Il a souligné que le Michoacán est une zone sismique avec une tectonique complexe et un volcanisme actif. La région où se produit cet essaim se trouve dans la ceinture volcanique trans-mexicaine.

Il a noté que ces tremblements se sont produits très près du volcan Paricutin éteint et du volcan Tancítaro, de sorte qu’ils pourraient provenir d’une intrusion magmatique, cependant, cela n’implique pas nécessairement la naissance d’un volcan.
Les autorités et les spécialistes travaillent déjà au prélèvement d’échantillons et à l’installation d’équipements de mesure pour enquêter sur l’origine de cet essaim sismique.
Selon le SSN, en janvier 2019, 848 mouvements sismiques ont été enregistrés, un nombre beaucoup plus faible que celui présenté au premier mois de 2020.

Historiquement, des tremblements de terre majeurs se sont produits le long de la côte de cet état à la suite de la subduction de la plaque Cocos sous la plaque nord-américaine.

Source : Diariodemexico 

Lire l’article : https://www.diariodemexico.com/ssn-registra-enjambre-sísmico-en-michoacán?fbclid=IwAR316fsLDQiTHz5NK7o9w1fwNU6pDqFRHR4G2dXBhUk2ql21TgOUpUp9ae0

 

Italie / Sicile , Etna :

Bulletin hebdomadaire du 27/01/2020 au 02/02/2020 (date d’émission 04/02/2020).

RÉSUMÉ DU STATUT D’ACTIVITÉ
À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Activité intra-cratère strombolienne et effusive du cratère de la Voragine et faibles émission de cendres du cratère Nord-Est.
2) SISMOLOGIE: absence de sismicité par fracturation avec Ml supérieur ou égal à 2,0; stationnarité dans les paramètres du tremor volcanique.
3) INFRASONS: activité infrasonore soutenue.

4) DÉFORMATIONS: L’analyse des données des réseaux GPS et tiltmètres ne montre pas de variations significatives.
5) GÉOCHIMIE: les flux de SO2 et HCl sont à un niveau moyen. Les valeurs de débit de CO2 du sol sont faibles à moyennes. La pression partielle de CO2 dissous ne présente pas de variations importantes. Le rapport isotopique de l’hélium (données du 28 janvier) confirme des valeurs moyennes-élevées. Aucune mise à jour sur le rapport CO2 / SO2 n’est disponible. Le dernier chiffre pour janvier concerne des valeurs moyennes.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES :
Au cours de la semaine, le suivi de l’activité de l’Etna a été effectué à l’aide des caméras de surveillance de la section INGV – Catane et à travers une inspection effectuée dans la zone supérieure par le personnel de l’INGV.
Au cours de la période étudiée, l’activité éruptive de l’Etna était presque exclusivement portée par le cratère de la Voragine (VOR); le cratère Nord-Est (NEC) a émis des cendres très diluées et le Nouveau Cratère Sud-Est (NSEC) a été le site d’un dégazage intense.

En détail, l’éruption intra-cratère se poursuit dans la Voragine qui, pendant la période d’observation, a produit des explosions stromboliennes avec des lambeaux visibles par les caméras placées sur la Montagnola. De faibles émissions de cendres se sont rapidement dispersées dans l’atmosphère  , et un épanchement de lave du flanc Sud du cône de scories qui s’est développé à l’intérieur s’est développé. Les coulées de lave continuent de couler dans le cratère de la Bocca Nuova (BN) adjacent.
Quant au cratère Nord-Est, celui-ci , entre le 28 et le 29 janvier 2020, a été caractérisé par une faible émission de cendres très diluées  .
À partir de l’inspection effectuée le 1er février 2020 par le personnel de l’INGV, il a été possible d’observer l’activité strombolienne continue du cône intra-cratère de la Voragine avec projection de lambeaux, émission de gaz et faible teneur en cendres et ainsi qu’une activité effusive  . En particulier, la coulée de lave qui sort d’une bouche éruptive ouverte sur le côté Sud du cône intra-cratère, , à la rupture de pente , se divise plusieurs coulées de lave, dont au moins trois se distinguent clairement. En général, le chevauchement de plusieurs flux , au fil du temps a créé un champ de lave qui a complètement rempli la BN-2. Au cours de l’inspection, il a été possible de noter que les coulées de lave actives se déversaient déjà dans la BN-1.

Source : INGV.

Lire l’articlefile:///C:/Users/Utilisateur/AppData/Local/Packages/Microsoft.MicrosoftEdge_8wekyb3d8bbwe/TempState/Downloads/BollettinoEtna20200204%20(1).pdf

Photos : Gio Giusa. 

 

Philippines , Taal :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN TAAL: 05 février 2020  , 8h00 :

L’activité dans le cratère principal au cours des dernières 24 heures a été caractérisée par une faible émission de panaches chargés de vapeur de 50 à 100 mètres de haut qui ont dérivé vers le Sud-ouest. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées à une moyenne de 55 tonnes / jour le 4 février 2020.

Le réseau de capteurs du volcan Taal a enregistré cent cinquante-six (156) tremblements de terre volcaniques, dont deux (2) événements à basse fréquence et dix-huit ( 18) tremors harmoniques ayant des durées d’une (1) à trois (3) minutes. Ces tremblements de terre signifient une activité magmatique sous l’édifice du Taal qui pourrait conduire à une activité éruptive au cratère principal.

Source : Phivolcs .

Photo : CNNPH , Marcello Teofilo.

 

Indonésie , Semeru :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Émis: 04 Février 2020.
Volcan: Semeru (263300)
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE
Code couleur de l’aviation précédent: orange
Source: Observatoire du volcan Semeru
Numéro de l’avis: 2020SMR14
Emplacement du volcan: S 08 deg 06 min 29 sec E 112 deg 55 min 12 sec
Région: Java oriental, Indonésie
Altitude du sommet: 11763 FT (3676 M).

Résumé de l’activité volcanique:
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 23h26 UTC (06h26 local).

Hauteur des nuages volcaniques:
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres se situe à environ 1 043 FT (4076 M) au-dessus du niveau de la mer, ce qui peut être supérieur à ce qui peut être observé clairement. Source des données d’altitude: observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques:
Nuage de cendres se déplaçant vers le Nord

Remarques:
L’activité sismique est caractérisée par des tremblements de terre d’éruption, d’avalanche et d’émission de gaz.

Source : Magma Indonésie .

Photo : archive PVMBG.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search