12 Janvier 2020 . FR . Philippines : Taal , Alaska : Shishaldin , Kamchatka : Karymsky , Equateur / Galapagos : Sierra Negra .

Home / Alaska / 12 Janvier 2020 . FR . Philippines : Taal , Alaska : Shishaldin , Kamchatka : Karymsky , Equateur / Galapagos : Sierra Negra .

12 Janvier 2020 . FR . Philippines : Taal , Alaska : Shishaldin , Kamchatka : Karymsky , Equateur / Galapagos : Sierra Negra .

12 Janvier 2020 .

 

 

Philippines , Taal :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN TAAL , 12 janvier 2020 , 14h30 .

Cela sert de préavis pour l’augmentation du statut d’alerte du volcan Taal : du niveau d’alerte 1 (anormal) au niveau d’alerte 2 (augmentation des troubles).

Le volcan Taal manifeste un niveau d’activité accru:

1. Observation visuelle: une augmentation de l’activité de vaporisation dans au moins cinq endroits à l’intérieur du cratère principal a été observée vers 1300H aujourd’hui, la plus grande activité étant constituée par une explosion phréatique qui a généré un panache d’environ 100 mètres de haut. Cette activité est toujours en cours depuis cette émission.

2. Activité sismique volcanique: depuis le 28 mars 2019, le réseau sismique du volcan Taal a manifesté un niveau d’activité sismique modéré à élevé. Certains de ces tremblements de terre ont été ressentis avec une intensité allant de l’intensité I (à peine perceptible) à l’intensité III (tremblements faibles) dans les villages de Calauit, Balete, Sitio Tibag, Pira-Piraso et Buco, Talisay, Alas-as et Pulangbato, San Nicolas, Batangas. Souvent, ces tremblements de terre ressentis sont accompagnés de grondements. Aujourd’hui, trois séismes ressentis ont été enregistrés à 0735H, 1043H et 1400H. Un essaim sismique a commencé vers 1100H et se poursuit à partir de 1410H.

3. Déformation du sol: les changements d’élévation cumulatifs de l’édifice volcanique basés sur des mesures de nivellement précis (PL) en mars 2019 indiquent qu’il s’est légèrement gonflé par rapport à novembre 2018 après une période de déflation générale depuis 2016. Une légère inflation de l’édifice à partir de janvier 2019 a également été enregistré par Global Positioning Systems (GPS) en continu après une période de déflation générale depuis 2016.

4. Émissions de gaz: les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dissous dans le lac de cratère principal de Taal (MCL) sur la base de mesures continues ont augmenté progressivement depuis février 2019, indiquant une légère augmentation de l’apport de dégazage de CO2 volcanique du système hydrothermal dans le lac .

Compte tenu de ce qui précède, le DOST-PHIVOLCS élève désormais le statut d’alerte de Taal du niveau d’alerte 1 au niveau d’alerte 2. Cela signifie qu’il existe une intrusion magmatique probable qui peut ou non conduire à une éruption. Il est rappelé au public que le cratère principal doit être strictement interdit, car des explosions de vapeur soudaines peuvent se produire et de fortes concentrations de gaz volcaniques létaux peuvent être libérées. La partie Nord du bord du cratère principal, à proximité du sentier Daang Kastila, peut également devenir dangereuse lorsque l’activité fumerolienne ou de dégazage le long des fissures existantes augmente soudainement. En outre, il est également rappelé au public que l’ensemble de l’île du volcan est une zone de danger permanent (PDZ), et une installation permanente dans l’île est fortement déconseillée. Compte tenu de l’activité phréatique en cours dans le cratère principal, le PHIVOLCS conseille une évacuation préventive de l’île du volcan Taal en attendant l’observation de l’état du volcan dans les prochaines 48 heures.

Source : Phivolcs .

Photo : Talisay, Batangas.

 

Alaska , Shishaldin :

54 ° 45’19 « N 163 ° 58’16 » O,
Altitude du sommet : 9373 pi (2857 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE

L’éruption du volcan Shishaldin qui a commencé fin juillet 2019 se poursuit avec une activité explosive de courte durée depuis le cratère sommital et un épanchement de coulées de lave sur les flancs supérieurs du volcan.

Le mardi 7 janvier, l’activité explosive la plus soutenue de la séquence éruptive jusqu’à présent a généré un panache de cendres qui a dérivé sur 200 km vers l’Est-Nord-Est, déposé des traces de cendres sur Cold Bay et provoqué plusieurs annulations de vol. L’activité explosive de mardi a commencé à environ 5h00 AKST ce matin-là et a duré jusqu’à environ midi, consistait en des émissions continues de cendres et a été détectée dans des données sismiques, infrasons et foudre. L’activité de 9h00 à 12h00 AKST a produit un panache plus riche en cendres qui a été détecté avec plusieurs satellites, et un panache de dioxyde de soufre a également été détecté par des capteurs basés sur des satellites. En réponse à cette activité, l’AVO a relevé le code de couleur de l’aviation à ROUGE et le niveau d’alerte à AVERTISSEMENT, en l’abaissant à ORANGE / ATTENTION mardi soir.

Depuis cette éruption explosive mardi, des températures de surface élevées ont été observées dans la plupart des vues satellites claires et partiellement nuageuses, indiquant un épanchement continu de lave. La sismicité a diminué, mais reste au-dessus du fond.

Jusqu’à présent, l’éruption de 2019 a produit des coulées de lave, des coulées pyroclastiques, des lahars (coulées de boue) et des retombées mineures de cendres sur les flancs du volcan. Pour la majeure partie de l’éruption actuelle, les émissions de cendres ont été limitées au voisinage immédiat du volcan et à des altitudes inférieures à 15 000 pieds  . Comme le montre l’événement de mardi, des explosions plus puissantes pourraient se produire avec peu d’avertissement et produire des nuages ​​de cendres plus élevés qui pourraient présenter un danger pour les avions.

Le Shishaldin est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellite, des caméras Web, un réseau géodésique et d’inclinaison télémétrique, et des réseaux distants de capteurs d’infrasons et de foudre.

Le volcan Shishaldin, situé près du centre de l’île Unimak dans les îles Aléoutiennes orientales, est un cône symétrique spectaculaire avec un diamètre de base d’environ 16 km (10 mi). Un cratère sommital en forme d’entonnoir de 200 m de large (660 pieds) émet généralement un panache de vapeur et occasionnellement de petites quantités de cendres. Le Shishaldin est l’un des volcans les plus actifs de l’arc volcanique des Aléoutiennes, avec au moins 54 épisodes d’agitation dont plus de 24 éruptions confirmées depuis 1775. La plupart des éruptions sont relativement petites, bien que l’événement d’avril à mai 1999 ait généré une colonne de cendres qui a atteint 45 000 pieds au dessus du niveau de la mer.

Source : AVO.

Photos : Schaefer, Janet , Joseph Korpiewski, U.S. Coast Guard.

 

Kamchatka , Karymsky :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION (VONA).

Émis: 09 Janvier 2020 
Volcan: Karymsky (CAVW # 300130)
Code couleur actuel de l’aviation: VERT
Code couleur de l’aviation précédent: jaune
Source: KVERT
Numéro de l’avis: 2020-07
Emplacement du volcan: N 54 deg 2 min E 159 deg 26 min
Région: Kamchatka, Russie
Altitude du sommet: 4874,08 pi (1486 m)

Résumé de l’activité volcanique:
Une activité gaz-vapeur modérée du volcan se poursuit. Selon les données satellitaires, une faible anomalie thermique sur le volcan continue d’être constatée de temps en temps. Des explosions de cendres étaient observées le 24 septembre 2019, pour la dernière fois; la faible anomalie thermique – le 17 décembre 2019. Le volcan est calme ou obscurci par les nuages ​​depuis le 17 décembre 2019. Le KVERT continue de surveiller le volcan Karymsky.

L’activité explosive du volcan Karymsky à 19h20 UTC le 09 septembre 2019.

 

Cette activité gaz-vapeur modérée du volcan se poursuit. Le danger d’explosions de cendres jusqu’à 13 100-19 700 pieds (4 à 6 km) d’altitude est resté. L’activité en cours pourrait affecter les aéronefs volant à basse altitude.

Hauteur des nuages ​​volcaniques:
AUCUN NUAGE DE CENDRES PRODUIT

Autres informations sur les nuages ​​volcaniques:
AUCUN NUAGE DE CENDRES PRODUIT.

Source : Kvert

Photo : A. Manevich, IVS FEB RAS, KVERT . ( 219) .

 

Equateur / Galapagos , Sierra Negra :

Campagne de mesures de gravimétrie sur le volcan Sierra Negra

Le volcan Sierra Negra, situé sur l’île Isabela dans la province des Galapagos, est situé à 23 km au Sud-Est du centre de la ville de Puerto Villamil. Le 26 juin 2018, un nouveau processus éruptif a commencé et son activité s’est poursuivie jusqu’à la mi-août de la même année, avec l’émission de coulées de lave principalement dirigées vers la partie Nord.

Fig. 1: Caldeira du volcan Sierra Negra, avec les laves émises lors du processus éruptif de 2005 et les nouvelles laves émises pendant le processus 2018. Vue vers l’Ouest. La distance verticale entre le bas de la caldeira et le bord est de 800 mètres. (Photo: M. Encalada Simbaña IG-EPN).

Entre le 24 novembre et le 5 décembre 2019, des techniciens de l’Institut géophysique de l’École nationale polytechnique (IG-EPN) ont mené une campagne de surveillance avec un microgravimètre Scintrex CG-5, d’échantillonnage géochimique et de maintenance du réseau de compteurs de cendres, tous liés au processus éruptif du volcan Sierra Negra.
La campagne menée aux alentours et à l’intérieur de la caldeira du volcan Sierra Negra consistait en plusieurs points de mesure situés sur les flancs Nord, Nord-Est, Est et Sud-Ouest. L’objectif était de mesurer le champ gravitationnel local, associé au processus éruptif du volcan . A l’aide du gravimètre, nous pouvons percevoir les minuscules variations de gravité associées aux changements de masse produits pendant le processus éruptif d’un volcan.

Fig. 2 Carte de localisation des points où les mesures gravimétriques ont été effectuées.

Pendant la campagne, 8 itinéraires ont été effectués, 4 vers la partie Nord-Est du volcan, 4 vers le côté Sud-Ouest et un à l’intérieur de la caldeira, avec un total de 42 points de mesure.

Fig.3: Personnel du Geophysical Institute effectuant des mesures au microgravimètre sur les flancs Nord-Est et Sud-Ouest du volcan Sierra Negra respectivement (Photos: M. Encalada Simbaña et E. Gaunt IG-EPN).

D’autre part, la maintenance des capteurs de cendres installés sur les flancs du volcan Sierra Negra et à l’intérieur de la caldeira a également été réalisée.

Figure 4. Cendromètre installé à la station sismique Volcán Chico située sur le flanc Est du volcan Sierra Negra. (Photo: M. Encalada Simbaña IG-EPN).

L’Institut géophysique de l’École nationale polytechnique maintient une surveillance permanente de l’activité volcanique présentée par le volcan Sierra Negra et signalera rapidement toute anomalie.

Source : Institut géophysique iGEPN , École nationale polytechnique

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search