06 Fevrier 2019. FR . Indonésie : Karangetang , Colombie : Nevado del Huila , Hawaii : Kilauea , Chili : Villarica , Etats- Unis : Chaine des Cascades .

Home / blog georges Vitton / 06 Fevrier 2019. FR . Indonésie : Karangetang , Colombie : Nevado del Huila , Hawaii : Kilauea , Chili : Villarica , Etats- Unis : Chaine des Cascades .

06 Fevrier 2019. FR . Indonésie : Karangetang , Colombie : Nevado del Huila , Hawaii : Kilauea , Chili : Villarica , Etats- Unis : Chaine des Cascades .

06 Février 2019.

 

 

Indonésie , Karangetang :

Le Regent des îles Siau Tagulandang Biaro Sitaro Evangelien Sasingen a déclaré que depuis décembre 2018 le volcan Karangetang avait augmenté son statut d’activité au niveau III (SIAGA) et que vendredi (02/02/2019) a libéré de la lave incandescente à travers les rivières Kali Marebuhe et Batuare. « Jusqu’à présent, la lave continue de descendre », a déclaré Regent Eva à Sulutdaily.
Selon Regent Eva, » nous avons évacué un certain nombre d’habitants à peu près à ce moment-là vers le village de Kawahang. Nous exhortons le public à rester toujours vigilant car la lave se rapproche du village. « J’exhorte les gens à rester vigilants et toutes les parties prenantes concernées restent alertes », a-t-il déclaré.

Le  PVMBG au Poste d’observation du volcan Karangetang Aditya Gurasali,  rapporte que pour la période d’observation du mardi (05/02/2019) à 06h00 , le volcan Karangetang (1784 m d’altitude):  «Visuellement, la montagne est clairement visible  . On a observé que la fumée issue du cratère était blanche avec une intensité épaisse et une hauteur de 100 m au-dessus du sommet du cratère. Les rugissements occasionnels semblent faible / moyen, dit Aditya.
Un tremor continu (Microtremor) est enregistré avec une amplitude de 0,25 mm (dominante 0,25 mm).

Le mont Karangetang sur l’île de Siau, est l’un des volcans les plus fréquemment en éruption en Indonésie. La dernière éruption a eu lieu en 2016, lorsque le centre d’éruption se situait dans le cratère principal (cratère Sud) . La principale menace était les coulées de lave et les avalanches chaudes en direction de l’Est-Sud-Est et du Sud-Ouest. Lors de son éruption en 2015, le village de Kola-kola avait été évacué . Après l’évacuation, le village avait été touché par un nuage chaud d’avalanches, ce qui a contraint le village à se déplacer. Après 2 ans de non éruption, le mont Karangetang montre à nouveau une augmentation de l’activité volcanique depuis la fin novembre 2018 où ses activités sont centrées sur le Kawah Dua (cratère Nord), avec les descriptions suivantes:
Le G. Karangetang a connu une augmentation significative de son activité sismique avec des évènements de haute fréquence (volcanique profond et peu profond) rapidement depuis le 22-23 novembre 2018. Cette augmentation de la sismicité a été suivie par une baisse drastique de l’activité sismique à haute fréquence le 24 novembre 2018. La forte baisse de la sismicité à haute fréquence a été suivie par l’enregistrement de points chauds par les satellites Modis le 25 novembre 2018 à 13h10.On peut donc en conclure qu’une forte diminution de la sismicité haute fréquence indiquait que le magma avait atteint la surface du cratère. Depuis lors, les épanchements de lave accompagnés par la croissance de dômes de lave et d’avalanches de nuages chauds se poursuivent.

La sismicité du mont Karangetang est dominé par des séismes de faible fréquence, liés au flux de fluide magmatique de la profondeur à la surface. Au cours des 2 derniers mois, les essaims sismiques et les avalanches ont continué d’être enregistrées, avec un nombre oscillant entre 30 et 240 tremblements de terre par jour environ. Les avalanches sismiques ont connu une forte augmentation le 3 février 2019. L’augmentation des essaims sismiques a contribué à l’augmentation des avalanches de lave et des avalanches de nuages ​​chauds.
Le suivi visuel montre que l’activité du mont Karangetang est actuellement centrée sur le Kawah Dua (cratère Nord) et qu’elle est dominée par des activités de type effusives, notamment sous la forme de coulées de lave et d’avalanches de lave vers le Nord-Ouest. Actuellement, on observe de la lave et des nuages ​​chauds sortant du cratère Dua en direction de la rivière Sumpihi (Ouest) jusqu’à 1000 m , jusqu’aux rivières Batuare (Nord-Ouest) sur une longueur de 1000 – 2000 m et Malebuhe (Nord-Ouest) sur 2500 – 2900 m.

Des images satellite thermiques  enregistrent régulièrement des anomalies de chaleur dans la zone du cratère et deux sur la pente Nord-Nord-Ouest avec une plage de puissance de 1 à 100 MW. Les images satellites indiquent que l’éruption effusive actuelle du mont Karangetang est intense et ne montre aucun signe de déclin.
À l’heure actuelle, l’activité la plus dominante sur le mont Karangetang est effusive (avalanches de lave et de nuages ​​chauds) mais peut également être accompagnée d’éruptions explosives à petite échelle, telles que des éruptions stromboliennes (éruptions avec des pierres / lave incandescente accompagnées de cendres). À l’heure actuelle, aucune indication d’éruptions explosives à grande échelle n’a été observée.

Les données de surveillance indiquent que les coulées de lave et de nuages ​​chauds pourrait se développer jusqu’à la mer, car les données sismiques indiquent toujours un épanchement continu de lave depuis le Cratère Dua.
D’après l’analyse des données de surveillance et l’évaluation des dangers potentiels, la situation du G. Karangetang reste toujours au niveau III (SIAGA), mais des modifications sont apportées avec l’ajout de la zone de danger. 

Source : SULUTDAILY , PVMBG.

Photos : Sulutdaily  , Farny Saul Macpal.

 

Colombie , Nevado del Huila :

Bulletin hebdomadaire d’activité du volcan Nevado del Huila , Popayán, le 5 février 2019 à 16 h 30.

Le niveau d’activité du volcan se poursuit au niveau : niveau d’activité jaune ou (III): changements dans le comportement de l’activité volcanique.

D’après l’analyse et l’évaluation des informations obtenues par le biais du réseau de surveillance du volcan Nevado del Huila, du 29 janvier au 4 février 2019, le SERVICE GÉOLOGIQUE DE COLOMBIE – Observatoire volcanologique et sismologique de Popayán informe que:

• Depuis l’événement sismique du 28 janvier 2019 à 16h07, heure locale, d’une magnitude de M4,7, situé à 18 km au Nord-Est du pic central du volcan Nevado del Huila, , 11 événements avec des magnitudes locales supérieures ou égales à M3 ont été enregistrés, dont certains ont été rapportés comme ressentis dans la zone d’influence du volcan.

• Depuis l’événement de magnitude M5,4 du 26 janvier au moment de la publication du présent bulletin, environ 14 153 séismes ont été enregistrés, la plupart d’entre eux de faible magnitude, enregistrés uniquement par les instruments situés dans la zone d’influence du volcan.  Il convient également de noter que les moyennes d’occurrence de ces événements ont diminué chaque jour au cours de cette période.
• La source de cette sismicité est située au Nord-Est du volcan Nevado del Huila, à des distances comprises entre 10 et 20 kilomètres et à des profondeurs comprises entre 5 et 15 kilomètres, par rapport à l’altitude de 4530 mètres  .
• Les images obtenues au cours de la semaine par les caméras Web de Caloto, Tafxnú, Maravillas et La Palma montraient un faible dégazage du système volcanique.

Les capteurs pour la surveillance de la déformation du sol, des champs magnétiques et des ondes infrasons n’ont pas enregistré de variations associées à des modifications de l’activité volcanique.

Il est rappelé que bien que les séismes se situent dans la zone d’influence du volcan Nevado del Huila, qui est une zone tectoniquement active, ces événements ne se trouvent pas sous le bâtiment volcanique et n’ont pas affecté d’autres paramètres de surveillance volcanique, raison pour laquelle le niveau d’activité du volcan n’a pas été modifié et reste au niveau jaune ( III ) .

Source : SGC

Photo : Parque Nacional

 

Hawaii , Kilauea :

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Sommet : 4091 pieds (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: AVIS
Code couleur de l’aviation actuel : JAUNE

Résumé d’activité:
Le volcan Kīlauea n’est pas en éruption. Les taux de sismicité, de déformation et de dégagement de gaz n’ont pas beaucoup changé au cours de la semaine écoulée.

Observations:
De faibles taux de sismicité persistent sur le volcan, les tremblements de terre se produisant principalement dans les régions du sommet et du flanc Sud. Les stations GPS et les inclinomètres continuent à afficher des mouvements compatibles avec le remplissage de la zone profonde du Rift Est. Ces taux sont stables depuis plusieurs semaines. Au sommet du Kilauea, les inclinomètres montrent une inclinaison déflationniste cohérente avec le début d’un événement Déflation-Inflation ; ces types d’événements sont couramment observés au sommet depuis plusieurs années. Les taux d’émission de dioxyde de soufre du sommet et de Puʻu ʻōō restent bas.

 

Des dangers subsistent dans la zone d’éruption de la LERZ et au sommet du Kīlauea. Les résidents et les visiteurs à proximité de fissures et de coulées de lave récemment actives doivent prendre en compte les avertissements de la défense civile et du parc national du comté d’Hawaï et être prêts, si nécessaire, à s’auto-évacuer dans l’éventualité peu probable d’une reprise de l’activité. Veuillez noter que le comté d’Hawaï maintient la fermeture de tout le champ de laves et des évents et interdit l’accès sauf autorisation de la Défense civile.

L’observatoire hawaïen des volcans (HVO) continue de surveiller de près la sismicité, la déformation et les émissions de gaz du Kīlauea pour détecter tout signe de réactivation. Le HVO assure la surveillance visuelle du volcan avec des caméras Web et des visites occasionnelles sur le terrain. Le HVO continuera à publier une mise à jour hebdomadaire (tous les mardis) et des messages supplémentaires, en fonction des changements d’activité.

Source : HVO.

Photo : Bruce Omori

 

Chili , Villarica :

Au travers cette publication, nous expliquons les phénomènes observables du bord du cratère, qui sont normaux pour le niveau d’activité de ce volcan.
Le volcan Villarrica est un volcan à conduit ouvert qui possède un lac de lave permanent dans son cratère. Cette fonctionnalité n’est présentée que par 5 volcans dans le monde, son importance est donc mondiale.


Dans les volcans avec un lac de lave permanent, les explosions constantes de bulles de gaz qui sortent du magma éjectent des éclaboussures de lave qui adhèrent aux parois du cratère et forment des croûtes de matériau pyroclastique qui se développent par accroissement et agglutination. Cette croûte, construite sur le lac de lave, peut éventuellement s’effondrer et générer de petites colonnes de cendres. De plus, cette activité continue favorise la formation de petits cônes de scories (matériau pyroclastique fragmenté), comme observé sur les images.
Par contre, les gaz observables à l’œil nu sortant du cratère du Villarrica sont expulsés par ces explosions constantes de bulles à la surface qui libèrent principalement des gaz tels que H2O, SO2 et CO2.

Les images font partie des nouveaux projets que les membres de notre équipe, en collaboration avec l’Université de Concepción, ont commencé à développer sur le volcan Villarrica, le volcan le plus actif d’Amérique du Sud.

Source : Volcan Villarica .

Photos :  Nicolás Luengo ,  Franco Vera .

 

Etats- Unis , Chaine des Cascades :

Niveau d’alerte volcanique actuel: NORMAL
Code couleur de l’aviation actuel : VERT

Mise à jour d’activité:
Tous les volcans de la chaîne des Cascades de l’Oregon et de Washington ont des niveaux d’activité normaux. Il s’agit notamment des monts Baker, Glacier Peak, Rainier, St. Helens et Adams dans l’État de Washington; et les monts Hood, Jefferson, Three Sisters, Newberry et Crater Lake, en Oregon.

Observations récentes:
Les volcans de la chaîne des Cascades sont restés à des niveaux d’activité de fond tout au long de la semaine, y compris quelques petits tremblements de terre au mont St. Helens, au mont Hood et au volcan Newberry. Les systèmes de surveillance de la sismicité, de la déformation du sol et des émissions de gaz volcaniques n’ont signalé aucune activité inhabituelle.

Le US Geological Survey et le Pacific Northwest Sismic Network (PNSN) continuent de surveiller de près ces volcans et publieront des mises à jour et des modifications supplémentaires du niveau d’alerte, le cas échéant.

Une équipe de trois scientifiques basée au Cascades Volcano Observatory a mené la toute première étude sur les émissions de gaz volcaniques avec un système d’aéronef non habité («drone») de l’USGS au mont St. Helens. L’enquête a été réalisée avec l’autorisation et la coordination du Monument volcanique national du Mont St. Helens du Service forestier américain.
L’équipe a utilisé un UAS multi-rotor équipé d’un capteur MultiGAS développé par l’USGS pour mesurer les émissions de gaz au repos au-dessus du dôme de lave 2004-2008 dans le cratère du mont St. Helens. Ces nouvelles technologies ont permis à l’équipe de caractériser le dégazage au Mont St. Helens avec des détails sans précédent.
L’enquête UAS a confirmé que les émissions de dioxyde de carbone (CO2) du dôme de lave 2004-2008 sont extrêmement faibles et que la vapeur d’eau constitue la grande majorité (> 99%) des émissions de gaz actuelles. Une grande partie de cette vapeur d’eau ne provient pas du magma, mais est produite lorsque des eaux superficielles et météoriques, comme la fonte des neiges, entrent en contact avec des roches chaudes du dôme,  générant de la vapeur.

Source : CVO

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search