03 Fevrier 2019. FR. Kamchatka : Sheveluch , Colombie : Nevado del Ruiz , Philippines : Mayon , Indonésie : Karangetang , Crise sismique à Mayotte .

Home / blog georges Vitton / 03 Fevrier 2019. FR. Kamchatka : Sheveluch , Colombie : Nevado del Ruiz , Philippines : Mayon , Indonésie : Karangetang , Crise sismique à Mayotte .

03 Fevrier 2019. FR. Kamchatka : Sheveluch , Colombie : Nevado del Ruiz , Philippines : Mayon , Indonésie : Karangetang , Crise sismique à Mayotte .

03 Février 2019.

 

Kamchatka , Sheveluch :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION (VONA).

Émis: 03 Février 2019 
Volcan: Sheveluch (CAVW # 300270)
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE
Code couleur d’aviation précédent: orange
Source: KVERT
Numéro de l’avis: 2019-32
Localisation du volcan: N 56 ° C 38 min E 161 ° C 18 min
Région : Kamtchatka, Russie
Élévation du sommet: 3283 m (10768,24 pi), élévation du dôme ~ 2500 m (8200 pi)

Résumé de l’activité volcanique:
La croissance du dôme de lave se poursuit (une lave visqueuse s’épanche sur le flanc Nord du volcan ), une forte activité fumerolienne , une incandescence des blocs du dôme et des avalanches chaudes accompagnent ce processus. Selon les données satellitaires, un panache de vapeurs et de gaz contenant une certaine quantité de cendres continue de dériver vers le Sud-Ouest du volcan.
L’éruption explosive-extrusive du volcan continue. Des explosions de cendres jusqu’à 32-1500-49.200 ft (10-15 km) d’altitude pourraient se produire à tout moment. Les activités en cours pourraient toucher les aéronefs internationaux volant à basse altitude.

Hauteur des nuages ​​volcaniques:
11480-13120 ft (3500-4000 m) AMSL Heure et méthode de détermination du panache de cendres / de la hauteur des nuages: 20190203 / 0314Z – VIRS
Autres informations sur les nuages ​​volcaniques:
Distance du panache de cendres / nuage du volcan: 79 km (79 km)
Direction de la dérive du panache de cendres / nuage du volcan: SW / azimut 215 °
Heure et méthode de détermination du panache de cendres / du nuage: 20190203 / 0314Z – VIRS.

Source : Kvert.

Photo : Yu Demyanchuck / Volkstat ru.

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin hebdomadaire d’activité du volcan Nevado del Ruiz
Le niveau d’activité se poursuit au niveau: Niveau d’activité jaune ou (III): Modifications du comportement de l’activité volcanique.

En ce qui concerne le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN annonce que:

Au cours de la semaine écoulée, la sismicité provoquée par la fracturation des roches faisant partie du système volcanique a entraîné une diminution significative du nombre de séismes et de l’énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Les séismes ont été localisés principalement dans le secteur Ouest-Sud-Ouest, à 4,7 km du cratère Arenas et, dans une moindre mesure, dans les secteurs volcaniques Sud-Sud-Ouest, Sud-Est, Nord-Est, ainsi que dans le secteur du cratère Arenas. Les profondeurs des séismes se situaient entre 1,0 et 6,8 km. La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine était de 0,9 ML (magnitude locale), correspondant à un séisme enregistré le 22 janvier à 17 h 42 (heure locale), située dans le secteur Ouest-Sud-Ouest, à une profondeur de 5,4 km.

La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits de la structure volcanique a également montré des niveaux similaires dans le nombre de séismes et dans l’énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était caractérisée par l’apparition de légères impulsions de tremor volcanique et de séismes à très longue période. Les séismes se sont produits principalement dans le cratère Arenas et ses environs. 

La déformation volcanique mesurée à partir des inclinomètres électroniques a enregistré au cours des derniers jours de légers changements, éventuellement associés à des processus inflationnistes mineurs sur le volcan Nevado del Ruiz.

Le volcan continue d’émettre de la vapeur d’eau et des gaz dans l’atmosphère, parmi lesquels se distingue le dioxyde de soufre (SO2), comme en témoignent les valeurs obtenues par les stations SCANDOAS installées dans la région du volcan et l’analyse d’images satellite. Au cours de la semaine, les portails NASA FIRMS et MIROVA ont signalé plusieurs anomalies thermiques de faible niveau d’énergie.

La colonne de gaz et de vapeur a atteint une hauteur maximale de 800 m, mesurée au sommet du volcan le 27 janvier. La direction de dispersion de la colonne était régie par la direction du vent dans la région, qui prédominait vers le Nord-Ouest du volcan.

Le volcan Nevado del Ruiz continue au niveau d’activité jaune.

Source : SGC

Photo : Cesar Rios.

 

Philippines , Mayon :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN MAYON , 03 février 2019 , 08:00 AM.

Le réseau de surveillance sismique du volcan Mayon a enregistré un (1) séisme volcanique au cours de la période d’observation de 24 heures. Une incandescence du cratère sommital pouvait être observée la nuit. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées en moyenne à 845 tonnes par jour le 1er février 2019. Les données de nivellement précises obtenues les 08-13 décembre 2018 indiquent une légère inflation de l’édifice par rapport au 22-31 octobre 2018. Les données continues d’inclinaison GPS et électronique indiquent une inflation prononcée des pentes  moyennes depuis juin 2018, probablement en raison d’une intrusion asismique du magma.


 

 

Le niveau d’alerte 2 prévaut actuellement sur le volcan Mayon. Cela signifie que le Mayon est à un niveau d’agitation modéré. Le DOST-PHIVOLCS rappelle au public que des explosions soudaines, des effondrements de lave, des courants de densité pyroclastiques ou PDC et des chutes de cendres peuvent toujours se produire et menacer des zones situées dans les pentes supérieures à moyennes du Mayon. Le DOST-PHIVOLCS recommande que pénétrer dans la zone de danger permanent (PDZ) de six kilomètres de rayon et dans une zone de danger étendue (ZDC) préventive de sept kilomètres de rayon dans le secteur Sud-Sud-Ouest à Est-Nord-Est, qui s’étend de Anoling, Camalig à Sta. Misericordia, Sto. Domingo soit strictement interdit. Les personnes résidant à proximité de ces zones dangereuses doivent également observer les précautions associées aux chutes de pierres, aux PDC et aux chutes de cendres. Il convient également d’éviter les canaux actifs de cours d’eau / rivières et ceux identifiés comme étant des zones à prédominance lahar persistante sur tous les secteurs du volcan, en particulier lors de conditions météorologiques extrêmes, en cas de précipitations abondantes et prolongées. Les autorités de l’aviation civile doivent conseiller aux pilotes d’éviter de voler à proximité du sommet du volcan, car des cendres et des débris balistiques aériens provenant d’explosions soudaines et des PDC pourraient présenter des risques pour les aéronefs.

Source : Phivolcs.

Photo : Omegashots

 

Indonésie , Karangetang :

Bref rapport sur l’observation des activités en cours du G. Karangetang , 3 février 2019

Le 2 février 2019, une observation visuelle des dernières activités du Karangetang depuis le village de Batubulan a été réalisée. Les observations ont été effectuées par Yudia et Didi (observateurs du volcan Karangetang). D’après les observations effectuées vers 10 h 45, la fin de l’avalanche et / ou de la coulée de lave vers la rivière Batuare a été observée aussi loin que 2 000 m depuis le cratère 2 (Nord) et les avalanches et / ou effondrements vers la rivière Melebuhe (au Nord-Est du cratère 2 et à l’Est de Kali Batuare) sont irrégulières.

L’avancée de l’avalanche observée jusqu’à la rivière Melebuhe se trouvait à 2500 m du cratère 2. Aux extrémités , une accumulation de matériaux volcaniques pourrait entraîner la formation de nuages ​​de chaleur. La distance entre la pointe de la lave dans la rivière Melebuhe jusqu’à la côte est d’environ 1000 m (1 km). Entre Kali Batuare et Kali Melebuhe, il y a un village appelée Niambangeng, Kampung Batubulan, avec environ 8 familles (~ 21 personnes: 9 hommes, 9 femmes et 3 enfants). Le PVMBG par le biais des observateurs du volcan a coordonné avec le BPBD, la police nationale et TNI la fermeture de la route allant de l’Ouest de la rivière Batuare à Kali Melebuhe. Pour le moment, la route alternative utilisée la voie de circulation Est.

Actuellement, le statut du Gunung Karangetang est de niveau III (SIAGA) avec les recommandations suivantes:
• Les communautés autour de la montagne Karangetang et les visiteurs / touristes ne doivent pas faire d’escalade ni d’ activité dans un rayon de 2,5 km autour du Kawah 2 (cratère Nord) et du cratère principal (cratère Sud) en direction du Nord-Est-Sud-Ouest et de 3 km au Nord-Ouest.

Vue sur l’avalanche de lave , le 2 février 2019 lk. 11h05 CET. L’avance de la lave du Karangetang menant à la rivière Malebuhe (camp de batubulan), a une distance de 2500m depuis le sommet et sa distance de la route est de 500m

• Les personnes vivant autour des rivières qui descendent du sommet du mont Karangetang doivent se préparer face à la menace potentielle de lahars et d’inondations soudaines pouvant se répandre jusqu’à la côte.
• Il est recommandé que la communauté autour du mont Karangetang prépare un masque pour le nez et la bouche afin d’anticiper le danger potentiel de perturbation des voies respiratoires en cas de pluie de cendres.

Source : PVMBG

Photos : Novryoz Takalamingan , PVMBG

 

Crise sismique à Mayotte :

Une activité sismique affecte l’île de Mayotte depuis le début du mois de mai 2018. Ces séismes forment un essaim avec des épicentres regroupés en mer, 30 à 60 km à l’Est de la côte de Mayotte. La grande majorité de ces séismes est de faible magnitude, mais plusieurs évènements de magnitude modérée (au maximum M5,9) ont été fortement ressentis par la population et ont endommagé certaines constructions. Depuis le mois de juillet l’activité sismique a diminué mais une sismicité persiste dont certains séismes ressentis. En janvier, le mois a été particulièrement actif avec notamment 21 séismes de Magnitude >4. En parallèle, les données des stations GPS du réseau Teria installées sur l’île de Mayotte, qui sont distribuées par le RGP de l’Institut Géographique
National (IGN), indiquent toujours depuis le mois de juillet un déplacement d’ensemble vers l’Est (d’environ 12 cm depuis juillet) et une subsidence (affaissement d’environ 5-10 cm suivant les sites depuis juillet  . Des calculs automatiques et journaliers ont été mis en place à l’OVPF (via le logiciel Gipsy) afin de suivre ces déformations, ainsi que la source à leur origine. Ainsi pour les 3 derniers mois, la source en « dépressurisation » à l’origine de ces déplacements pouvait être localisée à environ une trentaine de km à l’Est de Mayotte et à environ 35-45 km de profondeur  . Ceci suggère que des transferts de fluide dans la croûte se poursuivent toujours.



Point de situation du 30 janvier 00h00 (heure locale Mayotte) .
Nous avons dénombré depuis notre dernier point de situation du 10 janvier, 98 séismes de magnitude supérieure ou égale à 3.5 (soit en moyenne 5 par jour) dont 13 séismes de magnitude supérieure ou égale 4.0.
Depuis novembre 2018, nous pouvons constater que le niveau d’activité sismique est stable et constant en intensité et nombre d’évènements .
A noter qu’un séisme a également été détecté à 80 km au NO de Mamoudzou le 29 janvier 07h21 (M : 3.7).
13 séismes sur la période ont donc présenté une magnitude supérieure à 4.0 dont 2 détectés par l’USGS, mais nous dénombrons également 22 séismes d’une magnitude légèrement inférieure à ce seuil (autour de 3.8-3.9).

 

 

L’île de Mayotte fait partie de la chaîne volcanique de l’archipel des Comores. Le volcanisme y a débuté il y a environ 20 millions d’années, puis s’est propagé vers l’ouest, formant successivement les différentes îles de l’archipel, Mayotte, Anjouan, Mohéli, Grande Comore. Le volcanisme le plus récent se trouve sur Grande Comore, où le Karthala est un volcan très actif dont la dernière éruption remonte au 12-15 janvier 2007. Sur Mayotte, le volcanisme s’est prolongé, de façon moins active, jusqu’à l’époque actuelle, avec les datations les plus récentes remontant au Quaternaire (~4000 ans). Ce volcanisme et la sismicité modérée de cette zone sont interprétés de deux façons. Il s’agirait soit de l’effet d’un petit point chaud, soit d’une déformation lithosphèrique associée au système de rift est-africain.

Source : OVPF / BRGM

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search