21 Mars 2018. FR. Kilauea , Stromboli , Cumbal , Ruapehu .

Home / blog georges Vitton / 21 Mars 2018. FR. Kilauea , Stromboli , Cumbal , Ruapehu .

21 Mars 2018. FR. Kilauea , Stromboli , Cumbal , Ruapehu .

21 Mars 2018.

 

Kilauea , Hawaï :

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Sommet : 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE

Résumé de l’activité:
Les éruptions au sommet du volcan Kīlauea et dans la zone Est du Rift se poursuivent sans changements significatifs. La mesure de ce matin de la profondeur de la surface du lac de lave à l’intérieur de l’évent Overlook dans le cratère Halema’uma’u était de 32,5 m (~ 107 pi) sous le plancher de cratère adjacent. L’écoulement de lave de l’épisode 61g est actif, émettant des écoulements de surface sur les parties supérieures du champ d’écoulement et sur le Pulama pali. Ces coulées de lave ne représentent aucune menace pour les communautés  . La lave ne coule pas dans l’océan en ce moment. Les inclinomètres du sommet du Kīlauea et du Pu’u’Ō’ō enregistrent une inclinaison inflationniste progressive. Les faibles taux de déformation du sol et de sismicité continuent à travers le volcan.

Lorsque le niveau du lac de lave a été mesuré ce matin, la surface du lac se trouvait à 89 pieds (27 m) sous le bord du cratère Overlook. Avec le lac de lave à ce niveau, des éclaboussures sur la surface du lac ont pu être vues depuis le musée Jaggar dans le parc national des volcans d’Hawaï aujourd’hui.

 

Observations du Sommet:
La surface du lac de lave dans l’évent Overlook a atteint une profondeur, mesurée ce matin, de 32,5m (~ 107ft) en dessous du cratère Halema’uma’u adjacent. Accompagnant la baisse de la surface du lac de lave depuis la mesure d’hier, les inclinomètres du sommet ont enregistré une légère inclinaison déflationniste depuis hier après-midi. La sismicité dans la zone sommitale est dans les limites normales, avec des fluctuations de l’amplitude du tremor associées aux éclaboussures du lac de lave. Les taux élevés d’émission de dioxyde de soufre au sommet persistent.

Le petit bassin de lave sur le côté Ouest du cratère du Pu’u’Ō’ō .

 

Observations sur Pu’u’Ō’ō :
Bien que les taux aient ralenti depuis hier, les inclinomètres de Pu’u’Ō’ō ont continué d’enregistrer une inclinaison inflationniste graduelle au cours de la dernière journée. Les vues de la webcam sont obscurcies par les nuages, mais des sources des lueur à long terme dans le cratère du Pu’u’Ō’ō et d’un petit bassin de lave sur le côté Ouest du cratère semblent persister. Le taux d’émission de dioxyde de soufre provenant des évents de la zone du Rift Est a été stable au cours des derniers mois et reste significativement inférieur au taux d’émission du sommet.

Flux de surface sur les parties supérieures du champ de coulée de lave de l’épisode 61g , sur le Pulama pali.

Observations des coulées de lave:
Les images de la webcam montrent une activité de flux de surface continue sur les parties supérieures du champ de coulée de lave de l’épisode 61g et sur le Pulama pali. Aucune lave ne coule dans l’océan en ce moment. Les coulées de lave intérieures ne présentent aucune menace pour les communautés 

Source : HVO

Photos : HVO , Bruce Omori , David Ford .

 

 

Stromboli , Italie :

Stromboli: activité éruptive, 18 mars 2018

Le 18 mars, il y a eu une séquence explosive violente qui a impliqué les bouches placées sur la terrasse de cratère du volcan Stromboli. Une première explosion, survenue à 19h27 locales depuis les bouches de la zone Centre-Sud, a émis une colonne de cendres abondante mélangées à du matériel incandescent et de gros blocs de lave qui sont retombés dans la zone sommitale et le long de la Sciara del Fuoco. Les produits délivrés dépassaient une hauteur de 350 m au-dessus de la terrasse du cratère, comme en témoignent les caméras de vidéosurveillance de l’Observatoire Etneo de l’Institut National de Géophysique et de Volcanologie (INGV-OE). Environ 40 secondes après la première, une deuxième explosion s’est produite à partir des bouches situées dans la zone du cratère Nord, mais moins intense.

Dans ce cas, plus de cendres grossières et de matériel (lapilli et bombes) ont été émis et ont atteint une hauteur d’environ 100 m au-dessus de la bouche. Dans les deux explosions, un nuage de cendres a été généré qui s’est rapidement dispersé dans les zones Est du volcan. La durée de la séquence était d’environ 40 secondes. Des séquences explosives violentes, comme celle décrite, se sont également produites récemment: le 7 mars et le 26 juillet, le 23 octobre, le 1er novembre et le 1er décembre 2017. Ce sont des explosions plus violentes que celles de l’activité strombolienne ordinaire, au cours de laquelle du matériel grossier et des cendres sont émis, qui retombent dans la zone du sommet.. Ces événements, occasionnels et imprévisibles, interrompent brusquement l’activité Strombolienne ordinaire. Cependant, ils font partie de la phénoménologie volcanique typique de l’activité du sommet de Stromboli caractérisée par des explosions d’énergie variable. L’activité de Stromboli est surveillée en permanence par l’INGV à travers ses sections de Catane, Naples et Palerme.

Source : INGV

Photo : Nicola Tranquillo

 

Cumbal , Colombie :

Objet: Bulletin d’activité du volcan Cumbal.

Le niveau d’activité du volcan est maintenu au niveau:
NIVEAU JAUNE ■ (III): CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT DE L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE

Suite à l’activité du COMPLEXE VOLCANIQUE CUMBAL, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN informe que:

Pour la période du 13 au 19 mars 2018, l’activité sismique a enregistré une légère diminution  par rapport à la semaine précédente, avec une prédominance d’événements associés à la fracturation de matériaux solides à l’intérieur du volcan.. Les tremblements de terre de type fracturation étaient situés dans le voisinage du cratère Plazuela , dans le Nord-Est du complexe volcanique , avec des profondeurs allant jusqu’à 10 km par rapport à la partie supérieure (4700 m) et une  magnitude locale maximale de 0,3 degrés sur l’échelle de Richter.

Grace à des conditions climatiques favorables au sommet il a été possible d’observer les émissions de gaz à chaque jour de la période d’évaluation, provenant principalement des champs de fumerolles El Verde , dans le Nord-Est complexe volcanique  ; les colonnes d’émission ont été observées blanches, de faible hauteur et de direction de dispersion variable selon la direction du vent.

La Commission géologique colombienne continue de surveiller l’évolution du phénomène volcanique et continuera de faire rapport en temps opportun sur les changements détectés.

Source : Ingeominas

 

Ruapehu , Nouvelle Zélande :

BULLETIN D’ALERTE VOLCANIQUE: RUA – 2018/01
Le niveau d’alerte volcanique reste à 1
Le code couleur de l’aviation reste au vert

Un épisode de séismes volcaniques se produit sous le mont Ruapehu depuis le 15 mars. C’est une observation courante lors d’une phase de chauffage du lac de cratère (Te Wai-moe).
Depuis le 15 mars (heure locale en Nouvelle-Zélande), les volcanologues du GNS Science ont détecté une séquence continue d’événements sismiques sous le Mt Ruapehu qui peuvent être classés en séismes volcaniques. Ils ont des magnitudes relativement petites et ne peuvent pas être localisés par le système de détection de tremblement de terre automatique du GeoNet mais le modèle des enregistrements sismiques indique une source sous la zone de sommet. La distinction entre les tremblements de terre volcaniques et les tremors volcaniques est progressive et une séquence de séismes volcaniques discrets peut évoluer en un signal sismique plus continu qui serait alors appelé tremor volcanique. La température du lac de cratère (Te Wai-moe) se situe actuellement à 39 oC, ce qui est supérieur de 95% de la distribution à long terme des températures mesurées dans le lac (c.-à-d. de 39 ° C). Il a été à une température élevée depuis août 2017 (voir aussi RUA -2017/01).


Enregistrement sismique de Wahianoa montrant les petits tremblements de terre volcaniques

Vue aérienne du Mt Ruapehu du Sud-Ouest. (D. Townsend) VML 150292

Il n’est pas inhabituel d’observer des tremblements de terre volcaniques pendant les phases d’apport de chaleur accru dans le lac. Des épisodes similaires ont été observés en avril 2016 et en septembre 2017 mais n’ont pas entraîné d’augmentation des troubles volcaniques. Le niveau d’alerte volcanique reste donc à 1 et le code couleur de l’aviation à vert.
Le GNS Science continue de suivre de près le Mt Ruapehu et ses autres volcans actifs à travers le projet GeoNet.

Source : Geonet , Yannik Behr Duty Volcanologue
 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search