19 Mars 2018. FR. Ambae , Mayon , Nevados De Chillan , Satsuma-Lojima.

Home / Ambae / 19 Mars 2018. FR. Ambae , Mayon , Nevados De Chillan , Satsuma-Lojima.

19 Mars 2018. FR. Ambae , Mayon , Nevados De Chillan , Satsuma-Lojima.

19 Mars 2018.

 

Ambae , Archipel du Vanuatu :

15 ° 24’0 « S 167 ° 50’0 » E
Sommet 4908ft (1496m)
Actuel Niveau d’alerte du volcan du Vanuatu: Niveau 3

Le volcan d’Ambae , au Vanuatu , gronde à nouveau .

19 mars 2018. L’activité volcanique de l’île d’Ambae au Vanuatu a repris, avec des chutes de cendres fraîches signalées dans l’Ouest et le Sud de l’île. L’île entière a été évacuée à la fin de l’année dernière lorsque le volcan du centre de l’île est entré en éruption, recouvrant l’île de cendres, étouffant les récoltes et contaminant l’eau.
La population est revenue quand l’éruption s’est calmée après un mois, mais la nuit dernière, le niveau d’alerte du volcan a été relevé du niveau 2 au niveau 3 – ce qu’on appelle un «état d’éruption mineure». Melinda Aru du Département des aléas géographiques a déclaré que le volcan présentait une activité accrue et qu’une zone d’exclusion avait été étendue à trois kilomètres autour du lac de cratère.


«Nous avons reçu quelques rapports d’Ambae concernant des chutes de cendres à l’Ouest, au Sud-Ouest et au Nord-Ouest depuis la semaine dernière et jusqu’à hier, nous avons encore des rapports d’Ambae concernant les chutes de cendres. Melinda Aru a déclaré que la probabilité que l’éruption augmente au niveau observé en octobre est hautement improbable.

Le volcan Ambae est dans l’état mineur d’éruption; Son niveau d’alerte passe du niveau 2 au niveau 3.

L’éruption volcanique sur Ambae confinée à l’intérieur du lac Voui est stable au niveau d’alerte 3. Les analyses scientifiques confirment que l’activité actuelle est similaire à l’activité volcanique à la fin d’octobre 2017 mais avec des émissions plus importantes et soutenues de cendres volcaniques. La possibilité d’une activité croissante imminente est très faible. La zone de risque limitée est maintenant limitée à la zone de 3 km autour de l’évent actif.

Les observations de février et de mars 2018 confirment que l’activité se poursuit depuis le récent cône volcanique édifié (île). Le style de l’activité du volcan Ambae est explosif, semblable à ce qui est vu et vécu sur le Yasur sur l’île de Tanna. Les explosions sont accompagnées de cendres volcaniques et / ou de nuages ​​de gaz. Avec la taille actuelle du cône volcanique dans le lac Voui, les gens d’Ambae peuvent entendre des explosions, voir Des chutes de cendre  volcaniques mineures et / ou un panache de gaz et une incandescence sur la montagne la nuit.

Ces observations et l’analyse des données sismiques confirment que l’activité volcanique est au niveau de l’état d’éruption mineure. L’activité du volcan consiste en l’émission continue de cendres, de gaz et de bombes volcaniques qui peuvent retomber autour des bouches volcaniques.

Sur la base de sa légère activité sismique et de l’observation des émissions de gaz volcaniques et des panaches de vapeur sur la webcam, le niveau d’alerte volcanique (VAL) sur Ambae a été ramené au niveau 2 le 7 décembre 2017. L’activité actuelle montre les émissions de cendres et de gaz causant plus d’impact aux villages. Ceci est cohérent avec l’activité du niveau d’Alerte  3.  Le niveau 3 indique ‘éruption mineure; Le danger est maintenant à 3 km autour de l’évent volcanique et dans les zones exposées à la direction du vent ». La possibilité que l’activité du volcan d’Ambae augmente au niveau d’éruption modérée est très faible.

Source : Radio NZ, Geohazard.

Photo : David Sarginson.

 

Mayon , Philippines : 

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN MAYON , 19 mars 2018 , 08:00 A.M.

L’activité du Mayon au cours des dernières 24 heures a été caractérisée par une quiescence générale, un dégazage du cratère sommital et une coulée de lave entraînée par la gravité. De faibles émissions de panaches blancs chargés de vapeur dérivant vers le Sud-Ouest se sont produites tout au long de la journée. Des coulées de lave ont pu être observées la nuit  se déplaçant dans les ravins de Miisi, Bonga et Basud à moins de 3,3 km, 4,5 km et 1,9 km du cratère, respectivement. Un total de soixante-dix (70) événements de chutes de pierres ont été enregistrés par le réseau de surveillance sismique du Mayon. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées à une moyenne de 1895 tonnes / jour le 18 mars 2018. Un léger gonflement des flancs inférieurs à partir du 11 mars 2018 a été enregistré par inclinaison électronique, conformément aux résultats des relevés de nivellement précis du 03 au 06 mars 2018. Les données générales sur la déformation du sol indiquent que l’édifice est encore gonflé par rapport aux lignes de base antérieures à l’éruption.

Le niveau d’alerte 3 prévaut actuellement sur le volcan Mayon. Cela signifie que, bien que les troubles du Mayon se poursuivent, il y a moins de risques d’éruption explosive dangereuse. Le PHIVOLCS-DOST rappelle au public des explosions soudaines, des effondrements de lave, des courants de densité pyroclastiques (PDC) et des chutes de cendres peuvent encore se produire et menacer des zones dans les pentes supérieures à moyennes du Mayon. Le PHIVOLCS-DOST recommande que l’entrée dans la zone de danger permanent de six kilomètres et la zone de danger prolongée de sept kilomètres dans le secteur Sud-Sud-Ouest à Est-Nord-Est, s’étendant d’Anoling, Camalig à Sta. Misericordia, Sto. Domingo, soit  strictement interdite. Les personnes résidant à proximité de ces zones dangereuses sont également invitées à observer les précautions associées aux chutes de pierres, aux PDC et aux chutes de cendres. Les canaux fluviaux actifs et ceux qui sont éternellement identifiés comme des zones sujettes aux lahar dans les secteurs méridionaux et orientaux devraient également être évités, en particulier lorsque le temps est mauvais ou lorsque les précipitations sont abondantes et prolongées. Les autorités de l’aviation civile doivent conseiller aux pilotes d’éviter de voler à proximité du sommet du volcan car les cendres en suspension dans l’air et les fragments balistiques provenant des explosions soudaines et des PDC peuvent présenter des dangers pour les aéronefs.

Le PHIVOLCS-DOST surveille de près l’activité du Mayon et tout nouveau développement important sera immédiatement communiqué à toutes les parties prenantes.

Source : Phivolcs

 

Nevados de Chillan , Chili :

Au cours de cette période, soixante-quinze (75) séismes classés en événements volcano-tectoniques (VT) ont été enregistrés, liés à des processus de fracturation de matériaux rigides, avec une amplitude locale maximale (ML) de 2,4. Le tremblement de terre le plus puissant se situait à 4,2 km au Sud-Est (SE) du cratère actif, à une profondeur de 2,5 km.
De même, quatre mille neuf cent trente (4030) séismes associés à la dynamique des fluides à l’intérieur du bâtiment volcanique ont été enregistrés, dont deux mille huit cent vingt-trois (2823) ont été classés comme des événements de type longue période (LP), avec une valeur de déplacement réduit (DRC) maximale de 177,7 cm2. De même, mille deux cent seize événements de type tremor (TR) ont été enregistrés, le plus grand d’entre eux avec une durée d’environ 2 minutes et un déplacement maximal moyen réduit de 285,2 cm2.
Entre le 1er et le 15 mars, un total de huit cent (800) explosions ont été rapportées, principalement associées à des gaz magmatiques et / ou à l’enregistrement de signaux acoustiques captés par le réseau de microphones installés près du volcan, qui ont présenté une pression maximale de 0,4 Paà 1 km de distance , durant la plus forte explosion enregistrée.

Les images obtenues à travers les caméras installées à proximité du complexe volcanique, ont montré principalement des émissions de gaz associées aux explosions, provenant des cratères actuellement actifs avec des hauteurs de colonne inférieures à 1300 m par rapport au niveau du cratère. De plus, la nuit, les caméras ont enregistré une incandescence sporadique associée à certaines explosions et / ou à une augmentation des émissions de gaz provenant du cratère actif.

Dans le but de relever des informations sur la croissance du dôme situé dans le cratère actif, le Sernageomin , avec la collaboration de l’Onemi , à réalisé un survol le 12 Mars, durant lequel il a été possible de mesurer une température maximale de 330°C sur le dôme G. Cruz, et noter une augmentation de son volume extrudé , lequel atteint un volume d’environ 100 000 m3, avec une hauteur supérieure au bord inférieur du cratère. On note une persistance de l’extrusion quasi uniforme de l’ordre de 0,017 m3/s , en concordance avec l’énergie sismique libérée. Enfin , on note des changements morphologiques de la superficie du dôme, avec la présence de lignes de fractures et la formation de blocs.

La déformation enregistrée pendant cette période continue d’être de très faible amplitude.
– les émissions de dioxyde de dioxyde de soufre (S02) enregistrées par l’appareil de spectrométrie par absorption différentielle (DOAS) sont à des niveaux faibles, compatibles avec la présence d’un dôme de lave. De plus, aucune émission de S02 n’a été signalée à l’atmosphère dans le secteur du complexe volcanique, tel que publié par le Groupe de dioxyde de soufre , instrument de surveillance de l’ozone (OMI) (http://so2.gsfc.nasa.gov/) et Service national de données et d’informations sur les satellites de l’environnement (NESDIS) (http://satepsanoine.nesdis.noaa.gov).
Aucune alerte thermique en fonction des données traitées par infrarouge moyen d’observation de l’activité volcanique (Mirova) (http://www.mirovaweb.it/) n’ont été signalées .

Compte tenu du scénario , un effondrement partiel ou total du dôme accompagné de dépressurisation du corps magmatiques et la génération d’explosions Vulcaniennes , des processus volcaniques peuvent être déclenchés avec des projections balistiques et la génération d’écoulements pyroclastiques dans les secteurs proches du volcan. De plus, il est possible que se forme une colonne éruptive plus petite, qui pourrait générer une dispersion pyroclastique avec une préférence vers l’Est et vers le secteur de la vallée de Las Trancas  . Enfin, les vallées de la rivière Gato, de la rivière Las Minas et de la rivière Nubie peuvent être affectées par des lahars de faible volume. Ce scénario est sujet à des mises à jour en fonction de l’évolution du processus éruptif.
Dans ce contexte, le développement de la sismicité volcanique et de ses caractéristiques, ainsi que d’autres paramètres de surveillance, accompagnés des observations aériennes visuelles permanentes pour contrôler la croissance du dôme, permettront de diagnostiquer l’évolution du processus. Pour cette raison, une attention particulière et une alerte technique volcanique sont maintenues au niveau:
NIVEAU JAUNE: Changements dans le comportement de l’activité volcanique – Temps probable pour une éruption: SEMAINES / MOIS.
Observation: La zone d’affectation potentielle correspond à 4 km autour du cratère actif, ajouté aux vallées du Gato, la rivière Las Minas et le haut de la rivière Nubie, située vers le nord-est (NE) du bâtiment volcanique actif. Dans l’état actuel, ces canaux peuvent être affectés par des lahars de faible volume.

Source : Sernageomin.

 

Satsuma-Lojima , Japon :

L’agence météorologique a relevé le niveau d’alerte volcanique lundi pour l’île de Satsuma-Iojima dans la préfecture de Kagoshima, au sud-ouest du Japon, citant une augmentation des séismes volcaniques.
L’Agence météorologique japonaise a relevé le niveau d’alerte du volcan de 1 à 2 sur une échelle de 5, mettant en garde contre l’approche du cratère. Elle avait auparavant informé les gens que le volcan était actif.
L’agence a averti que les zones à moins d’un kilomètre du cratère pourraient être affectées par des retombées de roches si une éruption se produisait.
L’ agence a observé des secousses volcaniques sur l’île 12 fois le jeudi et 51 fois à 11h30 lundi. Ce nombre a augmenté depuis la mi-février, a elle dit.
Vendredi, l’agence a également confirmé un type de tremor qui indique l’activité du magma souterrain.

 

Le Kikai est une caldeira de 19 km de large principalement submergée près de l’extrémité nord des îles Ryukyu au sud de Kyushu. Kikai a été la source de l’une des plus grandes éruptions holocènes du monde il y a environ 6300 ans. Des coulées pyroclastiques rhyolitiques ont traversé la mer sur une distance totale de 100 km jusqu’au sud de Kyushu, et des chutes de cendres ont atteint l’île japonaise de Hokkaido. L’éruption a dévasté le sud et le centre de Kyushu, qui est resté inhabité pendant plusieurs siècles. Les éruptions post-caldeira ont formé le dôme de lave d’Iodake et le cône de scorie d’Inamuradake, ainsi que des dômes de lave sous-marins. Des éruptions historiques ont eu lieu au 20ème siècle à ou près de Satsuma-Iojima (également connu sous le nom de Tokara-Iojima), une petite île de 3 x 6 km faisant partie de la caldeira au Nord-Ouest. Le Showa-Iojima , dôme de lave (également connu sous le nom de Iojima-Shinto), une petite île située à 2 km à l’est de Tokara-Iojima, s’est formé lors des éruptions sous-marines en 1934 et 1935. Des éruptions explosives légères à modérées se sont produites au cours des dernières décennies depuis Iodake, un dôme de lave rhyolitique à l’extrémité est de Tokara-Iojima.

 

Sources : Kyodo news , GVP

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search