13 Janvier 2018. FR. Kadovar , Cleveland , Sierra Negra , Pacaya .

Home / Alaska / 13 Janvier 2018. FR. Kadovar , Cleveland , Sierra Negra , Pacaya .

13 Janvier 2018. FR. Kadovar , Cleveland , Sierra Negra , Pacaya .

13 Janvier 2018.

 

 

Kadovar , Papouasie Nouvelle Guinée :

Récit de Brandon Buser.

C’est le vendredi 5 janvier que la fumée a commencé à sortir d’une ouverture du côté Sud-Est. Grâce à Dieu , la majeure partie de la population réside du côté Nord-Ouest. Cette fumée a été vue par un village sur le continent et ils ont envoyé deux bateaux pour aider les insulaires. Biem a également envoyé un bateau pour aider. Ces trois plates-formes, ainsi que de nombreuses pirogues, ont commencé à déplacer toute la population vers l’île de Ruprup située à 10 km. On nous a dit qu’à la fin de la journée, toute la population avait été transférée à Ruprup, et le moment n’aurait pas pu être mieux choisi, car plus tard dans la nuit, vers minuit, la montagne a explosé violemment.

Le samedi 6 janvier, mon collègue Thomas Depner, Greg Kibai, le chef du Biem, et moi-même, avons sauté sur notre bateau pour faire le voyage à Kadowar et à Biem. Malgré une mauvaise visibilité, nous pouvions voir la fumée et la cendre de Kadowar à 40 miles de là. À environ  15 milles nous avons commencé à sentir la cendre qui nous tombait dessus. Nous avons navigué jusqu’à quelques centaines de mètres et commencé à voir à quel point les choses étaient devenues violentes. Après quelques minutes nous avons tourné autour de l’île sur le côté où se trouvait le village (voir la carte ci-dessous … les parties en vert sont rapides , le violet est lent) pour voir s’il y avait des habitants, mais il ne restait plus que quelques pirogues abandonnées sur le rivage rocheux.

Nous avons ensuite rebroussé chemin avec l’intention de nous diriger vers Biem quand l’activité du volcan a brusquement augmenté . Un énorme pilier de fumée a déferlé sur des centaines de mètres dans l’air et de gros rochers ont commencé à tomber directement dans l’océan … nous sommes sortis précipitamment de la zone (voir la traînée verte fluorescente sur la carte  ). À une distance sécuritaire, nous nous sommes arrêtés et avons continué à documenter l’événement. Peu de temps après, nous avons rencontré l’un des bateaux du continent qui rentrait de Ruprup et ils nous ont communiqué les détails de l’évacuation. De là, nous avons continué sur l’île de Biem.

 

Le lundi 8 janvier, nous avons quitté Biem pour le retour vers la ville de Wewak sur le continent. Nous nous sommes arrêtés de nouveau à Kadowar et avons documenté l’éruption continue du volcan, mais cette fois il a semblé avoir trouvé deux nouvelles sorties d’où il était en éruption. Nous avons tourné autour pour évaluer le village et voir quelles structures étaient encore debout … les cendres couvraient tout ce que nous pouvions voir (bien que les éruptions soient plus du côté opposé de l’île, les forts vents saisonniers soufflent les cendres et les débris directement sur l’emplacement du village). Nous avons continué à essayer de passer sous le nuage de cendres pour avoir des zones plus claires de l’autre côté … c’était une erreur car nous étions couverts de cendres tombantes.

Le statut actuel de Kadowar est qu’il est complètement inhabitable, sans aucune perspective quant à l’avenir des insulaires de Kadowar et où ils résideront. L’île continue d’exploser et la puissance de l’évènement semble juste augmenter. Qu’est-ce que tout cela signifie pour Biem, eh bien, nous ne savons pas. Une chose intéressante est que ces dernières années, les deux îles voisines de Biem (Manam et Kadowar) sont entrées en éruption. Nous ne sommes pas sûrs si cette activité va bénéficier ou mettre en danger Biem, mais il y a des discussions au niveau du gouvernement d’évacuer les îles pour anticiper l’activité des failles. Cependant, une chose dont nous sommes certains, c’est que ces choses sont entre les mains de notre bon Dieu. Merci pour vos prières continues pour les îles et les gens qui appellent ces endroits leurs maisons.

 Source et Photos : Brandon Buser . https://us4.campaign-archive.com/?u=0391e5b77b3ec8dc327e96e6d&id=062c8e36be

Merci à Sherine France.

 

 

Cleveland , Alaska :

52 ° 49’20 « N 169 ° 56’42 » W,
Sommet : 5676 pieds (1730 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE

 

Des températures de surface modérément élevées ont été observées dans les données satellitaires le vendredi 5 janvier dernier, mais aucune autre activité n’a été notée dans l’imagerie satellitaire, . De nombreuses vues satellitaires ont été obscurcies par un temps nuageux. Aucune activité significative n’a été observée dans les données sismiques ou infrasonores au cours de la dernière semaine. Des températures de surface élevées peuvent indiquer un effusion de lave de faible niveau ou un refroidissement de la lave récemment émise par l’évent du sommet. La dernière petite explosion survenue sur le Cleveland a eu lieu le 17 décembre, ce qui a peut-être permis à l’évent de faire place à de la nouvelle lave dans le cratère.

Le volcan Cleveland est surveillé avec un réseau sismique en temps réel limité, ce qui inhibe la capacité de l’AVO à détecter les troubles précurseurs pouvant mener à une éruption explosive. La détection rapide d’une éruption produisant des cendres peut être possible en utilisant une combinaison de données sismiques, d’infrasons, d’éclairs et de données satellitaires.

Source : AVO

 

Sierra Negra , Galápagos , Equateur :

Description de l’état d’agitation interne et des scénarios éruptifs possibles.

RÉSUMÉ:

Le volcan Sierra Negra est situé sur l’île Isabela (Galápagos) et a enregistré ces dernières semaines une nette augmentation de son activité caractérisée par: 1) une activité sismique plus importante et 2) une élévation continue du sol de sa caldeira (voir Rapport spécial n ° 3 décembre 22, 2017). Au cours des derniers jours, des séismes d’une magnitude allant jusqu’à 4,1 ML ont été détectés, avec un épicentre à l’intérieur de la caldeira. Certains de ces tremblements de terre ont été ressentis dans le voisinage du volcan. Cette augmentation de l’activité est interprétée comme un état d’agitation interne associé à une intrusion de magma à l’intérieur du volcan, à des profondeurs relativement faibles (quelques kilomètres sous la caldeira). À l’heure actuelle, aucun phénomène anormal observé à la surface n’a été signalé. Les chances d’une éruption à court terme sur le volcan (jours à semaines) ont augmenté.

 

Fig. 1: Localisation du volcan Sierra Negra dans les îles Galapagos.

INTRODUCTION
Le volcan Sierra Negra est l’un des plus grands volcans des îles Galapagos et se caractérise par une caldeira ovale de 9 km dans la direction Est-Ouest et de 7 km dans la direction Nord-Sud (figure 2). Ce volcan a produit au moins 10 éruptions à l’époque historique, avec une période de repos moyenne de 15 ans entre chaque épisode éruptif. Ses deux dernières éruptions ont eu lieu dans les années 1979 et 2005 (figure 2).

 

Fig. 2: La caldeira Sierra Negra avec l’emplacement des fissures éruptives de l’année 2005 (ligne blanche interrompue au Nord de la caldeira). La zone couverte par les laves en 2005 (zone orange, tirée de Geist et al., 2005) est également montrée.

Dans les deux cas, le produit principal était de grandes coulées de lave très fluides (faible viscosité), qui étaient émises par des fissures situées dans la partie Nord de la caldeira (figure 2). Au cours de l’éruption de 1979, les laves ont coulé au Nord du volcan jusqu’à la mer dans la baie Elizabeth, et on estime que son volume total était proche de 1 km³ (soit un milliard de m³). Cette éruption a duré environ deux mois. En revanche, lors de l’éruption de 2005, l’emplacement de la fissure d’émission a provoqué le déversement de la plupart des laves  dans la caldeira et seule une petite fraction a coulé au Nord du volcan; On estime que le volume total était de 0,15 km³ (soit 150 millions de m³), ​​qui a été délivré en 9 jours. Dans aucune éruption récente, les coulées de lave ont coulé vers le Sud ou le Sud-Est du volcan, c’est-à-dire vers Puerto Villamil ou d’autres zones habitées de l’île Isabela. Enfin, en plus de la lave, les éruptions du volcan Sierra Negra produisent également des chutes de cendres. En 1979, des chutes de cendres ont été signalées dans les zones Est et Sud de la caldeira, causant des dommages importants dans les secteurs qui étaient alors peuplés.
Le volcan « Chico », site touristique bien connu de l’île Isabela, se trouve dans la partie Nord-Est de la caldeira, et correspond aux évents éruptifs qui se sont formés lors de l’éruption de 1979.

 

Fig. 3: a: La caldera Sierra Negra avec le tracé de la route (ligne orange) utilisé par les visiteurs pour atteindre le site touristique connu sous le nom de volcan Chico  (dernier drapeau au nord). b: Panorama de la caldera Sierra Negra à partir du bord Est.

ACTIVITÉ SISMIQUE RÉCENTE:
Depuis la publication du dernier rapport (6 janvier 2018), il a continué d’être observé une augmentation de l’activité sismique sur le volcan Sierra Negra, atteignant dans les dernières semaines et les derniers jours même plus de 100 séismes quotidiens (figure 4).

 

Fig. 4: Nombre total de séismes quotidiens enregistrés dans le volcan Sierra Negra au cours de la dernière année.

En particulier, depuis le 1er janvier 2018, 398 séismes ont été détectés, dont la plupart sont de type voltano-tectonique « VT » (liés à la fracturation des corps rocheux), avec la survenue de 8 tremblements de terre d’une magnitude supérieure à 2,8 ML entre le 1er et le 11 janvier 2018. Plusieurs de ces tremblements de terre ont été ressentis par la population dans la partie haute du volcan, en particulier une magnitude de 4,1 ML, 10 décembre à 10h01 (heure locale des Galápagos), selon le rapport de l’ingénieur Oscar Carvajal de la Direction technique opérationnelle d’Isabela du Parc national des Galapagos. La plupart de ces événements ont été localisés autour de la caldeira (figure 5).

 

Fig. 5: Les tremblements de terre qui se sont produits aux Galapagos en janvier 2018. On notera la grande accumulation d’événements dans la région du volcan Sierra Negra.

MESURES DE DÉFORMATION
La déformation de la surface survenue sur le volcan Sierra Negra a été détectée par interférométrie par satellite radar (InSAR), grâce à notre coopération avec l’École des sciences de l’atmosphère et de la mer de l’Université de Miami. Les mesures obtenues montrent une inflation rapide (soulèvement) du plancher de la caldeira du volcan Sierra Negra. Depuis le début de 2017, 98 cm d’altitude ont été mesurés, ce qui coïncide avec l’augmentation du nombre de séismes enregistrés (figure 6).
À plus long terme, depuis la dernière éruption en 2005, le volcan Sierra Negra a connu une élévation permanente du plancher de la caldeira, avec plusieurs épisodes de soulèvement accéléré, totalisant près de 6 mètres (figure 7). Le niveau actuel de soulèvement est déjà supérieur à celui atteint avant l’éruption de 2005 (Fig. 7).

Fig. 6: La ligne orange correspond aux séismes VT accumulés et les points bleus à l’élévation du plancher de la caldeira accumulés depuis le début de 2015. On peut remarquer qu’à partir de la fin de 2017 les deux lignes deviennent plus inclinées, ce qui signifie que les accumulations ont augmenté.

 

Fig. 7: Elévation du plancher de la caldeira de 2002 à la fin de 2017. Notez l’élévation accélérée observée en 2005 avant l’éruption. Après cela, le fond de la caldeira s’enfonce rapidement et commence à remonter, avec des périodes de vitesse de levage plus élevée et plus faible au fil des ans. Depuis la fin de 2017, une nouvelle période d’élévation accélérée a été observée. Le niveau actuel de soulèvement est plus élevé que lors de l’éruption de 2005.

PERSPECTIVES
L’augmentation récente du nombre et de l’ampleur des séismes enregistrés, ainsi que de leurs épicentres situés dans la zone de la caldeira , ajouté à la remontée accélérée du sol  , indiquent que le volcan est dans une phase de tourmente interne. Les évidences observées sont interprétées comme étant associées à l’occurrence actuelle d’une intrusion de magma qui s’accumule à l’intérieur du volcan. De même, le niveau d’agitation interne enregistré implique que les probabilités à court terme (jours à semaines) de la survenue d’une éruption sur le volcan Sierra Negra ont augmenté par rapport aux semaines passées. Cependant, il est tout aussi probable que cette agitation soit similaire à d’autres qui se sont produites au cours des années passées et qui n’ont conduit à aucune phase éruptive.
En tout cas, étant donné que le processus actuel d’agitation pourrait s’accélérer et conduire à une éruption très rapidement (heures ou jours), dans ce cas la sécurité des visiteurs dans la zone du volcan serait menacée. Par conséquent, il est recommandé que les autorités compétentes prennent les mesures nécessaires pour que les visiteurs restent loin de la zone du volcan Chico, tant que les conditions d’activité actuelles sont maintenues.

SCÉNARIOS D’ACTIVITÉS FUTURES POSSIBLES

Pour l’instant, en cas d’éruption sur le volcan Sierra Negra, les scénarios suivants sont considérés comme possibles:

ERUPTION PETITE À MODÉRÉE SUR LE FLANC NORD. Ce cas est similaire ou inférieur à l’éruption de 2005, qui a émis 150 millions de mètres cubes de lave. L’éruption commence par une forte émission de vapeur, de gaz et de cendres, qui pourrait former un nuage pouvant atteindre 10-15 km et être ensuite transporté par le vent. De plus, une ou plusieurs fractures se formeraient sur le flanc Nord, d’où s’écouleraient des coulées de lave vigoureuses et fluides qui se déverseraient sur le flanc Nord. Exceptionnellement, les coulées de lave atteindraient la mer, ou pourraient également se déverser à l’intérieur de la caldeira, en fonction de l’emplacement précis des fractures. L’éruption peut durer jusqu’à environ 10 jours (une ou deux semaines). En cas d’éruption, ce scénario est considéré comme le plus probable.
ERUPTION MODÉRÉE À GRANDE SUR LE FLANC NORD. Ce cas est similaire ou plus petit que l’éruption de 1979, qui a émis près de 1000 millions de mètres cubes de lave. L’éruption commence par une forte émission de vapeur, de gaz et de cendres, qui pourrait former un nuage pouvant atteindre 10-15 km. Une ou plusieurs fractures se formeraient sur le flanc nord, d’où s’écouleraient des coulées de lave très vigoureuses et fluides qui se déverseraient sur le flanc Nord. Les débits atteindraient rapidement la mer, ou pourraient également se déverser à l’intérieur de la chaudière, en fonction de l’emplacement précis des fractures. L’éruption peut durer jusqu’à 50 jours (1 ou 2 mois). En cas d’éruption, ce scénario est considéré comme le moins probable.
ERUPTION SUR LE FLANC SUD. Ce scénario pourrait être similaire à l’un des deux précédents, mais le site d’émission serait situé sur le flanc Sud du volcan et les laves couleraient au Sud de la caldeira, incluant éventuellement la population de Puerto Villamil et d’autres plus petites sur le même flanc. Un scénario de ce genre n’a pas eu lieu au cours des cent à plusieurs milliers d’années, il est donc considéré comme très improbable.

Source : PM, DA, PR , Instituto Geofísico , Escuela Politécnica Nacional.

 

Pacaya , Guatemala :

Type d’activité: Strombolienne
Morphologie: Stratovolcan composite
Situation géographique: 14 ° 22’50˝Latitude N; 90 ° 36’00˝Longitude W.
Hauteur: 2,552msnm.
Conditions météo: Claires
Vent: Nord.
Précipitations: 0.0 mm.

Activité:
Présence d’une activité strombolienne dans le cratère sous forme faible, expulsant le matériel volcanique à 30 et 50 mètres de haut, qui se dépose dans et autour du cratère Mackenney, La nuit, l’incandescence est forte, la station sismique PCG enregistre le tremor interne (vibration) produit par le dégazage, l’élévation constante du magma et les petites explosions.

Source : Insivumeh

 

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search