19 Novembre 2017. FR. Planchon Peteroa , Ticsani , Dukono , Fuego , Champs Phlégréens .

Home / blog georges Vitton / 19 Novembre 2017. FR. Planchon Peteroa , Ticsani , Dukono , Fuego , Champs Phlégréens .

19 Novembre 2017. FR. Planchon Peteroa , Ticsani , Dukono , Fuego , Champs Phlégréens .

19 Novembre 2017.

 

Planchon Peteroa , Chili :

Complexe Volcanique de Planchôn – Peteroa:

Dans la première quinzaine , ont été enregistrés vingt-deux événements liés à des processus de fracturation de matériau rigide appelé volcano-tectonique (VT), avec une magnitude maximale locale (ML) de 3,5. Les emplacements des tremblements de terre ont été concentrés principalement sous le bâtiment volcanique à des profondeurs comprises entre 3,5 et 7 km. Le tremblement de terre le plus puissant a été localisé à 5,3 km à l’Est  du cratère principal, à une profondeur de 7,5 km.
En ce qui concerne les événements liés à la dynamique des fluides, mille soixante-treize événements de type longue période (LP) à  avec une valeur de déplacement maximale réduit (DRC) de 3,9 cm2 ont été classés , ce qui est considéré comme faible, tandis que les fréquences dominantes ont été maintenues entre 1,0 et 1,7 Hz principalement.
Pendant la journée du mardi 14 Novembre un épisode de tremor spasmodique a été enregistré, d’une durée approximative de 30 minutes, qui a atteint une petite valeur de déplacement (RDC) de 3,9 cm2, (REAV_20171114_1630_Peteroa). Il est souligné qu’en raison de la nébulosité, le sommet du complexe volcanique n’a pas pu être observé au moment de l’enregistrement de l’épisode de tremor.


Les images webcam ont montré la présence de petits dégazages de peu d’énergie , blanchâtre, dont les hauteurs ne dépassaient pas 50 m au-dessus des cratères actifs du complexe.
A partir des données obtenues par deux (2) stations GNSS, qui mesurent la déformation dans le complexe volcanique, aucune variation significative n’a été observée. D’autre part, les données fournies par un (1) inclinomètre électronique, installé dans le complexe, ne montrent aucun changement lié à l’activité interne du volcan.
Aucune anomalie n’a été signalé dans les émissions de dioxyde de soufre (S02) à l’atmosphère dans le secteur du complexe volcanique, selon les données obtenues par l’instrument de surveillance de l’ozone (OMI) Groupe dioxyde de soufre  (http: //so2.gsfc.nasa .gov /) et le Service national de l’environnement, des données et des satellites (NESDIS) (http://satepsanone.nesdis.noaa.gov).
Aucune alerte thermique n’a été signalée dans la zone associée au complexe volcanique selon les données publiées par le Middle Observation InfraRed de l’activité volcanique (Mirova) sur son site Internet (http://www.mirovaweb.it/).

Pendant la période évaluée, il persiste l’enregistrement d’une activité sismique localisée autour des cratères actifs , à des niveaux peu profonds , sans montrer une activité émissive en surface. Dans ce scénario qui  suggère l’existence d’un conflit entre le système magmatique et hydrothermal  l’épisode de tremor spasmodique enregistré acquière une importance qualitative et pourrait indiquer le transit de fluides entre les deux systèmes , permettant une plus grande interaction entre eux, la possibilité d’un déséquilibre vers un état d’instabilité avec des émissions de cendres et / ou  une activité phréatique de plus grande énergie qui pourrait affecter la zone des cratères actifs . Pour tout ceci , est considéré comme zone de danger la zone comprise dans un rayon de 1 km autour des cratères actifs et il est recommandé d’en restreindre l’accès.

Le niveau d’alerte volcanique se maintient au niveau Amarillo. Changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Source : Sernageomin

 

Ticsani , Perou :

Surveillance Sismo – volcanique :
 Les niveaux d’activité sismique pendant cette période sont restés dans les limites des paramètres normaux. En général, l’activité dominante était liée à des événements de type fracture ou VT. Cette sismicité pouvait également être observée sous la forme d’un essaim (groupe de tremblements de terre dans une certaine période de temps).
 Les tremblements de terre VTP (Volcano-Tectonic Proximal), liés à des ruptures de roche enregistrées à moins de 6 km du volcan, ont montré une augmentation de 36% par rapport à la période précédente. En moyenne, 14 VTP ont été enregistrés par jour. Cette augmentation du nombre de séismes est directement liée à la présence d’un essaim sismique de 133 événements, enregistré le 14 de ce mois .
 Les tremblements de terre VTD (séismes volcano-tectoniques distaux) ont été observés en petit nombre. Leur taux d’activité moyen était de 5 VTD par jour

Localisation des événements :
Le calcul des paramètres hypocentraux pour 23 tremblements de terre de type fracture a été effectué. Comme c’est caractéristique dans ce domaine, la sismicité est superficielle . A cette occasion, des séismes atteignant 14 km de profondeur par rapport à la surface ont été observés. La distribution spatiale de ces événements nous a montré un petit amas à 15 km au Sud-Est du volcan Ticsani et quelques tremblements de terre près du récent dôme de ce volcan. Les séismes localisés ont atteint des amplitudes ne dépassant pas 3,1 ML (Magnitude locale).

Surveillance par satellite:
Anomalies du SO2: Le système satellites GSDM-NASA « EOS Aura » (http://so2.gsfc.nasa.gov/) a enregistré de faibles valeurs de densité de gaz SO2 au cours de cette période.
Anomalies thermiques: Le système MIROVA (www.mirovaweb.it) n’a pas détecté d’anomalies thermiques sur le volcan Ticsani (VPR = 0 mégawatts).

Conclusions:
 L’activité sismo – volcanique dans la région du Ticsani maintient de faibles niveaux. Les tremblements de terre prédominants dans cette région sont liés à la fracture des roches dans le voisinage du volcan.
 Les séismes VTP ont montré une augmentation de leur fréquence journalière d’occurrence (14 VTP par jour). Un essaim de séismes de type fracture proximale a également été observé le 14 novembre. La sismicité VTD continue à présenter de faibles niveaux de son taux de sismicité quotidien.
 En ce qui concerne la distribution spatiale des tremblements de terre de fracture, nous continuons à observer un groupe de tremblements de terre à 15 km au Sud-Est du Ticsani et autant d’autres séismes proximaux.

Tout changement sera informé en temps opportun .

Source : IGP

Dukono , Indonésie :

Niveau d’activité de niveau II (WASPADA). Le Dukono (1229 m au-dessus du niveau de la mer) présente une éruption continue. Depuis hier jusqu’à ce matin le volcan a été visuellement observé  clair jusqu’à l’apparition du brouillard. Le vent soufflait faiblement vers l’Est. Grâce à l’enregistrement sismographique , il a été noté 3 Eruption / émissions et  un Tremor constamment enregistré avec une amplitude de 0,5 à 8,0 mm (dominante 2 mm). Visuellement  , les colonnes épaisses d’éruption sont de couleur gris-blanc, la pression de vapeur atteint constamment une altitude de 300-500 m au-dessus du pic. Il a été noté un faible rugissement depuis le Dukono Post qui se trouve à 10 km au Nord du sommet.

Recommandations: Les communautés autour du G. Dukono et les visiteurs / touristes ne doivent pas bouger, grimper et approcher du cratère Malupang Warirang dans un rayon de 2 km.

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Délivré: 17 Novembre 2017 
Volcan: Dukono (268010)
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE
Code couleur aviation précédent: orange
Source: Observatoire du volcan Dukono
Numéro de l’avis: 2017DUK318
Localisation du volcan  : N 01 deg 41 min 35 sec E 127 deg 53 min 38 sec
Région: Maluku du Nord, Indonésie
Altitude du sommet: 3933 FT (1229 M)

Résumé de l’activité volcanique:
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 21h14 UTC (06h14 local).

Hauteur du nuage volcanique:
La meilleure estimation du sommet des nuages de cendres est d’environ 4893 FT (1529 M) au-dessus du niveau de la mer, peut être supérieure à ce qui peut être observé clairement. Source de données de hauteur: observateur au sol.

Autres informations sur le nuage volcanique:
Nuage de cendres se déplaçant vers l’Est

Remarques:
L’éruption et les émissions de cendres se poursuivent.

Source : VSI / Magma.

Photo : Sylvain Chermette / http://80joursvoyages.com/

 

Fuego , Guatemala :

Type d’activité: Vulcanienne
Morphologie: stratovolcan composite
Situation géographique: 14 ° 28’54˝ Latitude N; 90 ° 52’54˝ Longitude W.
Altitude: 3,763msnm.
Conditions météo : Claires
Vent: nord-est 4 km / h
Précipitations: 0.0 mm.

Activité:
Persistance d’une fumerolle blanche , faible , à une hauteur approximative de 4 700 mètres carrés (15 420 pieds) qui est dispersée vers le Sud et le Sud-Ouest. L’ OBVFGO signale une moyenne de 8 à 12 explosions par heure, avec des caractéristiques faibles à modérées, ce qui crée des colonnes de cendres grises qui atteignent une hauteur d’environ 4.500 à 4.700 mètres (14,764 à 15,420 pieds) qui se dispersent sur 14 km vers le Sud , le Sud-Ouest et l’Ouest. Des pulsations incandescentes atteignant une hauteur de 100-150 mètres au-dessus du cratère, provoquent des avalanches faibles à modérées sur le contour du cratère. Des chutes de cendres sont notées dans les communautés telles que: Morelia, Santa Sofia, San Ándres Osuna, La Rochela, Ceylan, Finca Palo Verde, Panimaché I et II, entre autres.

Source : Insivumeh

 

Champs Phlégréens , Italie :

Regard  à l’intérieur d’un volcan italien actif :

16 NOVEMBRE 2017. Le cratère italien de la Solfatara se trouve dans la caldeira des Champs Phlégréens, près de Naples . La caldeira des Champs Phlégréens est située à l’intérieur de la zone métropolitaine de Naples, et c’est l’un des plus grands systèmes volcaniques sur Terre. Cette caldeira présente actuellement des troubles volcaniques importants, principalement situés autour du cratère de la Solfatara. Les bassins de boue et les fumerolles sulfureuses et bouillantes du cratère indiquent une activité volcanique intense, que beaucoup de scientifiques considèrent comme une menace potentielle sérieuse pour les quelque 3 millions d’habitants de cette région.

Les scientifiques ont longtemps lutté pour suivre l’activité de la Solfatara parce que les interactions entre les gaz dans le magma, l’eau et la vapeur à l’intérieur des volcans sont encore mal comprises. Maintenant, cependant, une carte en trois dimensions des tunnels et des chambres d’eau et de gaz complexes dans la caldeira pourrait faciliter cet effort.

Gresse et al. ont utilisé la tomographie par résistivité électrique (ERT), une technique couramment utilisée pour étudier les aquifères et autres structures souterraines, pour cartographier la structure des fissures et des chambres internes de la Solfatara. Avec l’ ERT, les chercheurs induisent un courant électrique entre plusieurs électrodes placées sur le sol et collectent ensuite les profils de la résistance rencontrée lors de son passage à travers des substances telles que l’eau, la roche, la boue ou le gaz. Après avoir fait cela à plusieurs reprises, ils peuvent compiler une image en 3D de ce qui se trouve en-dessous.

Cette étude révèle, pour la première fois, la structure d’un réservoir rempli de gaz à 50 mètres sous la surface de la caldeira  . Elle montre que le réservoir est attaché à un canal de 10 mètres d’épaisseur qui se transforme en une ouverture connue sous le nom de fumerolle Bocca Grande, un évent à travers lequel des gaz volcaniques malodorants s’échappent à la surface. Elle révèle également les canaux d’eau de condensation cachés sous la surface, ainsi que les dimensions précises de caractéristiques telles que le cryptodome, un corps de magma qui peut faire éruption à la surface d’un volcan sans éclater.
La Solfatara libère des milliers de tonnes de dioxyde de carbone chaud et d’eau , à travers des évents tels que la fumerolle de Bocca Grande , tous les jours. Au fur et à mesure que la pression à l’intérieur du volcan s’accroît, le sol au-dessus monte souvent et peut couper ou modifier la forme de ces soupapes internes. Bien que la caldeira des Champs phlégréens n’ait pas éclaté depuis 1538 EC, trois événements de soulèvement au sol ont eu lieu depuis les années 1950, suggérant à certains que la prochaine éruption pourrait arriver bientôt.

Article: http://onlinelibrary.wiley.com/…/10.1…/2017JB014389/abstract  . Tomographie 3D de la résistivité électrique du cratère de la Solfatara (Italie): implication pour la structure d’écoulement multiphasique du système hydrothermal peu profond – Marceau Gresse, Jean Vandemeulebrouck, Svetlana Byrdina, Giovanni Chiodini, André Revil, Timothy C. Johnson, Tullio Ricci, Giuseppe Vilardo, Annarita Mangiacapra, Thomas Lebourg, Jacques Grangeon, Pascale Bascou, Laurent Metral.

Source : AGU EOS , Jeannie Curtis.

Photo : Marceau Gresse

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search