21/10/2017. FR. Nyiragongo , Planchon Peteroa , Sierra Negra , Ticsani .

Home / blog georges Vitton / 21/10/2017. FR. Nyiragongo , Planchon Peteroa , Sierra Negra , Ticsani .

21/10/2017. FR. Nyiragongo , Planchon Peteroa , Sierra Negra , Ticsani .

21/10/2017.

 

Nyiragongo , République démocratique du Congo :

 

Une intense activité volcanique a été observée depuis mardi à Goma, ville de l’est de la République démocratique du Congo, située dans la zone d’activités du célèbre volcan Nyiragongo, selon des spécialistes qui excluent pour l’heure un risque d’éruption.
« Les volcans Nyiragongo et Nyamulagira ont connu une intense activité dans leurs cratères respectifs » mardi et mercredi, indique un communiqué de l’OVG, Observatoire volcanique de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu.
« Cette activité a évolué à la baisse jusqu’à ce matin de vendredi », selon le communiqué, ajoutant que « les différentes équipes des scientifiques de l’OVG suivent de près cette situation aussi bien sur le terrain qu’au laboratoire ».
Le niveau d’alerte est au jaune, « la population doit continuer à vaquer paisiblement à ses occupations ».
« C’est une activité exceptionnelle. Toute l’activité est concentrée dans le cratère du Nyiragongo », un des volcans les plus actifs et dangereux d’Afrique, a déclaré à l’AFP Célestin Kasereka, directeur scientifique de OVG.

A l’intérieur du volcan, la lave coule d’un petit évent apparu récemment vers le grand puits, a-t- il expliqué : »Il n’y a pas d’inquiétude sur le flanc du volcan, il n’y a pas de fumerolle ».
Des rumeurs sur une éventuelle éruption volcanique circulaient sur les réseaux sociaux et dans Goma, ville régulièrement en proie à des éruptions du Nyiragongo qui la surplombe, située à une vingtaine de kilomètres au nord.
Le 3 juillet, plus d’un millier de personnes ont participé à un exercice d’évacuation en cas d’éruption volcanique à Goma.
La dernière éruption de Nyiragongo, haut de plus de 3.000 mètres, remonte au 17 janvier 2002. Elle avait causé la mort de plus d’une centaine de personnes, couvrant de lave quasiment toute la partie Est de Goma, y compris la moitié de la piste de l’aéroport de la ville.
L’éruption la plus meurtrière a eu lieu en 1977 avec plus de 600 morts.

Source : Africatimes

Photo : Danielle Hart Smith

 

Planchon Peteroa , Chili : 

Au cours de la première quinzaine, quarante-cinq (45) événements liés à des processus de fracturation de matériaux rigides appelés volcano-tectonique (VT) ont été enregistrés, avec une magnitude locale (ML) de 2,4. Les emplacements des tremblements de terre ont été concentrés principalement sous le bâtiment volcanique à des profondeurs comprises entre 3,5 et 7 km. Le tremblement de terre le plus puissant a été localisé à 1,8 km au Nord-Ouest (NO) du cratère principal à une profondeur de 5,2 km.
En ce qui concerne les événements liés à la dynamique des fluides, mille-neuf-cent-quatre-vingt-dix-neuf (1999) événements sismiques de type longue période (LP) avec des amplitudes locales (ML) inférieures à 1,5 et des valeurs de déplacements réduits maximales (DRC) de 5, 7 cm2, valeur considérée comme faible, alors que les fréquences dominantes ont été conservées entre 0,6 et 1,7 Hz principalement.

Les images des cameras IP ont montré la présence de petits dégazages de faible énergie , blanchâtres , dont les hauteurs ne dépassaient pas 50 m au-dessus du cratère actif du complexe.
A partir des données obtenues par deux (2) stations GNSS, qui mesurent la déformation du complexe volcanique, aucune variation significative n’a été observée. D’un autre côté, les données fournies par un (1) inclinomètre électronique, installé sur le complexe, n’ont pas non plus montré de variations liées aux changements morphologiques du volcan.
Aucune anomalie n’a été signalé dans les émissions de dioxyde de soufre (S02) à l’atmosphère dans le secteur du complexe volcanique, selon les données obtenues par l’instrument de surveillance de l’ozone (OMI) Groupe dioxyde de soufre   (http: //so2.gsfc.nasa .gov /) et le Service national de l’environnement, des données et des satellites (NESDIS) (http://satepsanone.nesdis.noaa.gov).
Aucune alerte thermique n’a été signalée dans la zone associée au complexe volcanique selon les données publiées par le Middle Observation InfraRed de l’activité volcanique (Mirova) sur son site Internet (http://www.mirovaweb.it/).

Bien que le niveau de sismicité enregistré en cette période soit en conformité avec les enregistrements précédents, les niveaux énergétiques enregistrés sont considérés comme supérieurs aux niveaux de base. Les paramètres suggèrent que cette activité est associée à la dynamique d’un corps magmatique en interaction avec le système hydrothermal superficiel. Il existe la possibilité que se présente une évolution vers une interaction des deux systèmes générant une activité explosive et des émissions de cendres de grandeurs faibles à modérées qui pourrait affecter la zone des cratères actifs. Pour tout ceci , il est recommandé de restreindre l’accès à une zone de 1 KM autour des cratères actifs.

Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau : AMARILLO , changements dans le comportement de l’activité volcanique .

Source : Sernageomin

 

Sierra Negra , Iles Galápagos , Equateur :

Dossier spécial Sierra Negra N.- 1 – 2017

Dans la soirée du 19 Octobre 2017 , à 18h07 (heure Galapagos) le réseau de surveillance sismique de l’Institut Géophysique des îles Galapagos   a détecté un séisme de magnitude M3,8 dont l’épicentre était dans la caldeira , au bord Nord-Est de la Sierra Negra , dans les environs du volcan Chico. Ce tremblement de terre a été suivi de quatre répliques identiques qui se sont produites en l’espace d’une heure. Toutes ces répliques ont des épicentres dans les environs de la caldeira de Sierra Negra. Le séisme principal avait une profondeur de 16 km.

Figure 1. Épicentres de séismes enregistrés dans la nuit du 19 octobre.

 

Sierra Negra est un volcan de type bouclier qui est situé dans le Sud de l’île Isabela, la plus grande des îles. Ce volcan abrite une caldeira d’une superficie de 82 km2. Les dernières éruptions de Sierra Negra ont eu lieu en 1979 et 2005. Après cette éruption , un processus d’inflation et de déflation à l’intérieur du volcan a été détecté, le même que celui associé  à l’impulsion d’intrusion de magma à faible profondeur (quelques kilomètres sous la plancher de la chaudière.). Le volcan Chico est situé sur un bord de la Sierra Negra. L’Institut de Géophysique maintient actuellement un réseau sismique de 4 stations pour la surveillance des volcans et des failles tectoniques des îles.

Alors que les études sismologiques et géophysiques ont montré que la croûte sous la plate-forme des Galapagos a une épaisseur de 15 km (Villagomez et al., 2011 et Tepp et al, 2014), le séisme principal était situé juste en dessous de la croûte, dans une zone de faibles vitesses sismiques composée par une zone molle où le magma s’accumule.

Source : IGEPN

 

Ticsani , Perou :

Surveillance sismique :
• La sismicité de type VTP (Volcano – Tectonique Proximale), qui dénote une activité de fracturation de la roche, continue de diminuer. Son taux de fréquence est passé de 11 VTD / jour (Rapport n ° 18-2017) à 7 VTT / jour en moyenne pour cette quinzaine.
Au cours de cette période, les séismes VTD (séismes volcano-tectoniques distaux) ont augmenté, atteignant en moyenne 18 VTD / jour à la suite d’un essaim sismique situé au Sud-Est du cratère du volcan .
La survenue d’événements Hybrides sur le volcan Ticsani est sporadique. Ces événements sont associés aux mouvements du magma à l’intérieur du volcan. L’activité des événements Hybrides est très faible et durant cette période seulement 3 événements de faible énergie ont été observés.

Localisation des événement :
La distribution spatiale de la sismicité présente deux groupes ou foyers sismiques: le premier , le groupe A , est situé près du volcan Ticsani, avec principalement des tremblements de terre proximaux. Un deuxième groupe , le B , est également observé, composé de séismes distaux enregistrés dans leur grande majorité le 2 octobre et correspondant à un essaim sismique. La distribution de la profondeur atteint 17 km de la surface. Le tremblement de terre qui s’est démarqué au cours de cette période d’analyse a été enregistré le 2 octobre à 10h43 HL (heure locale), et a présenté une magnitude locale de 2,7 ML . Il était situé à 14 km au Sud-Est du Ticsani.

Surveillance par satellite:
Anomalies du SO2: Le système  satellite  «EOS Aura» GSDM-NASA (http://so2.gsfc.nasa.gov/) a enregistré de faibles valeurs de densité de gaz SO2 pendant cette période.
Anomalies thermiques: Le système MIROVA (www.mirovaweb.it) n’a pas détecté d’anomalies thermiques sur le volcan Ticsani (VPR = 0 mégawatts).

CONCLUSIONS
L’activité sismique dans la région du Ticsani reste faible. Le type prédominant d’événements sur le volcan est lié à des tremblements de terre de roches , situés loin du cratère du Ticsani.
Au cours de cette période, les séismes VTD ont eu un taux d’occurrence moyen de 18 VTD par jour, avec l’ enregistrement d’un essaim de séismes distaux le 2 octobre. D’autre part, la sismicité proximale VTP a diminué.
Dans la distribution spatiale de la sismicité, deux groupes ont été observés: le premier à proximité du volcan Ticsani (VTP) et un second situé à 17 km au Sud-Est du Ticsani, correspondant à l’essaim de séismes du 2 octobre.

Tout changement sera signalé en temps opportun.

Source : IGP

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search