07/09/2017. FR. Fernandina , Fuego , Nishinoshima , Poas , Turrialba .

Home / blog georges Vitton / 07/09/2017. FR. Fernandina , Fuego , Nishinoshima , Poas , Turrialba .

07/09/2017. FR. Fernandina , Fuego , Nishinoshima , Poas , Turrialba .

07/09/2017.

 

Fernandina , Galápagos , Equateur :

L’ERUPTION CONTINUE, SON INTENSITÉ DIMINUE.

Résumé:
Le volcan Fernandina, situé dans la province des Galapagos à 90 km au nord de Puerto Villamil et à 140 km de WNW de Puerto Ayora, présente une nouvelle phase éruptive depuis le 4 septembre 2017, après 8 ans sans activité superficielle majeure. Entre mars 2015 et septembre 2017, il y a eu une inflation de 17 cm centrée sur la caldeira du volcan associée à l’injection d’un nouveau magma. L’activité sismique a commencé le 4 septembre avec des tremblements de terre de type hybride (fractures avec mouvements de fluides) suivis de tremblements de terre du type Longue Période (mouvements de fluides). Le début de l’éruption est associé à un tremor volcanique qui a commencé à 12h25 heure locale. Les coulées de lave proviennent apparemment d’une fissure circonférentielle près de la fissure de l’éruption de 2005 au Sud-Sud-Ouest de la caldeira. La lave coule sur les flancs Sud et Sud-Ouest , mais jusqu’à présent, il n’y a aucune preuve qu’ils aient atteint la mer. Selon les données sismiques et satellitaires, l’intensité de l’éruption a considérablement diminué par rapport à son début le 4 septembre, mais jusqu’à la nuit du 5 septembre, des flux de lave actifs pourraient être observés. Généralement, les éruptions sur les Galapagos ont des durées de quelques jours à quelques semaines avec des variations pulsantes dans l’activité. Il est important de noter qu’il existe également la possibilité d’autres phénomènes sur le volcan, tels que l’effondrement du fond de la caldeira associé  à des éruptions explosives (éruption de 1968) ou le glissement des murs de la caldeira (éruption de 1988) . Pour l’heure , il est recommandé de ne pas s’approcher  de la caldeira ou de la fissure éruptive.

Figure 1. Incandescence sur le volcan Fernandina (source: Alex Medina, 04/09/2017).

Contexte:
Fernandina (0.37 ° S, 91.55 ° W, 1476 m), également appelé Cerro la Cumbre, est un grand volcan bouclier avec une caldeira sommitale (6,5 km NW-SE, 4,8 km NE-SW, 900 m de profondeur) composé de basalte qui a construit l’île de Fernandina (34 km NW-SE, 30 km NE-SW) à l’extrémité ouest de l’archipel des Galapagos.
Avec au moins 25 éruptions signalées entre 1813 et 2009, Fernandina est considéré comme l’un des volcans les plus actifs en Équateur. Selon Kurz et al. (2014), la surface de Fernandina a moins de 4 300 ans en fonction de l’âge d’exposition . On estime que Fernandina a eu un taux éruptif de 0,0044 km³ / an pour les 1000 dernières années (Kurz et al., 2014) et que, selon son volume actuel, l’île aurait un âge d’émergence de 32 000 ans .
L’événement historique le plus important a eu lieu en juin 1968 lorsque, après une éruption effusive en mai de la même année (volume de lave estimé de 0,1 km³), le plancher de la caldeira s’est effondré jusqu’à 300 mètres dans la partie Sud-Est , dans un période de 12 jours augmentant la surface de la caldeira de 1 à 2 km³ (Simkin et Howard, 1970). L’effondrement de la caldeira a été précédé d’une éruption explosive qui a produit une colonne d’émission de 24 km de haut, de petites chutes de cendres à Puerto Villamil (90 km SE du volcan) et des ondes pyroclastiques à l’intérieur de la caldeira. On estime que l’activité explosive a émis ~ 0,1 km³ de magma. La différence entre le volume de l’effondrement et le volume des produits éruptifs émis (lave + cendres) suggère qu’une grande partie du magma s’est retiré  en profondeur (Simkin et Howard, 1970, Bagnardi et Amelung, 2012).
L’éruption antérieure de Fernandina s’est produite entre le 10 et le 28 avril 2009 avec l’émission de flux de lave par une fissure radiale sur le flanc Sud-Ouest du volcan à une hauteur de ~ 550 m atteignant la mer et couvrant ~ 6,7 km² pour un volume estimé de 0,09 km³ (Ramón et al., 2011).

Observations directes:
Selon le rapport de Paula Tagle, un nuage « étrange » a été observé sur Fernandina le 4 septembre vers 12h30 (heure locale TL, UTC-6). Une colonne de gaz avec une faible teneur en cendres de ~ 4 km de hauteur (~ 2,5 km au-dessus de l’évent) a été clairement observée plus tard avec une direction vers l’Ouest. Dans la nuit du 4 au 5 septembre, des flux incandescents de lave ont probablement été observés sur le flanc Sud-Ouest par une fissure circonférentielle près du sommet du volcan jusqu’à une hauteur de 400 m. Le 5 septembre, l’intensité de l’éruption a diminué avec une colonne éruptive de ~ 2,5 km (~ 1 km au-dessus de l’évent). Selon les images d’Alex Medina, le champ de lave était encore actif, mais avec moins d’intensité dans la nuit du 5 septembre.

Figure 2. Incandescence et flux de lave sur le volcan Fernandina (source: Alex Medina, 09/09/2017).

Sismicité.

Activité pré-éruptive
L’activité sismique dans la région de Fernandina a montré des niveaux faibles au cours des dernières semaines. Deux tremblements de terre ont eu lieu à proximité de Fernandina le 2 septembre: 1) à 12h36 UTC (TL + 6) un tremblement de terre du type Longue Période avec une magnitude Mw de 4.0, une profondeur de 5.6 km, situé  sur le bord Ouest de l’île Fernandina (figure 3); 2) l’autre à 13:58 UTC, de type VT, situé au Sud-Ouest de Fernandina, pour lequel il n’était pas possible de calculer la grandeur.

 

 

Figure 3. Sismogrammes du tremblement de terre de 12h36 UTC du 2 septembre 2017 enregistré dans les stations sismiques du réseau Galapagos.

Crise sismique du 4 septembre.
L’activité sismique sur le volcan a commencé le 4 septembre à 11h34 UTC (05h34 TL) avec un séisme hybride de petite taille (fracturation de  fluides). Ensuite, des séismes hybrides d’ amplitude maximale ont eu lieu entre 15:56 et 16:21 UTC (09h56 et 10h21 TL) (Fig. 4).

 

Figure 4. Séisme hybride enregistré à 09:56 (TL) à la station de FER2, VCH1 et ALCE. Aucun signal n’est visible sur le capteur infrason.

À partir de 17h25 UTC (11h25 TL), un changement de sismicité se produit avec des événements de type longue période (LP) associés au mouvement des fluides (figure 5).

 

Figure 5. Répartition des tremblements de terre du volcan Fernandina selon sa taille en a / s. Les symboles bleus représentent les tremblements de terre type hybride et le rouge aux séismes type LP.

Le début de l’éruption est associé à un signal sismique de type tremor (vibration des conduits) qui commence à 6h25 (12h25 TL) (figure 6). Par la suite, il y a une nette diminution de l’amplitude du tremor (figure 7). Le 6 septembre, l’amplitude médiane du signal sismique atteint le niveau sonore.

Figure 6. Sismogramme de la station FER2, volcan Fernandina, avec la chronologie des événements sismiques. Échelle de temps en UTC (Source: Jean Battaglia, Université Clermont-Auvergne).

Figure 7. Amplitude médiane du signal sismique avec des fenêtres d’échantillonnage de 10 minutes (Source: Jean Battaglia, Université Clermont-Auvergne).

Observations par satellite.
Déformation:
Selon le traitement de données InSAR réalisé par Yu Zhou (Oxford) et Mike Stock (Cambridge), Fernandina a montré une déformation de 17 cm entre mars 2015 et septembre 2017 (figure 8), dont 5 cm ont eu lieu les deux derniers  mois avant l’éruption. Cette déformation serait associée à l’intrusion de nouveau magma sous la caldeira avant l’éruption.

 

Figure 8. Interferogramme entre le 19 mars 2015 et le 4 septembre 2017 avec une déformation de la caldeira de 17 cm (Source: Yu Zhou et Mike Stock).

 

Nuages ​​de cendres
Le Centre d’alerte aux cendres volcaniques de Washington (VAAC) rapporte l’apparition d’une colonne d’éruption sans teneur en cendres, le 4 septembre à 12h30 TL, originaire du volcan Fernandina, atteignant une hauteur de 2400 m au dessus du niveau de la mer , vers l’Ouest. Le même jour à 19:52 TL, la même agence signale l’apparition d’une colonne d’éruption avec une teneur en cendres possible, atteignant une hauteur de 7000 m vers le Sud-Ouest (figure 9). Le 5 septembre, à 01:15 TL, l’apparition d’une colonne d’éruption, principalement de gaz et de vapeur d’eau, atteignant une hauteur de 2400 m et se déplaçant vers le Sud-Ouest (figure 9) est signalée.

Figure 9. Emplacement et extension des colonnes d’émission signalées par le VAAC, les 4 et 5 septembre. (Source VAAC / NOAA).

Alertes thermiques.
La première preuve par satellite d’un point chaud sur le volcan Fernandina a été signalée par HGIP de l’Université d’Hawaï, le 4 septembre à 12:58 TL, situé vers le Sud de la caldeira du volcan (figure 10). Vers 15:58 TL, le même système a montré qu’une émission provenait du volcan et se dirigeait vers l’Ouest-Nord-Ouest. Dans les heures suivantes et pendant les jours 5 et 6 septembre, les images infrarouges continuent de montrer la présence de points chauds dans les mêmes endroits indiqués.

Figure 10. Gauche: dans la carte de localisation, le jaune indique l’emplacement du point chaud sur Fernandina. Droite: l’image infrarouge montre le point chaud en jaune. (Source HGIP).

Le même jour, le système satellite MIROVA présente une anomalie thermique d’extrême intensité (19697 MW) à 13:25 TL, située vers le Sud-Sud-Ouest au bord de la caldeira (figure 11). Par la suite, à 22:55 et 01:50 TL le 5 septembre, d’autres anomalies thermiques de faible intensité (2384 MW et 5287 MW) sont notées. Jusqu’au 6 septembre, des anomalies thermiques d’intensité très élevée continuent d’être enregistrées dans la même zone du volcan.

Figure 11. Une anomalie thermique très importante est montrée vers le Sud-Sud-Ouest de la caldeira du volcan Fernandina, le 4 septembre à 13h25 (heure locale). (Source MIROVA).

Le système FIRMS rapporte également la présence de zones chaudes sur le volcan Fernandina depuis l’après-midi du 4 septembre, dans ce cas, l’emplacement de ces zones suggère que l’activité éruptive provient d’une fissure circonférentielle au bord Sud-Sud-Ouest de la caldeira et ou l’éruption de 2005 s’est produite (figure 12). Des alertes thermiques similaires continuent de se produire au jour 5 et, au jour 6, elles diminuent en nombre mais restent présentes.

 

 

Figure 12. Les anomalies thermiques enregistrées par FIRMS le 5 septembre sont regroupées vers le S et le SW du bord de la chaudière du volcan Fernandina (Source: FIRMS).

Surveillance du gaz.
Le système de satellite OMI, pour la détection du gaz SO2, montre la présence d’une colonne de ce gaz provenant de l’île Fernandina et qui se déplace vers l’Ouest (figure 13), le 4 septembre à 13h37 (heure de Galápagos) . Le 5 septembre, le capteur satellite GOME-2 détecte un nuage de gaz d’environ 800 km de long dirigé vers l’Ouest.

Figure 13. Les instruments OMI (gauche) et GOME-2 détectent la présence de gaz SO2 dans une colonne d’émission se déplaçant à l’Ouest de Fernandina (Source NOAA).

Interprétation.
Les observations visuelles, les données sismiques et satellitaires confirment l’apparition d’une éruption sur le volcan Fernandina. Les données de déformation indiquent que cette éruption pourrait être associée à l’intrusion de nouveau magma sous la caldeira pendant la période mars 2015 (ou avant) – Septembre 2017. D’après les données sismiques, on estime que l’éruption a commencé vers 12h25 TL le 4 septembre et que son activité a considérablement diminué depuis 15h00 le 4 septembre. Cependant, les données satellitaires et les observations directes indiquent que l’éruption s’est poursuivie au moins jusqu’au soir du 5 septembre.
Dans ces conditions, il est possible que l’éruption soit sur le point de se terminer. Cependant, d’autres fois sur Fernandina (e.i. 2009) et d’autres volcans dans les Galapagos (e.i Wolf 2015), il y a eu des pauses pendant une éruption, de sorte que nous ne pouvons pas exclure une nouvelle augmentation de l’activité éruptive dans les prochains jours ou semaines. Il est important de noter qu’il existe également la possibilité d’autres phénomènes sur le volcan, tels que l’effondrement du fond de la caldeira, associé  à des éruptions explosives (éruption de 1968) ou le glissement des murs de la caldeira (éruption de 1988) . Pour l’heure , il est recommandé de ne pas s’approcher  de la caldeira ou de la fissure éruptive.

L’IGEPN est conscient de toute modification des conditions présentées par le volcan.

Source : IGEPN

 

Fuego , Guatemala :

Lahars modérés sur le volcan.

En raison des pluies constantes qui sont générées principalement dans la zone volcanique, la station sismique FG3 enregistre la descente de lahars modérés au cours des dernières minutes, elles découlent principalement des ravins: Las Lajas, El Jute, Cenizas, Seca (Santa Teresa) et du ravin Mineral. Ces lahars transportent des matières volcaniques de différentes tailles, troncs et branches. Ceci est dû à l’activité menée par le volcan Fuego.

La descente de Lahars dans la partie inférieure des ravins peut causer des dommages à l’infrastructure routière, principalement dans les passages de véhicules entre Siquinalá et San Andrés Osuna, San Pedro Yepocaya et Sangre de Cristo, Rodeo à Guadalupe et sur le Pont Las Lajas, entre autres donc il est nécessaire de prendre des précautions et ne pas rester dans les ravins.

Source : Insivumeh

 

Nishinoshima , Japon :

27,247 ° N, 140,874 ° E
Altitude 25 m

 

La Garde côtière du Japon a signalé que les observations visuelles de Nishinoshima depuis un avion dans l’après-midi du 11 août ont suggéré que l’éruption se poursuivait; une zone à haute température vers l’entrée dans l’océan sur le flanc Ouest et un panache de vapeur indiquait une coulée de lave  . La présence de lave dans le cratère central n’a pas pu être confirmée. Une petite émission de fumerole s’élevait du bord du cratère. Les observations faites dans l’après-midi du 24 août ont suggéré que la lave ne coulait plus dans l’océan.

Source: Japan Coast Guard.

 

Poas , Turrialba , Costa Rica :

Rapport d’activité des volcans Poás, Turrialba : 6 septembre 2017 , Mise à jour à 11:00 p.m.

Volcan Poas: activité au cours des dernières 24 heures:

Au cours des dernières 24 heures, le Poas continue son dégazage persistant avec une colonne de vapeur d’eau, de gaz magmatique et d’aérosols. Un certain nombre d’évènements de type LP ont été enregistrés avec une petite amplitude, mais ceux-ci sont sporadiques.


Le panache s’élève à environ 300 mètres depuis le fond du cratère et est dispersée par les vents près de la surface , principalement à l’Ouest et au Sud-Ouest du volcan.
Il n’y a pas eu de rapport de chute de cendres ou d’odeur de soufre.

Volcan Turrialba: activité au cours des dernières 24 heures:

Au cours des dernières 24 heures, un tremor variable de faible amplitude   a été observé. Un certain nombre d’évènements de type LP avec une petite amplitude et des évènements de type VT sporadiques ont été enregistrés.


La caméra a montré un dégazage persistant de force variable avec une colonne de vapeur d’eau, de gaz magmatique, d’aérosols et parfois de cendres, à une hauteur de 1000 mètres depuis le cratère actif depuis la nuit dernière.
La nuit dernière, des chutes des cendres ont été signalées à San Isidro de Heredia et Moravia; et ce matin à Guadalupe. Une odeur du soufre est enregistrée à Sabanilla.
Au moment de ce rapport, les vents au sommet du volcan sont variables, mais sont principalement dirigés vers le Sud-Ouest et l’Ouest, avec des vitesses allant jusqu’à 29 km / h.

Source : Ovsicori

Photos : Archives Ovsicori/Rsn .

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search