06/08/2017. FR. Piton de la Fournaise , Planchon-Peteroa , Poas , Turrialba , Ruapehu .

Home / blog georges Vitton / 06/08/2017. FR. Piton de la Fournaise , Planchon-Peteroa , Poas , Turrialba , Ruapehu .

06/08/2017. FR. Piton de la Fournaise , Planchon-Peteroa , Poas , Turrialba , Ruapehu .

06/08/2017.

 

Piton de la Fournaise , La Réunion :

Bulletin d’activité du samedi 5 août 2017 à 15h30 (Heure locale).

L’éruption débutée le 14 juillet à 00h50 heure locale se poursuit. Le trémor volcanique (indicateur de l’intensité éruptive en surface) poursuit sa baisse progressive (Figure 1).

Figure 1 : Évolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre 00h00 (20h UTC) le 14 Juillet et 15h00 (11h00 UTC) le 5 août sur la station sismique de RVL, localisée sur le flanc sud du volcan. (© OVPF / IPGP)

Sur le terrain, l’activité se fait désormais essentiellement en tunnels de lave avec quelques résurgences visibles en surface sur de faible extension spatiale. Les émissions de gaz restent importantes.

– Aucun séisme n’ a été enregistré au cours des dernières 24 heures.
– La tendance à une légère reprise de l’inflation observée depuis quelques jours sur les capteurs de déformation, notamment GPS, se confirme.

Les estimations réalisées par méthodes satellites via la plateforme HOTVOLC (OPGC – Clermont Ferrand) font état de débits minimums compris entre < à 1 et 2 m3/s.

Source : OVPF

Photo : N. Beuchat

 

Planchon-Peteroa , Chili :

Au cours de la période évaluée , un total de 1598  tremblements de terre, dont soixante-quatre (64) ont été liés à des processus de fracturation de matériaux rigides appelés volcano – tectoniques (VT) d’une magnitude locale ( ML) maximale de 1,7, pour un séisme situé à 2,4 km au Nord-Ouest des cratères actifs , à une profondeur de 6,7 km ont été enregistrés . Pour la plupart, ces événements ont été situés au Nord du cratère de l’édifice volcanique , à des distances allant jusqu’à 5 km et des profondeurs pré-dominantes entre 4 et 7 km.
Pour les événements liés à la dynamique des fluides (de type longue période, LP), 1.500 événements ont été classés, avec des valeurs de déplacements réduits maximales (DRc) de 2.5 cm2.

Résultat de recherche d'images pour "planchon peteroa"

Les images des caméras ont montré la présence de petits dégazages de peu d’énergie et de coloration blanchâtre qui ne dépassent pas 250 m au-dessus du niveau des cratères actifs du complexe volcanique.
À partir des données obtenues par trois (3) stations GNSS, qui mesurent la déformation sur le complexe volcanique, il y a eu des variations mineures, tant dans les mouvements horizontaux que verticaux des stations de surveillance. En ce qui concerne la ligne de contrôle qui traverse le complexe du Nord au Sud, elle est conforme à la stabilité enregistrée par les stations,  qui montre des changements de faible ampleur. D’autre part, les données fournies par un (1) inclinomètre électronique, installé sur le complexe, ne montrent pas non plus de modifications liées à la morphologie du volcan.

Aucune anomalie n’a été signalée dans les émissions de dioxyde de soufre (S02) à l’atmosphère dans le secteur du complexe volcanique, selon les données obtenues par l’instrument de surveillance de l’ozone (OMI) , Groupe dioxyde de soufre  (http: //so2.gsfc.nasa .gov /) et  NESDIS (http://satepsanone.nesdis.noaa.gov).
Aucune alerte thermique n’a été signalée dans la zone associée au complexe volcanique selon les données publiées par le Middle Observation InfraRed de l’activité volcanique  Mirova sur son site Internet (http://www.mirovaweb.it/).

La sismicité enregistrée indique que le système volcanique continue avec une dynamique intérieure qui facilite la possibilité de développer une interaction directe entre le système magmatique et le système hydrothermal superficiel avec la génération d’activités plus ou moins explosives qui, en premier lieu, affecteraient les zones proches des cratères actifs et / ou des émissions de cendres faibles à modérées. Par conséquent, il est considéré comme  zone dangereuse celle qui se trouve dans un rayon de 1 km autour de la zone des cratères actifs et il est recommandé d’en restreindre l’accès. Le niveau d’alerte volcanique est maintenu au niveau :
NIVEAU JAUNE: Changements dans le comportement de l’activité volcanique – Temps probable pour une éruption: SEMAINES / MOIS.

Source : Sernageomin.

Photo : Nicolás Lecaros , vei.de.

 

 

Poas , Turrialba , Costa Rica :

Rapport d ‘activité des volcans Poás et Turrialba .

Volcan Poas: activité au cours des 23 dernières heures.

L’image contient peut-être : montagne, nuage, ciel, nature et plein air

Éruption enregistrée sur le volcan Poás, comme observée depuis les caméras de surveillance de la r.s.c. le 01/08. La colonne éruptive est dispersée vers l’Ouest selon la direction du vent  .

Au cours des 23 dernières heures, le volcan Poás présentait peu d’activité éruptive bien que le dégazage se soit maintenu. Il n’y a aucun rapport de chute de cendres ou d’odeurs de soufre. Quelques enregistrements d’un tremor modéré sont maintenus et le vent entraîne des gaz et de la vapeur , principalement vers l’Ouest.

Volcan Turrialba: activité au cours des 23 dernières heures.

L’image contient peut-être : 1 personne, nuage, montagne, ciel, plein air et nature


Le volcan Turrialba a présenté des enregistrements de tremor de faible amplitude. Aucune émission de cendres n’a été détectée lors de la fenêtre de visibilité. Le vent transporte les panaches de gaz principalement vers l’Ouest et le Sud-Ouest.

L’OVSICORI-UNA reste vigilant sur l’activité sismique et volcanique.

Source : Ovsicori

 

Ruapehu , Nouvelle Zélande :

Le lac du cratère du mont Ruapehu (Te Wai-a-Moe) au microscope

…/…

Bien qu’il se soit passé maintenant près de 10 ans depuis la dernière éruption du Crater Lake (septembre 2007), le mont Ruapehu demeure l’un de nos volcans les plus actifs. Les petites éruptions n’influent que sur le plateau au sommet autour de Crater Lake, mais les plus grandes peuvent générer des lahars dans les pentes. Ces éruptions génératrices de lahars , plus importantes , se produisent en moyenne environ une fois tous les 7 ans et peuvent avoir un impact sur le domaine de ski. 

Le GeoNet surveille le volcan Ruapehu et son Crater Lake . La surveillance comprend des capteurs sismiques, acoustiques, GPS autour du volcan, des survols d’analyse de gaz et l’échantillonnage du lac . La température et le niveau d’eau du lac sont également surveillés par l’enregistreur de données. Le Crater Lake est maintenant frais, actuellement la température du lac est de 19 ° C. La température du lac varie typiquement de plus de 38 ° C à moins de 16 ° C.

Une analyse des données de température du lac depuis 2009, lorsque nous avons installé un enregistreur de données montre que pour 5% du temps, il est plus chaud que 38 ° C et pour un autre 5% , est inférieur à 16 ° C. La température médiane est de 24 ° C. En ce qui concerne les données à plus long terme sur la température du Crater Lake, recueillies lors des visites du lac  depuis 1950, ce comportement est similaire. Ces données montrent que pour 5% du temps, il était plus chaud que 47 ° C et 5% environ est plus frais que 14 ° C. La température plus élevée reflète l’agitation volcanique et l’activité éruptive des années 1960-1980. La température médiane était de 28,0 ° C.

La recherche sur l’histoire éruptive du Ruapehu à travers le Crater Lake a montré que la probabilité d’une éruption augmente lorsque le lac est significativement plus chaud ou plus frais que la plage de température médiane. Les éruptions ont été significativement plus fréquentes lorsque le lac était chaud plutôt que froid. En dépit de la température inférieure actuelle du lac, la probabilité d’une éruption reste faible: dans les 10 ans qui ont suivi la dernière éruption, le lac a refroidi sept fois au-dessous de 16 ° C et a été chauffé six fois à plus de 38 ° C sans éruption.

Plot showing the temperature of Ruapehu Crater Lake: the median and upper/lower 5% boundaries are shown.

La surveillance du GeoNet sur le volcan et son Crater Lake indique cependant que le volcan est en vie. Les survols d’analyse de gaz continuent à enregistrer la présence de gaz volcaniques (le CO2 a varié entre 100 et 1800 tonnes par jour, tandis que le SO2 a varié entre 50 et 200 tonnes par jour au cours des 5 dernières années). Les indicateurs chimiques primaires montrent qu’il y a moins de fluides volcaniques présents. L’énergie sismique est également faible sur le Ruapehu, avec très peu de tremors volcaniques présents.

GeoNet continue de surveiller comme il l’a toujours fait. On dirait que c’est un bon moment pour faire du ski sur un volcan actif, mais soyez attentifs et n’oubliez pas quoi faire si vous entendiez les sirènes (aller sur un terrain plus haut , ne pas rester dans une vallée).

Source : Geonet

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search