21/07/2017. FR. Nevados de Chillan , Copahue , Piton de la Fournaise , Karymsky , Sabancaya .

Home / blog georges Vitton / 21/07/2017. FR. Nevados de Chillan , Copahue , Piton de la Fournaise , Karymsky , Sabancaya .

21/07/2017. FR. Nevados de Chillan , Copahue , Piton de la Fournaise , Karymsky , Sabancaya .

21/07/2017.

 

Nevados de Chillan , Chili :

Durant cette période , il a été enregistré 511 évènements sismiques , parmi lesquels 50 ont été classés comme évènements volcano-tectoniques ( VT) en relation avec des processus de fracturation de roches , avec des magnitudes locales ( ML) maximales de M 1.6 . Le séisme de plus grande énergie a été localisé à 7,6 km  au Nord-Ouest du cratère actif , à une profondeur de 4,5 km. Il a également été enregistré 461 évènements associés à la dynamique des fluides à l’intérieur de l’édifice volcanique . De ceux ci , 448 ont été classés comme évènements de longue période (LP) avec des valeurs de déplacement réduit ( DRC ) maximales de 7,3 cm2. Enfin , il a été enregistré 13 évènements de type longue période appelés  » Tornillos » (TO) , qui se caractérisent par une forme d’onde quasi homogène dans son contenu spectral et sa grande durée . L’évènement présentant la plus grande énergie avait des valeurs de déplacement réduit de 2,6 cm2.

Les images obtenues grâce aux caméras installées à proximité du complexe volcanique ont montré des émissions de fumerolles associées de la vapeur en provenance des cratères actifs. La hauteur maximale calculée était de 200 mètres au dessus des cratères . Il n’a pas été observé d’ événement explosif.
Selon les données obtenues à partir de cinq (5) stations GNSS qui mesurent la déformation de la surface du volcan, aucune variation significative n’a été observée. Les longueurs des lignes de controle traversant les cratères actifs ont montré des variations inférieures à 0,15 cm / mois, ce qui suggère qu’il n’y a pas de changements pertinents sur le volcan. Les données présentées par l’ inclinomètre suggèrent qu’il n’y a pas de changements importants liés à la morphologie du volcan.
Aucune émissions de dioxyde de soufre (S02) dans l’atmosphère dans le secteur du volcan n’ ont été signalées, selon les données publiées par l’instrument de surveillance de l’ozone (OMI) Groupe de dioxyde de soufre (http://so2.gsfc.nasa.gov/ ) et   (NESDIS) (http://satepsanoine.nesdis.noaa.gov).
Aucune alerte thermique n’a été signalée dans la zone associée au volcan selon les données traitées par infrarouge , système Mirova  (http://www.mirovaweb.it/) et  MODVOLC  (http://modis.higp.hawaii.edu/). 

Le complexe volcanique présente un comportement de transitions entre les périodes explosives et non explosives , ce qui a été caractéristique depuis que ce processus a commencé en 2016. Au cours de cette période, les paramètres d’activité volcanique suggèrent que l’interaction entre le système hydrothermal de surface et l’activité magmatique  a diminué par rapport à la dernière période, ce qui a été caractérisé par l’absence d’explosions. Cependant, étant donné le comportement dynamique du système, il est possible que l’apparition de nouvelles explosions similaires à celles précédemment enregistrées ou encore plus fortes surviennent. Par conséquent, l’alerte volcanique technique reste:
Au NIVEAU JAUNE:  changements dans le comportement de l’activité volcanique – temps probable pour une éruption: semaines / mois.

Note: En raison de l’énergie du processus, il est recommandé de limiter l’accès à la zone volcanique de danger élevé  , à  3 km autour des cratères actifs.

Source : Sernageomin

 

Copahue , Chili :

Pendant cette période, soixante-dix neuf  événements sismiques, dont vingt-un  ont été classés comme événements  volcano – tectoniques (VT) , associés à des processus de fracturation de matériaux rigides ont été enregistrés . De même, cinquante-huit événements  associés à la dynamique des fluides  à l’intérieur du volcan, classé comme événements de type longue période (LP), avec des valeurs de déplacement réduits maximales (RDC) de 4,6 cm2 ont été enregistrés.
En ce qui concerne l’activité sismique de type VT les magnitudes locales (ML) étaient inférieures ou égales à M1,7. L’événement le plus  énergétique est situé au Nord-Ouest , à 4,2 km par rapport au cratère Agrio avec une profondeur de 2,7 km.

Durant toute cette période , il a été enregistré un signal de tremor constant de basse amplitude , associé principalement à la sortie des gaz du cratère El Agrio . Ce signal présente des valeurs de déplacement réduits fluctuantes (RDC) de l’ordre de 3,0 +/- 0,5 cm2. Les fréquences dominantes se distinguent en deux bandes prédominantes , une marquée à 0,6 Hz , et l’autre dans une bande comprise entre 1,1 et 1,7 Hz . Il se distingue l’enregistrement d’augmentations ponctuelles de caractère pulsatile d’un signal de tremor continu, lequel peut être associé à des explosions mineures au niveau du cratère, accompagnées d’émissions de cendres . Le signal acoustique associé à ces phénomènes est inférieur à 0,6 Pascals , valeurs considérées comme basses .

Suivant les données obtenues à partir de trois stations GNSS qui mesurent la déformation de la surface du volcan, des déplacements de faible amplitude pour les composantes horizontales et verticales ont été observées. À son tour, la ligne de contrôle qui traverse le volcan est restée stable, alors qu’aucune modification n’a été évidente dans la morphologie du volcan.
Les caméras IP installées au voisinage du volcan ont montré un dégazage constant du cratère actif (El Agrio) , avec des émissions à dominante de cendres constantes rapportées sur plusieurs jours, ainsi qu’une incandescence de façon sporadique. La plupart des colonnes d’émission ont été dirigées vers le Sud-Est , avec une hauteur maximale de 1 800 m.
La reconnaissance de 10 Juillet , avec un survol du cratère Agrio, a constaté la présence d’un cône de pyroclastes à l’intérieur du cratère et la sortie en continu de matière particulaire qui se sont largement déposées sur le côté Sud-Est du volcan . Les températures d’imagerie thermique ne dépasse pas 200 ° C.

Aucune émissions de dioxyde de soufre (S02) dans l’atmosphère dans le secteur du volcan n’ ont été signalées, selon les données publiées par l’instrument de surveillance de l’ozone (OMI) Groupe de dioxyde de soufre (http://so2.gsfc.nasa.gov/ ) et   (NESDIS) (http://satepsanoine.nesdis.noaa.gov).

Aucune alerte thermique n’a été signalée dans la zone associée au volcan selon les données traitées par infrarouge , système Mirova  (http://www.mirovaweb.it/) et  MODVOLC  (http://modis.higp.hawaii.edu/).

L’enregistrement d’un signal de tremor continu  persiste, qui montre des variations temporelles dans son amplitude et est en corrélation avec un dégazage permanent et pulsatile de matière particulaire, provoquant des épisodes d’incandescence nocturne. Par conséquent, l’interaction d’une petite quantité de magma avec le système hydrothermal de surface alimente l’activité explosive avec des émissions de matériaux limités au cratère.
Par conséquent, le niveau d’alerte technique reste au:
NIVEAU JAUNE:  changements dans le comportement de l’activité volcanique – temps probable pour une éruption: semaines / mois.

Note: Il est recommandé d’appliquer des restrictions préventives sur l’accès d’une zone proche du cratère avec un rayon de 1000 m, étant donné que l’activité de fumerolles persiste.

Source : Sernageomin

 

Piton de la Fournaise , La Réunion :

L’éruption débutée le 14 juillet à 00h50 heure locale se poursuit. L’intensité du trémor volcanique (indicateur de l’intensité éruptive en surface) est relativement constante depuis plus de 72 heures, avec une intensité équivalente à celle observée le deuxième jour d’éruption (Figure 1). Les légères variations de ces dernières heures sont liées entre autres aux mauvaises conditions météorologiques sur site qui bruitent les signaux sismiques.

Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre 00h00 (20h UTC) le 14 Juillet et 16h00 (12h00 UTC) le 20 Juillet sur la station sismique de RVL, localisée sur le flanc sud du volcan. (© OVPF/IPGP)

– Aucun séisme n’a été enregistré ce jour.
– Une légère déflation (dégonflement) est toujours observée au sommet du cône terminal.

L’image contient peut-être : nuit

Du fait de mauvaises conditions météorologiques, aucune reconnaissance sur le terrain n’a pu être faite ce jour. De même aucune estimation de débit n’a pu être réalisée.

Source : OVPF

Photo : Christian Lesport.

 

Karymsky , Kamchatka :

54,05 N, 159,44 E;
Altitude 4874 ft (1486 m)
Code couleur de l’aviation : ORANGE

L’ activité éruptive modérée du volcan se poursuit. Des explosions de cendres jusqu’à 16,400-19 700 ft (5-6 km) d’altitude pourraient se produire à tout moment. L’activité en cours pourrait affecter les avions volant à faible altitude.

Activité explosive du volcan Karymsky le 18 juillet 2017.

Une activité éruptive modérée du volcan se poursuit. Selon les données des volcanologues, les explosions ont envoyé des cendres jusqu’à 1,7 km d’altitude le 18 juillet. Les données satellitaires du KVERT ont montré une faible anomalie thermique sur le volcan les 18 et 20 juillet. Un nuage de cendres a dérivé sur environ 117 km vers l’Est du volcan le 20 juillet.

Source : Kvert

Photo : A. Belousov. IVS FEB RAS

 

Sabancaya , Perou :

Le comité technique et scientifique a signalé des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 5.500 mètres d’ altitude au cours des dernières semaines. Les cendres ont été dispersées dans un rayon de 50 km.

L’activité explosive du Sabancaya, selon les derniers rapports de  l’Observatoire IGP et de l’ INGEMMET se maintient des niveaux modérés; Cependant, la hauteur des colonnes de cendres provoqué par les explosions a atteint des altitudes plus élevées que 5 km, ce qui les rend plus visibles depuis les quartiers situés au sud de la ville d’Arequipa.

Les professionnels des deux institutions ont indiqué que les explosions et la dispersion subséquente des cendres est notable dans les districts de Sachaca, Tiabaya et Hunter. La vision claire de l’éruption actuelle du Sabancaya est soumise à des conditions de nébulosité , qui , dans le dernier mois,  a limité l’observation et l’a rendue parfois inexistante.

Selon les rapports du Comité , il a été enregistré à ce jour une vingtaine d’explosions quotidiennes,  les cendres étant dispersées dans un  rayon de 50 km autour du volcan. Ces derniers jours, ces matériaux sont retombés dans la vallée du Colca en raison des vents dominants dans la région. «  Des alertes de diffusion de cendres sont continuellement émises pour les populations situées dans une plage de distance comprise entre 30 km et 50 km du volcan. Les gens ne devraient pas négliger les mesures préventives pour protéger leur santé et leur intégrité « , a t-il expliqué.

Résultat de recherche d'images pour "sabancaya arequipa"

Enfin, ils ont déclaré que l’éruption actuelle du Sabancaya traverse une période de haut et bas, qui alterne selon l’arrivée de nouveau matériel magmatique dans la chambre intérieure du volcan dans sa tentative d’arriver à la surface. « Nous surveillons ce processus éruptif de façon permanente par les stations sismiques, géodésiques, géochimiques et des caméras en temps réel. Pour une éventuelle augmentation de l’activité, le Comité informera immédiatement de cette situation, «   ont ils dit.

Source : IGP

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search