02/03/2017. FR. Etna , Colima , Nevado Del Ruiz , Piton de la Fournaise .

Home / blog georges Vitton / 02/03/2017. FR. Etna , Colima , Nevado Del Ruiz , Piton de la Fournaise .

02/03/2017. FR. Etna , Colima , Nevado Del Ruiz , Piton de la Fournaise .

02/03/2017.

 

Etna , Sicile :

ACTIVITÉ de ETNA, 27 FÉVRIER – 1 MARS 2017

Fin de l’après-midi du 27 février 2017, l’activité strombolienne qui avait débuté dans un évent situé dans l’ancienne selle entre les cônes de l’ Ancien et du Nouveau Cratère Sud-Est de l’Etna, a connu une augmentation rapide et la lave a débordé de l’évent, formant un écoulement qui descendait le flanc Sud du SEC. Cet épisode éruptif, le premier événement éruptif important sur l’Etna depuis les éruptions du sommet de mai 2016, se poursuit encore le 1er mars 2017, mais avec une intensité décroissante.

Le débordement de lave a commencé peu après 17h00 UTC (= heure locale -1) le 27 février. La lave s’est rapidement écoulé  sur le flanc abrupt du SEC, mais a ralenti après avoir atteint le terrain en pente douce à sa base, se développant lentement vers le Sud-Sud-Ouest, vers le vieux cône du Monte Frumento Supino. Dans la nuit du 27 au 28 février, l’activité a été caractérisée par de fréquentes explosions stromboliennes, qui ont lancé des fragments de lave incandescente jusqu’à 200 m au-dessus de l’évent, tandis que la lave a continué à déborder vers le sud .

Au cours d’une étude de terrain réalisée le 28 février par le personnel de l’INGV-Osservatorio Etneo, l’activité éruptive s’est poursuivie avec des fluctuations mineures et des émanations sporadiques de vapeur et de cendres brunâtres (anciennes roches pulvérisées) de plusieurs points du Nouveau Cratère Sud-Est ( NSEC), dont la dernière activité s’était produite entre le 6 et le 8 décembre 2015. Le flux de lave avançait lentement au-dessus du mont Frumento Supino, son front le plus éloigné à environ 2800 m d’altitude et à 1,2 km de l’évent (deuxième photo à gauche ). Un nouveau cône pyroclastique émergeait autour de l’évent actif et avait déjà atteint une hauteur bien au-dessus des points les plus élevés du SEC et du NSEC, qui se situent à environ 3290 m.

L’image contient peut-être : ciel, montagne, nuage, plein air et nature

Le 1er mars, l’activité s’est poursuivie avec essentiellement les mêmes caractéristiques que la veille. Le débit de lave le plus avancé avait stagné à environ 2700 m d’altitude et à peine plus de 1,5km de l’évent. Le nouveau cône pyroclastique a continué à croître rapidement, tant en hauteur qu’en largeur, et sa base orientale avait commencé à remplir la dépression du NSEC (troisième photo à gauche). En fin de soirée, l’activité éruptive a montré une nette diminution de l’intensité, et l’amplitude des tremors volcaniques a diminué rapidement.

Source : INGV

Photos : B Behncke , INGV.

 

Colima , Mexique :

19,514 ° N, 103,62 ° W
Altitude 3850 m

Le 24 février, le Centre Universitaire d’Etudes et de Recherches en Vulcanologie de l’Université de Colima a signalé des explosions de faible intensité sur le Colima , la semaine précédente. Le cratère interne restait à environ 250 m de diamètre et à 50 à 60 m de profondeur. Les dômes de lave antérieurs ont été détruits à la fin septembre et à la mi-novembre 2016.

Les scientifiques qui ont visité le front d’un flux pyroclastique de 4,5 km qui avait été mis en place le 8 janvier ont observé que le débit s’était bloqué avec très peu de cendres et que la végétation locale n’avait pas été brûlée, suggérant que le flux était à basse température. L’Unité publique de protection civile de Colima a noté que le public ne doit pas entrer dans la zone d’exclusion de 8 km de rayon, et aussi rester à l’écart des ravins.

Source : GVP

Photo : Hernando Alonso Rivera Cervantes

 

Nevado Del Ruiz , Colombie :

Bulletin d’activité hebdomadaire du volcan Nevado del Ruiz, du 21 Février au 27 Février 2017
 
Le niveau d’activité continue: au niveau d’activité jaune  (III):  changements dans le comportement de l’activité volcanique.

En ce qui concerne le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le Service Géologique Colombien  rapporte que:

Au cours de la dernière semaine, différents paramètres de surveillance, montrent que le volcan Nevado del Ruiz continue avec un comportement instable. Il montre une augmentation de l’activité sismique liée à la fracturation de la roche volcanique dans l ‘édifice volcanique, à la fois du nombre de séismes enregistrés et de l’ énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente  . L’augmentation sismique a été enregistré sur la période du 23 au 26 Février dans le  secteur Sud-Ouest , à des profondeurs comprises entre 1,1 et 4,0 km et une amplitude maximale de 3,2 ML (Magnitude locale). Cette valeur de magnitude maximale correspond également à l’énergie la plus élevée enregistrée au cours de la semaine, qui a eu lieu le 25 Février à 08h51 (heure locale), à ​​2,4 km au Sud-Ouest du cratère Arenas  et à 3,4 km de profondeur. Il est important de noter que l’augmentation de l’activité sismique mentionnée, est la plus importante jusqu’à présent cette année.

Nevado del Ruiz - 18.02.2017 / 6h35 - photo César Rios Giraldo Instagram

En ce qui concerne la sismicité connexes dans la dynamique des fluides dans les conduits de l’édifice volcanique, il a continué à être enregistré au cours de la semaine des taux similaires à la semaine précédente  . Ce type d’activité est caractérisée par l’apparition de tremblements de terre avec différents niveaux d’énergie, de type longue période (LP) et très longue période (VLP), plusieurs impulsions de tremors et des tremblements de terre de fluide. Les tremblements de terre ont été principalement situés dans le cratère Arenas et, dans une moindre mesure, dans les secteurs Sud-Sud-Est du volcan . Certains de ces signaux sismiques ont été associés à des émissions de gaz et de cendres dans l’atmosphère, comme l’ont confirmé  les caméras installées dans la région du volcan et les rapports des responsables du Parc National Naturel de Los Nevados (Pnnn) . L’enregistrement de signaux sismiques de ce genre n’est pas exclu, avec des niveaux d’énergie plus élevés qui peuvent être associés à des émissions de gaz et de cendres. Il est important de se rappeler que les processus d’émission de cendres peuvent se produire sur plusieurs jours et parfois plusieurs fois par jour, sans impliquer de rapport individuel pour chaque épisode.



La déformation volcanique, mesurée à partir d’ inclinomètres électroniques, de systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) et d’ images satellites pour déterminer les changements dans l’inclinaison, la position et la forme du volcan, continue d’enregistrer au cours des derniers mois un processus déflationniste et des impulsions intermittentes inflation / déflation éventuellement lié aux émissions de gaz et de cendres.

Le volcan continue à émettre dans l’atmosphère des quantités importantes de vapeur d’eau et de gaz, dont du dioxyde de soufre (SO2)  , comme en témoignent les valeurs obtenues par les stations SCANDOAS installées dans la zone d ‘analyse du volcan et sur l’image satellite. Dans les informations de suivi fournies par le site Mirova et  NASA FIRMES, plusieurs faibles  anomalies thermiques  ,du 21 au 23 et le 26 Février  ont été identifiées.

La colonne de gaz, de vapeur et de cendres de temps en temps a atteint une hauteur maximale de 2000 m mesurés sur le sommet du volcan le 25 Février. La direction de la dispersion de la colonne était en ligne avec le régime des vents dominants dans la région, qui prédominaient pendant la semaine au Nord-Ouest et Sud-Ouest du volcan.

Le volcan Nevado del Ruiz continue au niveau d’activité Amarillo.

Source : Ingeominas.

Photo : César Rios Giraldo

 

Piton de la Fournaise , La Réunion :

Bulletin mensuel du mercredi 1 mars 2017

Le mois de Février 2017 aura été marqué par une éruption de 28 jours débutée le 31 Janvier et stoppée le 27 Février 2017. Au cours de cette éruption, moins de 10 Millions de m3 de coulées de lave ont été émises en surface (entre 3 et 8 Mm3 suivant les méthodes d’estimation).

Les contours (Figure 1) et les volumes des coulées émises en surface ont peu évolué au cours des deux dernières semaines d’éruption du fait de débits extrêmement faibles en surface en seconde moitié d’éruption (< 1 m3/sec).

Figure 1 : Evolution de l’extension des coulées au cours de l’éruption du 31 Janvier – 27 Février 2017. (©OVPF/IPGP)

 

Les déformations associées à la migration du magma vers le site éruptif (le 31 Janvier) se sont concentrées sur la partie sud et est du volcan et n’ont pas excédé 30 centimètres (Figure 2).

Figure 2 : Déplacements de surface associés à la migration du magma vers le site éruptif (le 31 Janvier). Les vecteurs représentent les déplacements horizontaux (échelle en mètre donnée par la valeur VECTEUR MAX) et les ronds colorés les déplacements verticaux (échelle en mètre donnée par la barre colorée). (©OVPF/IPGP)
 

Au cours de l’éruption et depuis son arrêt le 27 février, l’inflation (gonflement) du cône terminal se poursuit de manière continue (environ 1 cm d’élongation de la partie sommitale en un mois).

Parallèlement, les concentrations en CO2 dans le sol au niveau du gîte du volcan restent élevées et la sismicité profonde (ca -20 km sous le niveau de la mer) sous le flanc ouest du volcan (ca. Plaine des Palmistes) a commencé à augmenter depuis le 17 février environ.

Ces paramètres témoignent d’une pressurisation en profondeur et de remontées de fluides des zones profondes vers les zones de stockage plus superficielles sous les cratères sommitaux (ca. -2 km sous la surface).

Source : OVPF

Photo : Dronecopters

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search