24/02/2017. FR. Nevado Del Ruiz , Nevados de Chillan , Tungurahua , Piton de la Fournaise .

Home / blog georges Vitton / 24/02/2017. FR. Nevado Del Ruiz , Nevados de Chillan , Tungurahua , Piton de la Fournaise .

24/02/2017. FR. Nevado Del Ruiz , Nevados de Chillan , Tungurahua , Piton de la Fournaise .

24/02/2017.

 

Nevado Del Ruiz , Colombie :

Bulletin d’activité hebdomadaire du volcan Nevado del Ruiz, du 14 Février au 20 Février, 2017

Le niveau d’activité continue au niveau d’activité jaune ou (III):  changements dans le comportement de l’activité volcanique.

En ce qui concerne le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le Service Géologique Colombien rapporte que:

Au cours de la semaine, les différents paramètres de contrôle ont montré que le volcan Nevado del Ruiz reste instable. L’activité sismique liée à la fracturation des roches volcaniques a montré une augmentation du nombre de séismes enregistrés et de l’ énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente  . Cette sismicité a été localisé principalement dans les secteurs Nord-Est, Nord, Sud-Est, Sud-Ouest   et, dans une moindre mesure, dans le cratère Arenas. La profondeur  des tremblements de terre se situait entre 1,1 et 7,7 km. La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine était de 1,4 ML (Magnitude locale), ce qui correspond au tremblement de terre enregistré le 14 Février à 19:59 (heure locale), à 3.1 km de profondeur et situé à 2,5 km au Sud-Ouest du cratère Arenas.

La sismicité liée à la dynamique des fluides dans les conduits de la structure volcanique a été caractérisée par l’apparition de tremblements de terre, avec des niveaux variables d’énergie, de type longue période (LP) et très longue période (VLP), des impulsions de tremor et des tremblements de terre de fluide multiples. Ce type de sismicité a présenté une augmentation du nombre de tremblements de terre et de l’énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Les tremblements de terre ont été principalement situées dans le cratère Arenas et dans une moindre mesure dans le  secteur Sud-Est. Certains de ces signaux sismiques ont été associés à l’émission de gaz et de cendres dans l’atmosphère, comme l’ont confirmé  les caméras installées dans la région du volcan et les rapports des responsables du Parc National Naturel de Los Nevados (Pnnn)  . L’enregistrement de signaux sismiques de ce genre n’est pas exclu, avec des niveaux d’énergie plus élevés , qui peuvent être associés aux émissions de gaz et de cendres. Il est important de se rappeler que les processus d’émission de cendres peuvent se produire sur plusieurs jours et parfois plusieurs fois par jour, sans impliquer de rapport individuel pour chaque épisode.

La déformation volcanique, mesurée à partir d’ inclinomètres électroniques, de systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) et d’ images satellites pour déterminer les changements dans l’inclinaison, la position et la forme du volcan, continue d’enregistrer au cours des derniers mois un processus déflationniste et des impulsions intermittentes inflation / déflation éventuellement liées aux émissions de gaz et de cendres.

Le volcan continue à émettre dans l’atmosphère des quantités importantes de vapeur d’eau et de gaz, dont du dioxyde de soufre (SO2)  , comme en témoignent les valeurs obtenues par les stations SCANDOAS installées dans la zone d ‘analyse du volcan et les images satellite. Dans le suivi des informations fournies par le site Mirova, 6 anomalies thermiques , les 14  , 16 , 17 ,  19 et 20 Février avec différentes valeurs d’énergie ont été identifiées, dont la plus importante a été enregistrée le 17 Février avec une valeur de 30 MW.

La colonne de gaz, de vapeur et de cendres de temps en temps a atteint une hauteur maximale de 1200 m mesurés sur le sommet du volcan, le 18 février . La direction de la dispersion de la colonne était en ligne avec le régime des vents dominants dans la région, qui prédominaient pendant la semaine vers le Nord-Est, Sud-Est et parfois vers le Nord-Ouest du volcan.

Le volcan Nevado del Ruiz continue au niveau d’activité Amarillo.

Source : Ingeominas

 

Nevados De Chillan , Chili :

1053 évènements sismiques ont été enregistrés , parmi lesquels 76 ont été classés comme volcano – tectoniques ( VT) en relation avec des processus de fracturation de roches , avec des magnitudes locales inférieures ou égales à 1,9 ML . L’évènement de plus grande énergie a été localisé à 1,2 km en direction du Sud-Est du cratère actif, à une profondeur de 3,9 km. De même, il a été enregistré 922 séismes de longue période ( LP) associés à des mouvements de fluides à l’intérieur du volcan, avec une magnitude maximale égale à 2, 4 ML. L’évènement de plus grande énergie a présenté une valeur de déplacement réduit égale à 27 cm2 . Enfin, 51 évènements de longue période de type Tornillos ( TO) en relation avec les oscillations de résonnance des fluides magmatiques et/ou hydrothermaux  à l’intérieur des conduits volcaniques ont été enregistrés. En outre, quatre (4) épisodes de tremors (TR) avec des valeurs de déplacements réduits (RDC) inférieures à 3 cm2, et des fréquences dominantes comprises entre 2 et 4hz ont été enregistrés.


Les images obtenues grâce à des caméras installées à proximité du complexe volcanique, ont montré un faible dégazage autour des cratères actuellement actifs avec des hauteurs qui ne dépassent pas 100 m.
Selon les données obtenues à partir de cinq (5) stations GNSS, qui mesurent la déformation de la surface du volcan, aucun changement significatif n’a été observé. Les longueurs des lignes de controle qui traversent le volcan sont restées stable, ce qui suggère qu’il n’y a aucun changement significatif dans la dynamique interne du volcan. Les données fournies par deux (2) inclinomètres n’ont pas indiqué de variations  importantes dans la morphologie du volcan.

Aucune émissions de dioxyde de soufre (S02) dans l’atmosphère dans le secteur du volcan n’ont été signalées, selon les données publiées par les instruments de surveillance de l’ozone  OMI , Soufre Groupe Dioxyde (http://so2.gsfc.nasa.gov/ ) et  NESDIS ,  (http://satepsanoine.nesdis.noaa.gov).
Aucune alerte thermiques n’a été signalés dans la zone associée avec le volcan selon les données traitées par les observation infrarouge  Mirova  (http://www.mirovaweb.it/) et  MODVOLC  (http://modis.higp.hawaii.edu/) , systèmes de détection à distance qui indiquent des changements significatifs dans la température de la surface de la terre à partir des données du Moderate Resolution Imaging spectroradiomètre  MODIS .


Bien que superficiellement l’activité soit restée faible et sans explosions, les dynamiques liées à la circulation magmatique et hydrothermale des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques continue d’évoluer. En outre, la présence d’une activité sismique volcano-tectonique dans les environs du cratère actif et une sismicité de longue période persistante très proche de la surface , suggère que le système volcanique  est encore instable et peut évoluer vers de nouvelles phases explosives de type phréatique et / ou phréatomagmatique d’une plus grande intensité des cratères actifs. Par conséquent, le niveau d’alerte volcanique reste au:
NIVEAU JAUNE :   changements dans le comportement de l’activité volcanique – temps probable pour une éruption : semaines / mois.

Remarque: Il est recommandé à titre préventif, d’appliquer des restrictions d’accès de la zone proche du cratère avec un rayon de 3 kilomètres.

Source : Sernageomin

 

Tungurahua , Equateur :

Du jeudi 16 au vendredi 17 Février 2017, le personnel de l’ IGEPN a fait une ascension du volcan Tungurahua, afin d’effectuer un contrôle sur place des conditions actuelles du volcan.

1. Situation climatique
Lors de la visite du volcan Tungurahua, le 16 et 17 Février de cette année, les conditions météorologiques ne sont pas très favorables. Le volcan est resté couvert la plupart du temps. Le jeudi 16 , des pluies de forte intensité dans la zone supérieure, ont même compliqué la montée au refuge et à la fin de l’après-midi n’ont pas autorisé à observer directement le volcan . Selon le personnel de service à l’Observatoire du volcan Tungurahua (OVT), aucun rapports relatifs à la descente de lahars dans l’un des cours d’eau du volcan n’avaient été reçus.

L’équipe technique (figure 1), a été formé par les volcanologues du Geophysics Institute (Equateur), les volcanologues membres du « Trail par le feu » (France, Canada et Portugal) et un guide de montagne. L’ascension a commencé à 2h30 du matin le vendredi 17. Le volcan était couvert  au sommet et complètement recouvert de neige jusqu’à environ 500 mètres au-dessous du cratère. L’ascension a duré environ 4 heures jusqu’au cratère du volcan. A l’arrivée de l’équipe , il y a eu une petite fenêtre de clarté qui a permis durant quelques minutes de faire le travail dans la zone. La température ambiante était d’environ  – 1 ° C centigrades en dessous de zéro , une humidité relative de 50%.

 

Monitoreo Térmico y Observaciones de la actividad superficial del volcán Tungurahua

Figure 1: équipe technique lors de la descente dans le cratère du volcan Tungurahua. Photographie: R Toapanta. IG-EPN. 17/02/2017.

Activité de Surface:
Une activité de fumerolles a été observée , très faible et pulsatile, sur les flancs NW et N , qui a été présentée comme des petits panaches de gaz, éventuellement constitué pour la majeure partie de vapeur d’eau. A l’intérieur du cratère du volcan , de petits champs de fumerolle, avec une très faible activité  ,ou on pouvait à peine distinguer la sortie des gaz en très petites quantités , ont été observés , à une hauteur qui n’a pas réussi à surmonter le bord du cratère (Figure 2).

Impossible de percevoir une odeur de soufre à tout les stades de l’ascension, et  lors du travail  effectué dans la zone supérieure du volcan (cratère).

Monitoreo Térmico y Observaciones de la actividad superficial del volcán Tungurahua

Figure 2: Bord Nord-Est du cratère du volcan Tungurahua, des fumerolles de très faible intensité sont observées. Photographie: M Almeida. IG-EPN. 17/02/2017.

En outre, dans le cadre de la mission , ils ont pu obtenir de nouvelles mesures à l’aide d’un dispositif qui permet de mesurer les distances à distance (télémètre). Les nouvelles mesures du cratère sont un diamètre de 363 m , la profondeur maximale du cratère  228 m  et la différence de hauteur dans le bord Nord-Ouest de 61 m par rapport à l’altitude de 4895 mètres. Cette fois, aucun cratère  associé  aux explosions phréatiques n’a été observé .

Les résultats des mesures peuvent également être vus dans les schémas présentés dans la figure 3.

Monitoreo Térmico y Observaciones de la actividad superficial del volcán Tungurahua

Figure 3: Schéma des mesures obtenues dans le cratère du volcan Tungurahua. Photo: M Almeida, IG-EPN.

3. Surveillance thermique:
En analysant les images thermiques capturées dans le cratère du volcan les valeurs suivantes de TMA (  température maximale  apparente ) ont été obtenues:

1. Bord  interne Sud-Ouest , TMA = 110,8 ° C
2. Fond du cratère actuel, TMA = 68, 6 ° C
3. Bord Nord-Ouest, TMA = 111 ° C

Dans d’autres zones à l’intérieur du cratère, qui ont montré des anomalies thermiques , il a été calculé des température  variable avec des valeurs comprises entre 35 ° C et 50 ° C
En général, toutes les températures obtenues dans ces relevés sont considérées comme faibles et pourraient être liées principalement à l’activité hydrothermale (figure 4).

Monitoreo Térmico y Observaciones de la actividad superficial del volcán Tungurahua

Figure 4:  Cratère du volcan Tungurahua. Photos et Images: M Almeida. IG-EPN. 17/02/2017.

 

Source : IGEPN

 

Piton de la Fournaise , La Reunion :

L’éruption débutée le 31 janvier 2017 à 19h40 heure locale se poursuit. Le trémor volcanique (indicateur de l’intensité éruptive en surface) se maintient à un niveau stable (Figure 1).

(OVPF/IPGP)

Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre le 31 Janvier et le 23 Février (16h30 heure locale) sur la station sismique de Château Fort, localisée sur le flanc Sud du volcan.

 

– Aucune sismicité n’a été enregistrée au cours de la journée sous le sommet du Piton de la Fournaise.

– L’inflation du volcan dans sa zone sommitale se poursuit. Une légère inflation à la base du cône (fond de l’enclos) est maintenant perceptible. En revanche à l’extérieur de l’enclos, aucune déformation n’est actuellement observable.

Les observations visuelles effectuées ce jour depuis le Piton de Bert, ainsi que les mesures effectuées sur panache de gaz, font état d’une activité modérée et stable. Aucune évolution significative de l’activité de surface n’a été observée par rapport à hier.

Source : Ovpf

Photo : Timaoul

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search