19/02/2017. FR. Cayambe , Piton de la Fournaise , Bogoslof , Sabancaya .

Home / Alaska / 19/02/2017. FR. Cayambe , Piton de la Fournaise , Bogoslof , Sabancaya .

19/02/2017. FR. Cayambe , Piton de la Fournaise , Bogoslof , Sabancaya .

19/02/2017.

 

Cayambe , Equateur :

RÉSUMÉ
Depuis la publication du 28 Décembre (Rapport spécial n ° 5), le volcan Cayambe poursuit  une activité sismique anormale caractérisée par  des tremblements de terre volcano-tectoniques de type  fracture et des évènements à longue période (mouvements de fluide) situés entre 2 et 8 km en aval du sommet. En Janvier une moyenne de 15 évènements de type LP et 36 évènements de type VT par jour a été enregistrée, alors que jusqu’à présent ce mois-ci, il y a eu une moyenne de 15 évènements de type LP et 21 évènements de type VT par jour jusqu’à présent, ce qui indique une légère baisse qui a commencé durant la dernière semaine de janvier.
Les grimpeurs ont rapporté que l’odeur de soufre,  qui était à un niveau élevé d’Octobre à Décembre, a considérablement diminué aujourd’hui.

Les survols du volcan a été fait, mais à cause des mauvaises conditions et de la quantité de neige, les observations des fissures observées en Décembre, ne sont pas très claires.

En raison du type de séismes enregistrés et de leurs emplacements, on estime que l’anomalie interne  du volcan est  susceptible d’avoir une origine magmatique. A moyen terme, une éruption (semaines à mois) est possible, bien que peu probable si une accélération ou des changements soudains ne se produisent pas dans les paramètres de surveillance. 

Depuis que les premiers signes d’agitation ont été reçus, l’Institut de géophysique a installé des stations supplémentaires [1 GPS 1 inclinomètre, 1 DOAS (capteur de gaz)], avec des plans pour une autre station sismique dans un proche avenir, et a mis à jour l’une des stations existantes [la station sismique ANGU a été changée de courte à large bande – en augmentant sa capacité à mesurer les paramètres des événements plus importants] pour garantir les capacités de surveillance. L’institut a également des réunions hebdomadaires pour discuter et interpréter les données reçues, veiller à ce que tout changement sur le volcan soit détecté .

ACTIVITÉ SISMIQUE

Le volcan Cayambe reste à un niveau sismique supérieure à la normale (avec des événements principalement volcano-tectoniques (fracture) et des évènements à longue période (mouvements de fluide)) depuis le début de Septembre (figures 1 et 2). Les dernières semaines montrent une légère tendance à la baisse depuis la dernière semaine de Janvier et qui persiste. Il convient de noter que l’activité est encore nettement supérieure à la normale.

Informe Especial Cayambe N. 1 - 2017

Fig. 1: Nombre cumulé d’événements volcan Cayambe depuis Janvier 2016 (ligne bleue). La ligne orange correspond à la tendance précédente d’essaim typique de Juin 2016. La ligne grise correspond à la même tendance  post-Juin et pré Septembre  2016.

Les emplacements et l’ampleur des événements au cours des dernières semaines, par rapport à l’activité précédente (Novembre et Décembre 2016), sont présentés ci dessous .

DÉTECTION DES GAZ VOLCANIQUES et observations visuelles.

Nous avons eu des rapports de grimpeurs indiquant que l’odeur de soufre, qui a été signalée comme alarmante au cours des derniers mois de 2016, a été considérablement réduite. L’odeur la plus intense, était ressentie au-dessus du refuge Cayambe, à 4670 mètres d’altitude, au Picos Jarrin (la zone la plus forte) et à la crête avant le sommet. Actuellement, l’odeur de soufre près du sommet n’est pas perçue, mais encore l’odeur varie avec le temps entre modérément forte et faible près du Picos Jarrin.

Observations visuelles

Pendant le survol le 28 Janvier, 2017, le volcan était partiellement nuageux, limitant l’observation directe du sommet. Pendant les travaux de suivi , il n’a pu être observé aucune émission apparente de gaz volcaniques, ni de percevoir l’odeur de soufre. Malgré des conditions météorologiques défavorables, il a été possible de démontrer la présence de la «nouvelle» fissure  observée pendant le vol du 23 Décembre 2016, avec aucun changement apparent présents dans sa structure

 

Informe Especial Cayambe N. 1 - 2017

Fig. 7: volcan Cayambe vu de l’Ouest, aucune activité de surface n’est observée. (Photo: P. Ramon – IG / EPN, 16/01/2017).

Surveillance thermique:

Semblable à l’analyse effectuée dans le dernier survol, le volcan ne montre aucune anomalie thermique; les mesures obtenues se rapportent principalement à la roche chauffée sous l’incidence du rayonnement solaire , avec cette fois, des températures maximales d’environ 28,5 ±  5 ° C apparente , dans les zones sans accumulation de neige ou sans la présence de la calotte glaciaire   .

Informe Especial Cayambe N. 1 - 2017

Photographie et image thermique correspondante, capturées sur le flanc Est du volcan Cayambe. Les zones jaunes correspondent à des roches qui ont été chauffés principalement par l’action du rayonnement solaire (voir analyse à grande échelle sur le côté droit de l’image thermique) (Photo et imagerie thermique: P. Ramon – IG / EPN; 16-01- 2017).

INTERPRÉTATION

En rapport au compte rendu publié le 28 Décembre, où une légère augmentation de l’activité sismique était indiquée, on observé une légère diminution de la sismicité, mais qui reste dans les limites de l’anomalie observée depuis Septembre. L’origine de cette anomalie pourrait provenir du système hydrothermal, mais plus probablement une origine magmatique en raison des caractéristiques des tremblements de terre. Une éruption du volcan à moyen terme (semaines à plusieurs mois) est possible, mais très peu probable s’il n’y a pas de changement dans les paramètres de surveillance.

Source : IGEPN

 

Piton de la Fournaise , La Reunion :

L’éruption débutée le 31 janvier 2017 à 19h40 heure locale se poursuit. Le trémor volcanique (indicateur de l’intensité éruptive en surface) se maintient à un niveau d’intensité relativement constant depuis 3 jours, à un niveau équivalent à celui du début de l’éruption (Figure 1).

Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre le 31 Janvier et le 18 Février (18h heure locale) sur la station sismique de Château Fort, localisée sur le flanc Sud du volcan. (©OVPF/IPGP)

 

– Aucune sismicité n’a été enregistrée au cours de la journée sous le sommet du Piton de la Fournaise.

– Une tendance à une reprise de l’inflation de l’édifice semble se dessiner. Ce paramètre sera à confirmer ces prochains jours.

La situation est stationnaire, l’éruption continue à un niveau d’intensité relativement constant et élevé. L’activité visible demeure celle du cône éruptif, la lave se déplaçant dans un tunnel adjacent.

L’activité est visible sur le cône éruptif, qui mesure désormais plus de 30 mètres de hauteur!

Source : Ovpf, Fournaise info.

Photo : Timaoul

 

Bogoslof , Iles Aleoutiennes , Alaska :

53 ° 55’38 « N 168 ° 2’4 » O,
Altitude Sommet :492 pi (150 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: AVERTISSEMENT
Code couleur de l’aviation: ROUGE

L’éruption du volcan Bogoslof se poursuit. Après l’explosion le matin du 17 février, une petite explosion subséquente a été observée dans les données sismiques et infrasonores vers 15:46 AKST (00:46 UTC). Le nuage volcanique résultant a été observé dans les vues satellites avec des altitudes de nuages ​​à environ 25 000 ft asl.

Le matin du 18 février, aux alentours de 4:50 AKST (13:50 UTC), une explosion s’est produite produisant un nuage à nouveau. L’explosion a été détectée par des observations sismiques, infrasonores, éclair et satellite. Ce nuage volcanique s’est déplacé vers le Sud-Ouest à environ 25,000 ft asl.

AVO Image

Le volcan Bogoslof reste à un état accru d’agitation et dans un état imprévisible. D’autres explosions produisant des nuages ​​volcaniques à haute altitude pourraient se produire à tout moment. Certaines explosions antérieures ont été précédées d’une augmentation de l’activité sismique qui a permis des prévisions à court terme d’une activité explosive significative imminente. Bien que nous soyons en mesure de détecter l’activité explosive énergétique en temps réel, il y a typiquement un décalage de dizaines de minutes jusqu’à ce que nous puissions caractériser l’ampleur de l’événement et l’altitude du nuage volcanique. Une activité explosive de faible intensité qui est inférieure à notre capacité de détection dans nos sources de données peut se produire. Ces explosions de faible niveau pourraient constituer un danger dans le voisinage immédiat du volcan. Lorsqu’une telle activité de bas niveau se produit, elle est considérée comme compatible avec le code de couleur d’aviation ORANGE et le niveau d’alerte volcanique ATTENTION.

Source : AVO

 

Sabancaya , Perou :

Dans la semaine, il y a eu une moyenne de 23 explosions par jour, avec des valeurs de déplacement réduits DR maximum de 77 cm2 (  DR: la zone qui a été déplacé par les tremblements de terre dans la source).
• Les colonnes éruptives de gaz et de cendres ont atteint environ 3000 mètres au-dessus du bord du cratère, puis se sont étalées sur plus de 40 kilomètres en direction Sud, Nord-Ouest et Sud-Est du volcan.

 


La tendance de déformation est faible et négative.
Le flux de gaz volcanique (SO2) a atteint un maximum de 2360 tonnes / jour le 01 Février.
8 anomalies thermiques ont été détectées , avec des valeurs comprises entre 1 et 31 MW de PRV ( puissance rayonnée volcanique).

Source : Ingemmet

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search