11/02/2017. FR. Piton de la Fournaise , Bogoslof , Turrialba , Pacaya .

Home / Alaska / 11/02/2017. FR. Piton de la Fournaise , Bogoslof , Turrialba , Pacaya .

11/02/2017. FR. Piton de la Fournaise , Bogoslof , Turrialba , Pacaya .

11/02/2017.

 

Piton de la Fournaise , La Réunion :

L’éruption débutée le 31 janvier 2017 à 19h40 heure locale se poursuit. Le trémor volcanique (indicateur de l’intensité éruptive en surface) se maintient à un niveau d’intensité élevé (Figure 1).

Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre le 31 Janvier et le 10 Février (17h heure locale) sur la station sismique de Château Fort, localisée sur le flanc Sud du volcan. (©OVPF/IPGP)

– Aucune sismicité n’a été enregistrée au cours de la journée sous le sommet du Piton de la Fournaise.
– L’inflation de l’édifice se poursuit, témoignant de la pressurisation du réservoir superficiel et du maintien d’une remontée de fluides.
– Les flux de SO2 sont relativement bas.
Les relevés et observations réalisés sur le terrain ce matin par une équipe de l’observatoire ont permis :

– Le suivi de l’activité de surface et de l’édification du cône éruptif.
Un cône de 30-35 m de haut (dans sa hauteur maximum) et de 190 m de large s’est édifié (Figure 2). Une seule bouche active est observée au sommet de ce cône d’où s’échappent des projections régulières recouvrant ses parois externes et contribuant ainsi à sa croissance. Le niveau de lave à l’intérieur du cône est relativement bas (se situant à environ la moitié de la hauteur du cône à 08h50 ce matin).
L’essentiel de l’activité se fait en tunnel de lave, et les débits en surface sont de ce fait faibles (estimations comprises entre < 1 et 2.4 m3/s d’après les données satellites des plateformes HOTVOLC (OPGC – Clermont Ferrand) et MIROVA (Université de Turin)). Seuls quelques petits bras de coulées sont visibles à la sortie de certains tunnels.  Ces observations sont en accord avec les faibles flux de SO2.

Prise de vue du site éruptif le 10/02/2017 à 8h50, heure locale. (©OVPF/IPGP)

Le suivi cartographique des coulées.

Les prises de vue réalisées ce jour ont permis de cartographier plus précisément l’étendue des coulées de lave (Figure 3). L’épaisseur de l’accumulation de lave en sortie de l’évent (Figure 2) est d’environ 14 m. Le front de coulée au niveau de la partie supérieure des « Grandes Pentes » est figé et ne progresse plus (Figure 4).

Figure 3 : Tracé approximatif des coulées de lave au 10/02/2017, 8h50 heure locale, déduit d’images aériennes (Fond de carte IGN). (©OVPF/IPGP)

Figure 4 : Prises de vue du front de coulée le 10/02/2017 à 7h30, heure locale. (©OVPF/IPGP)

La prise de vue d’images thermiques.

Les températures de sortie au niveau de l’évent sont comprises entre 1200 et 1250°C. Les prises de vue plus larges ont permis d’identifier les chenaux principaux et de mettre en évidence les zones en tunnel (Figure 5).

Figure 5 : Image thermique du site éruptif prise en vue aérienne le 10/02/2017, 8h45 heure locale. (©OVPF/IPGP)

Source : OVPF

 

Bogoslof , Iles Aleoutiennes , Alaska :

53 ° 55’38 « N 168 ° 2’4 » O,
Altitude Sommet : 492 pi (150 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur de l’aviation actuel : ORANGE

Les troubles volcaniques sur le Bogoslof se poursuivent. Un événement éruptif de bas niveau a été détecté sur le Bogoslof depuis notre dernière mise à jour hebdomadaire. Elle a eu lieu le vendredi 3 février à 16h41 AKST (1:41 février 4 UTC), et a produit un petit panache de cendres volcaniques au-dessous de 25,000 ft asl, comme vu dans les observations satellites et confirmé par les rapports de pilote. Des températures de surface faiblement élevées ont été observées dans les images satellitaires les 7 et 8 février, probablement liées à des dépôts éruptifs chauds de l’activité explosive de vendredi dernier.

AVO Image
Photographie annotée de l’île Bogoslof montrant les effets cumulatifs de l’activité éruptive de 2016-17. Une couche de fines cendres et de boue couvre la plupart du paysage et recouvre la végétation préexistante. La ligne en pointillé indique la zone creusée par l’activité éruptive explosive jusqu’à présent. Une zone proéminente de remous est probablement l’expression superficielle d’un évent sous-marin peu profond. Photo prise par Dan Leary, Hélicoptères maritimes, 10 janvier 2017.


Cela fait 7 jours depuis la dernière activité explosive détectée sur le Bogoslof. C’est le temps de repos le plus long entre les événements éruptifs explosifs depuis le début de l’éruption le 12 décembre 2016. Le repos plus long, avec le fait que les deux dernières éruptions étaient moins énergiques et produisaient des nuages ​​de cendres relativement bas (<25 000 pieds asl ), ce qui peut indiquer que l’éruption est en déclin. Il est également possible qu’une activité explosive significative puisse reprendre avec peu ou pas d’avertissement. Une image satellite du 8 février montre que l’emplacement de l’évent du Bogoslof reste sous l’eau, ce qui suggère que si une future activité éruptive explosive se produit, elle sera probablement semblable à celle observée au cours des 2 derniers mois.

 
Source : AVO

Photo : Waythomas, chris , 10 Janvier 2017 , 12:00 AM

 

Turrialba , Costa Rica :

Rapport d’activité du volcan Turrialba , 10/02/2017

Le  10/02/2017 à 15h31 heure locale, une éruption sur le volcan Turrialba est enregistrée, la hauteur atteinte par la colonne est inconnue en raison de la mauvaise visibilité du site.
Durée de l’activité: En cours.
Les vents soufflent vers le Nord-Ouest.

Il n’y a pas de rapports de chutes de cendres .
Aucune odeur de soufre rapportée.

L’image contient peut-être : 1 personne, nuage, ciel, montagne, plein air et nature

 

Le volcan Turrialba à la lumière de la lune :
Incandescence vs rayonnement de chaleur
L’incandescence est le changement de couleur vers le rouge (dans le spectre visible de la lumière à laquelle est sensible l’œil humain) qu’ émettent les matériaux chauffés. Au-delà du rouge , ces changements peuvent être détectés par des lunettes à infrarouge.
La webcam de l’ Ovsicori-Una , dans le cratère du volcan turrialba opère dans le spectre visible pendant la journée ou dans des conditions de haute luminosité (nuit dégagée à la pleine lune) et dans le spectre infrarouge en conditions de faible luminosité.
Ces photos sont prises à deux moments du matin du vendredi 10 février 2017 : à 4:09 h quand la lune pleine (au fond) a activé la caméra dans le spectre visible et on voit clairement l’incandescence qui sort du cratère par les hautes températures des gaz et des rochers à l’intérieur du cratère et à 4:45 h quand la lune est tombée à l’horizon et la caméra se réactive dans le spectre infrarouge montrant dans des tons plus clairs les plus hautes températures . Avec le seul infrarouge , on ne peut s’assurer qu’il y a incandescence ; juste qu’il y a des températures élevées.

 

En dépit de la densité de la vapeur d’eau dans le panache de gaz et d’aérosols, il est permis d’apprécier la lumière rouge dans le cratère actif du Turrialba , signalant un haut flux d’énergie thermique à l’intérieur du cratère actif provenant d’un corps de magma semi-cristallisé et relativement pauvre en volatiles magmatiques (gaz) qui se trouve près de la surface terrestre.
Images : webcam située au sommet du volcan Turrialba à environ 950 mètres au Sud-Est du cratère actif .

Sources : Ovsicori , Marino Protti ,

Pacaya , Guatemala :

 

Type d’activité: Strombolienne.
Morphologie: Stratovolcan composite
Localisation géographique: 14 ° 22’50˝ Latitude N; 90 ° 36’00˝ Longitud W.
Hauteur: 2,552msnm.

 

L’activité du volcan Pacaya a augmenté dans sa partie cratèrique , avec un cône qui génère des pulses incandescents , à des altitudes de 25 à 50 m, remplissant une grande partie du cratère , et qui a généré un débordement dans la partie Nord-Ouest , là ou on rencontre la fissure de l’éruption de 2010 . Ce flux de lave à une longueur approximative de 300 m et se dirige vers le Nord- Ouest, en direction du cratère du Cerro Chino.

Ce nouveau cycle d’activité de coulées de lave va continuer ainsi et même devrait dans les prochains jours s’amplifier , donnant des explosions modérées à fortes ,  de plus de 300 m au-dessus du cratère

Le graphique RSAM montre un tremor interne restant dans des gammes de 2000/3000 Unités , étant produit par l’expulsion des gaz et du magma.

Les autorités de protection civile du Guatemala maintiennent la surveillance du volcan Pacaya , suite à l’augmentation des éruptions avec de fortes explosions et des coulées de lave, a rapporté jeudi une source officielle. « Il est prévu que dans les prochains jours continuent des explosions  modérées à forte , à plus de 300 mètres au-dessus   de cratère, » a  dit aux journalistes David de Leon, porte-parole du coordonnateur national de prévention des catastrophes (Conrad). Selon le responsable, le volcan, de 2552 mètres de haut et situé à 20 km au sud de la capitale, présente les débordements de lave qui descendent vers le Nord-Ouest du cratère. «Le suivi et la communication est maintenue avec les autorités et les dirigeants dans les zones du volcan , avec ceux qui ont fait des visites pour observer la direction et la longueur des coulées de lave environnante», a déclaré De Leon. Les autorités limitent l’accès aux randonneurs sur le volcan .

Source : Insivumeh , El telegrafo .

Photo : Photovolcanica ( 2007) , Dr R. Roscoe.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search