08/12/2016. FR. Nevado Del Ruiz , Cayambe , Piton de la Fournaise , Langila .

Home / blog georges Vitton / 08/12/2016. FR. Nevado Del Ruiz , Cayambe , Piton de la Fournaise , Langila .

08/12/2016. FR. Nevado Del Ruiz , Cayambe , Piton de la Fournaise , Langila .

08/12/2016.

 

Nevado Del Ruiz , Colombie :

Bulletin d’activité hebdomadaire du volcan Nevado del Ruiz, du 29 Novembre au 5 Décembre, 2016
Le niveau d’activité continue au niveau d’activité jaune ou (III): changements dans le comportement de l’activité volcanique.

En ce qui concerne le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le Service Geologique Colombien rapporte que:

Au cours de la dernière semaine, différents paramètres de surveillance, montrent que le volcan Nevado del Ruiz reste instable. L’activité sismique liée à la fracturation de la roche sous l’édifice volcanique  a montré une diminution du nombre de tremblements de terre et de l’énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente  . Cette sismicité a été localisée principalement dans les sources sismogènes du Nord, du Sud et du Sud-Est distales; et dans une moindre mesure dans les secteurs Sud-Ouest du volcan et dans le cratère Arenas  et ses environs. Les profondeurs des tremblements de terre variant entre 0,7 et 7,0 km. La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine a été de 1,5 ML (Magnitude locale), correspondant à deux séismes enregistrés le 04 et 05 Décembre à 23h42 et 08h51 (heure locale), à 2,94 et 3,18 km de profondeur, respectivement, situés au Sud-Ouest du cratère Arenas.

nevado del ruiz

La sismicité liée à la dynamique des fluides dans les conduits de la structure volcanique a été caractérisée par l’apparition de tremblements de terre avec différents niveaux d’énergie de type longue période (LP) et très longue période (VLP), des impulsions de tremors et des tremblements de terre de fluide multiples. Ce type de sismicité était principalement situé dans le cratère Arenas et le secteur Sud-Est du volcan. Certains de ces signaux sismiques ont été associés à des émissions de gaz et de cendres dans l’atmosphère, comme l’ont confirmé les images capturées par les caméras installées dans la région du volcan et les rapports des responsables du Parc National Naturel de Los Nevados (Pnnn)  . L’enregistrement de nouveaux signaux sismiques de ce type avec des niveaux d’énergie plus élevés qui peuvent être associés à des émissions de gaz et de cendres est pas exclu. Il est important de se rappeler que les processus d’émission de cendres peuvent se produire sur plusieurs jours et parfois plusieurs fois par jour, sans impliquer de rapport individuel pour chaque épisode.

nevado del ruiz

La déformation volcanique, mesurée à partir d’inclinomètres électroniques, de systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) et d’ images satellites pour déterminer les changements dans l’inclinaison, la position et la forme du volcan, continue d’enregistrer au cours des derniers mois une inflation et des impulsions intermittentes d’inflation /   déflation éventuellement liées aux émissions de gaz et de cendres.

Le volcan continue à émettre dans l’atmosphère des quantités importantes de vapeur d’eau et de gaz, dont du dioxyde de soufre (SO2)  , comme en témoignent les valeurs obtenues par les stations SCANDOAS installées dans la zone d ‘analyse du volcan et sur l’image satellite. Dans les informations de suivi fournies par le portail Mirova aucune anomalies thermiques n’ont été identifiées.

La colonne de gaz, de vapeur et de cendres de temps en temps a atteint une hauteur maximale de 2000 m au dessus du sommet du volcan, le 02 Décembre. La direction de la dispersion de la colonne était en ligne avec le régime des vents dominants dans la région, qui, au cours de la semaine a fluctué entre le Sud-Ouest et le Nord-Ouest.

Le volcan Nevado del Ruiz continue au niveau d’activité Amarillo.

Source : Ingeominas

Photos : skyscrapercity.com

 

Cayambe, Equateur :

Mesures thermiques des ressources en eau et gaz autour du volcan Cayambe , dans la Zone Otavalo

Entre le 30 Novembre et le 1er Décembre, 2016, une équipe de techniciens de l’Institut de Géophysique a visité la région du Cayambe pour mesurer les émissions de gaz et les paramètres physico-chimiques dans ses sources chaudes.

En utilisant la technique Mobile DOAS, les routes principales autour du volcan ont été parcourues , en cherchant des émissions de gaz  d’origine volcanique. Il convient de mentionner que, pendant ces voyages aucune émissions de SO2 du volcan Cayambe n’ont été identifiées.

Mediciones de Fuentes de Aguas Termales y Gases en el Volcán Cayambe y la Zona de OtavaloFigure 1. Mesures à la source de Contadero, située sur le flanc Nord-Ouest du Cayambe.

En outre, les sources chaudes de Contadero et Sayaro, où des mesures de pH, de conductivité, de température et de CO2 dissous ont été effectuées , ont été visitées. Des échantillons, qui seront ensuite analysés au Centre de recherche et de contrôle de l’environnement (CICAM) de l’Ecole Nationale Polytechnique ont également été recueillis.

 cayambe

Ces campagnes complètent les mesures permettant les activités de surveillance qui sont effectuées quotidiennement sur le volcan Cayambe.
En outre,  sont réalisées des mesures similaires dans les eaux thermales de Tangali et des sources situées près des cascades de Peguche, qui sont faites sur une base régulière.

Source : IGEPN

Photos : IGEPN , surtrek.org

 

Piton de la Fournaise , La Réunion :

Sismicité

L’activité volcano-tectonique sous le Piton de la Fournaise est restée à un niveau bas au cours du mois de Novembre.

Au cours du mois de Novembre 2016, l’OVPF a enregistré au total :

3 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à -2 km sous la surface) sous les cratères sommitaux;
3 séismes profonds (> à 2 km de profondeur) sous le flanc Est du Piton de la Fournaise ;
542 effondrements (dans le Cratère Dolomieu, au niveau du rempart de l’Enclos Fouqué et sur la coulée de Septembre 2016) ;
19 séismes locaux (sous l’île, côté Piton des Neiges) ;
27 séismes régionaux (dans la zone océan indien).

Bilan de la sismicité volcano-tectonique superficielle au Piton de la Fournaise du 18 Septembre au 30 Novembre 2016. (©OVPF/IPGP)

Déformation

 L’arrêt de l’inflation de la zone sommitale observé en Octobre se poursuit. Sur certaines stations, une légère déflation est même observée.

Illustration de la déformation au cours des six derniers mois (les éruptions du 26-27 Mai et du 11-18 Septembre 2016 sont représentées en jaune). (A gauche) Est ici représentée une ligne de base (distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cratère Dolomieu d’est en ouest (en noir les données brutes, en bleu les données lissées sur une semaine). Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan. (©OVPF/IPGP)

 En revanche, les stations plus lointaines (témoins de l’influence de sources de pression plus profondes) de la base du cône ou en bordure de l’Enclos Fouqué continuent de montrer des signes d’inflation mais à des taux très faibles, avec un maximum d’élongation entre deux stations de 0.3 mm en deux mois.

Piton cratere-dolomieu

Géochimie des gaz

Fumeroles sommitales : Les excès par rapport à l’atmosphère de CO2, H2S et SO2 restent globalement faibles. On remarque néanmoins une présence de H2S (faible mais au-dessus du bruit de fond) couplée à de l’H2O. Depuis le 11 novembre, une faible concentration de SO2, bien couplée à du CO2, est détectée. Les rapports CO2/SO2 restent néanmoins relativement faibles.
Concentration en CO2 dans le sol sur les stations lointaines (zone hors Enclos Fouqué) : Les concentrations en CO2 dans le sol au niveau de la station du Gîte du volcan restent faibles, alors que la tendance est à la diminution sur les stations plus lointaines de la Plaine des Cafres et de la Plaine des Palmistes.

Source : OVPF

Langila, Papouasie Nouvelle Guinée :

5,525 ° S, 148,42 ° E
Altitude 1330 m

Sur la base d’analyses d’images satellitaires et de données éoliennes, le VAAC de Darwin a signalé que pendant la période du 1er au 6 décembre, des panaches de cendres du Langila se sont élevés à des altitudes de 2,1 à 3 km (7 000-10 000 ft) a.s.l. et ont dérivés vers le Nord- Est, le Nord-Ouest, et l’Ouest. Les panaches le 3 décembre ont dérivé sur presque 40 km.

Langila-cr-2---3---Wally-Johnson-Austr.-bureau-of-mineral-r.jpg

Langila 04.09.1970 vu du nord-ouest : de la vapeur sort des cratères 2, à gauche, et du cratère 3, à droite. Entre les deux, en retrait, le bord du cratère 1.

Langila, l’un des volcans les plus actifs de la Nouvelle-Bretagne, se compose d’un groupe de quatre petits cônes composite-basaltiques-andésitiques qui se chevauchent sur le flanc Est inférieur du volcan éteint de Talawe. Talawe est le plus haut volcan de la région de Cape Gloucester dans le Nord-Ouest de la Nouvelle-Bretagne. Un cratère rectangulaire de 2,5 km de long est ébréché largement au Sud-Est . Le volcan Langila a été construit au Nord- Est du cratère ébréché de Talawe.

langila-25.10.1985--eqh.dpri.kyoto-u.ac.jp.jpg

Langila – épisode éruptif du 29.10.1985 – photos eqh.dpri.kyoto.

Un vaste champ de lave atteint la côte sur les côtés Nord et Nord- Est du Langila. Des éruptions explosives fréquentes, faibles à modérées, parfois accompagnées de coulées de lave, ont été enregistrées depuis le 19ème siècle à partir de trois cratères actifs au sommet du Langila. Le plus jeune et le plus petit cratère ( cratère n°3) a été formé en 1960 et a un diamètre de 150 m.

Source : GVP

Photos : Wally Johnson, 1970 (Australia Bureau of Mineral Resources) , eqh.dpri.kyoto. Annotations : B Duick.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search