25/10/2016. FR . Cleveland , Turrialba , Etna , Ilamatepec ( Santa-Ana) .

Home / Alaska / 25/10/2016. FR . Cleveland , Turrialba , Etna , Ilamatepec ( Santa-Ana) .

25/10/2016. FR . Cleveland , Turrialba , Etna , Ilamatepec ( Santa-Ana) .

25/10/2016.

 

Cleveland , Alaska :

Volcan : actuel Niveau d’alerte: Attention
Volcan : Précédent Niveau d’alerte: CONSULTATIF

Aviation : actuel Code couleur: ORANGE
Précédent Code Couleur Aviation  : JAUNE

Publié: Lundi 24 Octobre 2016, 14:19 AKDT
Source: Alaska Volcano Observatory
Localisation: N 52 ° 49 min W 169 deg 56 min
Altitude: 5676 pieds (1730 m)
Région: Aléoutiennes

cleveland
Le volcan Cleveland pendant un vol de reconnaissance. Les vents étaient de 25 nœuds noter le panache qui descend le flanc du volcan. Le panache sale sur le côté gauche de la photo sont cendres soufflées par le vent.


Résumé de l’activité volcanique :

L’AVO a détecté une explosion sur le volcan Cleveland dans les données infrasons (pression de l’air) et les données sismiques aujourd’hui (24/10/2016) à 13h10 AKDT (21h10 UTC). Les résidents de Nikolski , à 45 miles (75 km) du Cleveland ont déclaré avoir entendu l’explosion. Le temps nuageux obscurcit le volcan sur les images satellite  , cependant aucune preuve d’un nuage d’éruption n’est détecté au-dessus de la couche de nuage à 28.000 pieds. Le sommet est actuellement obscurci  par le temps nuageux sur les images de la caméra web. Les précédentes explosions du Cleveland ont généralement produit des émissions de cendres.

L’AVO relève le code couleur / niveau d’alerte du volcan Cleveland de JAUNE / CONSULTATIF à ORANGE / ATTENTION.

Source : Avo

Photo : Werner, Cindy

 

Turrialba , Costa Rica :

Bulletin d’activité du volcan Turrialba. 24 octobre 2016, 07:35.

Comme on le voit sur l’enregistrement du sismographe de la station VTCG, des bandes de tremor de moyennes amplitude sont observées pendant quelques heures de la nuit et du matin, qui peuvent avoir été accompagnées par des émissions passives de cendres. Au cours de la journée d’hier des chutes de cendres ont été signalées dans diverses parties de la vallée centrale , selon le modèle de dispersion AERMOD du Laboratoire de chimie atmosphérique (LAQAT-A) de l’École de chimie, ainsi que par les valeurs météorologiques  (température, rayonnement, vitesse et et direction du vent , humidité relative, etc.), rapportées par l’Institut national de météorologie (IMN) et de la topographie du Costa Rica. On estime que la dispersion des cendres (jusqu’à 50 km autour du volcan) et des gaz émis par le volcan Turrialba, de trois heures à 6 heures (heure locale)  , avaient une direction vers le Sud-Sud-Ouest et que les émissions auraient une incidence sur des villages tels que Cartago, Paraiso, Cot, Tierra Blanca, Llano Grande, Chicua, San Rafael de Oreamuno, Pacayas, Cachi, Orosi, Cervantes, Capellades, Raicero, Villa Central, Tajo, entre autres lieux à proximité. Donc, nous nous attendons recevoir des rapports de chutes de cendres pour aujourd’hui.

turrialba

Rapport d’activité du volcan Turrialba: 24 octobre 2016 , 17h00.

Au cours des dernières 24 heures, l’activité du volcan Turrialba est restée faible avec des émissions de cendres sporadiques jusqu’à minuit. Des émissions de cendres très diluées ont été observées entre 7 et 9h30 et à partir de ce moment, les particules de cendres sont observées de façon sporadique dans le panache de gaz.

La hauteur de l’ émission ne dépasse pas 500 m au-dessus du volcan (4300 m au dessus du niveau de la mer). La dispersion des cendres s’est fait vers le Sud-Ouest pendant la nuit et à l’Ouest au cours de la journée. Des chutes de cendres ont été signalées à San Jose, Tibas, Guadalupe, Curridabat, Tres Ríos, Desamparados, Escazú, Granadilla, Ipís.

 Source : OVSICORI

 

Etna , Sicile :

Le « Belvedere » revisité:

Cinq années  se sont écoulées entre ces photographies. La première a été prise après  les 16 premiers paroxysmes de l’année 2011 d’ un évent que nous avions commencé à appeler, de façon informelle, le «Nouveau Cratère Sud-Est«  (NCSE ).

etna

Le cône de ce nouveau cratère était toujours considérablement plus bas que le premier cône du Cratère Sud-Est, formé entre les années 1980 et 2007 (Vieux SEC). A 700 m au Sud-Est du NSEC se trouvait l’une des stations de surveillance les plus importantes de l’ INGVOsservatorio Etneo, appelé « Belvedere » (belle vue), équipée d’instruments sismiques ( station « EBEL« ), d’un GPS, d’un radiomètre (pour mesurer l’émission de chaleur) et de divers autres instruments. Le NSEC a poursuivi sa croissance exceptionnelle, et en Février 2013, des coulées de lave de ce cratère ont avalé  l’ensemble des instruments de surveillance du « Belvédère« . Ma dernière visite de ce lieu a eu lieu à la mi-Juin 2014, et j’y suis finalement retourné le 24 Octobre 2016, lorsque la seconde photo a été prise.

Source : Dr Boris Behncke.

 

Ilamatepec ( Santa Ana), El Salvador :

 

San Salvador, le 17 Octobre 2016

Les volcanologues du ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (MARN) ont mené une vérification sur les conditions internes du volcan Ilamatepec, situé entre Santa Ana et Sonsonate, avec pour la première fois , l’utilisation d’ un drone pour les photos et les vidéos de l’intérieur du cône.

Il a fallu trois vols, d’environ 18 minutes chacun  , dans des conditions de vent défavorables pour enregistrer l’état d’érosion des parois du cratère, le niveau et les conditions de la lagune intérieure.

Selon Eduardo Gutierrez,  volcanologue du MARN , les données obtenues avec le drone seront utilisées comme base pour des comparaisons futures, afin de déterminer les changements dans la structure de l’Ilamatepec. « Si des glissements de terrain surviennent à l’avenir, nous avons la base photographique et vidéo pour déterminer la quantité de matériau tombé des flancs internes du volcan et leurs causes », a déclaré l’expert.
En plus , une visite a été effectuée dans le cratère pour déterminer la présence de soufre dans l’air , qui a été suivie d’une mesure à la caméra infrarouge de la température de l’eau.

Llamatepec

Les inspections sur l’ Ilamatepec, ou Santa Ana, ont lieu tous les deux mois dans un état normal. Si des modifications des paramètres de surveillance sont observées, la  fréquence peut être hebdomadaire.

Avec une hauteur de 2.381 mètres au-dessus du niveau de la mer  , l’ Ilamatepec, ou Santa Ana, est le volcan le plus élevé du pays. Son sommet, avec un diamètre de 1,5 kilomètres, se compose d’un groupe de trois cratères. La formation de l’Ilamatepec est de type stratovolcan , , composé de différentes couches d ‘accumulation de matière éruptive.
Le volcan est une attraction touristique pour les ressortissants étrangers car son cratère héberge une lagune acide avec de l’eau et du chlorure sulfaté, qui s’est formé après l’éruption de 1904 .

Le 1er Octobre 2005, la dernière explosion de l’ Ilamatepec a été enregistrée. Les caractéristiques des dépôts ont été définis comme une éruption phréatique, qui a expulsé des projections balistiques à environ 10 kilomètres et une épaisse colonne de gaz. On estime que 1,5 millions de mètres cubes de cendres ont été éjectés.

Le Santa Ana, le plus haut volcan d’El Salvador, est un  stratovolcan massif de 2381 m de haut , a dominante andesitique à trachyandésitique qui s’élève immédiatement à l’Ouest de la caldeira Coatepeque .

ilamatepec

Un effondrement du Santa Ana (également connu sous le nom d’Ilamatepec) au cours de la fin du Pléistocène a produit une avalanche de débris volumineux qui a balayé la cote de l’océan Pacifique, formant la péninsule Acajutla. La reconstruction du volcan ensuite a rempli la plupart des escarpement de l’effondrement. Le large sommet du volcan est coupé par plusieurs cratères en croissants, et une série d’évents et de cônes parasites se sont formés le long d’un système de fissures de 20 km de long qui va de près de la ville de Chalchuapa , au Nord-Nord-Ouest du volcan jusqu’au cônes de scories  San Marcelino et Cerro la Olla   sur le flanc Sud-Est. L’activité historique, en grande partie composée de petites à modérées éruptions explosives des deux évents du sommet et du flanc, a été documentée depuis le 16ème siècle. Le cône de scories San Marcelino sur le flanc Sud-Est  a produit une coulée de lave en 1722 qui a parcouru 13 km vers l’Est.

Source : Marn, GVP.

Photos : Marn , Mike Carr, (1982)

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search