06 Octobre , 2016. FR. Turrialba , Bulusan , Guagua Pichincha , Volcans de Californie .

Home / blog georges Vitton / 06 Octobre , 2016. FR. Turrialba , Bulusan , Guagua Pichincha , Volcans de Californie .

06 Octobre , 2016. FR. Turrialba , Bulusan , Guagua Pichincha , Volcans de Californie .

06 Octobre , 2016.

Turrialba , Costa Rica :

Rapport d’activité du volcan Turrialba:
5 octobre 2016 , 09h00

Depuis 14h50 hier, le 4 Octobre , le signal sismique dans les stations situées à proximité du volcan, indique une diminution totale des signaux de tremors, sauf pour une période de 20 minutes de faible amplitude , enregistrée entre 10h49 et 11:08 cette nuit.
Il est possible d’ observer sur les sismogrammes quelques tremblements de terre de type LP , séismes longue période associés aux mouvements ou vibrations de fluide à l’intérieur du volcan.

turrialba

Pendant la nuit, il a été possible d’observer un très intéressant et attrayant spectacle au sommet du  Volcan Turrialba, la colonne de vapeur d’eau et de gaz  , qui émane du volcan reflétait l’incandescence présente dans le cratère, formant une lueur visible au travers des conditions  climatiques . Il a été possible de l’observer pratiquement toute la nuit et tôt le matin. Que la colonne soit blanche (présence de vapeur d’eau et de gaz) reflète bien l’incandescence existant à l’intérieur du cratère.

Comme il est mentionné ci-dessus, ce que nous avons dans le cratère sont des points de température très élevées à l’intérieur, sans que ceci soit la signification que le magma ait commencé à sortir à la surface.

En raison de la diminution des émissions de cendres, pas de rapports d’odeur de soufre ou de chutes de cendres.

Source : Ovsicori

Photo : Roxi

 

Bulusan, Philippines :

Bulletin d’activité du volcan Bulusan. 06 Octobre 2016 08:00

Au petit matin du 06 Octobre, le volcan Bulusan a généré une éruption phréatique mineure. L’événement a duré environ 15 minutes en fonction de l’enregistrement sismique et a été noté comme un tremor harmonique court. Cette éruption n’a pas pu être observé visuellement en raison de nuages épais couvrant le sommet. Des chutes de cendres ont été signalées dans certaines régions de Gubat et des sons de grondements ont été entendus à Barangay San Roque, Bulusan. Le réseau de surveillance sismique du Bulusan a enregistré un total de quarante (40) tremblements de terre volcaniques au cours des dernières 24 heures. Des émission modérée de panaches de vapeur blanche qui descendaient des évents sur les flancs Sud-Est ont été observés. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées avec une moyenne de 388 tonnes / jour le 5 Octobre 2016. Les données de nivellement précises obtenues du 16 au 25 Août  2016 indiquent de légères modifications inflationnistes de l’édifice par rapport à mai 2016. De plus, les données de déformation du sol à partir de mesures GPS continues au 30 Septembre 2016 ont montré des tendances inflationnistes depuis Juillet 2016.

bulusan1

Le niveau d’alerte 1 (anormal) demeure en vigueur sur le volcan Bulusan . Cela indique que des processus hydrothermaux sont en cours sous le volcan qui peuvent conduire à plusieurs éruptions de vapeur. Les unités gouvernementales locales rappellent au public  que l’entrée dans le rayon de la Permanent Danger Zone de 4 de kilomètre ( PDZ) est strictement interdite en raison de la possibilité d’éruptions de vapeur , phréatiques , soudaines et dangereuses.

Source : Phivolcs

Photo : Archive

 

Guagua Pichincha , Equateur :

Mesures de CO2 , de température de fumerolles, d’échantillonnage et de photographies par drone dans le volcan Guagua Pichincha

Note explicative
Le travail effectué au cours de cette visite au cratère du volcan Guagua Pichincha a été menée par des professionnels expérimentés dans le cadre de normes de sécurité strictes pour les équipements de protection individuels et avec un contact radio permanent avec le centre Terras de l’Institut de géophysique. La descente dans le volcan n’est pas recommandée.

Résumé:

Le mercredi 21 Septembre, 2016, une équipe de techniciens de l’Institut de géophysique (IG-EPN) de l’Ecole Nationale Polytechnique et  de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, France) a effectué des travaux géologiques dans le cratère du volcan Guagua Pichincha . Les objectifs de la mission étaient les suivants: mesurer la température et la concentration de CO2 dans les différents champs de fumerolles, échantillonner le soufre natif et les roches du dôme de la dernière éruption, ainsi que de prendre plusieurs photos et vidéos du dôme Cristal en utilisant un drone.

La température maximale des fumerolles était de 86,3 ° C, mesurée au niveau des fumerolles d’échantillonnage du système hydrothermal associé au volcan. En général, on a observé une augmentation de CO2 lors de l’entrée des zones fumerolles. Cependant, dans la fumerolle appelée  « locomotive » , une valeur anormale  de ~ 65 000 ppm a été mesurée. Des mesures supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ou non la présence de ce gaz dans des concentrations élevées dans ce secteur. En dehors des zones de fumerolles, les valeurs de CO2 sont dans les limites normales. Les photos prises avec le drone n’ont révélé aucun changement dans les structures connues du volcan.

Voyage:
Le groupe a quitté à 4h45 le matin  l’Institut de géophysique en direction de Lloa et est arrivé au refuge du volcan Guagua Pichincha à 6h00. Les conditions météorologiques étaient optimales  (Fig. 1). Le dôme Cristal a été atteint à 07h30 (Fig. 2). Tout d’abord, nous avons travaillé sur l’échantillonnage des fumerolles (Fig. 3) pour installer le compteur de CO2 et pour mesurer la température de celles-ci. Ensuite, sur le dôme , les images par le drone ont été prises. A 10h00 , le compteur de CO2 a été récupéré et un échantillon de soufre natif a été pris . Une visite au dôme formé  durant la dernière éruption en 2000  a été effectuée . Pendant le trajet , des
mesure de CO2 et de température des fumerolles  ont été réalisées  . Dans ce dôme un échantillon de roche a été pris . Les  données de la fumerolle  « Locomotive » ont été prises en traversant des fumerolles alignées sur le terrain  . (Fig. 2).

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Figure 1. L’aube vue du refuge du volcan Guagua Pichincha  ; de gauche à droite sont observés les volcans Antisana, Sincholahua, Quilindaña, Pasochoa, Cotopaxi et Rumiñahui:  . Photographie: Vásconez F. IG-EPN, 21/09/2016.

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Figure 2. Visite de terrain tenue le 21 Septembre 2016, sur le volcan Guagua Pichincha. Le trajet de la route est vert . Les nombres correspondent à la température maximale mesurée dans chaque zone de ventilation. Les points en bleu, jaune, orange et rouge correspondent à des mesures de CO2.

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Figure 3. Gauche:  Cratère du volcan Guagua Pichincha qui met en évidence les différents champs de fumerolles. Image:  Camera GPCAM  . À droite:  Échantillonnage des gaz d’une fumerolle atteignant des hauteurs d’au moins 10 mètres. Photographie: F. Vásconez IG-EPN, 21/09/2016.

Travaux géologiques:
Les températures ont été mesurées avec un thermomètre enregistreur de données avec quatre canaux oméga HH309A avec un thermocouple de type K (fig. 4) . Les valeurs maximales obtenues dans différentes fumerolles ont atteint 86,3 ° C  (Fig. 2). Cette température correspond au point d’ébullition d’eau à la hauteur des fumerolles (~ 4050 m au dessus du niveau de la mer). Les autres évents ont montré des températures similaires ou légèrement inférieures (tableau 1).

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Figure 4. Mesure de la température dans les fumerolles du Guagua Pichincha. Photographies: B. Bernard. IG-EPN, 21/09/2016.

La concentration de CO2 dans les fumerolles a été mesurée avec un capteur expérimental fourni par l’université UCL  (University College London). En général, on a observé une augmentation de CO2 lors de l’entrée dans les zones de fumerolles avec des valeurs allant jusqu’à 818 ppm (valeur moyenne de CO2 dans l’atmosphère ~ 400 ppm en 2016, source NOAA), ce qui peut causer de la somnolence. Cependant, dans la fumerolle appelée  « locomotive » une valeur anormale de ~ 65 000 ppm, une concentration suffisante pour causer des étourdissements, des maux de tête, des troubles visuels et auditifs, et même une perte de conscience si l’exposition est prolongée , a été mesurée. Des mesures supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ou non la présence de ce gaz dans des concentrations élevées dans ce secteur. En dehors des zones de fumerolles les valeurs de CO2 sont revenue à la normale.

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Tableau 1. Temperatures maximales et CO2 des différentes fumerolles du dôme Cristal. Coordonnées en UTM .

En plus , un échantillonnage de soufre natif dans les fumerolles ainsi que dans les roches extrudées dans le dôme lors de la dernière éruption en 2000 a été réalisé .

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Figure 5 : Échantillonnage  de soufre natif et de roches du dôme de la dernière éruption en 2000. Photos: F. Vásconez et B. Bernard. IG-EPN, 21/09/2016.

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Figure 6. dépôt de soufre natif dans l’échantillonnage de fumerolles. Photographie: Bernard B., IG-EPN, 21/09/2016.

Images du drone :
Enfin des photos ont été prises avec un drone DJI Phantom 2 Streva fourni par le projet. Nous avons pu faire plusieurs clichés de la morphologie du dôme Cristal dans lesquels l’activité de surface et diverses traces  topographiques laissées par les éruptions passées du Guagua Pichincha  sont évidentes: des cratères d’explosion et d’impact balistiques , zones de fumerolles, dôme de la dernière éruption entre autres. Aucun changement morphologique des structures pré-existantes n’a été observé .

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Figure 7. Photo prise avec le drone du dôme Cristal. On observe de gauche à droite: la zone de fumerolles, le dôme 2000, le cratère de 1981. Photo  : B. Bernard, IG-EPN. 21/09/2016.

Medidas de temperatura y CO2 de las fumarolas, muestreo y fotografías con drone

Figure 8. Photo du dôme de l’éruption de 2000. Aucun changement morphologique n’a été observé. Photographie: Bernard B., IG-EPN. 21/09/2016.

L’IG-EPN, ainsi que d’autres institutions, poursuit ses efforts pour surveiller les volcans actifs de l’Equateur.

Source : IG EPN

 

Chaine des Cascades , États – Unis:

Volcans : actuel Niveau d’alerte: NORMAL
Aviation : actuel Code couleur: GREEN

Mise à jour de l’activité:

L’activité de tous les volcans de la chaîne des Cascades de l’Oregon et de Washington est à des niveaux de fond normaux. Ceux-ci incluent le mont Baker, Glacier Peak, le mont Rainier, le mont St. Helens, et le Mont Adams, dans l’État de Washington; et le mont Hood, Mont Jefferson, Three Sisters, Newberry et Crater Lake dans l’Oregon. Quelques petits séismes ont été localisés sous le Mont St. Helens, le mont Rainier, et Newberry Volcano. Aucune anomalie de déformation du sol ou d’émission de gaz n’ont été détectées sur l’un des volcans.

st helens

St Helens .

Également au cours de la semaine dernière, une équipe de terrain a terminé l’entretien des stations de surveillance sismique et de déformation sur Three Sisters et Newberry Volcano.

L’ US Geological Survey et le Réseau sismique Pacific Northwest (PNSN) continuent de suivre de près ces volcans et émettra des mises à jour supplémentaires et des changements dans le niveau d’alerte au besoin.

Source: CVO

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search