19/09/2016. FR . Piton de la Fournaise , Tungurahua , Turrialba , White Island .

Home / blog georges Vitton / 19/09/2016. FR . Piton de la Fournaise , Tungurahua , Turrialba , White Island .

19/09/2016. FR . Piton de la Fournaise , Tungurahua , Turrialba , White Island .

19/09/2016.

 

Piton de la Fournaise , La Réunion :

NIVEAU D’ALERTE : Phase de sauvegarde

Après une augmentation dans la nuit du 17 au 18 Septembre 2016, le trémor éruptif a chuté brutalement le 18 Septembre à 04:18 (heure locale), signifiant l’arrêt de l’activité en surface. Le trémor éruptif (signal continu enregistré par les stations sismologiques) est engendré par le mouvement du sol, lui même généré par les gaz entraînant le magma vers la surface (moteurs de l’éruption).

piton

La fin soudaine du trémor marque la fin d’une alimentation en surface.

Entre le 11 et le 18 Septembre 2016, 7 Millions de m3 de lave ont été émis en surface. Juste avant l’arrêt de l’éruption, le front de coulée a été localisé dans la partie haute des Grandes Pentes.

L’OVPF n’écarte aucune hypothèse quant à l’évolution de la situation dans les heures à venir.

Evolution du RSAM (signal indicateur du trémor éruptif et de l’intensité de l’éruption) entre 7h00 (3h UTC) le 11 Septembre et 6h30 (2h30 UTC) le 18 Septembre pour la station sismique de Faujas, localisée sur le flanc Nord du volcan. (©OVPF/IPGP)
Communiqué de la Préfecture.
Après la crise éruptive du dimanche 11 septembre 2016 qui avait conduit au passage en alerte de niveau 2-2 du dispositif spécifique ORSEC* du Volcan du Piton de la Fournaise, l’observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise à enregistré ce dimanche 18 septembre à 04h18 locales une chute brutale du trémor éruptif (signifiant l’arrêt de l’activité en surface).

piton

Dans ces conditions, le préfet de La Réunion a décidé le passage en phase de sauvegarde du dispositif spécifique ORSEC* du Volcan du piton de la Fournaise, à compter de 8h30 ce dimanche 18 septembre 2016.
Malgré la fin d’activité du point de vue géo-physique et l’arrêt de l’alimentation (fin du trémor, vibration associée au cheminement du magma et des gaz qu’il contient), une éruption reste probable dans les jours et heures à venir.

En conséquence, l’interdiction d’accès à la partie haute de l’enclos et de poser d’hélicoptère dans la zone du volcan restent en vigueur jusqu’à nouvel avis. Le préfet rappelle que le massif du volcan est un milieu naturel, sujet à des changements météorologiques très rapides et parfois violents.
Les recommandations relatives à la sécurité en montagne s’appliquent tout particulièrement : consultez la météo, ne sortez pas des sentiers balisés, apportez une attention particulière à votre équipement individuel. L’amplitude thermique est importante entre le jour et la nuit.

Source : OVPF

Photos : Fournaise info , Ilotdrones.

Tungurahua , Equateur :

Sismicité:
Ces derniers mois, après la dernière éruption, on a observé généralement une faible activité sismique , l’enregistrement de moins de 2 tremblements de terre de type volcano-tectonique (VT)   quotidiens , pas d’explosions ou de tremor d »émission . Entre le 1er et le 20 mai 2016 une légère augmentation du nombre de tremblements de terre de type longue période (LP), atteignant un maximum de 68 évènements le 14 mai a été enregistré. Ces événements sont fréquents en période de quiescence et sont associés à des mouvements de fluides au sein du volcan. En date du 12 Septembre , de manière significative,  le nombre d’événements LP a augmenté , et en particulier les épisodes de tremor le 16, les jours suivants montrant le maintien de la tendance  . De plus, le 18 Septembre, entre 4h08 et 4h24, un essaim de 24 événements LP a été enregistré.

tungurahua

Déformation :
La station de l’inclinomètre Retu (Refugio Tungurahua), situé sur le flanc Nord sous le rebord du cratère, montre une tendance inflationniste claire depuis la fin de la dernière éruption à la fois de l’axe radial (~ 980 mrad, microradians) et de l’axe tangentiel (~ 400 mrad). Il convient de noter qu’ a partir du 15 Septembre, cette tendance a changé à la déflation à un taux de 21 mrad / jour  .
Une tendance inflationniste a également été observée dans l’axe tangentiel de l’inclinomètre MNDR (Mandur, bord Nord-Ouest), mais avec une amplitude beaucoup plus petite (~ 30 mrad), probablement en raison d’une plus grande distance entre l’instrument et la source de pression. A la fin de juin, la tendance a changé à la déflation et de nouveau en Août, cette tendance est redevenue inflationniste. Dans les autres stations du réseau Inclinométrie une tedance de déformation apparente est observée. Toutefois, il est à noter que, avec la fin de la dernière période éruptive, le capteur Retu  a commencé à enregistrer des preuves de mouvement du magma.

Une modélisation (Dmodels) avec les données de déformation des stations ayant le plus de preuves de déformation (RETU et MNDR), entre les 12 Mars et 17 Septembre a été effectuée, montrant la présence d’un centre de déformation avec la présence d’un corps d’un volume d’environ 5,3 Mm3 et situé à une profondeur d’environ 1 km sous le cratère, entre celui ci et la station RETU  .

tungurahua

Émissions de SO2:
On observe pas de grand changement  dans le dégazage depuis la fin de la dernière phase éruptive pour le débit journalier maximum de SO2  sur le nombre de mesures valides. Les deux indicateurs sont au niveau de base et pourraient indiquer que le canal est fermé après l’éruption de Février-Mars  2016.

Observations visuelles:
Ces derniers mois, les conditions d’observation visuelles ont été variables et en général ont été entravées par l’opacification presque permanente du volcan. L’activité de surface lorsque le volcan de temps en temps a été découvert, montre l’activité de fumerolles caractérisées par une faible intensité et une absence d’émissions de cendres depuis la fin de la dernière éruption. Ces derniers jours, quand il y a eu de fortes pluies, il a été remarqué une augmentation de l’activité des fumerolles depuis le bord du cratère , de sorte que celles-ci sont des fumerolles de caractère pulsatile et d’origine phréatique.

Informe Especial Tungurahua N. 7 - 2016

Interprétation:
Au cours des 8 dernières années d’activité , le volcan Tungurahua a eu 15 périodes de calme similaires à la période actuelle avec une faible activité sismique, une déformation a tendance inflationniste, et une activité de surface caractérisée par des fumerolles de faible énergie. Généralement, ces périodes de silence ont été suivies par de petites éruptions volcaniques (Index d’Explosivité   IEV 0-1 dont le principal  phénomène etait des chutes de cendres) et parfois par de grandes éruptions (IEV 2 , avec flux pyroclastiques). Il est important de noter que la grande majorité (80%) de ces éruptions n’ont eu aucun signe avant-coureurs de reprise à court terme (heures à quelques jours). La déformation réelle du volcan est la preuve de l’intrusion magmatique (mouvement du magma à partir d’un réservoir plus profond) et a été observée à plusieurs reprises avant  les éruptions du Tungurahua. Le faible dégagement de gaz peut indiquer un blocage du canal qui empêche le libre passage des gaz magmatiques. Étant donné que la période de calme actuelle a dépassé six mois (185 jours) et la forte augmentation de l’activité sismique (LP depuis le 12/09, tremors du 16/09  , et l’essaim de LP du 18/09) il est estimé qu’une reprise à court terme (des prochains jours à quelques semaines) est possible.

Source : IGEPN

Photos : José Luis Espinosa Naranjo , IGEPN.

 

Turrialba , Costa Rica :

Turrialba, Le volcan continue à  émettre des cendres.

18 septembre 2016. Après des semaines de calme modéré , le volcan Turrialba a recommencé son activité avec un rugissement samedi matin.

Selon la Commission nationale d’urgence (Comisión Nacional de Emergencias – CNE), l’activité volcanique a commencé à 09h57, émettant un panache de fumée et de cendres à environ 500 mètres de la base du cratère.

turrialba

L’émanation a été dispersé par le vent du Nord-Ouest, dit l’Instituto Nacional Meteorológico (IMN), le service météorologique national.

Des rapports de chutes de cendres sont parvenus des  zones entourant le volcan , comme La Silvia et La Picada.
Les experts disent que le volcan a encore beaucoup d’énergie, les experts maintiennent une surveillance constante. Le Turrialba a eu plus d’un mois de « repos relatif ».

Source : Q COSTA RICA

 

White Island , Nouvelle  Zélande :

Bulletin d’alerte volcanique WI 2016/12:
11h00 , 19 Septembre 2016. White Island Volcano

Etat d’alerte:
Le niveau d’Alerte volcanique est abaissé au niveau 1 (de niveau 2)
Le Code couleur Aviation reste à jaune (pas de changement)

Aucune autre activité éruptive soutenue n’a été observée sur White Island. En conséquence, le niveau d’alerte volcanique a été abaissé au niveau 1. Le code couleur de l’aviation reste jaune.

 white island

Les observations sur le week-end ne suggèrent pas d’autres émissions de cendres soutenues qui se soient produites à partir des évents actifs. De temps en temps les images de la caméra Web indiquent que de très petites quantités de cendres peuvent être présentes dans les panaches de vapeur, mais cela n’a pas été confirmé. Une telle apparition intermittente de cendres est probablement dû à l’excrétion de débris sur les parois des fumerolles qui peut être devrait se poursuivre. L’activité sismique et acoustique reste faible, et le flux d’émission de gaz de l’île n’a pas changé sensiblement au cours de cette activité mineure.

Bien que l’éruption de mardi ait cessé, White Island est toujours capable d’une nouvelle éruption à tout moment, sans avertissement préalable. Le GeoNet continue de surveiller le volcan pour une éventuelle activité renouvelée.

Source : Geonet /Brad Scott

Photo : gorentals.co.nz

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search