07/09/2016. FR. Sabancaya , Mauna Loa , Ruapehu , Nevado Del Ruiz .

Home / blog georges Vitton / 07/09/2016. FR. Sabancaya , Mauna Loa , Ruapehu , Nevado Del Ruiz .

07/09/2016. FR. Sabancaya , Mauna Loa , Ruapehu , Nevado Del Ruiz .

07/09/2016.

 

 

Sabancaya , Perou :

Le Sabancaya, situé à 75 km au Nord-Ouest de la ville d’Arequipa, est considéré comme l’un des sept volcans actifs du Pérou, sa dernière éruption remonte entre 1990 et 1998.
Cette année, 2016, ce volcan a fait preuve d’une agitation volcanique dans ses émissions de fumerolles qui éventuellement , se sont élevées à 1800 m au-dessus du cratère, et d’une activité sismique volcanique persistante. En outre, l’activité sismique volcanique a été légèrement augmenté en Février et Août de cette année, associée à la réactivation des failles géologiques situées dans la vallée du Colca, à proximité du Sabancaya (Février 2013, Août 2013 et Août 2016 ).

sabancaya

Des observations récentes du Sabancaya, réalisent que:
– Une augmentation significative du nombre de tremblements de terre associés à une légère ascension de matériel magmatique (tremblements de terre de type «hybride») a eu lieu pendant trois jours consécutifs, les 25, 26 et 27 Août 2016, culminant avec une petite explosion de 72 mégajoules ( MJ) d’énergie le 27 Août à 06h51 heure locale. Après cette explosion, le Sabancaya a émis des gaz gris , denses , qui ont atteint 1000 m au-dessus du cratère et ont été dispersés dans une direction Est.
– Le flux de gaz  volcanique  SO2 a augmenté jusqu’à des valeurs supérieures à 4000 tonnes / jour. Les valeurs maximales de ces derniers mois ont été enregistrées le 23 mai (3182 tonnes / jour), 1 Juin (2763 tonnes / jour), 3 Juillet (2763 tonnes / jour), 28 Août (4366 tonnes / jour) 3 septembre (4732 tonnes / jour).

sabancaya


– Au cours de cette année, les colonnes de fumerolles se sont élevées à des hauteurs de 1800 m au-dessus du cratère. Ces colonnes sont généralement blanches (vapeur d’eau) et peu denses, bien que ces derniers mois elles aient eu une densité plus élevée et ont pris des colorations bleutées qui suggèrent une plus grande présence de gaz volcaniques. En outre, l’odeur caractéristique du gaz magmatique H2S  (odeur d’œuf pourri) est sensible à plusieurs kilomètres.
– L’émergence et l’augmentation significative des émissions de fumerolles  qui sont situées sur le haut du flanc Nord du volcan . Ces points d’ émission ont été observés  à partir d’images satellite infrarouge, ainsi que lors d’une inspection sur le terrain par le personnel de l’OVI le 25 Août, dans laquelle ont été observées cinq zones d’où émanent des gaz blanchâtre. La plus importante est à 750 m au Nord-Ouest du cratère , a des températures allant jusqu’à 85 ° C et ses gaz vont parfois monter jusqu’à 500 m de haut.

Sabancaya - field fumaroles - photo OVI 08/25/2016

 

CONCLUSIONS
• Le Sabancaya a montré une activité volcanique modérée , mais en augmentation , avec des émissions de gaz qui montent jusqu’à 1800 m au-dessus du cratère, devenant plus bleuâtres et plus denses.

Au cours de la dernière semaine d’Août, après trois jours d’augmentation soudaine du nombre de tremblements de terre de type hybride, le 27 Août à 06h51 Heure locale , une petite explosion a eu lieu sur le Sabancaya. L’énergie de cette première explosion de 2016 était de 72 mégajoules.
• Au cours des dernières semaines, le débit de gaz volcanique SO2 n’a cessé d’augmenter jusqu’à des valeurs supérieures à 4000 tonnes / jour.
• Aujourd’hui, au moins cinq zones autour du volcan, d’où les gaz volcaniques sont émis sont observées, outre le cratère.

RECOMMANDATIONS
• Maintenir le niveau d’alerte jaune.
• Ne pas approcher le cratère ou les zones d’où les gaz volcaniques sont émis.
• Mettre en œuvre des plans d’urgence pour une augmentation de l’activité volcanique du Sabancaya.
• Faire un survol sur le volcan pour étudier les changements possibles dans la morphologie du massif et la formation de nouvelles émissions zones de fumerolles.
• Rester informé de la surveillance de l’activité volcanique du Sabancaya au moyen des rapports de l’ OVS et OVI.
Les deux institutions, OVS et OVI, surveillent les volcans du Pérou, la surveillance continuera  pour détecter toute preuve d’éruption imminente, auquel cas ils se réuniront immédiatement avec les autorités et la communauté en général.

Source : OVI , Ingemmet.

Photos : Vic Hanson / Summitpost , OVI.

 

Mauna Loa , Hawai :

19 ° 28’30 « N 155 ° 36’29 » W,
Altitude Sommet : 13681 ft (4170 m)
Volcan : actuel Niveau d’alerte: CONSULTATIF
Code couleur de l’aviation actuel : JAUNE

Sommaire de l’activité: Les taux de déformation et de sismicité sur le Mauna Loa restent au-dessus des niveaux de fond à long terme.

Le Mauna Loa n’est pas en éruption.  Les mesures Global Positioning System (GPS) continuent de montrer des déformations de surface du sol liées à l’inflation d’un réservoir de magma sous le sommet et la partie supérieure de la Rift Zone Sud-Ouest, avec une inflation qui se produit principalement dans la partie Sud-Ouest du complexe de stockage de magma sous le sommet de la caldeira du Mauna Loa. Des tremblements de terre peu profonds, à des profondeurs de moins de 5 km (3 mi) sous la caldeira Sud et la partie supérieure de la Rift Zone Sud-Ouest, continuait d’être le type le plus fréquent d ‘activité sismique  la semaine dernière.

mauna loa

Le soufre, pas la neige, peint le fond blanc dans la zone de Sulfur Cône sur le haut de la Rift Zone Sud-Ouest du Mauna Loa. Le sommet du Mauna Loa est sur la pente de la montagne , hors de la vue vers la gauche en arrière-plan.

Les taux de tremblement de terre restent élevés par rapport aux niveaux de référence établis précédemment. Les mesures à partir d’un site de fumerolle surveillé en continu au sein de la caldeira sommitale ont montré des températures de fumerolles relativement stables et aucun changement significatif dans les concentrations soit de dioxyde de soufre ou de dioxyde de carbone dans les émissions de gaz volcaniques.

Un séisme de magnitude M4,0 est survenu à 2,4 km de profondeur sous la caldeira sommitale du volcan  (04:25 am à Hawaii).
Ces relativement grands tremblements de terre sous les volcans actifs peuvent (mais pas nécessairement doivent) être des précurseurs de nouvelles éruptions si ils sont causés par le magma sous pression  fracturant les roches sur son chemin vers le haut. Que ce séisme particulier soit en fait causé par des mouvements de magma est impossible à affirmer a priori sans autre analyse.


Le Mauna Loa est statistiquement « mur«  pour une éruption (sa dernière ayant eu lieu en 1984) et l’augmentation de l’activité sismique et de l’inflation au cours des dernières années, ont indiqué une période continue de troubles en raison d’une recharge progressive du magma.

Source : HVO, Volcanodiscovery.

 

Ruapehu , Nouvelle Zélande :

 

Ruapehu Crater Lake: compte rendu rapide autour de la température du lac.

L’évent-cratère actif sur le Mont Ruapehu est occupé par un lac de cratère. Récemment, le lac s’est refroidit et nous avons même discuté de la possibilité de nouvelles basses températures records. Le lac de cratère affiche des températures comprises généralement entre environ 15 et 40 ° C. Le lac s’est refroidi à un minimum de 12 ° C (15 Août), mais a commencé à se réchauffer rapidement. Le GeoNet obtient des températures du lac au moyen d’un enregistreur de données avec un capteur de température dans le lac et des communications par l’intermédiaire d’une liaison par satellite.

ruapehu

Au début d’Août, nous avons discuté de la possibilité que le  Crater Lake d’après 1995/1996 atteigne de nouveau de basses températures car le lac avait été refroidit fortement à ce moment-là. Le lac a atteint une nouvelle température minimale de 12,0 ° C le 15 Août. Généralement en Août, la température du lac varie entre 13-14 ° C . La température a commencé à monter, très lentement, à la fin-Août, mais avec une grande variabilité. Cependant le 2 Septembre une tendance à la hausse a été clairement établie. La température du lac est maintenant de 17,6 ° C.

2016 August low lake temps.JPG

Le 11 mai 2016, le lac a atteint un sommet à 46 ° C, le plus haut qu’il ait été observé depuis qu’il s’est réformé en 1999-2000. Cette température élevée a également été accompagnée par des tremors volcaniques et une augmentation de la production de gaz volcanique. Le niveau d’alerte volcanique  (VAL) a été élevé au niveau 2, à ce moment, puis abaissé au niveau 1 au début de Juillet lorsque la sortie de gaz et les niveaux de tremors volcaniques ont diminué. Environ 2 jours après , la température du lac commençait d’augmenter le 2 Septembre, le niveau de tremor volcanique a également commencé à augmenter et est resté présent depuis le 4 Septembre. Les cycles de chauffage et de refroidissement sont contrôlés par un mélange de processus volcaniques et géothermiques. Un échantillonnage plus une visites sur le lac de cratère sont prévus si le temps le permet, faisant partie du programme de surveillance de la norme du GeoNet pour le Mt Ruapehu.

Source : Geonet / Brad Scott

 

Nevado Del Ruiz , Colombie :

Bulletin d’ activité hebdomadaire du volcan Nevado del Ruiz, du 30 Août au 6 Septembre, 2016

Le niveau d’activité se poursuit:
Au niveau  d’activité Jaune ou (III): changements dans le comportement de l’activité volcanique.

En ce qui concerne le suivi de l’activité du Nevado del Ruiz, le Service Géologique Colombien  rapporte que:

Au cours de la dernière semaine, différents paramètres de surveillance montrent que le volcan Nevado del Ruiz reste instable. La sismicité a été principalement associée à la dynamique des fluides dans les conduits volcaniques. Cette activité est principalement située dans les environs du cratère Arenas , à l’Est et au Sud-Est de celui-ci et a été caractérisée par l’enregistrement d’épisodes de tremors volcaniques, qui ont été associés avec des mouvements de fluides et des émissions de gaz et de cendres dans l’atmosphère, comme il a été confirmé sur des  images captées par les caméras installées dans la région du volcan ainsi que par des rapports des responsables du parc national naturel de Los Nevados  (PNNN) et du Service Géologique Colombien . Les processus d’émission de cendres peuvent se produire sur plusieurs jours et parfois plusieurs fois par jour sans impliquer un rapport individuel à chaque épisode.

http://www2.sgc.gov.co/getattachment/ebeee83b-6aa5-4591-bd19-a0cb659d246f/19-11-2015_02.aspx

En outre, une activité sismique associée à la fracturation de la roche à l’intérieur du volcan, qui était semblable à la semaine précédente a été enregistrée. Ce type de sismicité est principalement située dans les sources sismogènes du Nord et Nord distale et, dans une moindre mesure dans le cratère Arenas et les secteurs du Nord-Ouest, Nord-Est, et du Sud-Sud-Ouest du volcan , à des profondeurs comprises entre 0,63 et 8,66 km. L’apparition d’une augmentation sismique de caractère mineur enregistrée le 1 Septembre  , située dans le secteur Nord de la structure volcanique, à des profondeurs variant entre 6.09 et 8.11 km est un fait notable . Le séisme qui a été enregistré avec la plus haute énergie le 1er Septembre à 05h13 (heure locale), associé  à cette légère augmentation, avec une amplitude maximale de 1,4 ML ( Magnitude locale), était situé dans la partie distale du secteur Nord , à 7,11 km du cratère , et à une profondeur de 7,43 km.

nevado del ruiz

La déformation volcanique, mesurée à partir d’ inclinomètres électroniques, de systèmes mondiaux de navigation par satellite (GNSS) et d’ images satellites pour suivre les changements dans l’inclinaison, la position et la forme du volcan, respectivement, continue d’enregistrer des changements.
Le volcan continue à émettre dans l’atmosphère des quantités importantes de vapeur d’eau et de gaz  , y compris du dioxyde de soufre (SO2)  , comme il a été estimé par les stations permanentes SCANDOAS installées dans la région du volcan et sur l’imagerie par satellite. Dans le suivi des images satellite fournies par le site Mirova, aucune anomalie thermique n’a été identifiée.
La colonne de gaz, de vapeur et de cendres de temps en temps, a atteint une hauteur maximale de 1800 m au-dessus du sommet du volcan, le 4 Septembre. La direction de la dispersion de la colonne était en conformité avec le régime des vents dominants dans la région, qui, au cours de la semaine ont montré une direction prédominante vers l’Ouest et le Nord-Ouest du volcan, ce qui favorise la dispersion des cendres sur les populations qui sont dans ces directions par rapport à la structure volcanique.

Source : SGC

Photos : Archives SGC

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search